RSS

Archives de Catégorie: BD – Manga

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Guillaume Long – A boire et à manger – Tome 3 : Du plain sur la planche

Je ne sais pas depuis combien de temps je n’ai pas parlé de cet auteur et de cette série de BD sur la passion culinaire .

Guillaume Long est connu pour ces chroniques radiophoniques sur la gastronomie sur France Inter.

Avec un peu de retard j’ai découvert la publication du tome 3 (et également du tome 4), aussi vais-je de ce pas rattraper mon retard, car finalement j’ai bien Du pain sur la planche.

Histoire

Présentation de l’éditeur

Comment faire du poireau le héros de l’apéro ? Quel mystère recèle la fabrication du cidre normand ? Où déguster un homard en toute simplicité ? Comment poussent les noix de cajou ? Peut-on sauver la quenelle des préjugés universels ? Comment préparer le vrai gratin dauphinois ? Et le taboulé libanais ?

Biographie de l’auteur

Guillaume Long est né en 1977 à Genève, au pays du chocolat et du fromage. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour la cuisine et observe souvent sa mère aux fourneaux, ce qui n’empêche pas son premier pain d’être remplacé in extremis par celui du boulanger sur la table familiale. Diplômé de l’école des beaux-arts de Saint-Étienne en 2002, il obtient l’année suivante le prix Töpffer pour son album « Les sardines sont cuites ». Ensuite, il mitonne plusieurs livres pour petits et grands et travaille pour la presse, toujours entre deux repas. Depuis 2009, ce fin gourmet est un homme comblé puisqu’il marie avec humour cuisine et bande dessinée dans un blog gastronomique hébergé sur le site du journal Le Monde, et savamment intitulé « À boire et à manger ».

Avis

Comme à son habitude Guillaume Long nous balade dans différentes régions de France ou d’Europe pour découvrir des spécialités locales, des traditions culinaires, un savoir-faire ou une simple expérience gustative; et se découvrir lui dans ce vaste univers.

Comme à son habitude le livre se termine avec de superbes planches pour illustrer un thème de la cuisine comme ce fût avec la saisonnalité des fruits et légumes.

Donc, les fidèles de cette série retrouveront leurs marques avec de nouvelles aventures et seront à nouveau comblés.

Le plus gros reproche que je puisse faire dans ce troisième tome de A boire et à manger, est le recours à une certaine vulgarité et certains éléments scatologiques dont on se passerait volontairement dans ce genre de bande dessinée, quand bien même cela se veut pour l’humour.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album: 160 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (21 mai 2015)
  • Collection : HORS SERIE BD
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070660923
  • ISBN-13: 978-2070660926
  • Prix : 22,50€

 

Site internet de l’auteur

http://long.blog.lemonde.fr/

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/19 dans BD - Manga, Cuisine

 

Étiquettes : , , , ,

Mathieu Bablet : Shangri-la

Mathieu Bablet : Shangri-la

Poursuite de mon cycle de science-fiction, après le dernier tome de la Loi des pyramides de Philippe Dumont et le premier de Lazare de Jamie Sawyer, avec une bande-dessinée qui a longtemps été pressentie pour le prix du festival d’Angoulême : Shangri-la de Mathieu Bablet.

En cette période de fortes chaleurs, j’ai choisi de lire cette BD de par sa couverture pleine de zénitude et de fraîcheur en me disant que j’allais capter et profiter de ces sensations.

Alors ce choix va-t-il se faire avec ou sans grimace là ?

Histoire

Ce qu’il reste de l’humanité vit à bord d’une station spatiale dirigée par une multinationale à laquelle est voué un véritable culte. Les hommes mettent en place un programme pour coloniser Shangri-la, la région la plus hospitalière de Titan, afin de réécrire la genèse à leur manière.

Avis

Dès les premières pages, ce qui frappe en premier à la lecture de cette bande-dessinée, c’est le trait de crayon. Parfois brut, parfois carré, Mathieu Bablet préfère la simplicité, la symbolique en place de pléthore de détails. Bien que cela ne soit pas toujours le cas, car quand l’action ne prime pas, l’auteur prend le temps de positionner son histoire dans un monde travaillé.

Un monde qui nous fait penser à 2001 Odyssee de l’espace pour les balades dans l’espace, THX 1138 de Geroge Lucas et Play time de Jacques Tati pour la vie communautaire poussée à son extrême, ou de The thing de John Carpenter dans les dérives violentes des foules et des scientifiques fous.

Car plus qu’un récit de science-fiction foisonnant, l’auteur aborde des thématiques sérieuses comme le racisme, le spécisme, la liberté, la mondialisation (la compagnie à la pomme en prend particulièrement pour son grade), la position de l’homme dans l’univers et sa petitesse vis-à-vis de celle-ci.

Mais ce qui surprend le plus, c’est de voir tant de maturité, de scénarisation, de maîtrise du mouvement et des couleurs de la part d’un si jeune dessinateur, car il faut le savoir, Mathieu Bablet n’avait pas 27 ans au moment de la création de celle-ci.

J’ai l’habitude de dire que les bandes-dessinées sont chères pour le temps que l’on passe à les lire, mais cette fois, je peux vous dire que Shangri-La en vaut la peine.

Notation

Histoire star_half_off_32
Dessin star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album: 222 pages
  • Editeur : Ankama éditions (2 septembre 2016)
  • Collection : Label 619
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2359109693
  • ISBN-13: 978-2359109696
  • Prix : 19,90€

Revues de presse

« A 27 ans, ce dessinateur signe un récit de SF inspiré par Akira, le manga culte de Katsuhiro Otomo, et le cinéma de John Carpenter. » – BFM TV

« Bédéthèque idéale #131 : Mathieu Bablet s’envole pour “Shangri-La” — A même pas 30 ans, Mathieu Bablet s’est lancé dans une fresque de science-fiction de plus de 200 pages, d’une beauté à couper le souffle : “Shangri-La”. » – Télérama

Une très belle interview sur bodoi.info

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/06/22 dans BD - Manga, Science-Fiction

 

Étiquettes : ,

Etienne Davodeau : Les ignorants

Etienne Davodeau : Les ignorants

Depuis la fin de la série Manga des Gouttes de Dieu, ma lecture de bandes dessinées était un peu en berne, et puis j’ai découvert Les ignorants d’Etienne Davodeau.

Cette bande dessinée ne s’inscrit pas du tout dans la même catégorie puisqu’elle est au format BD européenne traditionnelle, mais surtout parce qu’avec ses 272 pages, c’est un véritable mastodonte dans sa catégorie.

Est-ce que ces ignorants vont nous charmer et nous faire apprendre de nouvelles choses sur la viticulture, un peu comme nous avions vu avec Un grand Bourgogne oublié d’Emmanuel Guillot, Hervé Richez et Boris Guilloteau ?

Histoire

Un vigneron chez Jean-Pierre Gibrat ou chez Emmanuel Guibert, et un auteur de bande dessinée dans la vigne : mais qui sont-ils ? Deux ignorants ! Comment, pourquoi, et pour qui faire des livres ou du vin ? Les réponses à ces questions forment le récit vivant et joyeux d’une initiation croisée.

Avis

C’est un très beau livre qui ravira tant les amateurs de bandes dessinées que les œnologues amateurs.

Vous noterez que je n’emploie pas le terme bande dessinée mais livre car cette œuvre d’Etienne Davodeau est avant tout une très belle histoire de la découverte de deux ignorants : un auteur de bandes dessinées qui découvrent le monde complexe de la viticulture, et l’agriculteur celui de la création de BD et du monde de l’édition. Au fil des expériences, les personnages montreront bien sur l’amour de leur métier, véritable passion pour chacun d’eux, mais ils mettront aussi en évidence des points communs, des parallèles entre leur métier respectif. Ils entreront dans la connivence pour dénoncer chacun certaines pratiques regrettables ou faciles dans leur métier, qui ne sont pas toujours favorables pour le client final.

Mais au final, les vrais ignorants de l’histoire sont les lecteurs. Chaque petite histoire va leur apporter informations et connaissances, qui seront d’autant plus facilement assimilées que le dessin vient agréablement illustrer et concrétiser cette théorie. Le dessin à l’encre de chine est doux, tout en subtilité, et est en parfait accord avec les sujets et le rythme de l’histoire.

A lire ou à offrir.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Futuropolis (6 octobre 2011)
  • Collection : BAND DESS ADULT
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2754803823
  • ISBN-13: 978-2754803823
  • Prix : 24,90€

Revues de presse

« Le savoir éclairé par le plaisir d’apprendre : la démonstration de Davodeau, patient arpenteur des expériences humaines non trafiquées, est d’une clarté lumineuse.« , Jean-Claude Loiseau  , Télérama

« Il restitue tout le plaisir d’une expérience riche. », Stéphane Beaujean, Les Inrocks

Site internet de l’auteur

http://www.etiennedavodeau.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/03/16 dans BD - Manga

 

Étiquettes : ,

Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann : Seuls – Tomes 1 à 10

Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann : Seuls – Tomes 1 à 10

Quel plaisir d’avoir un fils lecteur et une bibliothèque à son travail. Dernièrement mon fils m’a demandé de lui rapporter la série en bande dessinée Seuls

Je l’avais certes souvent vue dans les rayonnages des libraires ainsi qu’être souvent empruntée à la médiathèque, mais je n’avais jamais songé à l’emprunter moi-même.

Alors par curiosité et pour connaître les goûts de mon fils, j’ai décidé d’entreprendre la lecture des dix volumes.

Alors vais-je lire Seuls les 9 tomes ou que le premier ?

Résumé du livre

Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand coeur. Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

**** Et comme la série vient d’être adaptée sur grand écran, voici la bande-annonce.

Avis

Je ne suis certainement pas le premier à faire une critique sur cette série, mais je ne serai certainement pas le dernier.

L’idée de départ de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann est très bonne : des enfants, se réveillent dans un monde, qui ressemble à celui de d’habitude, sauf qu’il n’y a plus aucun adulte et ne rencontrent que quelques enfants.

Bien sur, en dehors de la recherche d’autrui, de moyens de survie et d’une autonomie, la grande quête que doit affronter chacun, c’est la raison de cette situation. La force des auteurs est d’exploiter en parallèle l’ensemble des ces points, alternativement pour conserver une certaine dynamique dans l’histoire.

Pour ne pas sombrer dans la monotonie, de nouveaux éléments et des phénomènes de plus en plus extraordinaires vont se défier les héros de cette aventure. Malheureusement, je dois avouer qu’à la lecture du dixième tome, la quête sur l’origine de cette situation évoluant peu, l’histoire s’enlise quelque peu et le lecteur commence à entrevoir une exploitation commerciale de la série en la faisant durer le plus possible.

Le dessin quant à lui est simple et efficace, que j’appelle dans la tradition belge, mais il est parfaitement adapter pour favoriser l’action.

Une série qui plaira aux ados comme aux adultes mais qui risquent de perdre son auditoire sans une rapide conclusion.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Dupuis
  • Langue : Français
  • ISBN-13:
    • Tome 1 : 978-2800136929
    • Tome 2 : 978-2800139135
    • Tome 3 : 978-2800140490
    • Tome 4 : 978-2800144139
    • Tome 5 : 978-2800146935
    • Tome 6 : 978-2800150246
    • Tome 7 : 978-2800153131
    • Tome 8 : 978-2800157092
    • Tome 9 : 978-2800160948
    • Tome 10 : 978-2800167176
  • Prix : 10,95€

Site internet officiel de la série

http://www.seuls-labd.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/02/21 dans BD - Manga, Jeunesse

 

Étiquettes : , ,

Jordi Lafebre – La mondaine – Tome 2

Jordi Lafebre – La mondaine – Tome 2

Cela va bientôt faire 18 mois que je vous avais présenté le premier tome du diptyque de Jordi Lafebre et Zidrou La mondaine.

Pourquoi tant de temps avant de vous parler du second volume ? Tout simplement parce que la médiathèque à laquelle j’emprunte les bandes-dessinées n’arrivait pas à commander ce second volume, le diptyque étant le plus souvent vendu en coffret.

Alors avons eu raison d’attendre ce second volume de La mondaine ?

Histoire

Zidrou et Lafebre signent la fin de l’excellent diptyque La Mondaine. Juin 1942 : cinq années se sont écoulées, Paris a changé. Le Vélodrome d’hiver, cher à l’Inspecteur Séverin, sera bientôt affecté à un tout autre usage. Aimé Louzeau, lui, a certes gardé son visage de jeune premier, mais sa rencontre avec Eeva, la femme à la panthère, a réveillé ses contradictions : flic ou chef indien ? La frivolité des années 30 a bel et bien disparu. Le lecteur sort bouleversé par les drames, la résignation et une sourde mélancolie.

jordi-lafebre-la-mondaine-tome-2-exemple

Avis

Le second volume de La mondaine ne répond pas au même schéma que son petit frère : si la vie du service de la police est laissé en second plan, l’histoire se consacre aux sentiments du personnage principal, Aimé Louzeau, et l’histoire de la ville de Paris en cette période de seconde guère mondiale. Ce n’est d’ailleurs que le seul défaut, qui n’a plus (malheureusement) vraiment de lien avec La mondaine.

Les auteurs tiennent à montrer l’implication de la police dans ces moments sombres de l’histoire de France; tantôt pour des moments de joie, comme dans l’organisation d’une course cycliste, et dans des moments moins glorieux au travers de la rafle du Vel’ d’Hiv’ dans un coopération forcée.

Le dessin est toujours aussi impeccable, tout en finesse et simplicité, en touche de couleurs : de véritables tableaux qui plongent le lecteur dans l’ambiance de l’histoire.

Un plaisir, certes différent, mais réel de retrouver La mondaine.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Album: 62 pages
    • Editeur : Dargaud (29 août 2014)
    • Collection : La Mondaine
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2505019916
    • ISBN-13: 978-2505019916
    • Prix : 14,99€
  • eBook
    • Editeur : Dargaud (29 août 2014)
    • Collection : La Mondaine
    • Langue : Français
    • ISBN-13: 978-2505049142
    • Prix : 9,99€

 

Site Internet

http://jordilafebre.blogspot.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/24 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , ,

Benoît Sokal – Canardo n°24 – La mort aux yeux verts

Benoît Sokal – Canardo n°24 – La mort aux yeux verts

En préparant cette critique je viens de m’apercevoir que je n’avais jamais parlé de cette bande-dessinée depuis la création du blog.

Il est temps de réparer les choses avec La mort aux yeux verts en vous présentant un de mes personnages favoris de bande-dessinée Canardo et son papa Benoît Sokal.

Cet oubli est d’autant plus injustifié que que j’ai découvert Sokal « dans ma jeunesse » par amis interposés et appris qu’il habitait dans la village voisin. J’ai depuis suivi son parcours et ses incursions dans les jeux vidéos numériques.

Alors est-ce que Canardo est toujours en vie dans La mort aux yeux verts ?

Histoire

Quand Canardo se lance à la poursuite de l’assassin de son vieil ami Garenni, ce n’est pas vraiment pour le remettre aux mains de la justice !

mort-yeux-verts-canardo-t24

Avis

Canardo, ou plutôt son papa Benoît Sokal, nous avait laissés sur un sentiment d’inassouvi, avec Mort sur le lac, le 23e album. Les amateurs du célèbre détective palmipède ont du patienter quelques 18 mois pour voir la parution de la suite : La mort aux yeux verts. Aussi faudra-t-il peut-être relire le 23ème tome avant de se plonger dans la lecture de ce nouvel album.

Si Sokal n’est plus le seul à mener la barque des aventures de Canardo, puisque l’on trouve Benoît et Hugo Sokal pour la scénarisation et la coloration ainsi que Pascal Regnauld pour le dessin. Le coup de crayon que j’affectionne tout particulièrement est toujours le même : un mélange de simplicité, de fantasmagorie où les personnages sont des personnages hybrides mi-humains mi-animaux, de détails dans le second plan et de mouvements.

Si l’histoire n’a rien d’extraordinaire et reste fidèles aux précédentes aventures de Canardo, les Sokal ont amené une touche de nouveauté dans ce numéro : cette aventure dans le Belgambourg est truffée d’allusions aux évènements réels récents ou à des personnages politiques.

Bref, c’est toujours avec un grand plaisir de retrouver ce canard mal-embouché.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Album : 48 pages
    • Editeur : Casterman (14 septembre 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-10 : 2203092129
    • ISBN-13 : 978-2203092129
    • Prix : 11,50€
  • eBook
    • Album : 64 pages
    • Editeur : Casterman (14 septembre 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-13 : 978-2203131712
    • Prix : 7,99€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/23 dans BD - Manga, Policier

 

Étiquettes : , , , ,

Chamblain – Neyret – Les carnets de Cerise, Tome 4 – La déesse sans visage

Chamblain – Neyret – Les carnets de Cerise, Tome 4 – La déesse sans visage

Alors que la France vient d’être à nouveau frapper par la folie, je me dois de vous proposer un livre aux beaux sentiments pour nous remonter le moral.

La déesse sans visage est le quatrième tome des Carnets de Cerise de la parie Chamblain – Neyret. Nous avions beaucoup apprécié les 3 premiers tomes (dont vous pouvez retrouver les critiques du tome 1 et du  tome 2) et c’est avec une certaine joie que nous allons retrouver cette jeune héroïne.

La déesse sans visage va-t-elle porter au pinacle cette série.

Histoire

Cerise est une jeune fille qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond deux… L’heure des vacances a sonné ! La visite d’un étrange manoir annonce une nouvelle enquête : chaque pièce est une énigme, chaque objet est un indice. Mais il est des secrets plus anciens qui ne demandent qu’à être dévoilés. Qui est cette déesse sans visage qui trône dans une pièce secrète ? Où se cache la partie manquante de ce tableau ? Mais surtout, qui tire vraiment les ficelles de ce nouveau mystère ? Si Cerise ne résolvait pas l’énigme à temps, les conséquences pourraient être terribles…

Avis

C’est le quatrième tome des Carnets de Cerise et j’ai l’impression de me répéter à chaque fois… mais quand c’est bon, il n’y a pas de mal à se faire du bien.

Ce livre t est un vrai feel food book, ces livres qui vous font du bien, dont vous appréciez l’histoire bonne enfant, pleine de bons sentiments, où les relations humaines sont mises en valeur. Dans ces temps difficiles, il est bon de lire ce genre de littérature qui met en valeur la fraternité, l’entraide, le respect. Dans cette optique, la série des Carnets de Cerise nous fait penser sous cet aspect à La petite maison dans la prairie.

Alors, même si  le dessin est toujours aussi beau, fin, délicat, tut en finesse, et que la trame de l’histoire reste sensiblement la même, ce tome diffère légèrement des précédents. Certes il est toujours question d’enquêtes, mais cette fois nulle question de la résoudre mais de deviner celui qui l’a posé.

Une lecture agréable, fraîche, utile..

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Album
    • Album: 88 pages
    • Editeur : Soleil (27 janvier 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2302048504
    • ISBN-13: 978-2302048508
    • Prix : 15,95€
  • eBook
    • Album: 88 pages
    • Editeur : Soleil (27 janvier 2016)
    • Langue : Français
    • EAN : 9782302051348
    • Prix : 11,99€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/07/15 dans BD - Manga, Jeunesse

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :