RSS

Archives de Catégorie: Livres

Jacques Saussey – La pieuvre

Jacques Saussey – La pieuvre

Notre découverte de Jacques Saussey est assez récente puisque notre première critique d’un de ses livres dates de moins d’un avec Le loup peint et très récemment du très actuel Ne prononcez jamais leurs noms.

Je me suis lancé dans la lecture de ses romans du fait du très bon retour de lecteurs à propos son roman La pieuvre présenté comme son œuvre majeure à ce jour. Il était temps de vérifier si ce roman est à la hauteur de sa réputation.

Alors est-ce que les tentacules La pieuvre m’ont complètement captiver dans cette histoire ?

Résumé du livre

Lisa Heslin est officier de policier judiciaire dans un commissariat parisien. Elle est aussi la fille d’un juge d’instruction célèbre, assassiné au début des années quatre-vingt-dix. Lorsqu’elle apprend que sa mère, avec laquelle elle n’a plus aucune relation depuis bien longtemps, est à l’agonie, elle met de côté sa rancœur, saute dans un train pour Marseille et rejoint la clinique. A Paris, ses collègues ont été appelés sur le lieu d’un meurtre crapuleux : un modeste coursier parisien a été retrouvé exécuté de deux balles dans la tête. Mais la police scientifique apporte une information qui va tout changer : l’arme de ce crime est la même qui a servi à tuer le Juge Heslin en 1992. Pour l’équipe du capitaine Daniel Magne, supérieur et amant discret de Lisa, c’est une enquête impossible qui commence, où tous les contacts sont aussi des pièges.

Extrait

CHAPITRE 1

3 septembre, J-5

Samir frissonna. Pied sur l’asphalte, les gants trempés, il attendait avec impatience que le feu passe au vert. Il tourna la tête du côté gauche. Une voiture de police venait de s’arrêter près de lui, un peu en retrait. Depuis le temps, il ressentait la présence des flics à moins de cent mètres aussi vite que des poules un renard en maraude. Le plus difficile, c’était d’avoir l’air de ne pas les remarquer plus que ça. Ils avaient le nez tellement fin, parfois, qu’un simple regard fuyant suffisait à se faire repérer.

Et maintenant, bien sûr, impossible de cramer ce putain de feu, alors que la pluie glacée lui descendait le long de la colonne vertébrale après avoir franchi le col trop mince de son blouson de mi-saison.

Il avait fait une grossière erreur en ne consultant pas la météo avant de sortir le scooter du garage. À présent, il devrait subir l’averse jusqu’à la fin de son parcours de la matinée.

Il consulta l’horloge analogique accrochée sur le carénage. Il en avait encore pour deux bonnes heures à se les geler avant de pouvoir se changer pendant la pause de midi. La reprise du boulot, cette année, avait vraiment une couleur de merde.

Le feu passa enfin au vert. Il engagea avec prudence sa roue avant entre les bandes blanches du passage piéton. Inutile de se ramasser bêtement devant la voiture pie, avec ce qu’il trimbalait dans la pochette de cuir dissimulée sous sa selle. Une trouvaille de Malik, cette selle à deux niveaux. Mais elle ne résisterait pas à une investigation poussée. De celles qui se produisent lorsque les forces de l’ordre découvrent un scoot volé allongé sur la voie publique, par exemple.

Un coup d’œil dans le rétroviseur lui apprit que la Peugeot avait bifurqué vers la Seine, en direction de Châtelet. Il fit tout de même un détour par la place de la Concorde avant de filer vers les faubourgs du 16e arrondissement. Il n’y avait rien de tel que la place la plus grande de Paris pour semer d’éventuels indics en filature. Il avait déjà utilisé d’autres méthodes, en s’enfuyant par des voies étroites où des camions en livraison bloquaient souvent tout ce qui était plus gros qu’une souris, mais l’efficacité de ce procédé restait aléatoire.

La suite de l’extrait sur le site Internet de l’auteur

Avis

Loin des tendances actuelles, l’auteur s’éloigne des sujets des thrillers communs et décide d’ancrer l’origine de son roman dans les assassinats de juges par la Mafia. C’est à la fois un bol de fraîcheur et d’originalité pour les lecteurs mais avant tout une imbrication de cold-case et d’affaire courante dans l’enquête,.

La structure du roman est classique : deux histoires dressées en parallèle, l’enquête officielle d’une part, l’enquête officieuse qui se révèle être par la même occasion quête identitaire d’autre part. J’attire l’attention des lecteurs sur la datation en début des chapitres, car si ces histoires parallèles semblent se dérouler de manière rapprochée pour faciliter le suivi de l’histoire, le petit décalage dans le temps a son importance…vous verrez pourquoi le moment voulu.

Si le lecteur entre aussi rapidement dans l’histoire c’est aussi grâce la qualité de la construction des personnages : ils ont une véritable personnalité, ne sombrent pas dans le cliché des flics asociaux ou en totale perdition. Finalement on se prend au jeu et on projette dans la peau de Lisa Heslin et Daniel Magne.

Quelques légers aspects négatifs de ce livre viennent entacher ce roman.

Quand bien même l’histoire est prenante, nous butons parfois sur le phrasé de l’auteur (comme le mien dans cette chronique). Cela nous empêche de passer la cinquième vitesse et de lire ce livre comme on l’aurait souhaité. Mais ce qui est surprenant c’est qu’au moment où l’action entre en jeu, ce défaut s’éclipse et permet au lecteur de profiter pleinement de ces instants du roman plus intenses.

L’autre point négatif tient du fait que ce roman s’inscrit dans la série des histoires mettant en scène Lisa Heslin. Dans La pieuvre Jacques Saussey rappelle le passé des ses héros malheureusement en dévoilant la conclusion des histoires des précédents romans, privant ses lecteurs de la joie de découvrir d’autres de ses romans.

Enfin la couverture qui semble sortie d’une livre des années 70, je ne pensais pas que l’on pouvait faire ce genre de graphisme au XXIème siècle.

Donc un très bon livre qui mérite bien la publicité qui les est faite par les autres lecteurs sur la blogosphère et les réseaux sociaux.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 496 pages
    • Editeur : Editions Toucan (18 mars 2015)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810006397
    • ISBN-13: 978-2810006397
    • Prix : 19,90€
  • Livre
    • Poche: 454 pages
    • Editeur : Editions Toucan (31 mai 2017)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810007462
    • ISBN-13: 978-2810007462
    • Prix : 8,90€
  • eBook
    • Format : ePub
    • Editeur : Editions Toucan (18 mars 2015)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2810006403
    • Prix : 7,99€
  • Livre audio
    • Editeur : Audible
    • Durée : 13h21
    • Lecteur : François Tavares
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2810007486
    • Prix : 24,95€

Site internet de l’auteur

http://www.jacques-saussey-auteur.com

Revues de presse

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/24 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Je ne sais pas depuis combien de temps je n’ai pas parlé de cet auteur et de cette série de BD sur la passion culinaire .

Guillaume Long est connu pour ces chroniques radiophoniques sur la gastronomie sur France Inter.

Avec un peu de retard j’ai découvert la publication du tome 3 (et également du tome 4), aussi vais-je de ce pas rattraper mon retard, car finalement j’ai bien Du pain sur la planche.

Histoire

Présentation de l’éditeur

Comment faire du poireau le héros de l’apéro ? Quel mystère recèle la fabrication du cidre normand ? Où déguster un homard en toute simplicité ? Comment poussent les noix de cajou ? Peut-on sauver la quenelle des préjugés universels ? Comment préparer le vrai gratin dauphinois ? Et le taboulé libanais ?

Biographie de l’auteur

Guillaume Long est né en 1977 à Genève, au pays du chocolat et du fromage. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour la cuisine et observe souvent sa mère aux fourneaux, ce qui n’empêche pas son premier pain d’être remplacé in extremis par celui du boulanger sur la table familiale. Diplômé de l’école des beaux-arts de Saint-Étienne en 2002, il obtient l’année suivante le prix Töpffer pour son album « Les sardines sont cuites ». Ensuite, il mitonne plusieurs livres pour petits et grands et travaille pour la presse, toujours entre deux repas. Depuis 2009, ce fin gourmet est un homme comblé puisqu’il marie avec humour cuisine et bande dessinée dans un blog gastronomique hébergé sur le site du journal Le Monde, et savamment intitulé « À boire et à manger ».

Avis

Comme à son habitude Guillaume Long nous balade dans différentes régions de France ou d’Europe pour découvrir des spécialités locales, des traditions culinaires, un savoir-faire ou une simple expérience gustative; et se découvrir lui dans ce vaste univers.

Comme à son habitude le livre se termine avec de superbes planches pour illustrer un thème de la cuisine comme ce fût avec la saisonnalité des fruits et légumes.

Donc, les fidèles de cette série retrouveront leurs marques avec de nouvelles aventures et seront à nouveau comblés.

Le plus gros reproche que je puisse faire dans ce troisième tome de A boire et à manger, est le recours à une certaine vulgarité et certains éléments scatologiques dont on se passerait volontairement dans ce genre de bande dessinée, quand bien même cela se veut pour l’humour.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album: 160 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (21 mai 2015)
  • Collection : HORS SERIE BD
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070660923
  • ISBN-13: 978-2070660926
  • Prix : 22,50€

 

Site internet de l’auteur

http://long.blog.lemonde.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/19 dans BD - Manga, Cuisine

 

Étiquettes : , , , ,

Concours « Noir ego » de Pierre Gaulon

Concours « Noir ego » de Pierre Gaulon

A l’occasion de la sortie en numérique de « Noir ego », un concours pour remporter 5 exemplaires dédicacés de la version poche est organisé par son auteur Pierre Gaulon.

Pour participer, les règles sont simples.

  • Commenter cette publication et vous serez immédiatement inscrit.
  • Tout partage de la publication ORIGINALE vous rajoute une chance de plus d’être tiré au sort ( limité à un partage par participant, ce n’est pas parce que vous partagerez 4 fois le concours que votre nom sera inscrit 4 fois dans la liste du tirage au sort).
  • Si le palier des 120 partages est atteint, 2 nouveaux lots viendront se rajouter, si le palier des 150 partages est atteint, 2 autres nouveaux lots seront de nouveau rajoutés.
  • Le concours débute ce samedi 9 septembre et se termine le samedi 15 septembre à minuit sans obligation d’achat.

Pour les détenteurs d’une liseuse kindle, le prix de lancement de l’e-book sera exceptionnellement de 0,99 € au cours de cette semaine et accessible à cette adresse : https://www.amazon.fr/dp/B075GVXJ9B/ref=sr_1_2…

Résumé du livre :
15 juillet, point culminant de l’été.
Sur une aire d’autoroute, Aline, et ses deux enfants recherchent désespérément Philippe qui s’est volatilisé lors de leur halte. Aidée par un flic à la retraite, la famille tente de comprendre cette disparition inexplicable, presque surnaturelle.
Philippe a-t-il abandonné sa femme et ses enfants ou bien est-il la proie de l’assassin en cavale qui rôde dans la région ? A moins que les causes de cette surprenante disparition ne soient paranormales ?
Bloquée sur l’aire à cause d’une violente tempête, le groupe ira de découvertes en découvertes et apprendra que chaque homme possède une face cachée et des secrets parfois inavouables.

Après, « La mort en rouge », roman policier historique finaliste de plusieurs prix littéraires, Pierre Gaulon récidive avec « Noir égo », un huis clos « en plein air ». Publié initialement chez « City éditions » en grand format puis en version poche, ce roman a été lauréat du prix « La ruche des mots thriller 2015 ». Suivront La trilogie « Blizzard » aux éditions Mnémos, ou encore « Enragés » et « La brûlure des anges » chez Fleur sauvage.
Version e-book revue et corrigée par l’auteur.

Bonne chance à tous !

 
1 commentaire

Publié par le 2017/09/09 dans Concours, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Justin Cronin – La cité des miroirs (Le passage, Tome 3)

Justin Cronin – La cité des miroirs (Le passage, Tome 3)

J’ai l’impression que cela fait une décennie que j’ai commencé à lire la trilogie du Passage de Justin Cronin. En fait, le premier tome est sortie en 2010 (2011 pour la version française), soit juste avant la création de ce blog.

Les amateurs de la série attendent depuis 4 ans la suite des Douze et  l’arrivée de La cité des miroirs pour connaître le dénouement de cette série et la confirmation d’un nouveau maître de la science-fiction.

Alors est-ce que cette Cité des miroirs va refléter la qualité de la série ?

Histoire

En 122 apr. V., soit 122 ans après l’apparition en Amérique du Nord d’un virus qui a décimé la population, la vie semble reprendre ses droits. Ce virus, à la suite d’une expérience gouvernementale, a été inoculé à douze personnes, qui, transformées en monstres assoiffés de sang, ont propagé le mal. Mais quelques poches de population ont réussi à combattre et à éliminer les Douze, mettant un terme à un siècle de terrifiantes ténèbres. Les survivants sortent de derrière leurs hauts murs, déterminés à reconstruire leur société, et osent désormais rêver d’un futur meilleur. Mais est-ce la fin du cauchemar ou une simple accalmie avant le déchaînement d’autres forces obscures ?
Loin d’eux, dans une métropole à l’agonie, le Zéro attend. Le Premier. Le père des Douze. L’angoisse qui a brisé sa vie humaine le hante, et la haine qu’a engendrée sa transformation le brûle. Seule pourrait l’apaiser la mort d’Amy – le dernier espoir de l’Humanité, La Fille de nulle part – qui a grandi pour se dresser contre lui.

Une ultime fois, la lumière et l’ombre vont s’affronter. Amy et ses amis iront au-devant de leur destin. Cette épopée post-apocalyptique conclut avec maestria la trilogie du Passage.

Plébiscitée par la critique, numéro un sur les listes des meilleures ventes aux États-Unis et en Angleterre dès sa sortie, La Cité des Miroirs est publiée dans plus de trente pays.

Avis

Attention ce livre est un véritable pavé, au sens propre comme au figuré. 800 pages denses, très denses, et un poids qui doit dépasser le kilogramme à mon avis (je n’ai pas pesé). Donc il vous faudra du temps, pas forcément de la patience nous allons voir pourquoi plus tard, et une bonne forme physique… à moins que vous n’optiez pour la version numérique, ce que je vous conseille particulièrement.

Dans ce troisième et ultime tome du Passage, l’auteur dévoile l’origine du virus, l’histoire du patient zéro et de ses douze cavaliers de l’Apocalypse, de son lien avec Amy, et bien sur de l’avenir de l’humanité « résiduelle ». Encore une fois, il est vain de résumer cette saga partie de l’idée de faire une histoire avec une fille héroïne du roman (demande réelle de la fille de Justin Cronin). Ironie du sort, au cours de la rédaction de cette sage, l’auteur a du combattre un cancer et on peut se demander si finalement cette saga post-apocalyptique n’est pas une figure de style pour évoquer sa maladie, son combat et tenir sa promesse à sa fille.

De nombreuses critiques comparent Justin Cronin à Stephen King, et je pense qu’il mérite amplement cette comparaison. Tout comme le maître de l’horreur, l’auteur a su créer un univers complet tant dans la description des paysages, que des habitants et de leur mode de vie survivaliste. Mais là où Stephen King ne touche qu’à un domaine; la science-fiction ou le vampirisme ou la fable romanesque, Justin Cronin a su imbriquer ces trois styles dans cette saga avec maestria. Au final le lecteur n’a pas conscience de passer d’un style à un autre tant cela se fait naturellement au fil des pages, Justin Cronin est un véritable conteur.

Personnellement, et contrairement à d’autres lecteurs, j’ai particulièrement apprécié la centaine de pages sur la jeunesse de Fanning et de son passage en tant que patient zéro. Dans cette partie, j’ai trouvé le roman beaucoup plus fluide et rapide à lire, sans doute du fait de la restriction du nombre de personnages aux multiples surnoms, qui évite au lecteur de chercher de qui le roman parle.

Un roman qui consacre Justin Cronin.

Notation

Histoire star_half_off_32
Écriture star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 816 pages
    • Editeur : Robert Laffont (16 mars 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2221111154
    • ISBN-13: 978-2221111154
    • Prix : 23,50€
  • eBook
    • Editeur : Robert Laffont (16 mars 2017)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2221200421
    • Prix : 15,99€

Revue de presse

 » Justin Cronin, le nouveau King.  » Le Parisien.

« Une odyssée horrifique à travers les âges. » – Paris Match

« TT- Cette saga post-apocalyptique restera, avec Le Fléau de Stephen King auquel on l’a souvent comparée, l’une des réussites du genre. » – Télérama

« La Cité des miroirs. Et installe Justin Cronin au panthéon des romanciers postapocalyptiques » – L’Express

Site Internet

http://enterthepassage.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/05 dans Bit-lit, Fantasy, Science-Fiction

 

Étiquettes : , , ,

Patrick Sénécal – Le vide

Patrick Sénécal – Le vide

Malheureusement encore trop souvent méconnu en France, j’ai découvert que très récemment Patrick Sénécal au travers d’une récente découverte en brocante de son roman très, très noir, Hell.com qui a déjà eu une critique sur ce blog.

Depuis j’ai réussi à dégoter son roman phare Le videen occasion mais excellent état. Longtemps resté dans ma PAL, j’ai décidé de passer mes derniers instants de vacances en estival en sa compagnie tant j’ai eu de bons échos de collègues et amis l’ayant lu.

Alors est-ce que Le vide va combler ?

Résumé du livre

Drummondville, Québec.  » Vivre au max « , une nouvelle émission de téléréalité, défraie la chronique. Son fondateur, le milliardaire Max Lavoie, a tout quitté pour se lancer dans ce projet. Il s’est attiré les foudres de la commission de censure et a choqué les âmes sensibles en proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des candidats. Quel fantasme délirant les participants vont-ils demander à l’animateur de réaliser ? Jusqu’où iront-ils ? La téléréalité va-t-elle dépasser la fiction ? Prenez garde mesdames et messieurs : plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Avis

Je crois que je n’ai pas dévoré un roman comme Le vide depuis Le chuchoteur de Donato Carrisi et L’affaire Harry Quebert de Joël Dicker. Patrick Sénécal allie avec forces qualités romancières une intrigue policière bien charpentée, aux multiples facettes, aux nombreux rebondissements. Les personnages ont une vraie personnalité, des défauts, un passé que l’on découvre au fur et à mesure, sans pour autant être une des traditionnelles caricatures de policiers.

Bien que ce roman soit paru au Québec en 2007 en pleine période d’explosion de la télé-réalité, contexte principal du roman, il n’en reste pas moins d’actualité en le transposant avec les mouvances religieuses extrémistes qui exploitent de la même manière la détresse des personnes en quête de sens dans leur vie.

Bien que ce roman soit noir et ait que quelques scènes difficiles, celles-ci ne le sont pas autant que celles amplement décrites dans Hell.com qui demande à ses lecteurs d’avoir le cœur bien accroché; le lecteur n’aura ici que quelques frissons

Le seul reproche que l’on peut formuler à son encontre est un final légèrement décevant, non pas qu’il soit bâclé mais tout simplement trop évidente.

La rédaction est impeccable, tout en fluidité : l’auteur a repris son roman spécialement pour sa publication en France afin que ses lecteurs ne bloquent par sur certains idiomes québecois. On pourrait penser que 736 pages, denses, constituent un roman marathon, que cela nécessite un certain entraînement, voire une endurance à la lecture. Que nenni, la structure et l’écriture ne vous laissent pas vous reposer, vous soutiennent même tout au long de ce roman en alternant actions, réflexions, histoires parallèles, vie des personnages.

Enfin, un dernier élément qui montre la qualité du roman est sa couverture. Si au début on a du mal à comprendre ce que c’est, elle illustre parfaitement le sujet du livre : un tourbillon qui entraîne les gens vers le fond, comme une vidange de la société. Chose rare qui témoigne de sa justesse, cette couverture a été conservée lors de son passage en version poche.

Un grand roman qui confirme Patrick Sénécal comme étant un des meilleurs auteur de polars noirs du moment.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 736 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (12 novembre 2015)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265099171
    • ISBN-13: 978-2265099173
    • Prix : 22,50€
  • Poche
    • Poche: 928 pages
    • Editeur : Pocket (11 mai 2017)
    • Collection : THRILLER
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266276891
    • ISBN-13: 978-2266276894
    • Prix : 9,80€
  • eBook
    • Editeur : 12-21 (novembre 2015)
    • ASIN: 9782823821697
    • Prix : 15,99€

Revue de presse

« On plonge dans ce roman noir du Québécois Patrick Senécal comme on le ferait d’un pont : en chute libre. Glaçant !  » Femina

« Un roman bien ficelé, intense, estomaquant, qui plonge dans le désarroi existentiel d’une foule avide de divertissement et d’hommes et de femmes désespérés. » L’Hebdo (Suisse)

Un article sur le site suisse « Le temps » où l’auteur explique son œuvre et les reprises entreprises pour sa publication en France.

Site Internet de l’auteur

http://www.patricksenecal.net/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/04 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : ,

Sarah Turoche-Dromery – I Invade You

Sarah Turoche-Dromery – I Invade You

Lors du Salon du Livre Jeunesse 2017 de Rueil-Malmaison, j’ai eu l’occasion de découvrir Sarah Turoche-Dromery. Après avoir discuté quelques instants avec elle, je me suis laissé tenter par son dernier roman I invade you.

Je sentais chez cette auteure de la justesse, de la gentillesse, une finesse d’esprit qui devait transpirer dans ses romans. Mais n’oublions pas que ce roman est le fruit du travail de quatre mains, puisque Nils Kuhn-Barrellon est co-auteur de ce roman jeunesse.

Alors allons-nous nous laisser envahir dans son univers du street art ?

Résumé du livre

Les Space-Invaders colonisent les murs de Paris pour qui sait lever la tête. Des corps sont retrouvés au pied des mosaïques. Jalousie, vengeance, cupidité, quels sont les mobiles de ces meurtres ? Une balade urbaine et une occasion de découvrir un Paris insolite.

Avis

I invade you est une bonne découverte, ou plus exactement une bonne découverte du roman policier. Car ce roman étant destiné en priorité aux jeunes lecteurs, ce roman est une très bonne entrée dans ce genre littéraire. Si l’auteure a la bonne idée de ne pas mettre en scène de meurtres sanglants ou de détails morbides, comme dans le passage à la morgue, elle aborde tous les points de l’enquête avec la terminologie exacte. Elle fournit en fin de livre un petit lexique pour les jeunes lecteurs qui ne connaîtraient pas certains acronymes ou termes spécifiques de la police. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne se moque pas de son public, bien au contraire.

Les autres bons points de ce roman sont le parallélisme de deux histoires (l’enquête et l’histoire des adolescents), l’actualité du sujet (le vandalisme des œuvres de street art dans Paris), de la modernité avec un hacker-geek et une pointe de romance. L’écriture est parfaitement fluide qui nous fait voyager dans les rues parisiennes.

Enfin, si cela peut sembler secondaire mais c’est essentiellement elle qui nous décide de l’achat du roman, la couverture. Dans le cas du roman de Sarah Turoche-Dromery et Kuhn-Barrellon, je la trouve particulièrement réussie, en totale adéquation avec le roman, ce qui n’est pas une généralité dans le monde de l’édition. Si je le fais remarquer pour I invade you, c’est que la maison d’édition Thierry Magnier n’est pas particulièrement reconnue pour cette qualité, bien au contraire si l’on regarde les autres couvertures des romans de Sarah Turoche-Dromery.

Un beau roman inter-générationnel pour débuter avec l’univers des romans policiers.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 261 pages
    • Editeur : Thierry Magnier (6 mai 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 1035200329
    • ISBN-13: 978-1035200329
    • Prix : 14,50€
  • eBook
    • Format : ePub
    • Editeur : Thierry Magnier (6 mai 2017)
    • Langue : Français
    • EAN : 979-1035200541
    • Prix : 8,99€
 
2 Commentaires

Publié par le 2017/08/29 dans Jeunesse, Policier

 

Étiquettes : , , , ,

Jérôme Camut & Nathalie Hug : Islanova

Jérôme Camut & Nathalie Hug : Islanova

Ma collaboration au comité de lecture de mon libraire favori se poursuit le dernier roman de Jérôme Camut & Nathalie Hug : Islanova. Si celui-ci ne sortira que le 17 octobre 2017, je peux d’ores et déjà vous fournir une critique de ce livre.

Il faut savoir qu’il n’était pas facile de se le procurer car les éditions Fleuve Noire ont décidé cette année de faire une nouvelle formule dans les SP (Service Presse) : les SP qu’ils envoient ne contiennent qu’une partie du roman. Dans le cas d’Islanova, ce n’est que le premier des trois actes qui est fourni. Pour lire la suite, il faut alors en faire une demande et le livre vous sera livré en intégralité et en recommandé. D’après eux, ce serait pour avoir un retour sur le ressenti des libraires en pensant que seuls les livres plaisant aux libraires susciteraient des demandes. Je ne suis pas sûr que cela soit efficace car certains libraires ont tout simplement boycotté la lecture de ces SP pour ne pas perdre temps.

Alors est-ce qu’Islanova est aussi prenant et intelligent que la trilogie W3 ?

Résumé du livre

Rien n’avait préparé Julian Stark à une telle vision ce matin-là.
Alors qu’il rentre chez lui pour évacuer sa maison menacée par un incendie de forêt, il trouve Charlie, sa fille de seize ans, au lit avec son beau-fils Leny.
Certaine que son père va les séparer, Charlie persuade Leny de fuguer, direction le Sud-Ouest. Son idée : rallier la ZAD (zone à défendre) de l’Atlantique, située sur l’île d’Oléron. Là-bas, ils seront en sécurité le temps que Julian se calme. Là-bas, surtout, se trouve Vertigo, un homme charismatique dont elle écoute la voix sur les ondes depuis des mois. Vertigo, le leader de l’Armée du 12 Octobre, groupe d’écologistes radicaux.
Ce que la jeune fille ignore, c’est que la ZAD abrite des activistes prêts à tous les sacrifices pour défendre leur cause, et qu’en s’y réfugiant, elle précipite sa famille dans une tragédie qui les dépasse tous.

Voici venu le temps d’Islanova, un nouveau projet ambitieux, addictif, réponse romanesque de Jérôme Camut et Nathalie Hug aux contradictions de notre société.

Avis

Je dois avouer que c’est une critique de livre qui m’a posé beaucoup de problèmes. Après avoir lu Islanova, je ne savais qu’en penser. Est-ce un bon ou un très bon roman ?

Les éléments qui ont fait le succès du quatre-mains, Jérôme Camut et Nathalie Hug, sont toujours présents : des chapitres mêlant alternativement actions et progression de l’histoire ou définition de la psychologie des personnages, un écriture fluide qui rend ce thriller politique très agréable et pousse à la réflexion sur notre société de consommation. Avec un petit plaisir supplémentaire personnel :l’action du livre se déroule vers Royan et sur l’Ile d’Oléron, lieux de mes vacances. Je peux vous dire qu’à quelques détails

Alors pourquoi est-ce que j’hésite entre bon livre et très bon livre ?

J’ai découvert ces deux auteurs au travers de la trilogie W3 qui avait à la fois de grandes qualités narratives, policières, une intrigue parallèle poussée, des personnages travaillés et attachants. Dans Islanova, il y a certes de nombreux personnages mais je les trouve un peu moins fouillés, plus « standard », moins originaux; le fil de l’intrigue quoi que bonne, dynamique et avec de nombreux rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine, reste cependant linéaire. Sans doute le fait de dérouler l’ensemble de l’histoire sur un seul volume, même de 800 pages, contrairement aux trois de W3, n’a pas permis aux auteurs de déployer la mécanique du succès de leur précédente trilogie.

Si ces quelques défauts restent mineurs par rapport à la qualité globale du livre, le plus gros défaut de ce livre qui en fait un bon livre et et non pas un très bon livre est le recours à une mise en scène très cinématographique, presque hollywoodienne dans le tiers final du livre : explosions, arrivée de la cavalerie au bon moment, révolte nationale. S’il devait y avoir une adaptation sur grand écran, certainement que Michael Bay se proposerait.

Alors, un bon roman, militant, captivant, même si les auteurs en font un peu trop par moment.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 784 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (12 octobre 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265116408
    • ISBN-13: 978-2265116405
    • Prix : 22,90€

Site Internet des auteurs

Site Internet officiel de Jérôme Camut & Nathalie Hug

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/08/28 dans Thrillers

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :