RSS

Archives Mensuelles: avril 2017

Tea Touch Lux 3 à 99,99€ chez Cutura

Tea Touch Lux 3 à 99,99€ chez Cutura

Une offre intéressante chez Cultura en ce moment. Les liseuses Tea Touch Lux 3 sont proposées au prix réduit de 99,99€, disponibles en trois coloris gris, blanc et rouge.

Pour rappels les caractéristiques de la Tea Touch Lux 3 :

 

  • Ecran : Ecran tactile HD Carta 6″ E Ink®Carta™, 1024 × 758, éclairage Frontlight réglable intégré
  • Poids : 208 g
  • Dimensions : 174,4 x 114 x 8,3 mm
  • Capacité de stockage : 4 Go de mémoire embarquée + extension de 32 Go possible par caret micro-SD
  • Format supportés : EPUB DRM, EPUB, PDF DRM, PDF, FB2, FB2.ZIP, TXT, DJVU, HTM, HTML, DOC, DOCX, RTF, CHM, TCR, PRC (MOBI), JPEG, BMP, PNG, TIFF
  • Autonomie : Jusqu’à 2 mois (en fonction des usages)

 

Publicités
 
 

Étiquettes : ,

Gallica accessible par un catalogue OPDS (Android)

Gallica accessible par un catalogue OPDS (Android)

Une nouvelle fonctionnalité très attendue par tous les amateurs de lecture sur smartphone ou tablette. Gallica, le portail de la BnF, vous propose un catalogue OPDS permettant de parcourir, télécharger et lire tous les livres de Gallica disponibles au format ePub.

Tous les détails sur le blog de Gallica.

Comment ça marche?

1 – Installez une application de lecture capable de lire les catalogues OPDS sur votre smartphone, votre tablette ou votre liseuse. De nombreuses applications sont compatibles avec ce format comme par exemple AldikoFBReader ou Bookari sur Android ou iOS.

2 – Ajoutez notre catalogue OPDS à votre application de lecture en cliquant sur ce lien depuis votre tablette ou smartphone :

Ajouter le catalogue Gallica à votre application

Vous pouvez également ajouter manuellement ce catalogue en indiquant l’URL http://gallica.bnf.fr/opds/ dans la boite d’option d’ajout d’un catalogue OPDS.

 

Étiquettes : , , ,

Babelio présente sa nouvelle étude de lectorat sur le polar

Babelio présente sa nouvelle étude de lectorat sur le polar

Dans le cadre de son cycle de conférences sur les « pratiques des lecteurs » et à l’occasion du festival Quais du Polar à Lyon, Babelio a présenté le 31 mars dernier une nouvelle étude sur les lecteurs de polar. Pourquoi lisent-ils des romans policiers ? Font-ils la différence entre roman noir et thriller psychologique ? Qui sont leurs enquêteurs préférés ?

Pour répondre à ces questions et en savoir plus sur ce lecteur accro aux frissons, Babelio a mené une enquête du 20 au 27 février 2017, auprès de 4 771 répondants au sein de sa communauté d’utilisateurs. Les résultats, présentés par Octavia Tapsanji, responsable des relations éditeurs, et Guillaume Teisseire, co-fondateur de Babelio, ont notamment été mis en parallèle avec les résultats obtenus grâce à une précédente étude effectuée trois ans plus tôt, en 2014.

Pour lire cette étude, une seule adresse : https://babelio.wordpress.com/2017/04/14/ou-babelio-presente-sa-nouvelle-etude-de-lectorat-sur-le-polar/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/24 dans Evénements

 

Étiquettes : , , ,

Sebastian Fitzek : Mémoire cachée

Sebastian Fitzek : Mémoire cachée

J’avais découvert cet auteur allemand en 2015 avec Le voleur de regard qui nous avait laissé un peu sur notre fin, mais qui pour un premier roman promettait un auteur à succès.

Pour vérifier ce point, je me suis lancé dans l’écoute, donc l’audio livre, de la Mémoire cachée qui est présenté comme une œuvre marquante et aboutie de Sebastian Fitzek.

Est-ce que Mémoire cachée va nous cacher dans notre mémoire notre première impression mitigée.

Résumé du livre

Berlin, de nos jours. Un homme se réveille dans un abri sous le métro. Il a été blessé par balle à l’épaule. Il ne sait pas ce qu’il fait là. Il ne se rappelle pas qui il est. Seul indice, ce prénom tatoué dans la paume de sa main droite : Noah.
C’est en découvrant, dans un journal, la photographie d’un tableau qu’il a un déclic ! Ce tableau, c’est lui qui l’a peint. Il décide alors de contacter la journaliste, prénommée Céline.
À son côté, Noah recouvre peu à peu sa mémoire, pour le meilleur… mais surtout pour le pire ! Un groupuscule extrémiste, persuadé que la Terre est trop peuplée, a inoculé à l’ensemble de la population mondiale un effrayant virus.
Aujourd’hui, ils vont l’activer. C’est alors le début d’une course contre la montre pour Noah et Céline. Le temps est compté avant que des milliards d’êtres humains ne soient atteints par cette pandémie sans antidote connu.

Avis

Le début de ce livre nous fait penser à L’armée des douze singe de Terry Gilliams ou La Mémoire dans la peau, de Robert Ludlum : un homme se réveille et ne se souvient plus de rien, même pas de qui il est, Si l’introduction de ce livre n’est donc pas original, elle a le mérite de positionner à égal le lecteur et le héros, et par conséquent de rapidement nous plonger dans l’histoire. Histoire qui va filer à 100 à l’heure dans l’univers de l’espionnage, des consortiums industriels surpuissants et des idéologues extrémistes. Ce qui est dommage c’est que la 4ème de couverture dévoile énormément de la « mémoire cachée » et gâche un peu le plaisir de la découverte pas à pas (page après page) de la vérité.

En d’un thriller d’esionnage, l’auteur aborde un sujet épineux : la folle consommation des pays riche par rapport aux ressources naturelles, les impacts sur l’environnement et le délaissement des pays pauvres. Comme Sebastian Fitzek le rappelle en épilogue, les arguments chocs et choquants ne sont fournis que dans le cadre du scénario du livre et n’ont pour but que de nous faire réfléchir sur notre attitude avec la Terre.

Côté écriture, le style s’est nettement amélioré, beaucoup plus fluide, plus rythmé, mais le principal de l’auteur défaut que j’avais déjà noté dans Le voleur de regard est la répétition. A plusieurs reprises sont rabâchés les arguments sur le sujet environnemental, étant assez conséquentes donnent une sensation de redite.

Enfin, pour la version audio, la lecture est bien sur impeccable et bien que le lecteur ne prenne pas d’intonation particulière pour chaque personnage, de par le récit, leur distinction se fait naturellement. Le seul désagrément de cette version audio est le fond sonore : c’est comme si le micro était positionner au fond d’une boîte, la voix a une certaine résonance désagréable au départ, l’effet s’estompe au fur et à mesure.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 400 pages
    • Editeur : Archipel (16 mars 2016)
    • Collection : Suspense
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2809818444
    • ISBN-13: 978-2809818444
    • Prix : 24,00€
  • Livre au format poche
    • Broché: 640 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (8 mars 2017)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253086479
    • ISBN-13: 978-2253086475
    • Prix : 8,60€
  • eBook
    • Langue : Français
    • Editeur : Archipel (6 mars 2013)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2809818635
    • Prix : 7,99€
  • Livre audio
    • Durée : 15 heures et 41 minutes
    • Editeur : Audible Studios
    • Date de publication : 27 avril 2016
    • Lu par : Alexandre Donders
    • Langue : Français
    • ASIN: B01E433VI6
    • Prix : 24,95€

Revues de presse

« Sans doute son thriller le plus apocalyptique. Âmes sensibles s’abstenir. », Stéphanie Lohr, Ici Paris.

Site de l’auteur

http://www.sebastianfitzek.de

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/24 dans Espionnage, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Stephen King – Fin de ronde

Stephen King – Fin de ronde

Avec Fin de ronde s’achève une trilogie tendance « hard boiled » amorcée en 2015 avec Mr Mercedes, poursuivie l’année suivante avec Carnets noirs.

Rares sont les publications de Stephen King en plusieurs tomes : seules La tour sombre et le roman feuilleton La ligne verte ont eu le droit à cet honneur.

Alors si les premiers tomes de la série Mr Mercedes nous avons laissé un peu sur notre fin (et faim), est-ce que cette Fin de ronde boucle la boucle de manière magistrale ?

Résumé du livre

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau. Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi…

Avis

Avec la série des Mr Mercedes Stephen King délaisse la monde du fantastique et de l’horreur pour s’aventurer dans l’univers du roman policier. Les deux premiers tomes (Mr Mercedes et Carnets noirs) ont montré que contrairement à ce que l’on pense, le genre littéraire du roman policier et du thriller est un genre à part qui n’est pas donné à tout le monde.

Stephen King se rattrape avec Ronde de minuit dans lequel on retrouve les points clés d’un bon roman policier (sans pour autant arriver au niveau du thriller. Côté personnages on a bien sur un policier mal en point, une assistante originale, voire légèrement déjantée, un tiers avec des talents particuliers et un méchant plutôt mentalement pervers.

Du point de vue de la rédaction, on retrouve un Stephen King en grande forme : le style est impeccable de fluidité, où les détails sont réduits au minimum mais font à chaque fois mouche pour stimuler l’imaginaire du lecteur. L’alternance entre le point de vue de Bill Hodges et celui de Brady Hartsfield tient le lecteur en haleine.

Mais la particularité de ce lire est que, si Stephen King s’aventure dans le roman policier, il revient à ses premières amours. En effet, les agissements de Brady Hartsfield font intervenir la télékinésie nous fait penser à son premier roman Carrie, quant au média à Cellular. Mais cette originalité, cette combinaison de genres, marche bien et plaira aux amateurs… un peu moins pour les puristes.

Un bon roman qui clôt admirablement la série.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 423 pages
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226328718
    • ISBN-13: 978-222632871
    • Prix : 22,50€
  • eBook
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226422729
    • Prix : 9,99€
  • Livre audio
    • Durée : 14 heures et 3 minutes
    • Editeur : Audiolib (19 avril 2017)
    • Lecteur : Antoine Tomé
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2367623580
    • Prix : 22,10€

Revues de presse

« Avec « Fin de ronde », Stephen King cogne.« , François Angelier, Le Monde

 » Une astuce de conteur, un truc de magicien, une « réinitialisation » ludique du croquemitaine, qui permet à l’auteur d’exprimer son inquiétude vis-à-vis de notre monde hyper connecté« , Cécile Mury, Télérama (TT)

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/22 dans Fantastique, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Bernard Minier – Une putain d’histoire

Bernard Minier – Une putain d’histoire

Au moment de faire la critique de Nuit, je me suis aperçu que je n’avais pas fait la critique du livre Bernard Minier Une putain d’histoire.

Vous pourriez me dire que la revue de ce livre n’est plus d’actualité car depuis, il est même disponible au format poche. Bien au contraire, il est intéressant de voir cette particularité chez Bernard Minier, car c’est un roman qui ne met pas en scène son héros favori Martin Servaz et qui ne prend pas place en région toulousaine.

Alors finalement, est vraiment Une putain d’histoire que nous sert Bernard Minier ?

Résumé du livre

Une île boisée au large de Seattle…

« Au commencement est la peur.
La peur de se noyer.
La peur des autres,
ceux qui me détestent,
ceux qui veulent ma peau.
Autant vous le dire tout de suite :
Ce n’est pas une histoire banale. Ça non.
c’est une putain d’histoire.
Ouais, une putain d’histoire… »

Extrait

Le 22 octobre 2013, vers 5 h 45 du soir (il faisait déjà presque totalement nuit), elle m’a dit :
«Henry, je veux qu’on fasse un break.»
C’est là, sans doute, que tout s’est joué. En dernière analyse, ce sont ces moments-là qu’on retient toujours. Ils sont comme des jalons de nos existences, comme des phares le long d’une côte. C’est en tout cas là que je l’ai perdue – au sens propre comme au sens figuré.
Je suppose que commencer cette histoire à bord d’un ferry est assez logique, non ? J’ai vécu sept ans sur une île boisée au large de Seattle. Et il ne se passe pas un jour sans que je pense à elle. Le lieu ? Quelque part entre Anacortes, sur la côte du Nord-Ouest Pacifique, et Glass Island – à bord de l’Elwha. Le moment ? Une nuit tumultueuse, une nuit pleine de fureur et de ténèbres – une véritable nuit de tempête.
Il faisait un froid glacial, ce soir-là, je m’en souviens, la pluie des îles tombait à seaux renversés et, au-delà des lumières du ferry, dans le noir, on entendait la mer gronder comme une bête perpétuellement affamée et courroucée. A cause du vacarme infernal des huit mille chevaux-vapeur et des rafales de vent hurlant à nos oreilles, elle avait élevé la voix. J’ai fait de même :
«QUOI ? Qu’est-ce que tu racontes ?»
Elle a battu des cils, baissé les yeux, les a relevés.
«Je sais que j’aurais dû t’en parler plus tôt mais…
– Parler de quoi ? ai-je dit. Naomi, parler de quoi ?» Avec ce foutu boucan, j’étais obligé de hurler, moi aussi, pour me faire entendre.
Le ferry tanguait, nous contraignant presque à danser sur place. Nous nous trouvions sur le pont inférieur ouvert à tous les vents, près des voitures, alors que les autres passagers étaient douillettement assis là-haut, bien au chaud dans les ponts supérieurs fermés, à se raconter leur journée.
C’était Naomi qui avait tenu à descendre ici. À croire qu’elle ne voulait pas qu’on nous voie ensemble…
«Henry, je veux qu’on fasse un break. Une pause… pendant un moment… Le temps d’y voir plus clair. Il est arrivé quelque chose. J’ai besoin de réfléchir.. J’ai besoin de… comprendre…
– Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? Comprendre quoi ?»
Je ne comprenais rien, en ce qui me concernait. Le vent a soulevé la petite mèche brune qui émergeait de sa capuche. Elle a levé les yeux, les a posés sur moi.
«Henry, j’ai découvert la vérité.»
Elle a planté son regard dans le mien. Naomi a – avait – des yeux améthyste, avec des nuances myosotis et lapis-lazuli, un cercle plus sombre, presque noir, autour de l’iris, et une cornée opaline : des yeux de chat.
«Quelle vérité ?» j’ai demandé.
J’ai été pris d’un vertige. Ma tête s’est mise à tourner.
«J’ai découvert qui tu es.»
Voilà. Ça a commence comme ça.
Une séparation – comme il y en a des millions chaque année à une époque où tout le monde veut le bonheur sans en payer le prix. Nous avions seize ans, cet automne-là.
«Qui je suis ? Mais bon Dieu, de quoi est-ce que tu parles ?»
Cette fois, elle n’a pas répondu.

Avis

Au travers de ce roman, Bernard Minier veut entrer dans la cour des grands.En abandonnant son héros fétiche, Martin Servaz et en positionnant son histoire en Amérique et non pas en région toulousaine, l’autre montre qu’il peut imaginer une histoire en dehors de son domaine de prédilection.

Non seulement,il tente l’exercice mais il réussit l’essai…et détrônerait même certains maîtres en la matière en amenant une histoire originale, tarabiscotée mais solide, pleine de rebondissements et d’actions qui tiendront en haleine le lecteur tout au long des 500 et quelques pages. L’originalité provient essentiellement des personnages qu’il met en scène : des adolescents, catégorie largement délaissée en dehors des romans adolescents ou pré-adultes. Dans l’aspect enquête cela ma fait penser (de loin) au Club des 5,dans une version modernisée, plus musclée et sous speed pour l’enchaînement effréné de leur investigation.

L’écriture de Bernard Minier a muri, je la trouve plus fluide, plus rythmée où l’auteur pose de nombreux pièges qui ne pourront être tous évités même par les lecteurs aguerris de thrillers.

Au final, en changeant de style, de personnages, de lieux, Bernard Minier s’est révélé en vrai maître de thriller. Il ne lui restera plus qu’à montrer qu’il sait transposer ses talents dans la série des Martin Servaz.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 524 pages
    • Editeur : XO (23 avril 2015)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 284563756X
    • ISBN-13: 978-2845637566
    • Prix : 21,90€
  • Poche
    • Poche: 600 pages
    • Editeur : Pocket (12 mai 2016)
    • Collection : Pocket thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266267779
    • ISBN-13: 978-2266267779
    • Prix : 8,20€
  • eBook
    • Editeur : Pocket (12 mai 2016)
    • Collection : Pocket thriller
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2266267779
    • Prix : 13,99€

Récompenses

Prix Polar francophone de Cognac (2015)

Revues de presse

« Un polar français digne de Stephen King […] C’est intense, diablement efficace et franchement jouissif jusqu’au bout. […] Un sacré bon roman ! » Olivier Bureau, Le Parisien

« Une putain d’histoire est un putain de livre ! Amateurs de sensations fortes, ne cherchez pas plus longtemps, voici le polar de l’année.[…] Bernard Minier est littéralement bluffant. » Bernard Lehut, RTL

« Un livre captivant jusqu’à la toute fin où, dans une scène à la « Fantômas », le vrai méchant tombe le masque avec un rire démoniaque. » Julie Malaure, Le Point

Site Internet de l’auteur

http://www.bernard-minier.com/

Sur lequel vous pourrez trouver de nombreuses revues de presse sur ce livre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/20 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Le livre de Franck Thilliez

Le livre de Franck Thilliez

Dans le cadre du Salon du Livre de Bruxelles, Franck Thilliez s’est confié à Michel Dufranne sur SON livre, celui qui vous a laissé un souvenir impérissable.

Si je vous en parle c’est parce que je partage tout à fait son avis, pour les mêmes raisons.

https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-livre-prefere-de-frank-thilliez?id=2204660

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/20 dans Evénements

 

Étiquettes :

 
%d blogueurs aiment cette page :