RSS

Archives de Tag: minier

Glacé de Bernard Minier sur M6 le 10 janvier 2017

Glacé de Bernard Minier sur M6 le 10 janvier 2017

La série événement Glacé, tiré du livre de Bernard Minier du même nom, arrive mardi 10 janvier à 21:00 sur M6

Avec Charles Berling, Julia Piaton, Nina Meurisse, Pascal Greggory, Lubna Azabal.

http://www.facebook.com/M6/videos/10157868461205277/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/12/28 dans Evénements, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

13 à table 2017 paraîtra le 3 novembre prochain

13 à table 2017 paraîtra le 3 novembre prochain

Le recueil de nouvelles « 13 à Table » paraîtra le 3 novembre prochain.

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire.

Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie.

Treize bougies à souffler sans modération :

  • Françoise Bourdin
  • Maxime Chattam
  • François d’Epenoux
  • Caryl Férey
  • Karine Giébel
  • Alexandra Lapierre
  • Agnès Ledig
  • Marc Levy
  • Agnès Martin-Lugand
  • Bernard Minier
  • Romain Puértolas
  • Yann Quéffelec
  • Franck Thilliez

Couverture de Jean-Charles de Castelbajac

Soyez nombreux à participer à l’opération, c’est au profit des Restos du Coeur, pour 1 livre acheté, 4 repas seront distribués !

Prix : 5€

13-a-table-2016

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/24 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Paris Polar : une sortie policière sur Paris pour ce week-end

Logo_Paris_Polar_ligne_site_centre2_2015_violet

Nombreuses animations et séances de dédicace sont prévues sur ces 3 jours. Avis aux amateurs.

Le parrain de l’édition 2015

  • Hervé Claude

Dédicaces à suivre

Les librairies partenaires

Site Internet

parispolar.fr

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/11/21 dans Evénements

 

Étiquettes : , , , ,

Bernard Minier – N’éteins pas la lumière

Bernard Minier - N'éteins pas la lumièreAprès une découverte de l’auteur au travers de Glacé (voir notre critique ici), nous laissons Servaz, le héros de Bernard Minier, à la fin du Cercle (voir notre critique ici), bien mal en point.

Le second roman de Bernard Minier nous avait montré une très bonne évolution dans l’écriture de cet auteur. Les quelques erreurs de débutant avaient été corrigés pour orienter son récit vers plus d’efficacité, plus de suspense.

Est-ce que cette lancée va se confirmer dans son troisième roman N’éteins pas la lumière ?

Résumé du livre

« Tu l’as laissée mourir… »
Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l’homme qui l’interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire… Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu’un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s’effondre. Avant que l’horreur fasse irruption.

Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d’une chambre d’hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s’est donné la mort un an plus tôt. Quelqu’un veut le voir reprendre du service… ce qu il va faire, à l’insu de sa hiérarchie et de ses collègues.

Et si nos proches n’étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l’obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n’éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire…

Après les grands succès de Glacé (voir notre ma critique ici) et du Cercle (voir notre ma critique ici), Bernard Minier revient avec un thriller sur la manipulation et l’emprise, en explorant nos cauchemars les plus intimes, nos phobies et nos obsessions…

Avis

J’avoue avoir un peu peur à la lecture du début de ce livre : une femme reçoit un lettre anonyme l’inculpant sévèrement d’un délit grave, est accusée publiquement à la radio, et bizarrement elle ne va pas porter plainte à la police. C’est un peu comme dans ces films où la belle blonde, séparée de son petit ami, poursuivie par un meurtrier ne peut s’empêcher d’aller voir en pleine nuit au fin fond du jardin d’une maison hantée s’il n’est pas là. Et puis, cette fille n’a ni ami, ni amie, et encore moins de vraie parenté à qui se confier. Franchement, vous en connaissez beaucoup de fille qui n’a pas une meilleure amie. Et pour parfaire le tout, presque pas de Servaz et quand il commence à apparaître, il n’est pas vraiment opérationnel.

Mais une fois que l’on accepte cette bizarrerie, le roman prend son envol; et pour tout vous dire on n’atterrit pas avant la dernière page du roman. Pas un moment l’auteur ne laisse de répit à son lecteur : comme il se doit, l’auteur a recours à la narration parallèle. Cette alterne ne cesse de relancer le récit, d’ouvrir de nouvelles options, et confronte le lecteur à de nouvelles  fausses-pistes.

J’ai donc eu un grand plaisir à lire ce livre, mais je pense qu’il faut avertir les potentiels futurs lecteurs : si vous êtes un peu sensibles à certaines scènes de harcèlement, de viol ou de torture, éloignez vos yeux de ce livre. Loin de succomber à cette tendance littéraire du moment, si l’auteur a recours à ces actes, c’est bien le cœur du livre, sa raison d’exister : l’emprise psychologique.

Bernard Minier est vraiment une étoile montante du thriller français.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché: 616 pages
  • Editeur : XO (27 février 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845636318
  • ISBN-13: 978-2845636316
  • Prix : 21,90€

Site Internet de l’auteur

http://www.bernard-minier.com/

Allez le voir, il y a plein de revues de presse sur ce livre 😉

 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/05/18 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Découvertes de Mars 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Février étant court, je me suis fait avoir. J’ai raté ma chronique mensuelle sur les découvertes de livres. Alors c’est double ration pour mars. Bonne lecture.

Toni Hill – L’été des jouets morts

Après s’être compromis au cours d’une affaire sensible, l’inspecteur Héctor Salgado doit se faire oublier pendant quelques semaines. Il se voit alors chargé de manière officieuse d’un cas particulièrement délicat : il s’agit de l’étrange mort d’un jeune garçon appartenant à la haute bourgeoisie barcelonaise. Et ce qui semblait à première vue être un simple accident se révèle de plus en plus obscur à mesure que Salgado mène son enquête. Découvrant une société impitoyable faite de privilèges et d’abus de pouvoir, Héctor doit non seulement faire face à ce monde dont il ne connaît rien, mais également à sa propre histoire, qui refait surface de la manière la plus inattendue qui soit. Pour pouvoir mener à bien la tâche qui lui a été confiée, Héctor devra d’abord régler ses comptes avec lui-même. De sa plume élégante et précise, Toni Hill livre ici une intrigue labyrinthique, peuplée de personnages subtilement campés qui se retrouvent aux prises avec leur passé. Ce roman noir placé sous le signe de la vengeance est aussi marqué par le regard aiguisé que l’auteur pose sur la société espagnole et les univers contrastés – et pourtant pas si éloignés – qui la composent. Car dans l’atmosphère étouffante de l’été barcelonais, nul n’est à l’abri du soleil implacable qui cogne sur la ville.

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : FLAMMARION (19 février 2014)
  • Collection : LITTERATURE ETR
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081274876
  • ISBN-13: 978-2081274877
  • Prix : 21,00€

Christian Carayon – Les naufragés hurleurs

1925. Tout semble si déréglé qu’une prédiction qui annonce la fin des temps au solstice d’hiver se fait de plus en plus entendre. Pour Martial de la Boissière, cette fin des temps correspond plutôt au naufrage d’un voilier au large de l’île de Bréhat. Celui-ci emporte son ami d’enfance et, ainsi, le dernier fil qui le reliait à celle-ci. Mais, quand Martial se décide à creuser un peu, il découvre que l’accident n’en est peut-être pas un. Dès lors, son enquête ne va cesser de le ramener sur cette île aux deux visages, où les secrets d’une riche famille viennent côtoyer les rumeurs de sorcellerie, tout en le poussant à affronter sa propre part d’ombre. Et à comprendre qu’il n’y a pas qu’en mer que l’on déplore des naufragés.

  • Broché: 586 pages
  • Editeur : Les nouveaux auteurs editions (30 janvier 2014)
  • Collection : POLICIER
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2819503497
  • ISBN-13: 978-2819503491
  • Prix : 19,95€

Edward Conlon – Rouge sur rouge

New York, novembre, la pluie. Une Mexicaine pendue à un arbre avec un lacet de chaussure. Deux inspecteurs du NYPD sont rapidement sur place : Nick Meehan, récemment transféré à Manhattan, et son binôme, Esposito, un flic-né qui marche à l’instinct et a du mal à suivre toutes les règles. Au point que les Affaires internes cherchent à le faire tomber et ont pour cela monnayé le transfert de Meehan contre une surveillance rapprochée de son nouveau coéquipier. Mais entre l’inspecteur taiseux et le flic flamboyant, le partenariat qui avait commencé par une forme de trahison se transforme peu à peu en une amitié improbable et complexe sur fond de suicides sordides, de viols en série et de règlements de compte entre gangs, bref la routine d’un commissariat d’Uptown. Loin des millionnaires de Manhattan et de leurs vols d’argenterie, dans les quartiers pauvres, là où personne n’est important jusqu’à ce qu’il tue quelqu’un ou se fasse tuer. Là où il n’y a pas de projecteurs, mais pas de radars non plus. Rouge sur Rouge (l’expression désignant l’implication de la police des polices) est un livre de balancement et de contrastes : entre l’Irlandais dans sa solitude affective et l’Italien investi dans sa famiglia, l’introverti et l’extraverti, le stratège et le tacticien, l’un qui est fasciné par ce qui lui échappe, tandis que l’autre, plus pragmatique, s’épanouit dans le combat quotidien contre les « méchants ». Polar d’intrigue dont la trame matoise semble suivre la fausse contingence du quotidien, Rouge sur Rouge est aussi un puissant roman d’introspection. Conscience, loyauté, fidélité, convictions, mais aussi coups tordus, lâchetés et trahisons, Conlon, avec une ténacité, un art de la nuance et un souci du détail qu’il a sans doute gardés de ses années passées au sein de la force, pousse à bout la mécanique de l’analyse psychologique et enquête sur le binôme d’inspecteurs, cet étrange attelage constitutif de la police américaine, un équipage à l’équilibre hautement instable dans un système basé « sur une immense et changeante accumulation de règles – des lois constitutionnelles sur lesquelles les plus éminents magistrats divergeaient, de nouvelles procédures administratives que les états-majors dégueulaient comme les rouleaux perforés d’un piano mécanique. Tant de règles qu’on ne pouvait quasiment pas en tenir le compte, tant qu’on avait toujours le sentiment d’en transgresser une, ou deux, même si on était sûr d’avoir tout fait correctement. » Tout à la fois chronique d’un New York où ne s’aventurent guère les touristes et phénoménologie de l’esprit policier, Rouge sur rouge élargit à l’extrême le champ de conscience du polar.

  • Broché: 560 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (12 mars 2014)
  • Collection : Actes noirs
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330030355
  • ISBN-13: 978-2330030353
  • Prix : 23,80€

P.D. Viner – Le dernier hiver de D’Ani Lancing

Le meurtre de Dani Lancing, étudiante, a été violent et brutal. Son assassin est resté anonyme.
Ses parents ne se sont jamais remis de ce cauchemar, même au bout de vingt ans. Leur mariage s’est effondré, la mère a renoncé à sa brillante carrière de journaliste pour chercher le moindre indice, et le père est poursuivi par le fantôme de sa fille.
Tom, son amour d’enfance, se noie dans son boulot de détective pour empêcher que d’autres jeunes filles connaissent le même sort.
Lorsque Tom découvre une piste et déterre l’affaire, la mère de Dani les entraîne dans sa folie de vengeance sans limites, prête à descendre aussi bas que le monstre qu’elle pourchasse.

  • Broché: 406 pages
  • Editeur : Delpierre Editions
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2-37072-001-6
  • Prix : 20,00€

Jean-Christophe Rufin – Le collier rouge

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l’été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d’eux, un chien, qui détient la clef du drame… Plein de poésie et de vie, ce court récit, d’une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Etre loyal à ses amis, se battre pour ceux qu’on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l’être humain n’est-il pas d’aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Gallimard (27 février 2014)
  • Collection : Blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207013797X
  • ISBN-13: 978-2070137978
  • Prix : 15,90€

Bernard Minier – N’éteins pas la lumière

« Tu l as laissée mourir… »
Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l homme qui l interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire… Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s effondre. Avant que l horreur fasse irruption.

Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d une chambre d hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s est donné la mort un an plus tôt. Quelqu un veut le voir reprendre du service… ce qu il va faire, à l insu de sa hiérarchie et de ses collègues.

Et si nos proches n étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire…

Après les grands succès de Glacé et du Cercle, Bernard Minier revient avec un thriller sur la manipulation et l emprise, en explorant nos cauchemars les plus intimes, nos phobies et nos obsessions…

  • Broché: 616 pages
  • Editeur : XO EDITIONS (27 février 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845636318
  • ISBN-13: 978-2845636316
  • Prix : 21,90€

William Boyd – Solo

1969, James Bond vient de fêter ses 45 ans. Sa hiérarchie l’envoie au Zanzarim (Afrique occidentale), ancienne colonie britannique ravagée par une guerre civile. Sa mission : mettre un terme au conflit lié à l’énorme réserve de pétrole attisant les convoitises de l’Occident. Deux tribus s’affrontent, l’une ayant fait sécession en 1967 en créant la République démocratique de Dahum. Les Britanniques soutiennent le gouvernement officiel du Zanzarim et veulent la capitulation de Dahum, qui s’octroie les réserves de pétrole.
Arrivé au Zanzarim sous l’identité d’un journaliste, Bond rencontre son contact des services secrets, Blessing, une charmante jeune femme qui l’aide à traverser le pays et le séduit. Ils sont faits prisonniers par des mercenaires et Blessing disparaît. Bond, qui la croit morte, s’échappe, poursuit seul sa mission. Il infiltre le camp rebelle, découvre qu’une organisation caritative, AfricaKIN, a établi un pont aérien avec la capitale de Dahum, Port Dunbar, et aide le gouvernement du Zanzarim à terrasser les rebelles. Lors de l’évacuation de Port Dunbar, Blessing réapparait accompagnée d’un mercenaire : ils tirent sur Bond, le laissant pour mort.
Le récit évolue ensuite vers New York, où Bond joue solo. Il comprend que Blessing travaille pour la CIA et qu’elle s’est introduite dans le réseau d’ AfricaKIN, paravent d’un vaste trafic de drogue.

  • Broché: 343 pages
  • Editeur : Seuil (6 mars 2014)
  • Collection : ROMAN ET. HC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021113213
  • ISBN-13: 978-2021113211
  • Prix : 21,50€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/03/11 dans A lire, Actualités, Thrillers

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Bernard Minier – Le cercle

bernard minier - le cercleNous avons découvert Bernard Minier depuis peu au travers de son premier roman Glacé dont nous avons fait une critique dernjièrement.

Nous lui avions reproché quelques erreurs de « débutant » : manque de maîtrise du rythme de la narration, une absence de chausse-trappe rendant la solution à l’énigme policière un peu trop évidente.

Nous allons voir si avec Le cercle l’auteur a su corriger ces erreurs, contourner les difficultés pour nous donner une copie meilleure, plus haletante, plus dynamique.

Histoire

Extrait

Extrait du prologueDans la tombeSON ESPRIT N’ÉTAIT qu’un cri.
Une plainte.
Dans sa tête, elle criait de désespoir, elle hurlait sa rage, sa souffrance, sa solitude… – tout ce qui, mois après mois, l’avait dépouillée de son humanité.
Elle suppliait aussi.
Pitié, pitié, pitié, pitié… laissez-moi sortir d’ici, je vous en supplie…
Dans sa tête, elle criait et elle suppliait et elle pleurait. Dans sa tête seulement : en réalité, aucun son ne sortait de sa gorge. Elle s’était réveillée quasi muette un beau matin. Muette… Elle qui avait toujours aimé s’exprimer, elle à qui les mots venaient si facilement, les mots et les rires…
Dans l’obscurité, elle changea de position pour soulager la tension de ses muscles. Elle était assise par terre, adossée au mur de pierre, à même le sol de terre battue. Elle s’y allongeait, parfois. Ou bien elle rejoignait son matelas pouilleux dans un coin. Elle passait le plus clair de son temps à dormir, couchée en chien de fusil. Quand elle se levait, elle faisait des étirements ou bien elle marchait un peu – quatre pas et retour, pas plus : son cachot mesurait deux mètres sur deux. Il y faisait agréablement chaud ; elle savait depuis longtemps qu’il devait y avoir une chaufferie de l’autre côté de la porte, à cause de la chaleur mais aussi des bruits : bourdonnements, chuintements, cliquetis. Elle ne portait aucun vêtement. Nue comme un petit animal. Depuis des mois, des années peut-être. Elle faisait ses besoins dans un seau et elle recevait deux repas par jour, sauf lorsqu’il s’absentait : elle pouvait alors passer plusieurs jours seule, sans manger ni boire, et la faim, la soif et la peur de mourir la taraudaient. Il y avait deux judas dans la porte : un tout en bas, par où passaient les repas, un autre au milieu, par où il l’observait. Même fermés, ces judas laissaient deux minces rayons lumineux trouer l’obscurité de son cachot. Ses yeux s’étaient depuis longtemps accoutumés à ces demi-ténèbres, ils distinguaient des détails sur le sol, sur les murs que nul autre qu’elle n’aurait pu voir.
Au début, elle avait exploré sa cage, guetté le moindre bruit. Elle avait cherché le moyen de s’évader, la faille dans son système, le plus petit relâchement de sa part. Puis elle avait cessé de s’en préoccuper. Il n’y avait pas de faille, il n’y avait pas d’espoir. Elle ne se souvenait plus combien de semaines, de mois s’étaient écoulés depuis son enlèvement. Depuis sa vie d’avant. Une fois par semaine environ, peut-être plus, peut-être moins, il lui ordonnait de passer le bras par le judas et lui faisait une injection intraveineuse. C’était douloureux, parce qu’il était maladroit et le liquide épais. Elle perdait connaissance presque aussitôt et, quand elle se réveillait, elle était assise dans la salle à manger, là-haut, dans le lourd fauteuil à haut dossier, les jambes et le torse attachés à son siège. Lavée, parfumée et habillée… Même ses cheveux fleuraient bon le shampooing, même sa bouche d’ordinaire pâteuse et son haleine qu’elle soupçonnait pestilentielle le reste du temps embaumaient le dentifrice et le menthol. Un feu clair pétillait dans l’âtre, des bougies étaient allumées sur la table de bois sombre qui brillait comme un lac, et un fumet délicieux s’élevait des assiettes. Il y avait toujours de la musique classique qui montait de la chaîne stéréo. Comme un animal conditionné, dès qu’elle entendait la musique, qu’elle voyait la lueur des flammes, qu’elle sentait les vêtements propres sur sa peau, elle se mettait littéralement à saliver. Il faut dire qu’avant de l’endormir et de la sortir de son cachot, il la faisait toujours jeûner pendant vingt-quatre heures.

Biographie de l’auteur

BERNARD MINIER est né à Béziers et a grandi dans le Sud-Ouest. Après Glacé, prix du meilleur roman francophone du festival Polar 2011 de Cognac, Le Cercle est son deuxième roman.

Avis

Il est difficile de croire que nous avons à faire avec le même auteur que Glacé tant la transformation littéraire est profonde dans Le cercle.

Presque tous les défauts que nous avions rencontrés dans Glacé ont été miraculeusement éradiqué. Bien que l’auteur continue sur certains paragraphes à employer une phraséologie lourde,des références littéraires un poil élitiste, tout le. reste n’est que pur bonheur de littérature policière : rythme mieux maîtrisé s’approchant du turn-page, chausses-trappes, entourloupe, double piste, histoires parallèles. L’auteur prend un malin plaisir à nous mener vers de fausses pistes (il le dit même au travers de l’un de ses personnages).

L’autre bonheur dans la lecture de ce livre est de retrouver les mêmes personnages que dans Glacé. Leur personnalité s’affine, leur histoire passée se dévoile peu à peu, leur évolution de carrière nous est partagée.

Cependant, au magie des romans, il est toujours surprenant de voir avec quelle légèreté est considérée la hiérarchie, que l’irrespect des procédures légales tient de la tradition, mais et surtout que le travail conjoint de la police et de la gendarmerie semble être si facile.

La lecture du Cercle est donc un très bon moment que les amateurs de littérature policière auront plaisir de passer.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 572 pages
  • Editeur : XO EDITIONS (11 octobre 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845635567
  • ISBN-13: 978-2845635562
  • Prix : 20.90€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/05/19 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Bernard Minier – Glacé

Bernard Minie - GlacéBernard Minier est de ces auteurs que j’ai découvert de manière fortuite. Non pas en tête de gondole ou dans les rayonnages d’un libraire, mais sur Internet et plus particulièrement sur un site de livres numériques pirates.

Glacé est son premier roman de Bernard Minier; premier roman de cet auteur que je lis également. Il est présenté comme l’œuvre d’un auteur en devenir de succès au même titre qu’un Franck Thilliez.

Avant de le comparer à la fine fleur de la littéraire à suspense française, nous allons voir si nous allons rester froid au style de cet auteur.

Histoire

Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée.
Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ?

Avis

Pour un premier roman, nous devons tirer notre chapeau. Grand nombre de premiers romans n’ont pas cette qualité : de bons personnages (humains sans trop de défauts), une bonne histoire, un sens du rythme, un style littéraire agréable.

Aussi les défauts que nous pourrons noter seront qualifiés d’erreurs de jeunesse, que nous espérons ne plus revoir dans les prochains livres de Bernard Minier.

Tout d’abord, l’histoire est un peu convenue, toute tracée et nous rappelle d’autres livres de Thomas Harris (Le silence des agneaux), Franck Thilliez et Jean-Christophe Grangé. Il n’y a guère de surprises, peut-être du fait que l’auteur ne sache pas encore dresser de fausses pistes ni ne fasse intervenir assez de personnages secondaires afin de semer le trouble dans l’esprit du lecteur. C’est tout juste si quelques détails de l’histoire restent en alternative pour le lecteur dans la résolution de cette affaire.

Ensuite, le style littéraire n’est pas encore assez maîtrisé pour en faire un véritable turn-page. Certaines phrases, voire des paragraphes entiers, sont très longues, complexes et parfois avec un vocabulaire « recherché », ce qui malheureusement casse le rythme de la lecture.

Enfin, une part de déception ou d’inachevé reste en arrière goût après lecture de ce roman. Aucune réelle explication n’est donnée concernant la mise en scène du « meurtre » à l’origine de cette histoire.

En conclusion, un très bon premier roman dont le style ne demande qu’à être amélioré, en espérant que ce le soit dans le second roman de Bernard Minier (Le cercle) que nous découvrirons dans un très prochaine critique.

Notation

Histoire star_half_off_32
Écriture star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 736 pages
  • Editeur : Pocket (10 mai 2012)
  • Collection : Pocket thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266219979
  • ISBN-13: 978-2266219976
  • Prix : 8.40€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/05/10 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,