RSS

Archives de Catégorie: Roman

La catégorie fourre-tout… mais qui a ses petites pépites.

Maxime Gillio – Rouge armé

Maxime Gillio – Rouge armé

Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé, mais la médiathèque de mon travail a décidé de créer son premier prix littéraire. Trois catégories sont à l’honneur dans cette première édition : le roman policier, le roman et la bande-dessinée.

Rouge armé de Maxime Gillio fait partie de la sélection finale auprès de Enfermé(e) de Jacques Saussey ou Soeurs de Bernard Minier.

Est-il aussi armé pour faire rougir les autres concurrents ?

Histoire

Patricia, journaliste au Spiegel, enquête sur les personnes qui, dans les années soixante, ont fui l’Allemagne de l’Est au péril de leur vie. Inge est passée de l’autre côté du Mur quarante ans plus tôt et accepte de lui raconter son enfance, son arrivée à l’Ouest, son engagement… Mais certains épisodes de la vie d’Inge confrontent Patricia à ses propres démons, à son errance. Leur rencontre n’est pas le fruit du hasard. Dans les méandres de la grande Histoire, victimes et bourreaux souvent se croisent. Ils ont la même discrétion, la même énergie à se faire oublier, mais aspirent rarement au pardon.

Extrait

https://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.edenlivres.fr%2Fflipbook%2Fpublications%2F236363.js&oid=347&c=&m=&l=&r=&f=pdf

Avis

En fait je ne sais pas comment noter ce roman, car à mon avis il s’agit plus d’un roman que d’un roman policier.

Si Maxime Gillio adopte pour son roman un schéma classique de l’enquête, ici journalistique, dans le temps présent, et une narration du temps passé, un peu comme dans les romans de Camilla Lackberg, on s’attend à ce que les deux récits se rejoignent dans le dénouement final. Mais ici, rien, les deux narrations se font mais n’apportent aucune explication, aucun rebondissement au récit.

Nous sommes donc en présence d’un très bon roman historiques présentant les représailles et les mouvements ethniques au lendemain de la seconde guerre mondiale, ainsi que l’histoire de la Rote Armee Fraktion et de ses actions terroristes dans les années 70.

Et donc on se demande ce qui peut lier la journaliste, la femme qu’elle interviewe et ces deux périodes historiques. Je prends le risque de divulguer la fin du roman, mais il n’y a rien.

Si les personnages sont forts et imposent leur caractère, ils sont un peu caricaturaux et entraînent le lecteur dans des histoires périphériques qui ne sont que de pure perte de temps (e.g. la période de sevrage de la journaliste).

Bref, je suis très mitigé sur le caractère policier du roman, de la mise en forme; mais reste convaincu que c’est un très bon roman historique.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 347 pages
    • Editeur : Ombres noires (2 novembre 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2081378523
    • ISBN-13: 978-2081378520
    • Prix : 19,00€
  • eBook
    • Editeur : Ombres noires (2 novembre 2016)
    • EAN : 9782081378544
    • Prix : 14,99€

Site Internet de l’auteur

https://www.maxime-gillio.com/

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/02/10 dans Roman

 

Étiquettes : , ,

Jean-Bernard Pouy – Ma ZAD

Jean-Bernard Pouy – Ma ZAD

J’ai ajouté ce livre à ma PAL après mon passage au Festival InterPol’Art de Reims 2018 où j’ai eu la chance de rencontrer cet auteur de romans noir français mythique : Jean-Bernard Pouy.

Bien sûr plus que la rencontre et la dédicace du livre, c’est avant tout la rencontre du génie littéraire à l’origine de la série du Poulpe.  Mais cette fois-ci je vais le découvrir au travers d’un roman qui ne mêle pas Gabriel Lecouvreur : Ma ZAD.

Alors mazette, est-ce que Ma ZAD vaut le coup d’être lu ?

Histoire

Camille Destroit, quadra, responsable des achats du rayon frais à l’hyper de Cassel, est interpellé lors de l’évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. A sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup destinés à ses potes zadistes n’est plus qu’un tas de ruines fumantes, son employeur le licencie, sa copine le quitte… et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d’avoir pire karma et de ne pas être tenté de se radicaliser ! Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l’envie de lutter contre cette famille de potentats locaux, ennemis désignés des zadistes, les Valter.

Extrait

Vous pouvez feuilleter les premières pages du livre ICI.

Avis

Dans Ma ZAD, Jean-Bernard Pouy est fidèle à lui-même. Il nous propose une nouvelle fois un roman noir aux relents anarchistes. Bien qu’écrit en pleine période des manifestations contre l’Aéroport des Landes, il n’en est pas question ici malgré de fortes similitudes, une petite allusion y sera tout de même faite.

Ici, Camille, quadra du genre adolescent attardé, défend la maison héritée de ses parents. On sent que derrière ce combat se cache une volonté d’exister, une volonté de montrer qu’il existe, d’avoir un point d’accroche, d’avoir son monde. Mais c’est surtout au travers de la séparation, des rencontres provoquées par cette aventure et des voyages qu’il va se révéler à la vie.

Symbole de cette évolution, Jean-Bernard Pouy adopte deux styles littéraires bien opposés : un soutenu mais limpide, et un autre plus brut avec des mots fleuris. Si l’on bute parfois sur certaines expressions, ce n’est que pour mieux en profiter de l’aspect humoristique.

Dans ce roman, j’ai retrouvé de fortes similitudes avec la série du Poulpe, non seulement dans le sujet de la défense des droits des hommes, de leur droit d’exister face aux multinationales et aux politiques véreux, de vivre avec leurs maigres moyens mais qu’il transforme en richesse intérieur; mais également dans le rythme et la verve de la plume de l’auteur. Serait-ce un hommage de l’auteur à ce héro céphalopode qui a coulé avec la maison d’édition Baleine?

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 208 pages
    • Editeur : Gallimard (9 janvier 2018)
    • Collection : Série noire
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2072753759
    • ISBN-13: 978-2072753756
    • Prix : 18,00€
  • Poche
    • Broché: 208 pages
    • Editeur : Folio (21 février 2019)
    • Collection : Folio Policier
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2072829623
    • ISBN-13: 978-2072829628
    • Prix : 6,80€
  • eBook
    • Editeur : Editions Gallimard (11 janvier 2018)
    • EAN: 978-2072753770
    • Prix : 14,99€

Revue de presse

« Jean-Bernard Pouy: Ma ZAD, le polar qui lève le poing« , L’Express, Eric Libiot

« Le prolifique auteur anar préfère l’humour et les utopies zadistes à la violence et autres clichés du genre.« , Libération, Alexandra Schwartzbrod

« Dans «Ma ZAD», le maître du polar français prend fait et cause pour la défense des espèces de zadistes les plus menacées. Tremble, capitalisme! Jean-Bernard Pouy fait preuve d’une étonnante modernité. Il mélange allègrement les codes du néopolar français des années 1970 … avec ceux du roman policier plus récent, qui a souvent pour arrière-plan les territoires et la ruralité.« , Abel Mestre, le Monde

« Ma ZAD à moi c’est l’utopie, la résistance et la déconnade !  » Jean-Bernard Pouy et Jacques Perry-Salkow, France Inter

« Jean-Bernard Pouy revient avec un court ouvrage fiévreux et libertaire : un Polar A Défendre !« , Isabelle Leniask, Les Echos

Interview pour BePolar

Arte : présentation de l’auteur (28′)

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/02/04 dans Policier, Roman

 

Étiquettes : ,

Jacques Saussey – Enfermé(e)

Jacques Saussey – Enfermé(e)

Que ce soit sur les réseaux sociaux, mon libraire préféré ou tout simplement des collègues amateurs de romans policiers et thrillers, je n’entend que du bien de ce livre.

Rares sont les livres comme enfermé(e) de Jacques Saussey qui dont l’unanimité.

Alors est que je ne me suis pas enfermé dans un endoctrinement littéraire ?

Résumé du livre

 » Si je ne peux pas être qui je suis, je préfère être morte plutôt qu’être emprisonnée dans un corps qui n’est pas le mien.  »
Jacques Saussey aborde magistralement dans ce roman noir social un sujet peu connu : être transgenre dans une prison pour hommes.
Partenariat avec l’association Acceptess-T.

Les premiers papillons ont éclos derrière ses paupières. Elle en avait déjà vu de semblables, enfant, un été au bord de l’océan, jaunes et violets contre le ciel d’azur. Elle était allongée au soleil, l’herbe souple courbée sous sa peau dorée. Le vent tiède soufflait le sel iodé de la mer dans ses cheveux. Aujourd’hui, l’astre était noir. Le sol dur sous ses épaules. Et l’odeur était celle d’une marée putride qui se retire. Les papillons s’éloignaient de plus en plus haut, de plus en plus loin. Et l’air lui manquait. Lui manquait…
Elle a ouvert la bouche pour respirer un grand coup, comme un noyé qui revient d’un seul coup à la surface.
Les papillons ont disparu, brusquement effrayés par un rugissement issu du fond des âges…

Extrait

Vous pouvez lire le chapitre 1 en PDF sur le site de l’éditeur French Pulp.

Avis

Ce roman est une vraie claque.

Jacques Saussey a décidé de laisser tomber un moment les thrillers pour nous offrir un roman noir sur le phénomène transgenre. Mais heureusement pour nous, il n’est pas tombé dans le sensationnalisme et le côté racoleur du sujet. Bien au contraire, au travers de son personnage, il nous dévoile les différentes étapes de la vie d’une personne confrontée à ce « problème » qu’est de vivre dans un corps ayant un sexe qui ne correspond pas à celui de votre mental.

Et ces étapes ne sont pas de tout repos car cela passe bien sûr par la découverte de sa sexualité différente de celles des autres, de pouvoir en parler avec ses ami(e)s, ses parents et son entourage, de se trouver confronter à leurs réactions, leur acceptation, leur rejet voire leur isolement ou leur phobie.

Mais bien sûr, l’auteur ne se contente pas d’une histoire basique, puisqu’il va projeter son personnage en prison, où il va vivre un véritable enfer; où cette différence va être l’excuse d’en faire un esclave sexuel. Sur ce point, nous pouvons noter quelques similitudes avec l’admirable roman noir de Karine Giebel, Meurtres pour rédemption. On comprend alors qu’en plus d’être enfermée en prison, enfermée dans une catégorie d’identification sexuelle, elle est avant tout enfermée dans son corps qui n’est pas vraiment le sien.

Là où l’on voit que Jacques Saussey est un admirable conteur, c’est d’apporter un twist final à son roman. En effet, les différentes époques (enfance, adolescence, prison, après-prison) de la vie de Virginie, le personnage principal nous sont présentées alternativement, mais on se demande les raisons de l’attitude de Virginie dans sa dernière phase. On la devine, on a bien des options possibles, mais ce n’est que dans les dernières pages que tout se dévoile.

Nul besoin de dire que les personnages sont fouillés, que la composante psychologique de Virginie est travaillée, approfondie, dévoilée par petites touches; que les autres personnages sont restreintes à leurs exactions au point de ne pas avoir de patronyme.

Un roman difficile, aussi utile à lire qu’un roman sur la Shoah. Un roman qui a injustement reçu trop peu de récompenses.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

Livre

  • Broché:
    • Nombre de pages : 383 pages
    • Editeur : French Pulp éditions (11 octobre 2018)
    • Collection : Roman Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-13: 979-1025104019
    • Prix : 18,00€
  • eBook
    • Format : ePub
    • Editeur : French Pulp éditions (11 octobre 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-13: : 9791025104149
    • Prix : 11,99€

Site internet de l’auteur

http://www.jacques-saussey-auteur.com

Récompenses

Prix Saint Maure en Poche 2017 .

Revues de presse

 
1 commentaire

Publié par le 2019/01/28 dans Roman

 

Étiquettes : , ,

Sandrine Collette – Juste après la vague

Sandrine Collette – Juste après la vague

Sandrine Collette est une auteure à suspense qui surprend ces lecteurs à chaque fois.

Elle ne se cantonne pas à un domaine, à un enquêteur qui reviendrait tout au long d’une série. Elle change sans cesse de concept, d’univers.

Cette fois-ci, elle revient avec un roman à contre-courant sorte de double-thriller en chambre close.

Alors est-ce que Juste après la vague va nous submerger ?

Résumé du livre

Une petite barque, seule sur l’océan en furie. Trois enfants isolés sur une île mangée par les flots. Un combat inouï pour la survie d’une famille. Il y a six jours, un volcan s’est effondré dans l’océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et soeurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n’y a plus qu’une étendue d’eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île. Et l’eau recommence à monter. Les parents comprennent qu’il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l’aide. Mais sur leur barque, il n’y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants. Une histoire terrifiante qui évoque les choix impossibles, ceux qui déchirent à jamais. Et aussi un roman bouleversant qui raconte la résilience, l’amour, et tous ces liens invisibles mais si forts qui soudent une famille.

Avis

Fidèle à elle-même, Sandrine Collette amène le suspense dans des endroits où on s’y attend le moins. Après les vignes (Des nœuds d’acier)  et la montagne (Six fourmis blanches), elle nous pose sur la mer.

Tout commence avec un choix cornélien que doit faire un père : délaisser une partie de ses enfants pour embarquer sur une barque afin de sauver une partie de sa famille de la montée de la mer et la submersion inévitable de l’île qu’ils habitaient, en espérant pouvoir revenir chercher ceux qu’il laisse derrière lui.

Derrière ce roman, Sandrine Collette rend hommage, ou reprend les codes, de classiques comme Sa majesté des mouches de Willima Golding concernant la survie des enfants laissés sur l’île, ou le roman de Raioaoa Tavae Si loin du monde, racontant la dérive d’un polynésien pendant 118 jours. Pour les uns comme pour les autres, c’est une nouvelle vie qui s’ouvre à eux : aller vers de nouvelles terres, ou bien prendre des responsabilités, des décisions.

Et puis, sous couvert d’un roman à suspense, Sandrine Collette passe un message écologique fort. Le réchauffement climatique impacte des populations entières, les forçant à migrer, fuir leurs terres, parfois en urgence.

Alors si ce roman n’est pas à proprement parlé un thriller avec beaucoup d’actions ou de courses poursuite, il n’en est pas moins intéressant par son originalité, sa sensibilité et les questions qu’il soulève.

Enfin, j’ai découvert ce livre au travers de sa version audio : une diction parfaite, une personnalisation de la voix pour chaque personnage, même pour les plus jeunes. On regrettera simplement un léger manque de vitalité.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 304 pages
    • Editeur : Denoël (18 janvier 2018)
    • Collection : Sueurs froides
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2207140687
    • ISBN-13: 978-2207140680
    • Prix : 19.90€
  • Poche
    • Poche: 352 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (20 février 2019)
    • Collection : Policiers
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253237523
    • ISBN-13: 978-2253237525
    • Prix : 7.90€
  • eBook
    • Editeur : Éditions de l’épée(janvier 2018)
    • Langue : Français
    • EAN: 979-1091211673
    • Prix : 9,99€
  • Livre audio
    • Durée : 8 heures et 11 minutes
    • Editeur : Gallimard (9 novembre 2018)
    • ASIN: B07KC66GGQ
    • Prix: 18.99€

Revue de presse

Interview faite par BePolar

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/12/29 dans Roman

 

Étiquettes : ,

13 à table 2019

13 à table 2019

Oyez ! Oyez !

Le « 13 à table » de l’année est disponible depuis le 8 novembre dernier.

Voici un petit cadeau idéal qui en plus est une bonne action.

Résumé du livre

472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre.

Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues.
Quand, à la recherche de l’une d’elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu’un prédateur court les rues de Boston, qui s’assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière…

Avis

Pour cette cinquième édition, les artistes qui prennent part à ce mouvement :

  • Philippe BESSON
  • Françoise BOURDIN
  • Maxime CHATTAM
  • François d’EPENOUX
  • Éric GIACOMETTI
  • Karine GIEBEL
  • Philippe JAENADA
  • Alexandra LAPIERRE
  • Agnès MARTIN-LUGAND
  • Véronique OVALDÉ
  • Romain PUÉRTOLAS
  • Jacques RAVENNE
  • Tatiana de ROSNAY
  • Leïla SLIMANI
  • Alice ZENITER

Pas de critique, si ce n’est de vous rappeler d’acheter pour la bonne cause et pour les bonnes histoires ce livre.

Ce sera aussi l’occasion de découvrir des auteurs dont nous ne sont pas habitués.

La thématique de l’année est la rencontre : voulue, cherchée, inopinée, elle n’est jamais sans conséquence.

Il ne reste qu’une seule rencontre : la vôtre avec ce livre. Alors allez vite chez votre librairie pour le trouver.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Poche: 288 pages
  • Editeur : Pocket; Édition : Edition 2019 (8 novembre 2018)
  • Collection : Best
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266286412
  • ISBN-13: 978-2266286411
  • Prix : 5,00€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/12/21 dans A lire, Policier, Roman

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Collectif – Phobia

Collectif – Phobia

 

Histoire

Dans ce recueil de nouvelles inédites, nos phobies sont disséquées – peur du noir, de la mort, des araignées et même des cons… – et nous lecteurs, sommes malmenés, certes, mais pour la bonne cause !

Nicolas Beuglet, Jean-Luc Bizien, Armelle Carbonnel, Sonja Delzongle, Damiene Leonori , Johana, Gustawson, Nicolas Koch, Mickael Koudero, Chris Loseus, Ian Manook, Eric Maravelias, Maud Mayeras, Olivier Norek, Niko Tackian

Avis

Un commentaire court pour de nombreuses nouvelles courtes.

Une fois encore, ce genre de petit livre nous permet de découvrir des auteurs que nous ne connaissions pas ou que nous n’aurions jamais lu.

Une mention toute spéciale pour le texte d’Ian Manook aux relents de Tontons flingueurs avec la verve d’Audiart : un pur délice.

En plus c’est pour la bonne œuvre.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché: 317 pages
  • Editeur : Editions J’ai Lu (14 mars 2018)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290155039
  • ISBN-13: 978-2290155035
  • Prix : 5,00€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/11/22 dans Fantastique, Roman

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Joël Dicker – La disparition de Stephanie Mailer

Joël Dicker – La disparition de Stephanie Mailer

S’il y a bien un roman dont on a parlé en début d’année, ce fût le livre que je vais vous paler aujourd’hui : La disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker.

Je vous ai déjà fait part d’une critique d’un roman de Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, roman qui avait révélé et qui va bientôt être diffusé dans une adaptation télévisuelle.

Est-ce que ce roman a toute l’originalité du premier, saura-t-il nous séduire de la même façon, ou bien aurait-il fallu aller voir ailleurs ?

Histoire

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer?
Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

Avis

Un point important à préciser, ce nouveau roman de Joël Dicker n’est pas un thriller, ce livre serait à classer dans les romans policiers… voire dans la catégorie des romans « tout court »… et pas dans le rayons des bons romans.

Car si j’avais été séduit par La vérité sur l’affaire Harry Quebert, autant je suis déçu par La disparition de Stéphanie Mailer.

D’une part parce que tant dans la couverture du livre, que dans l’organisation de l’histoire, à sa lecture on a une sensation de déjà-lu, déjà-vu.

D’autre part par ce que l’auteur pour ajouter des pages à son livre multiplie les chapitres flashback de plusieurs pages pour ce qui avait dit à la fin du chapitre ne quelques phrases, ajoute toujours plus de personnages, tous plus caricaturaux les uns que les autres, avec des histoires secondaires qui n’apportent rien à l’histoire principale, au point où parfois je me demandais qui était qui et de qui on parlait par moment. D’ailleurs il semblerait que tant l’auteur que l’éditeur se soient également égarés sur le sujet à la première impression du roman, en se trompant de nom du coupable. Bref du Dostoïevski en moins bien.

Enfin, parce que l’enquête est tout simplement nulle. On a l’impression de voir le Sheriff Rosco de Sheriff fait moi peur enquêter, sans aucune logique et faisant preuve d’un grand manque de professionalisme. L’enquête avance par des découvertes fortuites, des indices tombés du ciel,  sans aucune possibilité au lecteur de découvrir le coupable.

Le seul point fort du roman est que pour le prix vous mettrez du temps à lire ces plus de 600 pages tant l’histoire se tire en longueur, et donc vous aurez au cela pour votre argent.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 640 pages
    • Editeur : Editions de Fallois (7 mars 2018)
    • Collection : FALL.LITTERAT.
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 9791032102008
    • ISBN-13: 979-1032102008
    • Prix : 23,00€
  • eBook
    • Editeur : Editions de Fallois (7 mars 2018)
    • ASIN: B0799P3BMG
    • Prix : 16,99€
  • Livre audio
    • Editeur : Audiolib (6 juin 2018)
    • Collection : Littérature
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2367626901
    • ISBN-13: 978-2367626901
    • Prix : 25,90€

 

Revues de presse

« … mais les pages se tournent toutes seules » France Inter

« « Tout ce qui n’a pas de succès est forcément très bon. » Est-ce un aveu ? Ou Dicker voudrait-il prouver l’inverse ? », Télérama

Interview de l’auteur par Paris Match sur ce livre

« Dans ce nouvel ouvrage, l’auteur suissedémontre toute la force et l’étendue de son talent..« , Cosmopolitain

Présentation sur CultureBox

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/11/08 dans Policier, Roman

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :