RSS

Archives Mensuelles: octobre 2012

Bernard Werber – La troisième humanité

Jel n’avais pu de  Berand Werber depuis au moins une décennie. Certainement depuis la fois  où je m’étais disputé avec son attachée de presse au Salon du Livre. Elle avait eu la bonne idée d’organiser une séance de dédicace « privée ». En fait il fallait venir le matin venir retirer une invitation pour l’après-midi. Mais au niveau du stand, cela n’était pas ndiqué. Nous étions des dizaines à avoir attendu, et être refoulés le oment venu. Après plusieurs minutes de pourpaler, j’ai réussi à atteindre le Saint Graal… parce que j’avais fourni une lingette pour nettoyer les lunettes à Bernard Werber lui-même.

Bref, autant dire que je ne suis pas un fan inconditionnel de Bernard Werber, bien qu’ayant fortement apprécie la trilogie des Fourmis à l’origine du succès de l’auteur.

Cette Troisième humanité a une tendance forte de science fiction. Bernard Werber d’origine scientifique devrait amené une hard-scif bien étayée.

Alors Troisième humanité ou inhumanité littéraire ?

Histoire

Nous sommes à l ère de la deuxième humanité.
Il y en a eu une avant.
Il y en aura une… après.

En Antarctique, le paléontologue Charles Wells et son expédition découvrent, tout au fond d un lac souterrain, les restes de squelettes humains d environ 17 mètres de long.

A Paris, le projet d étude de son fils David sur le rapetissement humain est sélectionné par un tout nouveau programme de recherches, consacré à « l évolution de notre espèce».

Wells père a retrouvé l ancienne humanité, Wells fils entrevoit la prochaine humanité, mais ils sont loin encore de savoir la vérité.

C est grâce au soutien et à la passion amoureuse d une femme, Aurore Kammerer, spécialiste dans la connaissance des Amazones, que sera révélé le plus surprenant des secrets et réalisée la plus folle des expériences, modifiant à jamais l avenir des générations futures.

Avis

J’ai un avis plutôt mitigé concernant le dernier roman de Bernard Werber.
Tout d’abord, une bonne surprise, avec plusieurs idées originales : faire parler la terre qui se confie et revient sur son histoire, donner une explication fantaisiste mais très littéraire sur l’origine de l’homo sapiens. Cela commence donc bien. En plus, le rythme de l’histoire est plutôt soutenu, et le suspense est déjà présent. On y trouve même de l’humour et des clins d’œil à ses œuvres passées.

Mais, et il y a malheureusement énormément de mais :

  • les évènements périphériques n’ont aucune originalité, et sont même calquées sur l’histoire mondiale de ces dernières années. Que l’auteur veuille montrer que l’Homme ne tire pas enseignement de ses erreurs passées est une chose, mais que cela soit exactement identique en est une autre,
  • le hard-scifi tant attendu est presqu’absent. Certaines théories scientifiques exploratrices sont à peine esquissées, ne sont pas utilisées à leur juste potentiel,
  • les répétitions sont nombreuses, le rythme de l’histoire est irrégulier et certaines facilités littéraires prises (le copier/coller de la recette du cassoulet) qui tentent à perdre le lecteur au fur et à mesure des pages,
  • les erreurs inacceptables. Les Emachs sont censés être 10 fois plus petits que les humains. 900 d’entre eux sont censés vivre dans 100m², dans des constructions n’ayant pas pas d’étage (au départ), et toute la place pour faire de la culture, pratiquer des loisirs sportifs…. Si l’on fait la comparaison on aurait en moyenne 11m² par personne pour faire la même chose.

Et pour parachever la déception de cette retrouvailles avec Bernard Werber, on apprend en fin de livre que ce livre n’est que le premier tome d’une trilogie.

Franchement, je ne sais pas si j’aurais le courage de lire le second tome.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 550 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (3 octobre 2012)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226244220
  • ISBN-13: 978-2226244222
  • Prix : 22.90€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/30 dans Science-Fiction

 

Étiquettes : ,

Découverte de Yummy Magazine

Yummy Magazine

Comment vous présentez ce magazine d’un genre nouveau ? Tout simplement en reprenant la présentation du concept donnée sur le site Internet de Yummy Magazine.

Yummy Magazine est le magazine gratuit, collaboratif et électronique des blogueuses culinaires.
Un magazine que nous allons créer ensemble, saison après saison. Chroniqueuses et blogueuses partageront ses colonnes afin de proposer toujours plus de recettes de cuisine gourmandes, saines, créatives … Liste non exhaustive ! 😉
Nous vous invitons donc, via ce site, à proposer vos meilleures recettes sur les thèmes définis dans le sommaire de chaque numéro. A l’issu du délai de dépôt, certaines recettes seront choisies pour être publiées dans les pages du magazine.
Fruit de saison, Légume de saison, Cuisine monochrome (recette à dominante de couleur), Zoom sur … et Cuisine Express seront des dossiers récurrents à chaque numéro. Au sommaire également, vous découvrirez les recettes créées spécialement pour le magazine par la Yummy Team, ainsi que quelques surprises et exclusivités.
Présenté sous une forme pratique, valorisé par une mise en page appétissante, Yummy Magazine se veut devenir une source d’inspiration, d’informations et un espace de partage.
Le magazine sera édité tous les deux mois, dans un format optimisé pour la lecture à l’écran et les tablettes type IPad.

Mais le plus drôle est la façon par laquelle j’ai découvert ce magazine. en parcourant des sites pirates de livres numériques. Comme quoi le hasard fait bien les choses.

par contre, force est de constater que l’union fait la farce, euh la force, et que le magazine a toutes les qualités d’un magazine payant : originalité des recettes, une belle mise en page; mais en plus il n’y a pas de publicité. Que du bonheur pour les lecteurs amateurs de la bonne chaire. On dévore chaque nouvelle publication (déjà 11).

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/27 dans Blogs, Cuisine

 

Bruxelles menace la France sur la taxation des eBooks

En juillet, la Commission européenne a mis en demeure la France pour avoir harmonisé le taux de TVA appliqué aux livres électroniques à celui des livres en papier, à 7%. Bruxelles vient, suite à cela, d’envoyer un avis motivé à la France pour que le gouvernement fasse repasser le taux de TVA de l’eBook à 19,6%. La situation est la même au Luxembourg, où la taxe appliquée est même de 3%, et ce peu importe depuis quel pays est effectué l’achat. Et si les deux pays ne réagissent pas rapidement (dans un délai d’un mois), à Bruxelles sera saisie la Cour de justice de l’Union pour les y obliger.

La Commission européenne reconnaît qu’il existe un vrai problème de disparité de la taxation du livre en Europe. Pour exemples, le livre physique n’est pas taxé au Royaume-Uni, alors que l’eBook est taxé à 20%, en Allemagne, c’est 7% pour le livre papier et 19% pour l’eBook, et en Italie, 4% pour le livre physique et 21% pour le numérique. Et ce dans un contexte où tout le monde s’accorde à dire qu’il faudrait encourager le livre numérique, dont le frein à l’adoption le plus souvent cité est un prix de vente trop proche des versions papiers. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti déclare à ce titre : « La TVA sur le livre numérique doit immédiatement être alignée sur celle du livre imprimé, en dépit de la procédure d’infraction de la part de Bruxelles. La France maintiendra et défendra sa position, car elle est dans la logique de l’avenir numérique des industries culturelles« .

Et alors qu’en janvier 2013, la France prévoit de baisser le taux de TVA du livre papier et numérique à 5,5%, Bruxelles voudrait que l’eBook soit taxé à 19,6% dans les jours qui viennent. Le bras de fer est engagé…

 

Source : PCWorld

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/25 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , ,

Tests des Kobo Glo & Mini

Vous trouverez ici les liens vers 2 sites ayant réalisé de très bon tests sur les 2 dernières sorties de chez Kobo.

Test du Kobo Glo Test du Kobo Mini
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/24 dans Critiques en ligne

 

Étiquettes : , ,

iBooks 3.0 vient se sortir

 

iBook 3.0 pointe donc le bout de son nez juste après la sortie d’iBooks 2.2, qui était principalement là pour se caler avec le lancement d’iOS 6.

 

 

Dans cette nouvelle version, Apple annonce :

  • La possibilité de retrouver ses livres achetés sur l’iBookstore, disponibles dans iCloud, directement sur votre étagère dans iOS 6.
  • Une amélioration de la synchronisation iCloud, vous permettant de reprendre la lecture là où vous vous êtes arrêté.
  • Le défilement de vos livres de haut en bas, en faisant simplement glisser votre doigt à l’aide du thème de défilement. Ce qui signifie que vous n’aurez plus besoin de « changer de page », si toutefois vous n’aimez pas tourner les pages. Vous disposez tout de même d’un sommaire à droite pour vous déplacer plus aisément.
  • Réception gratuite des mises à jour pour les livres achetés, comme de nouveaux chapitres, des corrections et toute autre amélioration.
  • Possibilité de rechercher la définition de mots en français, allemand, espagnol, japonais et chinois simplifié avec iOS 6.
  • Partage d’avis sur vos livres préférés avec vos amis sur Facebook, Twitter, Messages et Mail.
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/24 dans Nouveautés

 

Étiquettes :

Jean-Louis Fournier : Ca m’agace

Quel intérêt que d’avoir un libraire alors que beaucoup de magasins proposent la même chose sur Internet. En fait cela n’est pas tout à fait exact. Il y a bien sûr le contact humain que seul un libraire « réel » peut vous offrir, mais il y a surtout le conseil, les propositions et les avis de lecture. Parfois, une petite fiche accompagne la pile de livres, parfois cela peut simplement être la mise en évidence du livre afin d’attirer l’œil du lecteur compulsif.

C’est comme cela que j’ai découvert Ca m’agace de Jean-Louis Fournier, qu bien qu’ayant reçu le prix Femina en 2008 m’était totalement inconnu.

Pour certains c’est le plaisir d’une première gorgée de bière et autres petits plaisirs qui suscitent l’écriture, pour d’autres ce sont toutes les petites choses qui vous agacent et qui gâchent votre vie.

Alors, est-ce que ce défouloir ne va pas nous agacer à sa lecture ?

Histoire

Présentation de l’éditeur

Le goût de vivre est une chose fragile. Un rien peut vous le faire passer. Il suffit d’une bestiole d’un centimètre qui doit peser un gramme, un moustique en l’occurrence, pour transformer une nuit en cauchemar. Mais ce n’est pas tout. Il y a le serveur vocal qui fait semblant de ne pas vous comprendre et n’a jamais un mot gentil ; le désespéré qui choisit de se faire déchiqueter par votre TGV et vous fait louper votre entretien d’embauche ; les campagnes de dépistage qui vous rappellent avec délicatesse que vous êtes biodégradable ; les routiers qui essaient de se doubler sur l’autoroute ; le palmarès des hôpitaux qui révèle que l’hôpital où vous allez vous faire opérer de la hanche a obtenu la plus mauvaise note ; les pigeons qui chient partout ; les imprimeurs qui impriment en tout petit ; les exclusions de votre contrat d’assurance ; les mites qui attaquent de préférence l’endroit le plus visible de votre pull en cachemire ; les ouvre-boîtes intégrés qui font gicler sur votre pantalon l’huile de vos sardines, et beaucoup d’autres choses dont l’auteur vous réserve la mauvaise surprise. Ça m’agace aurait pu n’être qu’un billet d’humeur. Bien pire, c’est un livre de mauvaise humeur. Parce que, tout ça, Fournier, ça l’agace.

Biographie de l’auteur

Prix Femina 2008 pour Où on va papa ?, Jean-Louis Fournier est l’auteur de nombreux livres à succès dont Grammaire française et impertinente, Mouchons nos morveux, Mon Dernier Cheveu noir et Veuf. Il est également l’auteur et interprète des adaptations de deux d’entre eux au théâtre du Rond-Point en 2012.

Avis

Ce petit livre est tout simplement génial.

On ne peut que partager l’agacement de Jean-Louis Fournier. On serait prêt à allonger la liste de tous ces petits et grands inconvénients : les chauffards qui pour gagner quelques places se rabattent au dernier moment, quitte à bloquer une voie et provoquer un accident; ces gens qui tâtent tous les fruits d’un étale sans jamais en prendre. Si ce livre a été un défouloir pour l’auteur, il est sans doute aussi un peu une thérapie mentale pour le lecteur : il constate qu’il n’est pas le seul à être à deux doigts de pêter un cable devant certaines situations.

Mais cela pourrait devenir lassant à lire si l’humour ne venait pas compléter les dires de l’auteur : jeux  de mots, parallèles, … qui entraînent souvent un sourire, au mieux un rire.

Les illustrations en début et parfois en fin de chaque chapitre soulignent l’originalité de ce livre.

S’il n’y avait qu’une seule critique négative à faire ce serait le rapport prix / durée de lecture. Montre ne en 3/4 d’heure le livre est plié. Sa décomposition en petits chapitres rend sa lecture rapide, et possible pour les petits moments d’attente (l’arrivée du métro, un petit bouchon routier, juste avant le dentiste, …).

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 190 pages
  • Editeur : Editions Anne Carrière (18 octobre 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2843375045
  • ISBN-13: 978-2843375040
  • Prix:  15,00€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/24 dans Roman

 

Étiquettes : ,

Newsweek en numérique uniquement à partir de Janvier 2013

Newsweek, le magazine américain a pris la décision de n’être édité qu’en version numérique, et ce dès janvier 2013. Le dernier numéro papier sortira le 31 décembre prochain, et signera la fin d’une époque pour la publication.

C’est donc la fin de 80 ans de bon et loyaux services du papier pour Newsweek, qui n’est pas pour autant sujet à l’arrêt. Sur tablettes et smartphones, le magazine tentera de se doter d’une nouvelle dimension en proposant plus de fonctionnalités interactives. L’ère du numérique est donc lancée pour Newsweek, qui pourrait bien être le chef de file d’une nouvelle manière de publier.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/19 dans Sites marchands

 

Étiquettes :

 
%d blogueurs aiment cette page :