RSS

Archives de Catégorie: BD – Manga

Le Roux – Brunschwig : La mémoire dans les poches, Tomes 1, 2 & 3

Le Roux – Brunschwig : La mémoire dans les poches, Tomes 1, 2 & 3

S’il y a bien un rayon qui résiste dans les magasins culturels, c’est bien celui des bandes dessinées et des mangas. Alors que le rayon musique a fondu comme neige au soleil, les couvertures des bandes dessinées s’étalent à n’en plus finir.

or il faut bien le reconnaître, ce sont les couvertures qui attirent notre regard et qui sont à mon avis pour 50% à l’origine de nos achats.

Pour ce livre de Le Roux et Brunschwig, c’est la couverture du troisième tome qui m’a fait connaître la trilogie de La mémoire dans les poches.

Alors avais-je raison de ne pas avoir mes yeux dans mes poches ?

Histoire

Quelques mois après Le Sourire du clown, Luc Brunschwig propose, avec Étienne Le Roux au dessin, un récit résolument intimiste. Celui d’une famille apparemment sans histoire.
Construit à travers le regard de chacun des trois personnages principaux, le récit place résolument le lecteur au coeur même de leurs vécus, de leurs choix, de leurs fragilités, de leurs impasses, de leurs fuites…
À la justesse de Luc Brunschwig, répond la sensibilté du dessin d’Étienne Le Roux pour offrir à cette histoire du quotidien une lumière et une chaleur qui pourraient être de l’humanité.Petits mensonges, discrets arrangements, et autres secrets de famille…Dans un bar tranquille, une jeune femme allaite son enfant lorsqu’un vieil homme, désespéré, vient à elle et lui demande d’en faire autant pour le petit affamé qui hurle dans ses bras. La demande glace le sang de toutes les personnes présentes. Le vieil homme se retrouve rapidement cerné, pris sous le feu roulant des questions, contraint de raconter son incroyable histoire…
Une histoire sans révélations extraordinaires, sans évènements abracadabrants. Celle de sa famille. De sa femme, Rosalie. De son fils, Laurent. L’histoire de gens comme tant d’autres, se débattant au quotidien dans une société à laquelle ils tentent d’apporter un peu d’humanité, un peu d’amour,… modestement.
Or, c’est précisément aux limites et aux contradictions de leur humanité qu’ils vont tous trois être confrontés.
A la suite d’une décision, d’un choix de vie de Laurent, celui-ci découvre la vraie personnalité de sa mère, la lâcheté de son père, la face cachée du foyer qui est le sien.
Absolument rien, ni personne ne pourra alors empêcher l’implosion totale de cette famille que tout le monde pensait admirable et indestructible.

Avis

Pour une livre, l’histoire et l’écriture comptent. Pour une bande dessinée, ce sont l’histoire et le dessin qui portent une bande dessinée.

La mémoire dans les poches est une histoire qui se dévoile petit à petit, qui est fréquemment relancée par de nouveaux éléments qui réorientent l’enquête. Mêlant événements historiques et éléments d’actualité, la trilogie fait réfléchir le lecteur sur nos capacités d’accueil, de fraternité, d’acceptation des différentes et des autres. Une histoire pleine de sentiments qui vous saisira.

Par contre, point négatif dans la narration est l’emploi fréquent de flashbacks. Malheureusement ils ne sont pas du tout mis en évidence, et je fus un peu perdu dans la compréhension de l’histoire, m’obligeant à revenir en arrière.

Sans être un modèle de détails, le dessin n’est pas non plus des plus basiques. Suffisamment détaillé, ce sont avant tout les expressions des visages, les couleurs et les jeux de lumière qui confèrent toute l’ambiance quasi cinématographique à cette bande dessinée. Cependant sur plusieurs pages, le dessin était flou : effet volontaire dont je n’ai pas compris la signification ou bien erreur d’impression ?

Enfin, bien que je comprenne le travail et le coût de production d’une bande dessinée, je trouve généralement leurs prix disproportionnées par rapport au temps passé à les lire. Et bien pour une fois, j’avoue que le prix de la trilogie de La mémoire dans les poches est mérité: 240 pages, soit près du double de pages des BD standard, la quantité de texte et le temps passé à la lire le justifient.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Tome 1
    • Livre
      • Album: 88 pages
      • Editeur : Futuropolis (8 juin 2006)
      • Collection : BAND DESS ADULT
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2754800034
      • ISBN-13: 978-2754800037
      • Prix : 16,15€
    • eBook
      • Taille du fichier : 142564 KB
      • Editeur : Futuropolis (17 septembre 2012)
      • Langue : Français
      • ISBN-13: 978-2754805278
      • Prix : 10,99€
  • Tome 2
    • Livre
      • Album: 72 pages
      • Editeur : Futuropolis (11 juin 2009)
      • Collection : BAND DESS ADULT
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2754800999
      • ISBN-13: 978-2754800990
      • Prix : 16,25€
    • eBook
      • Taille du fichier : 44334.0 KB
      • Editeur : Futuropolis (27 juin 2013)
      • Langue : Français
      • ISBN-13: 978-2754805353
      • Prix : 10,99€
  • Tome 3

    • Livre
      • Album: 80 pages
      • Editeur : Futuropolis (18 mai 2017)
      • Collection : BANDES DESSINEE
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2754803394
      • ISBN-13: 978-2754803397
      • Prix : 17,00€
    • eBook
      • Taille du fichier : 71544 KB
      • Editeur : Futuropolis (18 mai 2017)
      • Langue : Français
      • ISBN-13: 978-2754823548
      • Prix : 10,99€

Site Internet

http://jordilafebre.blogspot.fr/

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/02/04 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , , , , , ,

Midam – Game Over n°15 & 16

Midam – Game Over n°15 & 16

Chers amis lecteurs, une petite critique de notre BD plaisir, histoire de rigoler un bon coup avant de passer à un livre beaucoup plus complexe.

Depuis le tome 11, je ne vous avais pas suggéré de critique de notre petit héro de Game Over  en quête de sa princesse. Je vais rattraper ce retard en vous proposant les tomes 15 et 16, les deux derniers parus à ce jour.

Alors est-ce que Midam et ses amis sont en fin de jeu ?

Histoire

Il est courageux. Il est valeureux. Il est audacieux. Mais il est surtout malchanceux ! Vous l avez reconnu : le Petit Barbare, double virtuel de Kid Paddle, revient pour de nouvelles aventures imprévisibles et déjantées. Et si l objectif sauver une princesse pas plus douée et les ennemis des blorks plus bêtes que méchants sont toujours les mêmes, le nombre de Game Over possibles semble lui ne pas avoir de limites… Courage, Petit Barbare !

Avis

Une BD fraîcheur, de celles que l’on lit entre deux gros livres pour s’aérer l’esprit, pour rire un bon coup. Une BD qui est un peu une madeleine de Proust, que l’on ne lirait pas souvent mais dont à toujours plaisir à retrouver.

Midam et ses acolytes sont passés à la vitesse supérieure car ce ne sont pas moins de 3 albums qui sont parus en un an. Cette productivité se ressent dans le manque d’originalité des gags, par exemple les mésaventures suite un lancer de casque sont exploitées à plusieurs reprises.

Pour le temps passé à sa lecture, 30 minutes au total en comptant mon fils et moi, je ne peux que conseiller d’aller dans une bibliothèque ou à défaut d’acheter sa version numérique. Le dessin simple aux couleurs basiques passeront parfaitement sur une bonne tablette.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • N°10
    • Livre
      • Relié: 48 pages
      • Editeur : Mad Fabrik (21 août 2013)
      • Collection : MF.GAME OVER
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2930618523
      • ISBN-13: 978-2930618524
      • Prix : 10,95€
    • ebook
      • Editeur : Mad Fabrik (21 août 2013)
      • Collection : MF.GAME OVER
      • Langue : Français
      • EAN : 9782331025105
      • Prix : 7,99€
  • N°11
    • Livre
      • Album: 48 pages
      • Editeur : Glénat BD (4 octobre 2017)
      • Collection : Mad Fabrik
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2723499804
      • ISBN-13: 978-2723499804
      • Prix : 10,95€
    • ebook
      • Editeur : Glénat BD (4 octobre 2017)
      • Collection : Mad Fabrik
      • Langue : Français
      • EAN : 978-2331030321
      • Prix : 7,99€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/02/02 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , ,

Monin – Zidrou : L’adoption, Tomes 1&2

Monin – Zidrou : L’adoption, Tomes 1&2

Lors de mon dernier passage en Amiens, je suis passé à la bibliothèque universitaire. Cette bibliothèque participait au 22e rendez-vous de la bande dessinée avec une exposition comportant des croquis de différents auteurs, dont ceux de L’adoption de Monin et Zidrou.

Dès le premier coup d’œil j’avais adoré le trait et les couleurs de cette bande-dessinée, et comme Zidrou est un habitué de ce blog que j’apprécie particulièrement, je m’étais promis de la lire un jour

C’est chose faite aujourd’hui grâce à la médiathèque de ma société qui a suivi mes recommandations de lecture et l’a acquis.

Alors serai-je sous le charme pour l’adopter et le recommander ?

Histoire

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu’elle a vécu, Lynette se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s’adapte à sa nouvelle vie. Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Je ne vous mets pas la présentation du second tome sans quoi je vous dévoilerais la fin du premier.

Avis

Sans faire de mauvais jeux de mots, j’ai littéralement adopter L’adoption. Zidrou et Morin nous livrent une très belle histoire, tout en tendresse, pleine de sentiments, en finesse.

C’est une histoire de personnes, de relations familiales, père – fille, grand-père – petite-fille, mais également père fils sur l’héritage et la transmission intergénérationnelle, l’estime de soi, la considération et l’acceptation de l’autre. Mais ne pensez pas que ce livre soit sérieux, voire triste, bien au contraire ce sont de petits bonheurs que l’on découvre  au fur et à mesure, entrecoupés de moments drôles et d’humour.

Si le tome 1 se termine avec un retournement de situation inattendue, qui justifiera le tome 2; le tome 2 est quand à lui un peu plus sage, moins surprenant et abouti, qui répondait certainement à une attente des lecteurs adeptes plus qu’à un réel besoin d’expression des deux auteurs. Le second tome reste cependant très agréable à lire.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Tome 1
    • Livre
      • Relié: 70 pages
      • Editeur : Bamboo (4 mai 2016)
      • Collection : BAMB.GD.ANGLE
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2818936039
      • ISBN-13: 978-2818936030
      • Prix : 14,90€
    • eBook
      • Taille du fichier : 46960 KB
      • Editeur : Bamboo (4 mai 2016)
      • Langue : Français
      • ISBN-13: 978-2818937846
      • Prix : 9,99€
  • Tome 2
    • Livre
      • Album: 67 pages
      • Editeur : Bamboo (31 mai 2017)
      • Collection : BAMB.GD.ANGLE
      • Langue : Français
      • ISBN-10: 2818941709
      • ISBN-13: 978-2818941706
      • Prix : 14,99€
    • eBook
      • Taille du fichier : 41519 KB
      • Editeur : Bamboo (4 mai 2016)
      • Langue : Français
      • ISBN-13: 978-2818939642
      • Prix : 9,99€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/01/29 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , ,

Uderzo & Goscinny – Astérix et la Transitalique – n°37

Uderzo & Goscinny – Astérix et la Transitalique – n°37

Depuis le premier album imaginé par le duo Jean-Yves Ferri et Didier Conrad en place des créateurs Uderzo & Goscinny, nous veillons dans ce blog à l’héritage de notre héros gaulois.

Après le n°35, Astérix chez les Pictes, et le le n°36, Le Papyrus de César., nous allons analyser le tout nouveau Astérix et la Transitalique.

Alors faut-il courir l’acheter ou est-il préférable de garder ses sesterces pour d’autres parchemins ?

Histoire

Les personnages créés par les deux génies du 9e art Albert Uderzo et René Goscinny sont de retour !
Après Astérix chez les Pictes et Le Papyrus de César, Astérix et Obélix reviennent dans Astérix et la Transitalique, le nouvel album signé par les talentueux Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.
N’en déplaise à Obélix, les Italiques, les habitants de l’Italie, ne sont pas tous des Romains, au contraire !
Les Italiques tiennent à préserver leur autonomie et voient d’un mauvais œil les velléités de domination de Jules César et ses Légions.
Dans Astérix et la Transitalique, nos héros favoris s’engagent dans une aventure palpitante à la découverte de cette surprenante Italie antique !

Avis

Ce 37ème tome d’Astérix est un mélange de tradition et de modernité.

Si le dessin est fidèle à l’original, je trouve que celui-ci présente une petite pointe de détails supplémentaire dans les premiers plans, mais une sobriété excessive proche du manga.

L’imagination est toujours aussi présente dans la création des noms et dans les jeux de mots (parfois un pue forcé), malheureusement elle est trop faible dans le scenario. Le présent tome repose intégralement sur une transposition dans la Rome antique des Fous du volant ou de Fast & Furious. Est-ce une volonté pour séduire la nouvelle génération ?

Mais une question me turlupine : pourquoi avoir supprimé la première page avec la loupe sur le célèbre village gaulois ?

Bref un album qui constitue un court divertissement mais qui ne saura ravir les amateurs fidèles des deux gaulois.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Relié: 48 pages
    • Editeur : Editions Albert René; Édition : 01 (19 octobre 2017)
    • Collection : Les Aventures d’Astérix le Gaulois
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2864973278
    • ISBN-13: 978-2864973270
    • Prix : 9.90€
  • eBook
    • Relié: 48 pages
    • Editeur : Editions Albert René; Édition : 01 (19 octobre 2017)
    • Collection : Les Aventures d’Astérix le Gaulois
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2864973195
    • Prix : 7,99€

Revues de presse

BFMTV : « Astérix et la Transitalique »… l’album dont Obélix est le héros

Site Internet officiel

http://www.asterix.com

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/10/31 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , , ,

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Je ne sais pas depuis combien de temps je n’ai pas parlé de cet auteur et de cette série de BD sur la passion culinaire .

Guillaume Long est connu pour ces chroniques radiophoniques sur la gastronomie sur France Inter.

Avec un peu de retard j’ai découvert la publication du tome 3 (et également du tome 4), aussi vais-je de ce pas rattraper mon retard, car finalement j’ai bien Du pain sur la planche.

Histoire

Présentation de l’éditeur

Comment faire du poireau le héros de l’apéro ? Quel mystère recèle la fabrication du cidre normand ? Où déguster un homard en toute simplicité ? Comment poussent les noix de cajou ? Peut-on sauver la quenelle des préjugés universels ? Comment préparer le vrai gratin dauphinois ? Et le taboulé libanais ?

Biographie de l’auteur

Guillaume Long est né en 1977 à Genève, au pays du chocolat et du fromage. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour la cuisine et observe souvent sa mère aux fourneaux, ce qui n’empêche pas son premier pain d’être remplacé in extremis par celui du boulanger sur la table familiale. Diplômé de l’école des beaux-arts de Saint-Étienne en 2002, il obtient l’année suivante le prix Töpffer pour son album « Les sardines sont cuites ». Ensuite, il mitonne plusieurs livres pour petits et grands et travaille pour la presse, toujours entre deux repas. Depuis 2009, ce fin gourmet est un homme comblé puisqu’il marie avec humour cuisine et bande dessinée dans un blog gastronomique hébergé sur le site du journal Le Monde, et savamment intitulé « À boire et à manger ».

Avis

Comme à son habitude Guillaume Long nous balade dans différentes régions de France ou d’Europe pour découvrir des spécialités locales, des traditions culinaires, un savoir-faire ou une simple expérience gustative; et se découvrir lui dans ce vaste univers.

Comme à son habitude le livre se termine avec de superbes planches pour illustrer un thème de la cuisine comme ce fût avec la saisonnalité des fruits et légumes.

Donc, les fidèles de cette série retrouveront leurs marques avec de nouvelles aventures et seront à nouveau comblés.

Le plus gros reproche que je puisse faire dans ce troisième tome de A boire et à manger, est le recours à une certaine vulgarité et certains éléments scatologiques dont on se passerait volontairement dans ce genre de bande dessinée, quand bien même cela se veut pour l’humour.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album: 160 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (21 mai 2015)
  • Collection : HORS SERIE BD
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070660923
  • ISBN-13: 978-2070660926
  • Prix : 22,50€

 

Site internet de l’auteur

http://long.blog.lemonde.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/19 dans BD - Manga, Cuisine

 

Étiquettes : , , , ,

Mathieu Bablet : Shangri-la

Mathieu Bablet : Shangri-la

Poursuite de mon cycle de science-fiction, après le dernier tome de la Loi des pyramides de Philippe Dumont et le premier de Lazare de Jamie Sawyer, avec une bande-dessinée qui a longtemps été pressentie pour le prix du festival d’Angoulême : Shangri-la de Mathieu Bablet.

En cette période de fortes chaleurs, j’ai choisi de lire cette BD de par sa couverture pleine de zénitude et de fraîcheur en me disant que j’allais capter et profiter de ces sensations.

Alors ce choix va-t-il se faire avec ou sans grimace là ?

Histoire

Ce qu’il reste de l’humanité vit à bord d’une station spatiale dirigée par une multinationale à laquelle est voué un véritable culte. Les hommes mettent en place un programme pour coloniser Shangri-la, la région la plus hospitalière de Titan, afin de réécrire la genèse à leur manière.

Avis

Dès les premières pages, ce qui frappe en premier à la lecture de cette bande-dessinée, c’est le trait de crayon. Parfois brut, parfois carré, Mathieu Bablet préfère la simplicité, la symbolique en place de pléthore de détails. Bien que cela ne soit pas toujours le cas, car quand l’action ne prime pas, l’auteur prend le temps de positionner son histoire dans un monde travaillé.

Un monde qui nous fait penser à 2001 Odyssee de l’espace pour les balades dans l’espace, THX 1138 de Geroge Lucas et Play time de Jacques Tati pour la vie communautaire poussée à son extrême, ou de The thing de John Carpenter dans les dérives violentes des foules et des scientifiques fous.

Car plus qu’un récit de science-fiction foisonnant, l’auteur aborde des thématiques sérieuses comme le racisme, le spécisme, la liberté, la mondialisation (la compagnie à la pomme en prend particulièrement pour son grade), la position de l’homme dans l’univers et sa petitesse vis-à-vis de celle-ci.

Mais ce qui surprend le plus, c’est de voir tant de maturité, de scénarisation, de maîtrise du mouvement et des couleurs de la part d’un si jeune dessinateur, car il faut le savoir, Mathieu Bablet n’avait pas 27 ans au moment de la création de celle-ci.

J’ai l’habitude de dire que les bandes-dessinées sont chères pour le temps que l’on passe à les lire, mais cette fois, je peux vous dire que Shangri-La en vaut la peine.

Notation

Histoire star_half_off_32
Dessin star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album: 222 pages
  • Editeur : Ankama éditions (2 septembre 2016)
  • Collection : Label 619
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2359109693
  • ISBN-13: 978-2359109696
  • Prix : 19,90€

Revues de presse

« A 27 ans, ce dessinateur signe un récit de SF inspiré par Akira, le manga culte de Katsuhiro Otomo, et le cinéma de John Carpenter. » – BFM TV

« Bédéthèque idéale #131 : Mathieu Bablet s’envole pour “Shangri-La” — A même pas 30 ans, Mathieu Bablet s’est lancé dans une fresque de science-fiction de plus de 200 pages, d’une beauté à couper le souffle : “Shangri-La”. » – Télérama

Une très belle interview sur bodoi.info

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/06/22 dans BD - Manga, Science-Fiction

 

Étiquettes : ,

Etienne Davodeau : Les ignorants

Etienne Davodeau : Les ignorants

Depuis la fin de la série Manga des Gouttes de Dieu, ma lecture de bandes dessinées était un peu en berne, et puis j’ai découvert Les ignorants d’Etienne Davodeau.

Cette bande dessinée ne s’inscrit pas du tout dans la même catégorie puisqu’elle est au format BD européenne traditionnelle, mais surtout parce qu’avec ses 272 pages, c’est un véritable mastodonte dans sa catégorie.

Est-ce que ces ignorants vont nous charmer et nous faire apprendre de nouvelles choses sur la viticulture, un peu comme nous avions vu avec Un grand Bourgogne oublié d’Emmanuel Guillot, Hervé Richez et Boris Guilloteau ?

Histoire

Un vigneron chez Jean-Pierre Gibrat ou chez Emmanuel Guibert, et un auteur de bande dessinée dans la vigne : mais qui sont-ils ? Deux ignorants ! Comment, pourquoi, et pour qui faire des livres ou du vin ? Les réponses à ces questions forment le récit vivant et joyeux d’une initiation croisée.

Avis

C’est un très beau livre qui ravira tant les amateurs de bandes dessinées que les œnologues amateurs.

Vous noterez que je n’emploie pas le terme bande dessinée mais livre car cette œuvre d’Etienne Davodeau est avant tout une très belle histoire de la découverte de deux ignorants : un auteur de bandes dessinées qui découvrent le monde complexe de la viticulture, et l’agriculteur celui de la création de BD et du monde de l’édition. Au fil des expériences, les personnages montreront bien sur l’amour de leur métier, véritable passion pour chacun d’eux, mais ils mettront aussi en évidence des points communs, des parallèles entre leur métier respectif. Ils entreront dans la connivence pour dénoncer chacun certaines pratiques regrettables ou faciles dans leur métier, qui ne sont pas toujours favorables pour le client final.

Mais au final, les vrais ignorants de l’histoire sont les lecteurs. Chaque petite histoire va leur apporter informations et connaissances, qui seront d’autant plus facilement assimilées que le dessin vient agréablement illustrer et concrétiser cette théorie. Le dessin à l’encre de chine est doux, tout en subtilité, et est en parfait accord avec les sujets et le rythme de l’histoire.

A lire ou à offrir.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Futuropolis (6 octobre 2011)
  • Collection : BAND DESS ADULT
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2754803823
  • ISBN-13: 978-2754803823
  • Prix : 24,90€

Revues de presse

« Le savoir éclairé par le plaisir d’apprendre : la démonstration de Davodeau, patient arpenteur des expériences humaines non trafiquées, est d’une clarté lumineuse.« , Jean-Claude Loiseau  , Télérama

« Il restitue tout le plaisir d’une expérience riche. », Stéphane Beaujean, Les Inrocks

Site internet de l’auteur

http://www.etiennedavodeau.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/03/16 dans BD - Manga

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :