RSS

Archives Mensuelles: mars 2012

Kinle Touch disponible en France le 27 avril 2012

Je vous livre l’information brute telle qu’elle est affichée sur le site d’Amazon.fr.

Enfin un concurrent au Nook Touch disponible en France.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/28 dans Nouveautés

 

Étiquettes : , ,

Bertrand Delcour – Les sectes mercenaires

Je vous l’avais promis, nous allons retrouver un de mes héors préférés de la littérature française : le Pouple.

Cet ovni du roman de gare présente des qualités d’histoire, de rédaction, et d’originalité quelque peu limitées et inégales. Mais l’humour est y régulier.

Voici le 17ème volume des aventures de notre céphalopode. Rédigé par  Bertrand Delcout, Les Sectes Mercenaires va, comme son titre le suggère, aller se frotter avec le monde des sectes.

Alors c’était à faire ou c’était pas à faire ?

Histoire

Dans un petit village de l’Aude en terre cathare a lieu un horrible sacrifice humain de jeune fille, sur une verte colline. Quelques messieurs trop tranquilles, une secte d’illuminés qui fait régner l’omerta, et le Poulpe qui vient déranger le silence.

Il y a aussi les chemises noires du château de Rochebrune, un dandy désabusé à leur tête. Le Poulpe est un personnage libre, curieux, contemporain, qui aura quarante ans en l’an 2000. C’est quelqu’un qui va fouiller, à son compte, dans les failles et les désordres apparents du quotidien. Quelqu’un qui démarre toujours de ces petits faits divers qui expriment, à tout instant, la maladie de notre monde.

Avis

Comme je le disais en introduction, le style d’écriture d’un poulpe est généralement basique, pauvre, parfois aux limites du style de blog (pire que le mien) voire de la tenue d’un SMS ou d’un dialogue sur MSN. Mais ce tome est nettement au-dessus de la moyenne : fluide, phrase longue mais parfaitement construites. C’est un des rares poulpes où certaines pages sont noires de lettres.

Quant à l’histoire, rien de bien original, mais on sent de la part de l’auteur une certaine recherche sur ce domaine. Bien que soutenu, le rythme pêche un peu au milieu du livre « pour respecter les 10 commandements d’un livre poulpesque ».

Donc, à recommander auprès de quelqu’un qui ne connaîtrait pas la série; sans le dégoûter complètement s’il s’avérait ne pas avoir d’affinité particulière avec la philosophie du Pouple.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 151 pages
  • Editeur : Baleine (31 mai 1996)
  • Collection : Le Poulpe Nø17
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2842190165
  • ISBN-13: 978-2842190163
  • Prix : 8.00€
 
1 commentaire

Publié par le 2012/03/21 dans Policier

 

Étiquettes : , , ,

Enlever les DRM des eBooks de l’Apple Store

Ce qui devait arriver arriva.

La plupart des gens achetant des livres numériques veulent retrouver l’usage des livres papier. Le prêt d’un livre, la lecture quelqu’en soit le support, quelqu’en soit la personne qui l’a en main.

Cela faisait donc plusieurs mois que des hackers planchaient sur le système de DRM utilisé par Appel pour l’iBookStore.

Ils y sont arrivés et vous pouvez donc dès à présent faire sauter les verrous du système pour tout livre que vous aurez légalement acquis par iTunes. Voilà comment il faut procéder :

  1. Télécharger et installer le Requiem 3.3.5..
  2. Exécuter iTunes, acheter et télécharger les ebooks.
  3. Exécuter Requiem 3.3.5, il va automatiquement supprimer les DRM iBooks.
  4. Les ebooks avec DRM protection vont aller à corbeille et être replacés par des ebooks sans DRM.
  5. Vous pouvez lire les ebooks sans DRM sur PC/Mac, ou les autres appareils comme Kobo, Kindle, Nook, etc.

Sachez cependant que ce genre de software est « propre » à véhiculer quelques petites choses complémentaires pas forcément très correctes pour votre PC.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/21 dans Sites marchands

 

Étiquettes : , ,

Mons Kallentoft – Eté

Pour les fidèles de mon blog, vous n’aurez pas encore la chance de voir ma critique sur Le Magicien de Feist, n’ayant toujours pas pu récupérer mon Nook prêté à ma femme.

Par conséquent, je puise dans ma bibliothèque de livres en attente d’être lus et je vous propose donc le deuxième tome de la tétralogie des saisons de Mons Kallentoft,Eté.

Alors, ce tome 2 était aussi lourd à lire que la chaleur qui accable les héros du roman ?

Histoire

C’est l’été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s’embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n’empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L’enfer brûlant des flammes crée une sorte de solidarité parmi les gens, alors que la peur et l angoisse face aux meurtres horribles du tueur font émerger des soupçons et des préjugés envers celles et ceux qui semblent différents. L’horreur devient totale, quand la propre fille de Malin Fors l’enquêtrice des romans de Kallentoft se fait enlever. Chaque minute compte, et Malin n’a plus que son instinct de policier et de mère pour l’aider à sauver l’être qui lui est le plus cher au monde.

Avis

Tout comme pour le premier tome de la série, le style d’écriture de Mons Kallentoft (ou de ses traducteurs Max Stadler et Lucile Clauss) est assez difficile, saccadé qui ne permet pas d’avoir une lecture rapide, fluide et par conséquent agréable.

L’histoire en soi même n’est pas très originale, et la procédure policière relatée peu réaliste, ou serait le témoignage d’un grand manque de professionnalisme. Ainsi, nul n’est fait mention d’une recherche de similarité dans l’entourage des familles des victimes.

La conclusion est que ce deuxième tome n’est certainement pas le meilleur de la série. Et comme j’ai déjà acheté les deux suivants, j’espère que ces erreurs ne seront pas répétées.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 357 pages
  • Editeur : Le Rocher Editions (25 mai 2010)
  • Collection : Serpent Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2268069575
  • ISBN-13: 978-2268069579
  • Prix : 24.00€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/19 dans Policier

 

Étiquettes : ,

Nouveau rapport du MOTif sur le piratage d’eBooks

Le MOTif, organisme de faire un rapport annuel sur le livre et l’écrit au compte d’Hadopi, vient de publier sa troisième étude, notamment sur le piratage des eBooks.

Peu de nouveautés cette année, toujours autant de pistes pour trouver les réseaux parallèles fournissant les eBooks pirates (merci au MOTif grâce à qui j’ai pu découvrir les différents moyens de diffusion des eBooks pirates), mais par contre des recommandations fortes.

La principale étant que seule une offre commerciale légale conséquente pourra contrecarrer le piratage des offres.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/19 dans eBookz.com

 

Étiquettes : , , ,

Gôshô Aoyama – Détective Conan Tome 67

Voici l’un des premiers mangas que j’ai découvert il y a quelques années. Car oui, vous avez bien lu, il s’agit bien du soixante-septième tome dont l s’agit ici.

Ce manga est un véritable succès planétaire car après les succès en librairie au Japon, en Corée, en France, Conan a envahi le petit écran puis le grand écran pour sa version animée.

Alors est-ce que ce 67ème n’est pas l’album qui marque le déclin de ce succès ?

Histoire

Surtout, ne vous fiez pas aux apparences. Le jeune Conan a beau être haut comme trois pommes, c’est un détective redoutable. Petit par la taille, d’accord, mais déjà grand par la capacité de déduction. Bref, il ne fait pas son âge… Et pour cause : en réalité, il n’a pas vraiment six ans, comme un rapide coup d’oeil à sa morphologie pourrait le laisser croire. Conan – de son véritable nom Shinichi Kudo – est, à l’origine, un détective lycéen. Mais il s’est retrouvé un jour en butte aux membres de l’Organisation des hommes en noir. Et ceux-ci n’ont rien trouvé de mieux que de lui faire ingurgiter un liquide empoisonné qui l’a fait replonger en enfance… Et tandis que le professeur Agasa multiplie les inventions loufoques afin de lui rendre sa taille normale, Conan passe son temps à résoudre des énigmes en tous genres. Pour le plus grand plaisir des ados, qui se régalent de ses aventures menées tambour battant. Un manga très séduisant qui rend hommage aux grands classiques de la littérature policière.

Avis

Lorsque j’ai découvert ce manga, je l’ai apprécié pour plusieurs raisons. Gôshô Aoyama avait trouvé une formule magique alliant d’un subtile mélange intrigue policière, thriller avec la poursuite des hommes en noir, et légère présentation de la société nippone.

Après 67 tomes, il faut bien l’avouer, une des composantes a progressivement disparu : plus d’enquêtes, de poursuites, de recherche des hommes en noir. Gôshô a trouvé un filon d’or et il compte bien l’exploiter jusqu’à la dernière veine.

Ensuite, pour les amateurs d’énigmes policières, le plaisir est toujours présent bien que la moitié du temps la solution se trouve soit dans les caractères kanji, dans la religion bouddhiste ou le folklorique mythologique japonnais. En tant que français, nous partons avec un handicap pour rivaliser avec les enquêteurs de la série. Cependant force est de constater que l’intrigue et la technique du crime est très bien construite, même si le mobile nous paraît parfois un peu farfelu.

Bref, même s’il est toujours aussi stimulant de se mesurer à Conan, après 67 albums, le lecteur que je suis commence un peu à se lasser de cette série.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : Kana (2 mars 2012)
  • Collection : CONAN
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2505014272
  • ISBN-13: 978-2505014270
  • Prix : 6.85€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/12 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , ,

Shane Stevens – Au-delà du mal

Après un mois d’abstinence de critiques littéraires, je reviens avec un thriller, très noir, qui avait été découvert en France par le fameux Gérard Collard (voir article à son sujet sur le site de l’Express Culture) en 2009

Au-delà du mal a été écrit par Shane Stevens qui a l ui seul pourrrait faire l’objet d’un roman. Encensé par Thomas Harris, James Ellroy ou encore Stephen King, cet auteur est en fait anonyme. Shane Stevens est un pseudonyme qui a servi le temps de la rédaction de 4 romans à succès avant que son utilisateur ne retourne dans l’anonymat.

En bandeau avec la version de poche figure la recommandation de Stephen King pour ce livre. COnnu pour avoir fait plusieurs recommandations afin des fins alimentaires, vais-je aller dans le sens du maître de l’horreur ?

Histoire

Après plus de vingt-cinq ans de malédiction éditoriale, nous avons le plaisir de vous présenter pour la première fois en langue française Au-delà du mal, de Shane Stevens, l’un des livres fondateurs du roman de serial killer, avec Le Dahlia noir, de James Ellroy, et Le Silence des agneaux, de Thomas Harris. À 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. Il s’en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier à travers les États-Unis. Très vite, une chasse à l’homme s’organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral. Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d’Adam Kenton, journaliste dangereusement proche du tueur, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu’à un dénouement captivant. A l’instar d’un Hannibal Lecter, Thomas Bishop est l’une des plus grandes figures du mal enfantées par la littérature contemporaine, un héros  » terrifiant pour lequel on ne peut s’empêcher d’éprouver, malgré tout, une vive empathie. Au-delà du mal, épopée brutale et dantesque, romantique et violente, à l’intrigue fascinante, constitue un récit sans égal sur la façon dont on fabrique un monstre et sur les noirceurs de l’âme humaine. D’un réalisme cru, presque documentaire, cet ouvrage, hanté par la figure de Caryl Chessman, n’est pas sans évoquer Le Chant du bourreau de Norman Mailer et De sang-froid de Truman Capote. Un roman dérangeant, raffiné et intense.

Avis

On pourrait penser qu’il s’agit d’un énième livre sur un serial killer, ou de a retranscription de faits réels.Au-delà du mal va bien plus loin que cela. Tout d’abord, il a l’originalité de présenter les pensées du tueur, d’expliquer sa logique, de nous faire pénétrer dans son univers; et puis de montrer toutes les parties de la civilisation impactées par l’arrivée de ce genre d’individu dans une société : policiers bien sûr, mais également psychologues, criminologues, journalistes, politiciens… et monsieur, madame tout-le-monde.

Bien que l’histoire soit articulée autour des aventures du serila killer, de sa progression dans sa quête, sa folie, le livre donne une large part aux personnes de second plan pour mieux retranscrire l’ambiance.

Enfin les faits se déroulent du milieu de 1948 à 1973, cela est l’occasion de profiter (pour certains de se replonger) des modes et coutumes de l’époque, qui avouons-le ont quelque peu changés depuis.

Vous l’aurez compris ce livre est un chef-d’œuvre du genre. Qui plus est le style est très bien fluide (encore une fois grâce à un superbe travail de traduction de Clément Baude), certaines répétitions seraient sans doute supprimées dans une édition 2000 (le livre a été écrit dans les années 70), la construction syntaxique reste efficace tout en étant recherché (rares sont les livres de ce genre dans lequel j’apprends du vocabulaire).

Le plus difficile dans la lecture de ce livre est de devoir s’arrêter de temps en temps, car avec ses pages denses il est impossible de le lire d’une traite.

Enfin un petit détail, certains passages sont un peu « cru » dans la première moitié du livre, passez-les, après la moitié du livre, plus aucun détail sanglant ne sont données

Et puis comme j’aime beaucoup Gérard Collard, je ne peux que vous renvoyer sur son site et profiter de la critique vidéo en ligne sur le site de sa librairie.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/10 dans Thrillers, Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :