RSS

Archives Mensuelles: juillet 2019

Olivier Bal – Le maître des limbes

Olivier Bal – Le maître des limbes

Au salon du livre 2018, ma femme m’avait rapporté un exemplaire dédicacé des Limbes d’Olivier Bal. Malgré quelques petites imperfections, ce premier roman fût une belle découverte, plaisir partagé puisqu’il a été multi-primé.

Un peu plus d’un an après, l’auteur revient avec la suite, Le maître des limbes, qui en quelques mois à peine a déjà reçu autant d’éloges que son prédécesseur, et semble suivre son chemin puisqu’il a déjà remporté le Prix des Géants du Polar 2019.

Avec ce second volet, Olivier Bal a-t-il montrer tous ses talents et s’inscrire comme le nouveau maître du roman fantastique ?

Résumé du livre

Le Maître des Limbes : vos rêves lui appartiennent.
Un roman vertigineux, entre le récit d’espionnage, le thriller et le fantastique,

Que se passe-t-il réellement lorsque vous vous endormez ? Quand vous plongez au cœur de vos rêves, êtes-vous certain de ne pas être manipulé ?
Il existe, aux quatre coins du monde, certains individus dotés d’une incroyable aptitude : ils peuvent contrôler les rêves des autres.
En tentant de percer le secret de nos songes, plusieurs personnages vont faire une découverte qui pourrait changer à jamais le cours de l’histoire.
Lee, une journaliste, enquête sur le virus du Marchand de sable, une étrange épidémie qui ne touche que des enfants.
Gabriel, un adolescent narcoleptique isolé des autres, a la sensation qu’il peut visiter et modifier les rêves d’inconnus.
James, à la tête de l’empire pharmaceutique ONIR, poursuit en secret des expériences débutées trente ans auparavant…
Tandis que la CIA et la NSA se mènent une guerre secrète pour obtenir le contrôle des Limbes, au plus profond de leur sommeil, nos héros devront choisir leur camp. Une bataille se prépare, car qui contrôlera les rêves, contrôlera le monde.

Avis

Tout d’abord, une petite précision mais qui a son importance : Le maître des limbes est bien la suite des Limbes; et même si tous les éléments du premier tome sont rapidement rappelés dans ce second volet, il est préférable de lire ces deux livres dans l’ordre pour en apprécier leur juste valeur.

Je ne sais pas si initialement Olivier Bal avait écrit les deux tomes d’affilée au moment de la publication du premier volet, mais j’ai noté une nette amélioration du style entre les deux livres. En effet, le rythme du récit est beaucoup plus maîtrisé et le livre bien plus agréable à lire. Malgré ses presque 600 pages, il y a très peu de passages lents. Le livre alterne entre les différents points de vue des personnages principaux (alors que dans les Limbes tout s’articulait autour d’un personnage principal James). On profite alors des histoires personnelles, du déroulement du monde réel, des récits oniriques et du monde des limbes.

En exploitant toutes les potentialités spatio-temporelles, sans faire de jeu de mots laids, l’auteur donne une nouvelle dimension tant aux conséquences des manipulations des rêves, des prises de contrôle des dormeurs, qu’au niveau de la guerre de pouvoir pour contrôler le (nouveau) monde. Si au démarrage, on pourrait trouver des points communs avec le roman Sleeping Beauties de Stephen King, Olivier Bal va beaucoup plus loin que le maître de l’horreur, sur certains points, ce Maître des limbes m’ a fait penser à Ubik de Philip K. Dick, mais en plus abordable.

Ce roman ne serait rien sans ses personnages admirablement construits, avec des passés différents, des mentalités tantôt opposées tantôt complémentaires, par moment attachants puis haïssables, ou inversement. Ils sont à l’image du roman tout en faux-semblants et qui s’inscrivent dans un système bien complexe.

Un très grand roman qui confirme les quantités narratives et fantastiques d’Olivier Bal qui espérons-le pour lui saura nous combler dans de futurs romans abordant d’autres domaines.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 572 pages
    • Editeur : De Saxus (11 avril 2019)
    • Collection : Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2378760078
    • ISBN-13: 978-2378760076
    • Prix : 21,90€
  • eBook
    • Taille du fichier : 2347 ko
    • Editeur : De Saxus (11 avril 2019)
    • EAN : 978-2378760199
    • Prix : 12,99€

Revue de presse

« Avec Les Limbes, Olivier Bal avait érigé un antre de la terreur au plus profond des rêves……Le Maître des limbes est encore plus ample, plus ambitieux. », L’Express 17/20

Récompenses

Prix des Géants du Polar 2019

Site Internet de l’auteur

https://www.olivier-bal.com/

Publicités
 

Étiquettes : , ,

Sire Cédric – Vindicta

Sire Cédric – Vindicta

Jusqu’à présent, je n’ai lu que deux livres de Sire Cédric, Avec tes yeux que j’ai particulièrement apprécié, et L’enfant des cimetières qui m’avait quelque peu déçu.

Afin de parfaire mon avis sur cet auteur, je m’en suis remis aux réseaux sociaux qui ne cessent de fleurir d’éloges à propos de son dernier roman Vindicta.

Alors est-ce qu’avec Vindicta allons-nous pouvoir rendre notre verdict ?

Résumé du livre

« On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé.  »

Leur plan semblait sans risque. Le bijoutier ne porterait pas plainte pour ce braquage car son argent est d’origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s’imaginaient avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes. Mais maintenant, l’irréparable est commis et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.

UN FLIC EN CHUTE LIBRE

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d’imaginer que la planque qu’on lui a assignée fera de lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, dans le sillage d’un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.

UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES

Pur instrument de torture et de mort, il n’a pas de nom, pas de visage, l’habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci
pour lui : c’est personnel.

Dans ce thriller crépusculaire, Cédric Sire joue comme jamais avec les nerfs du lecteur jusqu’à l’effroyable twist final et confirme son entrée tonitruante parmi les maîtres absolus du thriller français.

Avis

Bien que bénéficiant d’une forte communauté de lecteurs fans, mes premières expériences de lecture de Sire Cédric m’avait laissé en demi-teinte. Avec Vindicta, Sire Cédric, ou plus exactement Cédric Sire à partir de ce roman, entre dans le clan fermé des grands du thriller.

Si pour vos vacances, ou pour faire oublier que malheureusement vous ne pouvez en prendre, vous cherchez un roman qui vous prenne aux tripes,  Vindicta est fait pour vous.

Ce roman a toutes les composantes d’un grand roman à suspense : des morts à la pelle, des personnages, attachants de par leur fragilité et leur humanité, ou bien avec de fortes personnalités, une intrigue bien ficelée, et un rythme de go fast littéraire, le tout saupoudré de conflits entre services des forces de l’ordre, d’un psychopathe fantomatique et insaisissable.

Là où le sorcier Cédric Sire (jeu de noms avec son ancien nom Sire Cédric, Sire C., Circée) est d’une très grande habileté et devient un nouveau maître du thriller, il nous charme de son chant de conteur meurtrier  comme son homonyme homérien. Peu d’indices sont déposés tout au long du roman (en fait il n’y en a que deux), mais pris dans l’ambiance du roman, tout comme moi, vous risquez de passer à côté sans les remarquer, et alors de profiter d’un formidable final.

Donc c’est avec un grand oui que nous anoblissons Sire Cédric, Cédric Sire, dans le cénacle des maîtres du suspense.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 577 pages
    • Editeur : Metropolis (21 mars 2019)
    • Collection : Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2902324006
    • ISBN-13: 978-2902324002
    • Prix : 21,90€

Site internet de l’auteur

http://www.sire-cedric.com

Revues de presse

« Un polar diabolique, addictif et sans concession« , Le Parisien

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/28 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Jo Nesbo – Macbeth

Jo Nesbo – Macbeth

Pour les habitués de ce blog, vous savez que Jo Nesbo est un de mes auteurs favoris, et plus particulièrement avec la série des Harry Hole.

Il revient avec un roman un peu à part, puisque son héro favori n’est pas de la partie, est qu’il s’inscrit dans une démarche originale : transposer dans un roman noir un classique de la littérature, en l’occurrence Macbeth.

Vais-je enfin trouver un certain plaisir à livre un classique, qui plus est de la littérature étrangère ?

Résumé du livre

Dans une ville industrielle ravagée par la pauvreté et le crime, le nouveau préfet de police Duncan incarne l’espoir du changement. Aidé de Macbeth, le commandant de la Garde, l’unité d’intervention d’élite, il compte débarrasser la ville de ses fléaux, au premier rang desquels figure Hécate, puissant baron de la drogue. Mais c’est ne faire aucun cas des vieilles rancoeurs ou des jalousies personnelles, et des ambitions individuelles. . . qu’attise Lady, patronne du casino Inverness et ambitieuse maîtresse de Macbeth. Pourquoi ce dernier se contenterait-il de miettes quand il pourrait prendre la place de Duncan ? Elle invite alors le préfet et d’éminents politiques à une soirée organisée dans son casino. Une soirée où il faudra tout miser sur le rouge ou le noir. La loyauté ou le pouvoir. La nuit ou le sang.

Extrait

Tombée du ciel, la goutte de pluie brillante traversait les ténèbres vers les lumières chevrotantes de la ville portuaire. Les rafales froides du nord-est la chassèrent vers les lignes de partage de cette ville – dans le sens de la longueur, le fleuve asséché, et, en largeur, le chemin de fer désaffecté. Les quatre quadrants numérotés dans le sens des aiguilles d’une montre ne portaient par ailleurs pas de nom. Pas de nom dont leurs habitants se souviennent en tout cas. Et quand vous rencontriez ces mêmes habitants loin de chez eux et que vous leur demandiez d’où ils venaient, il leur arrivait de prétendre ne pas se souvenir non plus du nom de la ville.

La goutte de pluie brillante se ternit et devint de plus en plus grise alors qu’elle perforait la suie et le poison qui reposaient au-dessus des rues comme un couvercle permanent. Malgré la fermeture des usines les unes après les autres au cours des dernières années. Malgré les poêles que les chômeurs n’avaient plus les moyens de chauffer. Malgré ce vent terrible et capricieux et cette pluie incessante dont certains affirmaient qu’elle s’était mise à tomber un quart de siècle auparavant, quand deux bombes atomiques avaient mis un terme à la dernière guerre mondiale. Autrement dit, à l’époque où Kenneth avait été nommé préfet de police. Vingt-cinq années durant, depuis son bureau du dernier étage du Quartier général, le préfet Kenneth avait exercé d’une main de fer sa tyrannie sur la ville. Qui que soit l’occupant du fauteuil de maire. Quoi que les grands seigneurs de Capitol, la capitale, disent et ne fassent pas pour cette deuxième ville du pays, qui avait naguère été sa principale cité industrielle et qui s’enfonçait désormais dans les sables mouvants de la corruption, des faillites, de la criminalité et du chaos. Et puis, il y avait six mois de cela, le préfet Kenneth était tombé de sa chaise dans sa maison de vacances, et trois semaines plus tard, il était mort. Après des funérailles dignes d’un dictateur, le conseil de la ville et le maire Tourtell étaient allés chercher Duncan, un fils d’évêque au front large, directeur de la brigade dédiée au crime organisé à Capitol, pour faire de lui le nouveau préfet de police. Et ainsi s’étaient allumés les feux de l’espoir au sein d’une population surprise.

Surprenant, ce choix l’était, car Duncan n’était pas un policier pragmatique de la vieille école, il faisait partie de cette nouvelle génération de dirigeants diplômés, partisans des réformes, de l’ouverture, de la modernisation et de la lutte contre la corruption, ce que la plupart des élus de la ville n’étaient pas.

L’espoir des habitants d’avoir enfin obtenu un préfet de police droit, franc et visionnaire, capable de tirer la ville des bourbiers où elle s’enlisait, s’était ravivé quand Duncan avait troqué les anciens directeurs de brigade contre ses propres hommes et femmes, triés sur le volet. De jeunes idéalistes immaculés, qui voulaient véritablement que la ville devienne un meilleur endroit où vivre.

Avis

Si transposer  un classique de la littérature, en l’occurrence Macbeth, dans l’univers du roman noir est à la fois une idée originale et une intention louable, cela ne contraint l’auteur à s’écarter de ses habitudes. Ici, on a à faire à une histoire beaucoup moins dynamique, à moins de réalisme, auxquels j’étais habitué dans la série des Harry Hole. Le style est moins fluide, plus emprunté au point, l’auteur cherchant même à reprendre certaines formulations ou des dialogues de l’œuvre originale.

L’histoire revient toujours à une lutte de pouvoir avec une adaptation moderne de certains caractères (le sorcier devenant le principal fabricant et dealer de drogue), mais les rebondissements, les retournements de situation, en total décalage avec la réalité de notre temps, feraient passer Jo Nesbo comme un mauvais auteur de romans noirs recourant aux clichés et effets sensationnels, alors qu’il ne nous a pas habitué à cela.

Si l’histoire n’est pas à la juste valeur de l’écrivain, les qualités rédactionnels de celui-ci se révèlent tout de même dans la mise en place de l’atmosphère, la création des personnages ou la localisation de l’histoire dans une cité relativement anonyme pour que chacun puisse identifier à la sienne.

Ce livre est donc à réserver aux amateurs d’œuvres classiques curieux de voir ce travail de transposition ainsi qu’aux aficionados de Jo Nesbo pour dire qu’ils ont lu l’intégralité de l’œuvre de cet auteur. Mas pour ceux qui désireraient découvrir ce maître du roman policier, lancez vous dans la série des Harry Hole.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 624 pages
    • Editeur : Gallimard (13 septembre 2018)
    • Collection : Série noire
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2072786053
    • ISBN-13: 978-2072786051
    • Prix : 21,00€
  • eBook
    • Taille du fichier : 1762 ko
    • Editeur : Editions Gallimard (13 septembre 2018)
    • Collection : Série noire
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2072786075
    • Prix : 14,99€
  • Livre audio
    • Durée : 18h10
    • Editeur : Gallimard (8 juillet 2019)
    • Langue : Français, Français
    • ASIN: B07TZ5GHPX
    • Prix : 21,99€

Revue de presse

« Sombre, universel, passionnant dans son interrogation sur la frontière entre le bien et le mal, ce « Macbeth » version 2018 témoigne une fois de plus de la virtuosité de Nesbo » – Le Parisien, Catherine Balle

« L’écrivain norvégien propose une version très personnelle, mais tout aussi funeste, du « Macbeth » du classique dramaturge anglais. « , Le Monde, Abel Mestre

« Le pavé de plus de 600 pages séduira les exégètes du dramaturge britannique comme les simples amateurs de polars, qui apprécient que l’efficacité de l’action ne soit pas sacrifiée à la beauté des mots.  » – Les Echos, Isabelle Lesniak

Site Internet de l’auteur

http://www.jonesbo.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/27 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : ,

Concours de Gruznamur

Le gagnant unique de ce concours dejuillet 2019, tiré au sort, recevra9 romans grands formats neufs et récents. Et pas n’importe lesquels !

Pour tenter de gagner, il vous faut répondre à la questions suivante :

« Qui est le libraire très connu qui a fait part de son enthousiasme à plusieurs reprises à la télévision et à la radio concernant le recueil de nouvellesEcouter le noir ? »

Participation et informations sur le site de Gruznamur: https://gruznamur.com/2019/07/13/concours-juillet-2019-1-gagnant-9-livres-recents-a-gagner/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/14 dans Livres

 

Cinq romans de William Riley Burnett retraduits

Cinq romans de William Riley Burnett retraduits

Les livres de William Riley Burnett ont été souvent été traduits de façon fautive dans la Série Noire (chapitres coupés, paragraphes disparus, etc.). Cette édition de cinq romans essentiels (« The Asphalt Jungle », « Little Men, Big World », « Vanity Row », « Underdog » et « The Cool Man »), sous la direction de Benoît Tadié, a été revue par Marie-Caroline Aubert, heureusement.

Le langage (français) des fifties a été modernisé, les passages éliminés ont été restaurés, et on redécouvre avec bonheur le monde de Burnett, magnifiquement porté à l’écran par John Huston avec « Quand la ville dort ».

Cette nouvelle traduction « rétablit Burnett à un niveau comparable à celui de Hammett ou de Chandler ».

Source : Le nouvel Obs

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/06 dans Evénements

 

Étiquettes :

Les ebooks achetés sur le Windows Store deviennent illisibles

Les ebooks achetés sur le Windows Store deviennent illisibles

Les DRM posent régulièrement des problèmes aux utilisateurs, mais cette fois, la situation est assez improbable : si vous avez acheté des ebooks au sein du Microsoft Store, mauvaise nouvelle : tous seront illisibles dans le mois.

Le Microsoft Store a ainsi récemment fait le choix de fermer ses portes, notamment par manque de popularité et des questions de rentabilité. Seulement un problème se pose : la suppression de la partie commerciale du site s’accompagne également de la fermeture du serveur DRM qui gère les accès aux contenus.

Ainsi, les utilisateurs qui ont acheté des eBooks sur le Microsoft Store par le passé ne pourront plus accéder à leurs livres puisqu’il sera impossible de valider leur licence DRM.

Source : GenerationNT

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/03 dans Evénements, Liseuses

 

Étiquettes : ,

Rognar Jonasson – La dame de Reykjavik

Rognar Jonasson – La dame de Reykjavik

Si vous êtes un habitué de ce blog, vous savez que tous les matins j’écoute un livre audio sur le chemin de mon travail.

J’ai remarqué qu’alors j’avais une conduite plus décontractée, plus cool que si j’écoutais de la musique. Cette fois-ci je m’en remets à La dame de Reykjavik de Rognar Jonasson.

Ai-je bien fait ou aurais-je croisé ma dame blanche ?

Résumé du livre

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.

La perspective de la retraite l’affole. Tout ce temps et cette solitude qui s’offrent à elle, c’est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu’elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.
Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n’a que quinze jours devant elle. Mais l’enquête sur la mort d’Elena, une jeune russe demandeuse d’asile, bâclée par un de ses collègues, va s’avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques ?

Avis

La dame de Reykjavik de Rognar Jonasson est à l’image des romans policiers islandais : classique, lent et humain.

Il s’inscrit dans la pure tradition des whodunit où l’enquête se déroule tranquillement. D’ailleurs le rythme est une composante marquante des romans islandais, à croire que toute la vie est comme paralysée par la neige, même en période estivale.

La grande force de roman se situe plutôt dans le personnage principale, cette policière à la veille de la retraite, à qui l’on retire du jour au lendemain tous ses dossiers, et qui se jette corps et âme dans une dernière affaire, un cold case. Son regard sur sa carrière, l’évolution de son métier, les sacrifices consentis, mais également la peur de sa nouvelle vie.

Ayant découvert ce livre dans sa version audio, si la lectrice a une diction parfaite, elle a trop tendance à jouer le texte au détriment de laisser une part d’imagination au lecteur.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché
    • Broché: 320 pages
    • Editeur : La Martinière (7 mars 2019)
    • Collection : Fiction
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2732488410
    • ISBN-13: 978-2732488417
    • Prix : 21,00€
  • Livre numérique
    • Taille du fichier : 3608 ko
    • Editeur : La Martinière (7 mars 2019)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2732488424
    • Prix : 10,99€
  • Livre audio
    • Durée : 7h22
    • Editeur : Lizzie (14 mars 2019)
    • EAN: 9791036604010
    • Prix : 16,95€

Revue de presse

 » L’inspectrice islandaise Hulda Hermannsdóttir est la meilleure héroïne tragique que nous avons lue depuis longtemps.  » The Times

Site Internet de l’auteur

https://ragnarjonasson.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/07/01 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :