RSS

Archives Mensuelles: septembre 2018

Stephen King – La tour sombre Tome 2 – Les trois cartes

Stephen King – La tour sombre Tome 2 – Les trois cartes

Les lecteurs fidèles de ce blog savent que je suis particulièrement fan des romans de Stephen King (vous pouvez d’ailleurs retrouver la liste de ses livres en ma possession ici) mais que j’ai été moyennement séduit par le premier tome de la série de la Tour Sombre, Le Pistolero.

Je réservais donc mon appréciation à la lecture du deuxième tome, Les trois cartes.

Les trois cartes vont-elles sortir leur va-tout ?

Résumé du livre

Echoué sur une plage peuplée de monstres, gravement blessé, Roland de Gilead se retrouve face aux trois portes qui jalonnent sa route vers la Tour Sombre, son but ultime. Par elles, il parcourra l’espace-temps, rencontrera trois compagnons insolites et reverra Jake, cet enfant dont le souvenir le hante et qui semble nécessaire à sa quête. Alors que le temps devenu fou joue contre lui et les siens, le Pistolero saura-t-il démasquer ses noirs ennemis, magiciens et démons ligués pour s’emparer de la Tour ? Est-il prêt pour cela à partager son idéal, en s’en remettant au ka – le destin ? C’est pour lui l’heure de vérité…

Avis

Les défauts du premier tome semblent effacés dans les premières pages du livre. Abandonné le duo de cow-boys aux faux airs de Clint Eastwood, nous voici dans un western mêlant horreur et folie. Après l’attaque de crabes géants, leur héros découvrent enfin les premières portes permettant de communiquer avec des univers parallèles.

Malheureusement, l’histoire s’enlise très rapidement dans de nombreux détails, des répétitions, de multiples hésitations, comme si l’auteur ne savait pas vraiment où son histoire devait aller et où mener son héros, si ce n’est dans un univers de trafiquants de drogue façon Raging Bull.

Je dois avouer ne pas avoir lu, mais écouté, ce livre. On pourrait penser que le lecteur est à l’origine de cette déception. Or il s’agit de Jacques Frantz, la voix française de Robert de Niro; voix dont j’ai eu la joie d’entendre sur Travail soigné qui est pour moi à ce jour, l’exemple par excellence du très bon livre audio.

Notation.

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Poche: 396 pages
    • Editeur : J’AI LU (8 mars 2006)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2290345903
    • ISBN-13: 978-2290345900
    • Prix : 8,50€
  • eBook
    • Editeur : J’AI LU (juillet 2017)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2290090138
    • Prix : 8,49€
  • Livre audio
    • Durée : 16 heures et 4 minutes
    • Editeur : Gallimard ( 22 juin 2017)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2072726934
    • Prix : 15,99€
Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/26 dans Horreur

 

Étiquettes : , , ,

A 94 ans, elle publie son premier roman, un roman policier

A 94 ans, elle publie son premier roman, un roman policier

À 94 ans, elle sort son premier livre : un roman policier de plus de 650 pages !

Colette Maestrati vient (en mars 2018) de trouter un éditeur participatif pour publier Malbrou (gh) ..; s’en va en terre.

Voir la vidéo sur FaceBook

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/24 dans Evénements

 

Étiquettes :

Jérémy Fel – Helena

Jérémy Fel – Helena

Dernièrement j’ai répondu à un sondage sur l’importance de la couverture pour un livre : de son attrait au déclenchement de l’achat, ou de la représentativité d’une collection chez un éditeur.

Je trouve la couverture d’Helena de Jérémy Fel particulièrement aboutie : ce regard de cette femme malgré sa froideur est particulièrement envoûtant.

Mais est-ce que le récit me charmera autant que sa couverture ?

Histoire

Kansas, un été plus chaud qu’à l’ordinaire. Une décapotable rouge fonce sur l’Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l’ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s’échappent d’une cave. Des rêves de gloire naissent, d’autres se brisent. La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l’équilibre familial. Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu’en l’infligeant à d’autres… Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d’où ils tenteront par tous les moyens de s’extirper. Quitte à risquer le pire. Et il y a Helena… Jusqu’où une mère peut-elle aller pour protéger ses enfants lorsqu’ils commettent l’irréparable ? Après Les Loups à leur porte, Jeremy Fel aborde cette vertigineuse question dans une grande fresque virtuose aux allures de thriller psychologique.

Avis

Suite à la lecture d’Helena de Jérémy Fel, mon ressenti est quelque peu mitigé.

D’un côté je suis face à un livre qui dépeint de manière forte une société américaine comme le faisait à une certaine époque la série télévisée Desperate Hoursewives. D’un côté, une femme célibataire qui élève ses trois enfants conçus des pères différents; de l’autre une jeune fille douée pour le golf qui doit aller s’entraîner chez une tante. Et bien sûr les destins de ces deux familles vont se croiser, de manière horrifique.

D’un autre côté, tout est caricatural dans cette histoire. Les personnages sont de pour clichés américains : la mère est obnubilée par la participation de sa famille au concours de mini-Miss, les pensées de la jeune fille sont plus adressées à son petit copain qui vient de la tromper qu’en sa préparation. Le meurtrier adore se badigeonner du sang de ses victimes ou de farfouiller dans les entrailles de celles-ci. Le flic est aveugle devant des preuves flagrantes d’un gros dysfonctionnement dans une maison.

Cependant, la grosse force de ce livre est la psychologie des personnages. C’est d’ailleurs l’élément majeur du roman qui lui confère son caractère de roman psychologique. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’agirait d’un thriller psychologique car malheureusement la tension n’est tenue que sur quelques pages au sein de ce gros pavé.

Ce qui est bien dommage car l’écriture de Jérémy Fel est un exemple de fluidité, de rythme. Le lecteur rentre immédiatement dans l’histoire, mais risque de décrocher s’il est coutumier des pages-turners ou thrillers avec plus de peps.

Bref, un roman en demi-teinte qui ravira sans aucun doute les amateurs du genre.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 733 pages
    • Editeur : RIVAGES (22 août 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2743644672
    • ISBN-13: 978-2743644673
    • Prix :23,00€
  • eBook
    • Editeur : RIVAGES (22 août 2018)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2743644680
    • Prix : 16,99€

Revue de presse

« Un conte sanglant et réjouissant vivifié par les clichés d’une Amérique de cinéma.« , Christine Ferniot, Télérama

Entretien avec l’auteur chez Babelio :

Divers

Jérémy Fel sera en séance de dédicaces à la librairie Lu&Cie à Suresnes le 11 novembre de 10h à 13h.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/24 dans Roman

 

Étiquettes : ,

Patrick Sénécal – Il y aura des morts

Patrick Sénécal – Il y aura des morts

Toujours méconnu de l’autre côté de l’Atlantique (du point de vue du Quebec, son pays de résidence), Patrick Sénécal est pour moi l’un des autres les plus talentueux du polar noir.

Découvert sur ce blog par le très dur Hell.com, j’avais pu constater la maîtrise et la continuité de son talent dans Le vide.

Alors est-ce que les promesses faites par Patrick Sénécal dans le titre de son nouveau roman, Il y aura des morts, seront-elles tenues ?

Résumé du livre

À huit heures vingt-quatre, ce vendredi 12 août 2016, Carl Mongeau émerge du sommeil sans se douter qu’aujourd’hui, sa vie basculera dans un cauchemar paranoïaque. Même si, comme tout le monde, il connaît son lot de petits problèmes et d’irritations diverses, il mène une existence somme toute frappée par les sceaux de la quiétude et de la sérénité, mais dans moins de neuf heures, ceux-ci disparaîtront, et ce, de façon définitive.

Pourtant, la journée de Carl, propriétaire du bar Le Lindsay à Drummondville, s’annonce normale. Le seul événement vraiment étrange est la visite de cette inconnue qui lui annonce quelque chose de troublant. Mais comme il s’agit sans doute d’une blague de mauvais goût, Carl se concentre plutôt sur les festivités du 20e anniversaire de son établissement qu’il prépare avec minutie. Car l’homme de cinquante et un ans, malgré quelques déceptions (comme sa séparation après vingt-huit ans de vie en couple) a toujours contrôlé son existence et aujourd’hui, il considère qu’il mène la vie presque parfaite qu’il mérite.

… sauf qu’à partir de 17:05, l’anniversaire de son bistrot sera le dernier de ses soucis. Comme tout ce qui concerne l’organisation de son quotidien, d’ailleurs.

Avis

L’idée de départ du roman est tout simplement génial : un jour une inconnue vientvous  dire que vous allez mourir avant de partir sans plus d’explication, et le lendemain vous êtes attaqué à la machette. Puis c’est le début de l’horreur, d’une chasse à l’homme dont vous êtes la cible. Le roman commence avec un rythme effréné, nous fait immanquablement pensé au film The Game de David Fincher, sans pour autant le parodier. Il va d’ailleurs rapidement s’en éloigner avec les premiers morts. Car oui, le livre porte bien son nom Il y a des morts dans Il y aura des morts.

La bonne surprise du roman est le cross-over de l’histoire avec un autre roman de Patrick Sénécal. Cela est fait intelligemment et rappelle de bons souvenirs pour les fans de cet auteur.

Malheureusement de nombreux défauts apparaissent dans ce roman.

L’auteur insère en plein milieu d’une phrase une immense parenthèse afin de partager les pensées de son héros principal. Le problème est que la plupart du temps on perd le sens de la phrase principal, nous obligeant à la relire une seconde fois, et de se relancer dans l’histoire.

Mais le plus pénible est la cumul des détails, des noms de routes, rues, espaces, parcourus par le héros. On est étourdi par cette déferlante de mots. La répétition des courses-poursuites lassent au fur et à mesure. Est-ce volontaire de l’auteur pour que le lecteur partage cet élément avec le personnage ? Si tel est le cas, ce n’est pas agréable et pas vraiment utile au récit.

Enfin, la fin est non seulement décevante mais également idiote. Qui avec cette richesse passerait par cette méthode alambiquée au lieu d’acquérir ce qu’elle soit (oui ce n’est pas très clair dans cette critique, mais je voulais pas dévoiler la fin du livre).

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 556 pages
    • Editeur : Alire (12 juillet 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 289615163X
    • ISBN-13: 978-2896151639
    • Prix : 22,50€
  • eBook
    • Taille du fichier : 1744 ko
    • Editeur : Alire (novembre 2017)
    • EAN : 9782896152483
    • Prix : 15,99€

Revue de presse

« L’écriture vive et haletante de Senécal vous tiendra sur le bout de votre fauteuil tout au long.« , Le devoir, Michel Bélair

Site Internet de l’auteur

http://www.patricksenecal.net/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/23 dans Thrillers

 

Étiquettes : ,

Amélie Nothomb – Les prénoms épicènes

Amélie Nothomb – Les prénoms épicènes

Tel un marronnier aux informations télévisées, Amélie Nothomb nous livre (le terme est bien approprié) son roman annuel.

Après plusieurs incursions dans la parodie de contes, Amélie Nothomb revient à ses premières amours : les prénoms, et plus particulièrement les Prénoms Epicènes.

Alors eh puis c’est tout ces épicènes ?

Histoire

« La personne qui aime est toujours la plus forte. »

Épicène, adj. : Qui a la même forme au masculin et au féminin.
Claude et Dominique, dont la rencontre au café a été fortuite, se marient et filent à Paris conquérir une nouvelle vie. De leur union naquit un enfant : Épicène.
Un amour mère-fille fusionnel. Une détestation père-fille immédiate.

 

Extrait

Sur Calameo

Avis

Cela faisait plusieurs années que j’avais délaissé les publications d’Amélie Nothomb, par leur manque d’originalité, leur faible épaisseur et pour le peu de temps mis pour les lire.

Cette fois-ci, je disposais d’un aller-retour sur la ligne 9 du Métro parisien, ne voulant pas m’embarrasser d’un gros livre, ou d’avoir du reste à lire à l’issue de cette balade. Les prénoms épicènes était le candidat idéal.

Si l’histoire m’a parfois fait pensé à La métaphysique des tubes de par l’introspection de l’héroïne depuis sa naissance, j’avoue avoir été agréablement surpris par le retournement de situation aux deux tiers du roman. Malheureusement cet enthousiasme s’est estompé sur le final que j’ai trouvé facile pour ne pas dire décevant.

L’écriture m’a semblé beaucoup plus fluide, plus accrocheuse que dans les précédents romans. L’humour est beaucoup plus présent; la lecture de ce roman m’a semblé beaucoup plus plaisante.

Malheureusement avec un prix en constante augmentation et un livre quasiment aussi important (ne vous laissez pas tromper par le nombre de pages, les marges, espaces interlignes et taille de police augmentant en parallèle), ce n’est certes pas un bon investissement pour les gros lecteurs qui préféreront la version numérique s’ils ne peuvent attendre la version poche.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 162 pages
    • Editeur : Albin Michel; Édition : 1 (22 août 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226437347
    • ISBN-13: 978-2226437341
    • Prix :17,50€
  • ebook
    • Editeur : Albin Michel; Édition : 1 (22 août 2018)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226431134
    • Prix :11,99€
  • Livre audio
    • Editeur : Audiolib (12 septembre 2018)
    • Collection : Littérature
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2367627568
    • ISBN-13: 978-2367627564
    • ISBN-13: 978-2226437341
    • Prix :18,50€

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/21 dans Roman

 

Étiquettes : , ,

Les orties – Les livres

Les orties – Les livres

Un petit moment d’humour sur les livres à la radio suisse.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/19 dans Sites Internet

 

Étiquettes : , ,

Le SLF alerte les jurés du Prix Renaudot sur les conséquences de la sélection d’un livre autoédité par Amazon

Le SLF alerte les jurés du Prix Renaudot sur les conséquences de la sélection d’un livre autoédité par Amazon

Je reprends un petit message communiqué par mon librairie favori : « Pour ceux qui ne sont pas au courant, les jurés du Renaudot ont sélectionné un ouvrage auto-édité, distribué uniquement pas Amazon. Vous l’aurez compris, un ouvrage qui, s’il est récompensé, ne pourra pas être vendu par l’un des 3500 libraires français …
Outre qu’ils se fichent de la tronche des libraires, on peut aussi avancer qu’ils se rient des éditeurs ..« .

L’alerte de la SLF.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/09/12 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :