RSS

Archives de Tag: sang

Claire Favan – Miettes de sang

Claire Favan – Miettes de sang

Cela fait un peu moins de trois ans que j’ai découvert Claire Favan, mais cette auteure est rapidement devenue une habituée de ce blog.

Cette fois-ci, pour changer un peu, j’ai opté pour une version audio d’un de ces livres : Miettes de sang.

Alors allons-nous savourer ce livre et ne pas en perdre une miette ?

Résumé du livre

«Méfiez-vous des apparences avec Claire Favan» Le Point Le lieutenant Dany Myers est officier de police dans une petite ville du Midwest américain. Son père y était capitaine et lorsqu’il a brutalement disparu, Dany a tout naturellement voulu prendre la relève. Mais cet «héritage» est encombrant et il est mal perçu par ses supérieurs. On lui confie plutôt les tâches subalternes et ses collègues gardent leurs distances. Sa vie sentimentale n’est pas non plus une réussite, longue suite d’échecs et d’occasions manquées. C’est un homme seul et pessimiste. Jusqu’à ce qu’il soit, par hasard, confronté à un bien étrange suicide que ses supérieurs veulent classer à tout prix et au plus vite. Mais Dany a un défaut, il est têtu…

Avis

Si vous pensiez lire un thriller, changez de livre, car « ce n’est » qu’un roman policier. un roman policier. Un roman policier qui a un peu de mal à démarrer, mais qui s’installe tranquillement. L’intrigue est cousue de fil blanc, aussi les amateurs n’auront aucun mal à trouver la solution.

On se prend à aimer ce personnage brimé tant par sa mère que par ses collègues, on a envie de l’aider, de le secouer pour qu’il réagisse. Aussi dès qu’il prend peu à peu de l’assurance, on est heureux de le voir évoluer et progresser dans son enquête. L’identification au personnage est donc parfaitement réussie grâce à la plume légère, fluide, entraînante de Claire Favan.

Si Dany Myers est le personnage central, l’histoire ne serait pas la même sans la pléiade de personnages secondaires aux personnalités bien marquées, aux psychologies diverses qui apportent saveurs, humour et fraîcheur au récit. Il est dommage cependant que certains d’entre eux soient un peu caricaturaux.

Ayant découvert ce livre dans sa version audio, j’ai particulièrement apprécié la lecture faite par Alexandre Donders. Elle est claire, la diction est parfaite, les intonations en fonction des personnages permet de rapidement les identifier à l’écoute.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre broché
    • Broché: 400 pages
    • Editeur : Editions Toucan (21 janvier 2015)
    • Collection : TOUC.NOIR
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810006180
    • ISBN-13: 978-2810006182
    • Prix : 16,42€
  • Livre broché
    • Broché: 352 pages
    • Editeur : Pocket (11 février 2016)
    • Collection : Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266261681
    • ISBN-13: 978-2266261685
    • Prix : 6,95€
  • eBook
    • Editeur : Editions Toucan (21 janvier 2015)
    • Langue : Français
    • ASIN: B00RW637O6
    • Prix : 6,42€
  • Livre audio
    • Durée : 7h17
    • Editeur : Audible Studios (23 juin 2017)
    • Lu par : Alexandre Donders
    • ASIN: B0733CKL5K
    • Prix : 12,95€
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/04/03 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

Concours : Gagnez le poche « Qui a tué Heidi ? » de Marc Voltenauer

Concours : Gagnez le poche « Qui a tué Heidi ? » de Marc Voltenauer

Bonjour à tous,

La maison d’édition de Marc Voltenauer, Slatkine & Cie, a eu la gentillesse de m’adresser son dernier roman « L’aigle de sang« .

Mais figuraient aussi dans le paquet un exemplaire au format poche de son second roman « Qui a tué Heidi ? » et quelques marque-page aux couleurs de son nouveau roman.

Je vous propose de gagner « Qui a tué Heidi ? » au format poche et un marque-page.

Pour tenter de les gagner, il faut avant le 15 avril 2019 minuit :

  • Suivre ma page FaceBook
  • Répondre sur mon blog en commentaire de ce post à la question suivante : comment s’appelle le café parisien dont il est question dans « L’aigle de sang« ?

Sachez que vous pouvez trouver la réponse dans ce blog, Marc Voltenauer y était venu l’an dernier pour un apéro-dédicace.

En cas d’ex-æquo, je prendrais la x-ième personne ayant bien répondu, x désignant l’arrondissement de Paris dans lequel se trouve le bar de la question.

Enfin, je vous rappelle que vous pouvez retrouver ma revue de « L’aigle de sang » ici.

Bonne chance à tous

 
4 Commentaires

Publié par le 2019/03/31 dans Concours

 

Étiquettes : , , , ,

Marc Voltenauer – L’aigle de sang

Marc Voltenauer – L’aigle de sang

Depuis le temps que j’annonce sa sortie, ou bien la réception de l’exemplaire envoyé par les éditions Slatkine et cie, je me devais de vous faire rapidement un retour sur la troisième aventure d’Andreas Auer : L’aigle de sang écrit par Marc Voltenauer.

Après La dragon du Muveran qui avait révélé cet auteur suisse, puis la configuration des talents d’auteur de romans policier, lors du séance apéro-dédicace, Marc Voltenauer nous avait déclaré penser projeter son héros dans un autre pays et le faire passer par Paris dans sa prochaine aventure.

Alors a-t-il tenu sa promesse, est-ce que cela va saigner à Paris ?

Résumé du livre

L’ inspecteur Auer ( Le Dragon du Muveran, Qui a tué Heidi ?) est de retour : il quitte son petit village de Gryon pour aller enquêter, en Suède, sur les traces de son histoire familiale.

Un secret de famille, une épitaphe mystérieuse, une inquiétante confrérie viking… L’inspecteur Auer était parti sur l’île de Gotland à la recherche de ses origines, il se retrouve prisonnier d’une enquête vertigineuse, entre Suisse et Suède, sur fond de meurtre rituel et de disparitions. En dénouant les hypothèses, il remonte au plus lointain de son enfance. Mais qui est vraiment Andreas Auer ?
Après l’immense succès du Dragon du Muveran et de Qui a tué Heidi ?, Marc Voltenauer livre enfin la troisième saison des aventures de l’inspecteur Auer. De Gryon à Gotland, en passant par Paris, un voyage dont vous n’êtes pas prêt de revenir.

Extrait

Parti bien trop tôt…

Tout semblait tellement irréel.

Ses souvenirs affleuraient et défilaient comme des diapositives. Il avait l’impression de les entendre glisser, avec le petit claquement sec de l’appareil Kodak que sortait son père lors des longues soirées d’hiver. Le projecteur tirait la diapositive, le chariot avançait. Des instantanés aux couleurs contrastées et saturées. Schklik.

Jessica et lui, dans le jardin de la maison sur l’île de Gotland, le bac à sable en plastique vert pomme. Schklik. Le cartable sur le dos, il porte à bout de bras un énorme cornet d’écolierorange avec un ruban violet, bourré de bonbons, la Schultüte reçue de ses parents pour son premier jour de classe. Schklik. Lui, posant en tenue de footballeur, son maillot rouge avec le numéro neuf, les genoux écorchés. Schklik. Il sourit, triomphant, son premier vélomoteur, un Piaggio Ciao bleu et noir avec un pot d’échappement chromé, son quatorzième anniversaire. Schklik. En costume sombre, entouré de ses camarades lors de son assermentation, il jubile intérieurement. Schklik. Mikaël et lui échangent leur premier baiser. Schklik.

Un tournant dans sa vie. Jessica, sa sœur, enfermée dans une cave lugubre. Schklik. Un visage anguleux, les cheveux ras, des yeux azur perçants, l’homme qui tire sur Mikaël, une balle en pleine tête. Schklik. Lui, une arme à la main, un individu à terre dans le salon d’un chalet. Schklik. Mikaël, aux soins intensifs, relié par des tuyaux à une machine. Schklik. Lui, suspendu par sa hiérarchie, seul à la maison à boire du whisky. Schklik. Jessica au marché de Noël, en pleurs, et lui, ébranlé par cette révélation qui a changé sa vie. Schklik. La chambre d’hôpital, l’électrocardiogramme qui s’affole, les médecins qui emmènent Mikaël. Schklik! Schklik! Schklik! Schklik…

Avis

Cet Aigle de sang est sans conteste le meilleur des trois romans de Marc Voltenauer.

Tout d’abord, l’auteur a eu la bonne idée de rompre avec le modèle de ces deux premiers romans. D’une part il n’a pas laissé son héros affronter une nouvelle énigme dans Gryon au risque de faire passer le petit village comme le village le plus malfamé de la Suisse; et d’autre part, son héros Andreas Auer va devoir enquêter, non pas sur un meurtre, mais sur lui et ses origines. Sur ce second point, j’ai trouvé quelques analogies avec Rouge armé de Maxime Gillio.

Mais je rassure tout de suite les amateurs de romans policier, la vie de la petite île Gotland va être bouleversée et des meurtres vont jalonner la recherche d’identité du héros. Bien que n’étant pas dans son pays d’office, l’inspecteur suisse sera autorisé à assister à celle-ci en Suède. Je ne vais pas plus loin dans le résumé du livre au risque de vous dévoiler celui-ci.

Un autre élément important dans ce livre est la Suède et son  histoire. On sent que l’auteur apprécie connaît bien ce pays, ses coutumes et sa cuisine, car il parsème l’histoire de détails sur ce pays; par rapport au pays du Muveran, c’est à la fois dépaysant, rafraîchissant et instructif.

On pourrait alors penser que c’est le roman policier parfait, mais il y a bien quelques imperfections (qui je suis sûr seront gommés dans le quatrième roman). Ainsi de nombreuses répétitions tant sur la recherche de parentalité d’Andreas que sur les différents rites du clan auraient pu être évitées. Mais ce qui m’a le plus gêné, ayant du mal à mémoriser les patronymes (et encore plus les patronymes suédois), c’est la multitude des personnages que brasse ce roman. Et histoire de me rendre la tâche encore plus dure, certains de ces personnages vont avoir des noms d’emprunt. Donc si vous êtes comme moi, n’hésitez pas à vous munir d’un petit papier et d’un crayon pour dresser un organigramme.

Et puis il y a quelques figures de style qui m’ont surpris dans ce troisième livre de Marc Voltenauer que je n’avais pas notée lors de ses précédents romans. Afin de coller au mieux au pays dans lequel se déroule l’histoire, l’auteur a volontairement employé le tutoiement tout au long des discussions, même pour des personnages officiels venant interroger des témoins ou des suspects alors qu’ils ne se connaissent pas. Mais dans ce cas, cette adaptation stylistique est rompue lors de l’emploi de la numération helvético-belge (septante, nonante).

Je dois avouer que je pinaille sur de menus détails car la lecture de L’aigle de sang est d’une grande fluidité, très agréable; et chose que je souligne rarement, la couverture est particulièrement réussi et attractive.

Au final, c’est certainement le meilleur roman de Marc Voltenauer qui nous fait découvrir un peu plus son héros et la Suède.

Notation

Histoire  
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 511 pages
    • Editeur : Slatkine et cie (14 mars 2019)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 288944094X
    • ISBN-13: 978-2889440948
    • Prix : 22,90€
  • eBook
    • Editeur : Slatkine et cie (14 mars 2019)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2889440955
    • Prix : 14,99€

Revue de presse :

Son interview sur Canal9 à l’occasion de la sortie de L’aigle de sang :

Site Internet de l’auteur :

https://www.marcvoltenauer.com

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/03/20 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Le nouveau Voltenauer est arrivé … chez moi

Le nouveau Voltenauer est arrivé … chez moi

Un rapide message pour vous faire partager ma joie à l’ouverture de ma boîte aux lettres aujourd’hui.

Un gros paquet des éditions Slatkine & Cie avec en son sein le nouveau roman de Marc Voltenauer : L’aigle de sang. Je tiens à les remercier de cette attention.

Ce roman fait suite à Le dragon du Murevan et Qui a tué Heidi.

Et si vous regardez bien, accompagnait l’édition Poche de ce dernier…. Donc faites attention, je pense que dans quelques jours je vais organiser un concours pour vous le faire gagner.

La version poche de Qui a tué Heidi et L’aigle de sang vont sortir conjointement le 14 mars 2019.

A très bientôt pour la critique de ce nouveau livre.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/03/12 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

Bientôt « L’aigle de sang » en avant-première

Bientôt « L’aigle de sang » en avant-première

Il y a quelques temps je vous annonçais la parution prochaine du nouveau roman (son troisième) de Marc Voltenauer. : L’aigle de sang.

Voici ce que je viens de recevoir par mail.

Vous aurez donc la joie de découvrir au plus tôt.

A suivre….


Chères amies, chers amis,

Marc Voltenauer vous a annoncé la parution imminente de son nouveau roman, L’Aigle de sang, le 14 mars prochain.

Compte tenu de votre fidélité et de votre soutien, Marc a demandé à ce qu’un exemplaire vous soit réservé en primeur. Il vous parviendra dès les premiers jours de mars.

Marc sera de retour de Suède le 10 mars. De nombreux événements et rencontres sont prévus pour le printemps, en Suisse, en France et en Belgique.

A très vite donc,

L’équipe des éditions Slatkine & Cie

 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/01/28 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

Marc Voltenauer annonce son nouveau roman

Marc Voltenauer annonce son nouveau roman

L’information est toute fraîche.

Marc Voltenauer vient d’annoncer le titre et la date de sortie de son prochain roman.

Son troisième roman se nommera L’aigle de sang et sortira dans toutes les bonnes librairies le 14 mars 2019.

Pour rappels, vous pouvez retrouver les critiques des deux premiers livres sur ce blog :

Je les recommandes pour les amateurs de romans policier désirant de découvrir en même temps le Suisse.

Mise à jour du 20/01/2019 : marc a diffusé la couverture de son prochain livre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/12/15 dans Actualités, Evénements

 

Étiquettes : , ,

Asa Larsson – Le sang versé

Asa Larsson – Le sang versé

Voici Asa Larsson une auteure dont nous n’avons jamais lu de livre mais qui fait beaucoup parler d’elle dans les points de vente avec les jaquettes apposées sur ses livres indiquant qu’elle est la nouvelle reine du crime suédoise, qu’elle a même obtenu le prix du meilleur roman policier suédois.

Forts succès de Stieg Larsson et sa trilogie Millenium, ou Camilla Läckberg, les éditeurs ont recherché puis commercialisé nombre d’auteurs nord-européens pour profiter de la vague d’engouement envers cette littérature. Malheureusement, avec une qualité inégale.

Est-ce que Le sang versé par est au niveau de sa réputation ?

Résumé du livre

À 145 kilomètres du cercle polaire, dans l’atmosphère crépusculaire du grand nord, un petit village aux environs de Kiruna, ville natale de l’avocate, est sous le choc : le pasteur de la paroisse – une femme – vient d’être assassiné. En mission là-bas pour son cabinet d’avocats, Rebecka remonte la piste de cette affaire qui réveille le souvenir traumatisant d’un autre meurtre…

Véritable star en Scandinavie, Åsa Larsson compte des millions de lecteurs à travers le monde, accros aux enquêtes de son héroïne, la brillante avocate fiscaliste Rebecka Martinsson. Best-seller en Suède, Le Sang versé, prix du meilleur roman policier suédois, illustre la sensibilité et l’écriture particulières de cette reine du polar.

Extrait

Vendredi 21 juin

Je suis recroquevillé sur l’étroite banquette de la cuisine. Incapable de dormir. En plein coeur de l’été les nuits sont trop claires et n’incitent pas au repos. La pendule en face de moi va bientôt sonner une heure. Son tic-tac enfle dans le silence. Disloque mes pensées et toute tentative de réflexion sensée. Sur la table est posée la lettre de cette femme.
Ne bouge pas, me dis-je. Reste tranquille et endors-toi.
Tout à coup je pense à Traja, une femelle pointer que nous avions quand j’étais petit. Elle n’avait jamais pu se calmer, elle passait son temps à tourner en rond comme une âme en peine dans la cuisine, ses griffes cliquetant sur le parquet vitrifié. Pendant les premiers mois, nous avions dû la garder enfermée dans une cage à l’intérieur pour l’obliger à rester tranquille. Je me souviens que les mots : «assis», «attends», «couché», résonnaient perpétuellement dans la maison.
Cette nuit c’est pareil. Il y a un chien enfermé dans ma poitrine qui bondit à chaque tic-tac de l’horloge, chaque fois que j’inspire. Mais ce n’est pas Traja qui est tapie là. La chienne se contenterait de cavaler à droite et à gauche faute de tenir en place. Cette chienne-là détourne la tête quand j’essaye de croiser ses yeux. Elle est sournoise, vicieuse.
Il faut que je dorme. On devrait m’enfermer. Me mettre dans une cage au milieu de cette cuisine.
Je me lève pour regarder dehors. Il est une heure et quart. On se croirait en plein jour. Les ombres des vieux pins sylvestres qui délimitent le bout du jardin s’étirent jusqu’au mur de la maison. Je m’imagine que ce sont des bras, des mains qui sortent du fond des tombeaux pour m’emporter. La lettre est toujours là, posée sur la table de la cuisine.
Je descends à la cave. Il est deux heures moins vingt-cinq. La chienne qui n’est pas Traja se dresse sur ses pattes. Elle fait des bonds aux frontières de ma raison. Je la réprimande. Je refuse de suivre ses traces en cette terre inconnue. Ma tête est vide. Ma main décroche des objets au hasard. Des outils. Qu’est-ce que je vais en faire ? Une masse. Un pied-de-biche. Une chaîne. Un marteau.
Mes bras jettent le tout dans le coffre de la voiture. Je regarde toutes ces choses comme s’il s’agissait des pièces d’un puzzle dont je ne connais pas le motif. Je monte dans la voiture. J’attends. Je pense à la femme et à la lettre. Tout est sa faute. C’est elle qui me rend fou.

Je démarre. Il y a une horloge sur le tableau de bord. Des traits sur un cadran, dénués de sens. Cette route conduit hors du temps. Mes mains serrent si fort le volant que mes doigts sont douloureux. Si je me tue maintenant, on devra scier le volant et m’enterrer avec. Mais je ne me tuerai pas.
Je sors de la voiture à cent mètres de l’endroit où est amarrée sa barque. Je descends jusqu’au bord de la rivière. Lisse et tranquille, on dirait qu’elle attend. L’eau clapote doucement sous la quille du bateau. Le soleil de minuit danse dans les subtils remous laissés à la surface par quelque truite venue gober des pupes. Les moustiques forment un essaim autour de moi. Ils font vibrer leurs ailes près de mes oreilles, se posent sur mes paupières et dans ma nuque et sucent mon sang. Ça m’est égal. Un bruit derrière moi. Je me retourne. La voilà. Elle s’arrête à une dizaine de mètres de moi.

Avis

Autant le dire tout de suite, j’ai été extrêmement déçu par Le sang versé, prix du meilleur roman policier suédois. Du fait de cette récompense, on pourrait s’attendre à un roman bien structuré, avec des personnages approfondis, une énigme alambiquée et du rythme dans l’histoire.

Si Asa Larsson maîtrise parfaitement la construction de ses personnages, leur psychologie, leur passé, leurs peur, elle consacre malheureusement une trop grande place aux réflexions  de ceux-ci au détriment de l’histoire. De nombreux retours en arrière sont faits, mais on ne comprend pas à quoi cela va servir pour la résolution de l’énigme.

Arrivé au tiers du livre, en persévérant, j’ai du laisser tomber sa lecture car c’est tout juste si le meurtre avait été commis et l’enquête lancée… à 2 à l’heure.

J’ai peut-être tort de ne pas continuer sa lecture, mais le lenteur de ce livre m’a fait sombrer plus d’une fois dans les bras de Morphée.

A défaut d’être un bon roman policier, c’est un excellent somnifère.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 471 pages
    • Editeur : Albin Michel (2 avril 2014)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226256091
    • ISBN-13: 978-2226256096
    • Prix : 22,00€
  • Poche
    • Poche: 504 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (2 septembre 2015)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253163945
    • ISBN-13: 978-2253163947
    • Prix : 7,60€
  • eBook
    • Taille du fichier : 2108 ko
    • Editeur : Albin Michel (2 avril 2014)
    • EAN: 978-2226306500
    • Prix : 4,99€

Revue de presse

« Fascinant : les fans de Henning Mankell, Karin Fossum et Arnaldur Indridason seront séduits. » Publishers Weekly (USA)

« Les romans policiers de Larsson sont en ce moment ce qu’il y a de plus original et de plus créatif en provenance de Scandinavie. » Die Welt (Allemagne)

« Åsa Larsson a autant de talent pour camper des situations glaçantes que pour se mettre à la place de ses personnages. » Washington Post (USA)

« Loin des rues de Stockholm, «Le sang versé» nous invite dans une contrée aux horizons enneigés, terre natale de la très populaire Suédoise Asa Larsson, avocate comme son héroïne. De construction classique mais abordant des thèmes personnels et originaux, son livre décrit une population dont les moeurs peuvent se révéler aussi rudes que le climat : femmes battues par des maris alcoolisés et bagarreurs, homme abandonné, élevant seul son fils simple d’esprit mais le surprotégeant, la vie est rarement une partie de plaisir. Quant aux serviteurs de Dieu, ils ne valent guère mieux… Intolérance, rancœurs, fascination dangereuse pour une personnalité aussi charismatique qu’ambiguë, l’auteure scrute avec acuité les démons qui couvent sous la glace nordique. » François Lestavel – Paris-Match, mai 2014

Récompenses

Prix du meilleur roman policier suédois

 
1 commentaire

Publié par le 2017/10/01 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :