RSS

Archives de Catégorie: Thrillers

Les livres qui vous tiennent en haleine du début à la fin… du moins sur le papier

Sebastian Fitzek : Mémoire cachée

Sebastian Fitzek : Mémoire cachée

J’avais découvert cet auteur allemand en 2015 avec Le voleur de regard qui nous avait laissé un peu sur notre fin, mais qui pour un premier roman promettait un auteur à succès.

Pour vérifier ce point, je me suis lancé dans l’écoute, donc l’audio livre, de la Mémoire cachée qui est présenté comme une œuvre marquante et aboutie de Sebastian Fitzek.

Est-ce que Mémoire cachée va nous cacher dans notre mémoire notre première impression mitigée.

Résumé du livre

Berlin, de nos jours. Un homme se réveille dans un abri sous le métro. Il a été blessé par balle à l’épaule. Il ne sait pas ce qu’il fait là. Il ne se rappelle pas qui il est. Seul indice, ce prénom tatoué dans la paume de sa main droite : Noah.
C’est en découvrant, dans un journal, la photographie d’un tableau qu’il a un déclic ! Ce tableau, c’est lui qui l’a peint. Il décide alors de contacter la journaliste, prénommée Céline.
À son côté, Noah recouvre peu à peu sa mémoire, pour le meilleur… mais surtout pour le pire ! Un groupuscule extrémiste, persuadé que la Terre est trop peuplée, a inoculé à l’ensemble de la population mondiale un effrayant virus.
Aujourd’hui, ils vont l’activer. C’est alors le début d’une course contre la montre pour Noah et Céline. Le temps est compté avant que des milliards d’êtres humains ne soient atteints par cette pandémie sans antidote connu.

Avis

Le début de ce livre nous fait penser à L’armée des douze singe de Terry Gilliams ou La Mémoire dans la peau, de Robert Ludlum : un homme se réveille et ne se souvient plus de rien, même pas de qui il est, Si l’introduction de ce livre n’est donc pas original, elle a le mérite de positionner à égal le lecteur et le héros, et par conséquent de rapidement nous plonger dans l’histoire. Histoire qui va filer à 100 à l’heure dans l’univers de l’espionnage, des consortiums industriels surpuissants et des idéologues extrémistes. Ce qui est dommage c’est que la 4ème de couverture dévoile énormément de la « mémoire cachée » et gâche un peu le plaisir de la découverte pas à pas (page après page) de la vérité.

En d’un thriller d’esionnage, l’auteur aborde un sujet épineux : la folle consommation des pays riche par rapport aux ressources naturelles, les impacts sur l’environnement et le délaissement des pays pauvres. Comme Sebastian Fitzek le rappelle en épilogue, les arguments chocs et choquants ne sont fournis que dans le cadre du scénario du livre et n’ont pour but que de nous faire réfléchir sur notre attitude avec la Terre.

Côté écriture, le style s’est nettement amélioré, beaucoup plus fluide, plus rythmé, mais le principal de l’auteur défaut que j’avais déjà noté dans Le voleur de regard est la répétition. A plusieurs reprises sont rabâchés les arguments sur le sujet environnemental, étant assez conséquentes donnent une sensation de redite.

Enfin, pour la version audio, la lecture est bien sur impeccable et bien que le lecteur ne prenne pas d’intonation particulière pour chaque personnage, de par le récit, leur distinction se fait naturellement. Le seul désagrément de cette version audio est le fond sonore : c’est comme si le micro était positionner au fond d’une boîte, la voix a une certaine résonance désagréable au départ, l’effet s’estompe au fur et à mesure.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 400 pages
    • Editeur : Archipel (16 mars 2016)
    • Collection : Suspense
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2809818444
    • ISBN-13: 978-2809818444
    • Prix : 24,00€
  • Livre au format poche
    • Broché: 640 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (8 mars 2017)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253086479
    • ISBN-13: 978-2253086475
    • Prix : 8,60€
  • eBook
    • Langue : Français
    • Editeur : Archipel (6 mars 2013)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2809818635
    • Prix : 7,99€
  • Livre audio
    • Durée : 15 heures et 41 minutes
    • Editeur : Audible Studios
    • Date de publication : 27 avril 2016
    • Lu par : Alexandre Donders
    • Langue : Français
    • ASIN: B01E433VI6
    • Prix : 24,95€

Revues de presse

« Sans doute son thriller le plus apocalyptique. Âmes sensibles s’abstenir. », Stéphanie Lohr, Ici Paris.

Site de l’auteur

http://www.sebastianfitzek.de

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/24 dans Espionnage, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Stephen King – Fin de ronde

Stephen King – Fin de ronde

Avec Fin de ronde s’achève une trilogie tendance « hard boiled » amorcée en 2015 avec Mr Mercedes, poursuivie l’année suivante avec Carnets noirs.

Rares sont les publications de Stephen King en plusieurs tomes : seules La tour sombre et le roman feuilleton La ligne verte ont eu le droit à cet honneur.

Alors si les premiers tomes de la série Mr Mercedes nous avons laissé un peu sur notre fin (et faim), est-ce que cette Fin de ronde boucle la boucle de manière magistrale ?

Résumé du livre

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau. Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi…

Avis

Avec la série des Mr Mercedes Stephen King délaisse la monde du fantastique et de l’horreur pour s’aventurer dans l’univers du roman policier. Les deux premiers tomes (Mr Mercedes et Carnets noirs) ont montré que contrairement à ce que l’on pense, le genre littéraire du roman policier et du thriller est un genre à part qui n’est pas donné à tout le monde.

Stephen King se rattrape avec Ronde de minuit dans lequel on retrouve les points clés d’un bon roman policier (sans pour autant arriver au niveau du thriller. Côté personnages on a bien sur un policier mal en point, une assistante originale, voire légèrement déjantée, un tiers avec des talents particuliers et un méchant plutôt mentalement pervers.

Du point de vue de la rédaction, on retrouve un Stephen King en grande forme : le style est impeccable de fluidité, où les détails sont réduits au minimum mais font à chaque fois mouche pour stimuler l’imaginaire du lecteur. L’alternance entre le point de vue de Bill Hodges et celui de Brady Hartsfield tient le lecteur en haleine.

Mais la particularité de ce lire est que, si Stephen King s’aventure dans le roman policier, il revient à ses premières amours. En effet, les agissements de Brady Hartsfield font intervenir la télékinésie nous fait penser à son premier roman Carrie, quant au média à Cellular. Mais cette originalité, cette combinaison de genres, marche bien et plaira aux amateurs… un peu moins pour les puristes.

Un bon roman qui clôt admirablement la série.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 423 pages
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226328718
    • ISBN-13: 978-222632871
    • Prix : 22,50€
  • eBook
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226422729
    • Prix : 9,99€
  • Livre audio
    • Durée : 14 heures et 3 minutes
    • Editeur : Audiolib (19 avril 2017)
    • Lecteur : Antoine Tomé
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2367623580
    • Prix : 22,10€

Revues de presse

« Avec « Fin de ronde », Stephen King cogne.« , François Angelier, Le Monde

 » Une astuce de conteur, un truc de magicien, une « réinitialisation » ludique du croquemitaine, qui permet à l’auteur d’exprimer son inquiétude vis-à-vis de notre monde hyper connecté« , Cécile Mury, Télérama (TT)

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/22 dans Fantastique, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Bernard Minier – Une putain d’histoire

Bernard Minier – Une putain d’histoire

Au moment de faire la critique de Nuit, je me suis aperçu que je n’avais pas fait la critique du livre Bernard Minier Une putain d’histoire.

Vous pourriez me dire que la revue de ce livre n’est plus d’actualité car depuis, il est même disponible au format poche. Bien au contraire, il est intéressant de voir cette particularité chez Bernard Minier, car c’est un roman qui ne met pas en scène son héros favori Martin Servaz et qui ne prend pas place en région toulousaine.

Alors finalement, est vraiment Une putain d’histoire que nous sert Bernard Minier ?

Résumé du livre

Une île boisée au large de Seattle…

« Au commencement est la peur.
La peur de se noyer.
La peur des autres,
ceux qui me détestent,
ceux qui veulent ma peau.
Autant vous le dire tout de suite :
Ce n’est pas une histoire banale. Ça non.
c’est une putain d’histoire.
Ouais, une putain d’histoire… »

Extrait

Le 22 octobre 2013, vers 5 h 45 du soir (il faisait déjà presque totalement nuit), elle m’a dit :
«Henry, je veux qu’on fasse un break.»
C’est là, sans doute, que tout s’est joué. En dernière analyse, ce sont ces moments-là qu’on retient toujours. Ils sont comme des jalons de nos existences, comme des phares le long d’une côte. C’est en tout cas là que je l’ai perdue – au sens propre comme au sens figuré.
Je suppose que commencer cette histoire à bord d’un ferry est assez logique, non ? J’ai vécu sept ans sur une île boisée au large de Seattle. Et il ne se passe pas un jour sans que je pense à elle. Le lieu ? Quelque part entre Anacortes, sur la côte du Nord-Ouest Pacifique, et Glass Island – à bord de l’Elwha. Le moment ? Une nuit tumultueuse, une nuit pleine de fureur et de ténèbres – une véritable nuit de tempête.
Il faisait un froid glacial, ce soir-là, je m’en souviens, la pluie des îles tombait à seaux renversés et, au-delà des lumières du ferry, dans le noir, on entendait la mer gronder comme une bête perpétuellement affamée et courroucée. A cause du vacarme infernal des huit mille chevaux-vapeur et des rafales de vent hurlant à nos oreilles, elle avait élevé la voix. J’ai fait de même :
«QUOI ? Qu’est-ce que tu racontes ?»
Elle a battu des cils, baissé les yeux, les a relevés.
«Je sais que j’aurais dû t’en parler plus tôt mais…
– Parler de quoi ? ai-je dit. Naomi, parler de quoi ?» Avec ce foutu boucan, j’étais obligé de hurler, moi aussi, pour me faire entendre.
Le ferry tanguait, nous contraignant presque à danser sur place. Nous nous trouvions sur le pont inférieur ouvert à tous les vents, près des voitures, alors que les autres passagers étaient douillettement assis là-haut, bien au chaud dans les ponts supérieurs fermés, à se raconter leur journée.
C’était Naomi qui avait tenu à descendre ici. À croire qu’elle ne voulait pas qu’on nous voie ensemble…
«Henry, je veux qu’on fasse un break. Une pause… pendant un moment… Le temps d’y voir plus clair. Il est arrivé quelque chose. J’ai besoin de réfléchir.. J’ai besoin de… comprendre…
– Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? Comprendre quoi ?»
Je ne comprenais rien, en ce qui me concernait. Le vent a soulevé la petite mèche brune qui émergeait de sa capuche. Elle a levé les yeux, les a posés sur moi.
«Henry, j’ai découvert la vérité.»
Elle a planté son regard dans le mien. Naomi a – avait – des yeux améthyste, avec des nuances myosotis et lapis-lazuli, un cercle plus sombre, presque noir, autour de l’iris, et une cornée opaline : des yeux de chat.
«Quelle vérité ?» j’ai demandé.
J’ai été pris d’un vertige. Ma tête s’est mise à tourner.
«J’ai découvert qui tu es.»
Voilà. Ça a commence comme ça.
Une séparation – comme il y en a des millions chaque année à une époque où tout le monde veut le bonheur sans en payer le prix. Nous avions seize ans, cet automne-là.
«Qui je suis ? Mais bon Dieu, de quoi est-ce que tu parles ?»
Cette fois, elle n’a pas répondu.

Avis

Au travers de ce roman, Bernard Minier veut entrer dans la cour des grands.En abandonnant son héros fétiche, Martin Servaz et en positionnant son histoire en Amérique et non pas en région toulousaine, l’autre montre qu’il peut imaginer une histoire en dehors de son domaine de prédilection.

Non seulement,il tente l’exercice mais il réussit l’essai…et détrônerait même certains maîtres en la matière en amenant une histoire originale, tarabiscotée mais solide, pleine de rebondissements et d’actions qui tiendront en haleine le lecteur tout au long des 500 et quelques pages. L’originalité provient essentiellement des personnages qu’il met en scène : des adolescents, catégorie largement délaissée en dehors des romans adolescents ou pré-adultes. Dans l’aspect enquête cela ma fait penser (de loin) au Club des 5,dans une version modernisée, plus musclée et sous speed pour l’enchaînement effréné de leur investigation.

L’écriture de Bernard Minier a muri, je la trouve plus fluide, plus rythmée où l’auteur pose de nombreux pièges qui ne pourront être tous évités même par les lecteurs aguerris de thrillers.

Au final, en changeant de style, de personnages, de lieux, Bernard Minier s’est révélé en vrai maître de thriller. Il ne lui restera plus qu’à montrer qu’il sait transposer ses talents dans la série des Martin Servaz.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 524 pages
    • Editeur : XO (23 avril 2015)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 284563756X
    • ISBN-13: 978-2845637566
    • Prix : 21,90€
  • Poche
    • Poche: 600 pages
    • Editeur : Pocket (12 mai 2016)
    • Collection : Pocket thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266267779
    • ISBN-13: 978-2266267779
    • Prix : 8,20€
  • eBook
    • Editeur : Pocket (12 mai 2016)
    • Collection : Pocket thriller
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2266267779
    • Prix : 13,99€

Récompenses

Prix Polar francophone de Cognac (2015)

Revues de presse

« Un polar français digne de Stephen King […] C’est intense, diablement efficace et franchement jouissif jusqu’au bout. […] Un sacré bon roman ! » Olivier Bureau, Le Parisien

« Une putain d’histoire est un putain de livre ! Amateurs de sensations fortes, ne cherchez pas plus longtemps, voici le polar de l’année.[…] Bernard Minier est littéralement bluffant. » Bernard Lehut, RTL

« Un livre captivant jusqu’à la toute fin où, dans une scène à la « Fantômas », le vrai méchant tombe le masque avec un rire démoniaque. » Julie Malaure, Le Point

Site Internet de l’auteur

http://www.bernard-minier.com/

Sur lequel vous pourrez trouver de nombreuses revues de presse sur ce livre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/20 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Ca – Le film

Ca – Le film

Même si la bande annoncée est sortie il y a déjà quelques temps, pour les retardataires,je vous la partage.

Sortie au cinéma le 20 septembre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/14 dans Evénements, Horreur, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Camilla Grebe – Un cri sous la glace

Dans mes découvertes de Mars 2017, je vous suggérais de lire Un cri sous la glace de Camilla Grebe.

Avant de me relancer dans la lecture de livres de presse pour ma librairie favorite, par ce livre je vais découvrir une nouvelle auteure qui est présentée comme la nouvelle reine suédoise du thriller.

Suite à la lecture de ce livre, allons nous crier eurêka d’avoir trouver une nouvelle Camilla Läckberg ou au contraire ce livre nous laissera de glace ?

Histoire

Avez-vous déjà perdu la tête par amour ?

Emma, jeune Suédoise, cache un secret : son patron Jesper, qui dirige un empire de mode, lui a demandé sa main. Mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle. Deux mois plus tard, Jesper disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée. Personne ne parvient à l’identifier.

Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul problème, ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

Dans un Stockholm envahi par la neige, un double récit étourdissant prend forme. Chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombre. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?

Avis

N’y allons pas par quatre chemins, je ne comprends pas, mais vraiment pas du tout les compliments des revues de presse que l’on peut trouver à propos de ce livre.

Avant tout, ce n’est ni un roman policier ni un thriller psychologique, mais un roman à l’eau de rose au point où l’on se demande si on n’est pas en train de lire un livre d’une autre collection . Quel que soit le sexe des personnages, leur principale préoccupation est leur vie sentimentale et affective, de savoir pourquoi l’autre les a quitté(e); ou bien de se larmoyer sur leur enfance misérable. Et au cas où le lecteur n’aurait pas compris, l’auteure répète plusieurs fois l’histoire de chacun.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est tellement maigre et sans aucune surprise que je n’en parlerai même pas…. ou disons pas plus.

Quant au rythme du livre, c’est plat, sans aucun relief sauf le final qui nous réveille de cette léthargie de lecture.

Ce qui est dommage car le style d’écriture de Camilla Grebe est plutôt fluide et la description de la vie suédoise intéressante.

Notation

Histoire star_half_off_32
Écriture star_half_off_32
Durée de lecture star_half_off_32
Prix star_half_off_32

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 448 pages
    • Editeur : Calmann-Lévy (1 février 2017)
    • Collection : Suspense Crime
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2702160212
    • ISBN-13: 978-2702160213
    • Prix : 21,90€
  • eBook
    • Editeur : Calmann-Lévy (1 février 2017)
    • Collection : Suspense Crime
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2702159743
    • Prix : 15,99€

Revue de presse

« Un polar psychologique subtil et prenant [… ] au final renversant digne de Gillian Flynn. », François Lestavel, Paris Match.

« La romancière de 48 ans sort son premier et formidable polar en solo dans 22 pays.», Marianne Payot, L’Express. 

«  Un thriller psychologique subtil. […] On peut donc compter sur Camilla Grebe pour une jouissive manipulation de son lecteur, qui atteint ici un sommet… des plus pervers.  »
Marie Chaudey, La Vie.

«  Camilla Grebe admire l’Américain Dennis Lehane. On s’en serait douté.  », Challenges

«  Un roman captivant autant par son intrigue angoissante que par la profondeur de personnages ambivalents aux prises avec les aspects les plus sombres de l’amour.  », Patrick Beaumont, La Gazette Nord-Pas-de-Calais/Picardie

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/12 dans Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Bernard Minier – Nuit

Bernard Minier – Nuit

Depuis 12 mois, Bernard Minier est coutumier de notre blog puisqu’en plus de participer à 13 à table, de voir une adaptation de Glacé à la télévision, cet auteur tient l’allure d’un roman par an?

Après une incursion dans un polar très noir (et très bon) avec Une putain d’histoire, Bernard Minier remet au service son policier préféré Martin Servaz pour une troisième aventure avec son ennemi en titre : Julian Hirtmann.

Alors est-ce que Nuit est-il un bon roman policier, bien noir, qui ne nuira pas à la série ?

Résumé du livre

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.

L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Avis

Il y a des auteurs qui malmènent leur héros et qui les usent jusqu’à la corde. Tout comme Jo Nesbo avec Harry Hole, Bernard Minier n’épargne pas Martin Servza dans nuit. Il bât même un record de vitesse quant à le mettre quelques sur la touche dès le quatrième tome.

Un point positif au crédit de Bernard Minier est l’évolution de son personnage. Loin de le cantonner dans une routine et un fonctionnement prédéfini, dans Nuit, l’auteur fait évoluer la psychologie de son héros : plus sombre, plus solitaire au point de délaisser son équipe. Cependant, et cette fois-ci gros point négatif à l’auteur, dans ce roman, en rendant Martin Servaz plus solitaire, il ne compense pas le délaissement de son équipe. S’il l’affuble d’une collègue suédoise, celle-ci est totalement insipide par rapport aux membres de son équipes hauts en couleurs, et n’apporte que peu de chose à l’histoire.

Pour ce qui est de l’histoire, il n’y a pas vraiment de surprise, elle est plutôt linéaire, et les effets de dernières pages sont assez convenus. Cette fois, l’auteur ne nous sommet pas une intrigue dont il faut trouver la solution, mais un thriller, un histoire noire, dont nous sommes pris à témoin…. sans doute un héritage de son précédent roman Une putain d’histoire.

En dehors de cela, ce roman policier est agréable à lire, l’auteur installe une belle ambiance et varie le rythme de son roman au fil des pages. L’écriture est toujours aussi fluide et les références musicales ne se limitent plus à Mähler qui rencontre peu d’amateurs dans son lectorat.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 525 pages
    • Editeur : XO (21 février 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10 : 2845638272
    • ISBN-13 : 978-2845638273
    • Prix : 21,90€
  • eBook
    • Editeur : XO (21 février 2017)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2845639164
    • Prix : 13,99€

Site Internet de l’auteur

http://www.bernard-minier.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/10 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Terry Hayes – Je suis Pilgrim

Terry Hayes – Je suis Pilgrim

Il y a des romans qui ont une très bonne publicité, un très grand succès, de très bons retours des lecteurs, et dont, par hasard de la vie, nous ne pouvons pas lire par manque de temps, ou priorités littéraires.

Je suis Pilgrim de Terry Hayes fait partie de ces livres : dès sa sortie je l’avais remarqué sur les étales des libraires, puis à force de repousser sa lecture, il est sorti au format poche, et ce n’est finalement qu’en brocante que je me le suis procuré décidé de me lancer dans sa lecture…. quelques mois plus tard.

Est-ce que Je suis Pilgrim est-il méritait ce véritable pèlerinage jusqu’à ma table de chevet ?

Histoire

Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultra-secret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d’un individu qui n’existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d’élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l’anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d’agent secret va bientôt le rattraper…

Avis

Lorsque l’on parle de roman d’espionnage, nous avons en tête Tom Clancy et son Jack Ryan ou un Jeff Abbott et son Sam Cappra, on s’attend surtout donc un héro affrontant énormément d’actions.

Je suis Pilgrim de Terry Hayes se situe à un autre niveau : certes l’action est au programme, mais elle n’est pas la composante principale du livre. Elle en est un moyen ou une conséquence, mais pas l’essence. Terry Hayes donne la part belle à la mécanique de l’espionnage, explique les différentes rouages qui viennent s’imbriquer pour faire l’histoire…. sans que cela soit lassant, un véritable tour de force. Il montre aussi que l’espionnage traditionnel, le ROUHM (Renseignement d’Orgine HUMaine) peut pallier aux limites des plus grandes technologies comme Echelon.

Là où l’on voit que Terry Hayes est un scénariste averti (il a collaboré par exemple à la scénarisation des Mad Max) c’est dans le façonnage de l’intrigue : cette fiction embarque des éléments réels comme les attentats des tours jumelles de New York. Nous n’avons plus l’impression de lire une fiction, mais un livre documentaire, une enquête d’investigation.

De plus, Terry Hayes n’oublie pas de forger ses personnages avec de solides bases, tant dans leur histoire personnelle, leur vécu, leur psychologie. Il distille tout au long de l’histoire des éléments sur ceux-ci qui expliquent leurs décisions ou leur motivation.

Et pour parfaire le tout, le style (et donc la traduction de Sophie Bastide-Foltz) est excellent :  plus soutenu que ce à quoi nous sommes habitués, le style est très fluide et fait passer ce pavé pour un roman traditionnel.

Si vous n’avez pas lu de roman d’espionnage depuis longtemps, alors n’hésitez pas longtemps, jetez vous à cœur perdu dans Je suis Pilgrim.

Notation

Histoire star_half_off_32
Écriture star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Live
    • Broché: 600 pages
    • Editeur : JC Lattès (2 avril 2014)
    • Collection : Thrillers
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2709645807
    • ISBN-13: 978-2709645805
    • Prix : 22.90€
  • Livre de poche
    • Broché: 912 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche; Édition : Le Livre de Poche (1 avril 2015)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253001678
    • ISBN-13: 978-2253001676
    • Prix : 8,90€
  • eBook
    • Editeur : Lattès
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • AN : 978-2709645461
    • Prix : 8,99€ (incroyablement plus cher que la version de poche)

Récompenses

 

 
1 commentaire

Publié par le 2017/04/09 dans Espionnage, Policier, Thrillers

 

Étiquettes : ,