RSS

Archives de Tag: Slocombe

Romain Slocombe – Sardoski et l’ange du péché

Romain Slocombe – Sardoski et l’ange du péché

L’année dernière fut consacrée à de nombreuses séries. Ce livre aurait du en faire partie, malheureusement les fêtes de fin d’année et leurs effets secondaires m’ont empêché de conserver mon rythme de lecture.

Alors avec quelques jours de retard, voici le troisième et dernier volet de la série Sardoski de Romain Slocombe : Sardoski et l’ange du péché.

Est-ce que l’inspecteur aux affaires juives est toujours aussi malsain que dans les deux premiers tomes, ou bien aura-t-il un ange gardien pour changer sa mentalité ?

Résumé du livre

Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.

Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment protéger Julie, la lycéenne juive réfugiée chez lui depuis la rafle du Vél’d’Hiv.
C’est alors qu’une affaire de lettre anonyme et d’adultère le conduit sur les plateaux du cinéma français de l’Occupation : parmi les jeunes actrices d’un drame tourné dans un couvent de dominicaines, l’inspecteur va rencontrer son  » Ange du péché  » et se transformer en criminel…

Une enquête de Léon Sadorski, le sinistre et fascinant inspecteur des renseignements généraux.

Avis

Après la chasse, les arrestations de juifs et la participation à la rafle du Vel-d’hiv, on pouvait se demander jusqu’où l’inspecteur Léon Sadorski. Il termine en apothéose (si j’ose dire) en prenant part à la déportation des juifs, en commanditant ou en commettant des assassinats pour assurer ses arrières, tout en continuant ses précédentes malversations d’extorsion de fond ou de récupération des biens.

Mais le pire ne vient pas forcément de ce personnage infâme, le pire est l’attitude de la société pendant cette période ou comme l’anecdote des courses à Longchamp qui reprirent une heure à peine après un bombardement alors que les corps et blessés n’ont pas tous été évacués du site.

Il faut savoir qu’en fin de livre, l’auteur donne toutes les références documentaires qui lui ont permis de retracer l’histoire de cet inspecteur et des personnes qui ont eu le malheur de croiser son chemin. C’est un travail digne d’un historien, un travail monumental qui rend d’autant plus horrible le livre. C’est donc à la fois un roman extrêmement noire, mais surtout qu’il faudrait lire pour le devoir de mémoire. Lire cette série m’a rappelé un roman étudié en français en classe de quatrième qui m’avait mis en véritable claque en me faisant découvrir l’horreur de la Shoah et des camps d’extermination.

Même si Romain Slocombe cherche l’exactitude en donnant l’ensemble des dates, lieux, qualités des personnes, du fait des nombreuses histoires en parallèle, le roman est d’une grande fluidité et de se lire à une vitesse folle malgré ses plus de 700 pages.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 704 pages
    • Editeur : Robert Laffont (23 août 2018)
    • Collection : La bête noire
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2221199014
    • ISBN-13: 978-2221199015
    • Prix : 23,00€
  • eBook
    • Editeur : Robert Laffont (23 août 2018)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2221221341
    • Prix : 14,99€
  • Livre Audio
    • Lecteur : Antoine Tomé
    • Editeur : AudioLib (1er novembre 2018)
    • Langue : Français
    • Durée : 19h24
    • ASIN : B07JLX8Z9Q
    • Prix : 29,95€

Revue de presse

 » Les mots sont des couteaux, l’encre coule comme de l’acide.  » Gilles Martin-Chauffier, Paris Match

 » L’inspecteur Sadorski suit sa mauvaise étoile.  » Abel Mestre, Le Monde

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/01/04 dans Policier

 

Étiquettes : , , ,

Romain Slocombe – L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski

Romain Slocombe – L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski

A quelques jours de la sortie du troisième et dernier tome de la série Sadorski (Sadorski et l’ange du péché), je vais aujourd’hui vous faire partager mon ressenti du deuxième tome L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski.

Nous avions été conquis par la première partie L’affaire Léon Sadorski de part le sujet mais également par la force du personnage principal.

Est-ce que la suite va rempoter de nombreuses étoiles jaunes, non-antisémites, sur notre blog ?

Résumé du livre

Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?
Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés ̶ d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

Avis

Romain Slocombe est en train de se forger une très forte réputation d’écrivain français de romans noirs.

Certes le contexte historique dans lequel se positionne le roman est difficile, Paris en pleine seconde guerre mondiale, mais ce second tome est encore plus dérageant. L’auteur nous entraîne en pleine politique anti-juifs, la mise en place des étoiles jaunes, et de l’organisation de la rafle du vel’d’hiv. Alors on est loin de la pesanteur des bas fond d’une ville, mais le lecteur qui comme moi n’a pas connu cette période, va se prendre un véritable claque en découvrant l’étendue et le jusqu’au-boutisme de l’administration française dans le suivi des directives anti-sémites du IIIè Reich et de sa propagande; ou de la participation du Parti Communiste dans les mouvements résistants.

On a beau en avoir eu connaissance lors de nos cours d’histoire, on est glacé devant le zèle dont font preuve certains policiers ou les tortures auxquelles ils recourent.

La puissance du roman provient également du personnage principal Léon Sadorski : parfois violent, enquêteur méticuleux, complexe, ambivalent, à aucun moment nous n’arrivons à déterminer son penchant vis-à-vis des mesures anti-juifs : d’un côté il recueille la fille de ses voisins arrêtés, et de l’autre il participe activement aux arrestations de la rafle. Seule la dernière phrase du roman lève cette ambiguïté planant sur les deux premiers tomes.

Je vous recommande donc vivement ce livre, et tout particulièrement la version audio où Antoine Tomé donne littéralement vie au roman.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 592 pages
    • Editeur : Robert Laffont (24 août 2017)
    • Collection : La Bête noire
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2221187768
    • ISBN-13: 978-2221187760
    • Prix : 21,50€
  • Poche
    • Poche: 600 pages
    • Editeur : Points (23 août 2018)
    • Collection : PTS POLICIERS
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2757865838
    • ISBN-13: 978-2757865835
    • Prix : 8,70€
  • eBook
    • Editeur : Robert Laffont (24 août 2017)
    • Collection : La Bête noire
    • Langue : Français
    • EAN : 9782221190586
    • Prix : 14,99€
  • Livre audio
    • Durée : 16 heures et 20 minutes
    • Type de programme : Livre audio
    • LEcteur : Antoine Tomé
    • Editeur : Audible Studios (31 août 2017)
    • ASIN: B074SWCCR6
    • Prix : 24,95€

Revue de presse

 » Sobriété avant tout : Simenon n’est pas loin. Mais, ici, le crime est de masse.  » Frédéric Pagès, Le Canard enchaîné.

 » Un énorme pavé dans le bourbier de la collaboration. Romain Slocombe nous bouscule et réveille notre vigilance.  » Valérie Caffier, librairie Le Divan, Paris.

« Plus fort et plus profond que le premier volume de la série (L’Affaire Léon Sadorski », Le Monde, Abel Mestre

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/08/07 dans Policier

 

Étiquettes : , , ,

Romain Slocombe – L’affaire Léon Sadorski

Romain Slocombe – L’affaire Léon Sadorski

Cela faisait très, très longtemps que je n’avais pas lu un roman de Romain Slocombe.J’en étais resté à sa tétralogie La Crucifixion en jaune parue au début de ce XXIème siècle, thriller noir au pays du soleil levant mettant en avant les perversions sexuelles nippones.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Romain Slocombe, cette personne est un artiste avec un grand A car c’est un véritable touche à tout : photographie, romans pour adultes, romans pour enfants, illustrations et même quelques courts-métrages.

Le voici est liste pour le Goncourt avec son dernier roman L’affaire Léon Saorski.

Si Romain Slocombe décroche la timbale est-ce que cela va encore être une affaire comme ce le fût pour Pierre Lemaitre et son Au-revoir là-haut ?

Résumé du livre

Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les  » terroristes « .
Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police… De retour à Paris, il reçoit l’ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d’appartenir à un réseau antinazi.

Avis

Lire L’affaire Léon Sardorski n’est pas à proprement parler lire un thriller. Romain Slocombe dresse plutôt une analyse du rôle de la police parisienne pendant l’occupation allemande. Mais, alors qu’il pourrait tomber dans la facilité de présenter un flic acquis à la cause allemande, l’auteur nous relate la biographie d’un policier qui, bien que participant à l’effort de la traque juive, se retrouve malgré lui de l’autre coté. On aurait presque pitié pour lui si l’on ne connaissait pas déjà ses résultats au service des RG.

La force de ce livre est de nous présenter cette authentique biographie, étayée, renseignée, de rappeler les années noires de la France sous couvert d’un roman noir. L’écriture est bien ciselée, le rythme agréable, ni trop rapide, ni trop lent. L’auteur saupoudre son roman de quelques périodes d’action pour donner du nerf à son récit. Le style de l’auteur et les sujets contés par celui-ci ont évolué depuis sa tétralogie La Crucifixion en jaune et ont atteint une certaine maturité fort agréable.

Un roman à lire qui aurait amplement mérité le Goncourt 2016.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 512 pages
    • Editeur : Robert Laffont (25 août 2016)
    • Collection : La Bête noire
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2221187776
    • ISBN-13: 978-2221187777
    • Prix : 21,00€
  • eBook
    • Editeur : Robert Laffont (25 août 2016)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2221190593
    • Prix : 14,99€

Revue de presse

 » Slocombe offre au polar un immense roman qui résonne avec notre Histoire. Grandiose.  » Benoît Minville, auteur de Rural noir

« Romain Slocombe raconte l’itinéraire d’un salaud bien ordinaire« , Blog Polar Le Monde

Prix – Récompenses

Première sélection du Prix Goncourt 2016

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/25 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

Encore un policier au Goncourt 2016 ?

Encore un policier au Goncourt 2016 ?

L’académie Goncourt a dévoilé, mardi 6 septembre, une première liste de 16 romans en lice pour la récompense la plus convoitée de la saison

Et avec un peu de chance, après « Au revoir, là haut » de Pierre Lemaitre, il y a encore une possibilité pour qu’un roman policier soit à nouveau primé au Prix Goncourt avec , L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe.

La première sélection :

  • Nathacha Appanah, Tropique de la violence (Gallimard)
  • Metin Arditi, L’enfant qui mesurait le monde (Grasset)
  • Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois (Actes Sud)
  • Catherine Cusset, L’autre qu’on adorait (Gallimard)
  • Jean-Baptiste Del Amo, Règne animal (Gallimard)
  • Jean-Paul Dubois, La succession (L’Olivier)
  • Gaël Faye, Petit pays (Grasset)
  • Frédéric Gros, Possédées (Albin Michel)
  • Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes (Seuil)
  • Régis Jauffret, Cannibales (Seuil)
  • Luc Lang, Au commencement du septième jour (Stock)
  • Laurent Mauvignier, Continuer (Minuit)
  • Yasmina Reza, Babylone (Flammarion)
  • Leila Slimani, Chanson douce (Gallimard)
  • Romain Slocombe, L’affaire Léon Sadorski (Robert Laffont)
  • Karine Tuil, L’insouciance (Gallimard)

Les deux prochaines sélections du prix Goncourt 2016 auront lieu les 4 et 27 octobre, et c’est le 3 novembre que sera dévoilé le nom du successeur de Mathias Enard, lauréat en 2015 pour Boussole (Actes Sud).

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/09/07 dans Evénements, Livres

 

Étiquettes : ,

Rentrée littéraire 2014 : nos suggestions

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En guise de découvertes d’août-septembre 2014, je vous donne mes suggestions de lecture sur les livres affichées pour cette rentrée littéraire 2014.

A vos marques, prêts, lisez.

Romain Slocombe – Avis à mon exécuteur

Parce que la réalité dépasse toujours la fiction, il a fallu attendre Avis à mon exécuteur pour qu’un roman révèle enfin les plus extraordinaires secrets des renseignements soviétiques.
Lundi 10 février 1941, Washington, hôtel Bellevue. Un homme arrivé la veille est retrouvé mort d’une balle dans la tête, une arme près de lui. La police conclut au suicide. Nul ne sait encore que l’inconnu a été l’un des plus importants agents secrets des services de renseignements soviétiques, le témoin des pires conflits politiques du XXe siècle. Un suicide, vraiment ?…
En 1936, Victor rêve encore de la révolution mondiale quand il découvre l’emprise stalinienne sur la révolution en Catalogne – prisons secrètes dignes de l’Inquisition, assassinats de militants soupçonnés de trotskysme, trafics d’oeuvres d’art. Malgré lui, il participe à l’élimination d’un transfuge soviétique, mais il est trop tard pour quitter les rangs ; l’époque est à la suspicion et aux purges. Tandis qu’à Moscou, les fonctionnaires du NKVD se défenestrent pour échapper à l’arrestation et aux tortures, Victor doit gagner Paris et honorer une mission : la traque de son meilleur ami et l’assassinat de la femme de celui-ci. En dépit des menaces qui pèsent sur sa propre famille, il refuse de commettre ce dernier crime. Désormais condamné à une exécution officieuse, le chasseur Krebnitsky devient gibier, ne pouvant plus compter que sur sa ruse et son talent de caméléon. Il reste un moment à Paris auprès du fils de Trotsky, sous la protection du gouvernement de Léon Blum, dans l’ombre des nombreux intellectuels français qui chantent les prodiges du socialisme russe. Puis il fuit aux États-Unis, une arme explosive en poche : le document secret prouvant la trahison et le « grand mensonge » de Staline. S’en servir signifie la mort. Pourtant, c’est la seule chance qu’il lui reste de sauver son épouse et son fils…
Vaste fresque au parfum de roman d’espionnage à travers l’Europe de l’Ouest et l’Amérique de la fin des années 1930, inspiré d’événements réels, comme l’affaire Ignace Reiss, Avis à mon exécuteur dénonce les ravages de l’infiltration, la lâcheté des gouvernements occidentaux de l’époque et l’embrigadement des plus grands esprits du XXe siècle : Louis Aragon, Elsa Triolet, Henri Barbusse, Romain Rolland, les Américains Dashiell Hammett et Lillian Hellman et l’Allemand Bertolt Brecht…

  • Broché : 504 pages
  • Editeur : ROBERT LAFFONT (21 août 2014)
  • Collection : ROMAN
  • ISBN-10: 2221135164
  • ISBN-13: 978-2221135167
  • Prix : 21,00€

 

Marc Biancarelli – Orphelins de Dieu

Résolue à venger son frère, à qui quatre répugnantes crapules ont tranché la langue sans oublier de le défigurer, Vénérande, jeune paysanne au cœur aride, s’adjoint les services de L’Infernu, tueur à gages réputé pour sa sauvagerie, et s’embarque avec lui dans une traque sanguinaire à travers les montagnes corses du xixe siècle.
Au gré de leur chevauchée vers la tanière des Santa Lucia – la fratrie à abattre –, L’Infernu raconte à sa “disciple” son engagement, jadis, dans l’armée des insoumis, meute de mercenaires sans foi ni loi prompte à confondre patriotisme, geste guerrière et brigandage éhonté, semant terreur et chaos de vallées escarpées en villages désolés, de tavernes et bordels immondes en marécages infestés. L’abandon avec lequel L’Infernu se livre à Vénérande, au terme d’une existence passée à chercher en vain son humanité au-delà du chaos des armes, confère au sanglant baroud d’honneur de ce vaincu de l’Histoire les vertus d’une ultime et poignante transmission, qui culmine lors de l’assaut final.
Insolemment archaïque et parfaitement actuelle, cette épopée héroïque en forme de “western” réinvente superbement l’innocence des grands récits fondateurs à l’état natif, quand le commerce des hommes et des dieux, des héros et des monstres, pouvait encore faire le lit des mythes sans que nulle glose n’en vienne affadir les pouvoirs.

  • Broché : 240 pages
  • Editeur : Actes Sud (20 août 2014)
  • Collection : ROMANS, NOUVELL
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330035934
  • ISBN-13: 978-2330035938
  • Prix : 20,00€

Thomas Pynchon – Fonds perdu

New York, début des années 2000, entre l’éclatement spectaculaire de la bulle Internet et l’effondrement des tours jumelles. Maxine, jeune mère new-yorkaise à la vie amoureuse mouvementée, est une inspectrice des fraudes qui a perdu sa licence officielle pour avoir trop bien conseillé un client véreux. Elle n’a pourtant pas remisé son pistolet, et la voilà embarquée malgré elle dans une aventure haletante et dangereuse : comment se fait-il que la start-up du très louche Gabriel Ice n’ait pas bu le bouillon alors que l’ensemble du marché du Net s’est brutalement dégonflé quelques mois auparavant ? D’où viennent les flux de capitaux qui circulent vers de mystérieux comptes à l’étranger ? Pour le savoir, Maxine, entourée par une ribambelle de personnages décalés, va devoir plonger et éviter de se perdre dans le Web Profond, cette interzone quasi inaccessible, refuge des hackers anarchistes, des cybervoyous et des âmes perdues.

  • Broché
  • Editeur : Seuil (21 août 2014)
  • Collection : FICTION & C.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021140172
  • ISBN-13: 978-2021140170
  • Prix : 24,00€

Sebastian Rotella – Le chant du converti

Valentin Pescatore, héros de Triple Crossing, essaie de faire table rase du passé et de tout recommencer à Buenos Aires. Il y travaille pour une entreprise de sécurité dirigée par Facundo, un Juif argentin. Un jour, à l’aéroport, il tombe sur Raymond, son ami d’enfance, malfrat à ses heures, qui réapparaît après une décennie de silence, passée « en marge ». Valentin s’interroge sur le hasard qui aurait amené Raymond à croiser de nouveau sa route. Quelques jours plus tard, un attentat monstrueux fait des centaines de victimes dans un centre commercial du quartier juif de Buenos Aires et un appel intercepté sur l’ancien téléphone de Valentin fait de lui un suspect. Or la dernière personne à qui il a donné ce numéro dont il ne se sert plus est justement Raymond. Il commence à soupçonner que ce dernier est lié à l’attentat. Pour se disculper, Valentin n’a d’autre choix que de rejoindre un bataillon d’officiers du renseignement venus de trois pays, dont l’agent français Fatima Belhaj, et de s’embarquer dans une chasse à l’homme mondialisée. Le principal suspect n’est autre que celui qui autrefois était son meilleur ami.
Dans ce thriller explosif, au sens propre comme au figuré, Valentin Pescatore passe des jungles d’Amérique du Sud aux rues de Paris, des villas de la Riviera espagnole à celles de Bagdad, lancé dans cette traque du leader d’un réseau islamiste radical opérant dans les plus grandes villes du monde. Et comme dans les bons films américains, le livre a sa BO, allant du jazz afro-cubain à Springsteen en passant par Abd al Malik ou même … Booba.

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : LIANA LEVI (4 septembre 2014)
  • Collection : POLICIERS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2867467365
  • ISBN-13: 978-2867467363
  • Prix : 20,00€

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/08/31 dans Actualités

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :