RSS

Archives de Catégorie: Policier

Les livres qui vous font des nœuds à force de chercher qui a tué le Colonel Moutarde.

Franck Thilliez – Le manuscrit inachevé

Franck Thilliez – Le manuscrit inachevé

Pif, paf, pouf, un an et 8 jours (pour être exact) après la parution de Sharko qui nous avait laissé sans voix et sur les rotules, Franck Thilliez nous amène un nouveau roman mais cette fois-ci sans son héros fétiche.

 

Histoire

Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d’une femme. À la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n’est pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’Inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l’enlèvement de sa fille Sarah. L’agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d’autres se pose : vers qui, vers quoi se tourner, quand l’unique vérité est que tout vous devient étranger ?.

Avis

Que dire de Franck Thilliez que nous n’ayons pas dit : que c’est un écrivain de thrillers formidables, qui maîtrise parfaitement le style de cette littérature, qui sait habilement donner tous les indices pour résoudre un énigme tout en jalonnant son récit de fausses pistes, qui dresse des personnages consistants, réfléchis, vivants, sensibles et abîmés mais plein d’humanité, qui dresse deux histoires en parallèle sans rapport logique en apparence mais qui forcent le lecteur à tourner les pages.

Mais cette fois-ci, Franck Thilliez est plus retors : mêlant fiction et réalité, tout en rendant hommage aux plus grands du roman policier, par exemple, en donnant comme noms de code à ses personnages les patronymes des personnages des fictions de Sherlock Holmes, Franck Thilliez joue avec le lecteur. car au final qu’est-ce que lecteur désire plus que tout en lisant un thriller, trouver la solution à l’énigme. or il se trouve que pour narguer son lecteur, non seulement Franck Thilliez annonce la couleur dès le début du roman, mais en plus, rappelle tout au long du livre les indices en les soulignant…. peut être un peu trop à mon goût.

Malheureusement, bien que tous les ingrédients soient présents pour faire un excellent roman, il y a un je-ne-sais-quoi qui fait que la mayonnaise prend moins bien que pour les autres romans. Est-ce l’absence de Sharko et Henebelle ? Est-ce cette idée de manuscrit inachevé qui n’apporte rien au récit, mais perturbe plus le lecteur qu’autre chose, l’empêchan de se projeter dans l’histoire ? Aucune idée mais je n’ai pas retrouvé dans ce roman la petite étincelle qui rend d’habitude les romans de Franck Thilliez magiques.

Mais encore une fois, c’est un très bon roman qui vaut bon nombre de thrillers présents sur les bacs des libraires.

Serait-ce le succès d’Entre deux mondes d’Olivier Norel, mais tous les derniers romans que j’ai lu se déroulent à un moment ou à un autre entre la baie de Somme et Calais : La nuit de l’ogre de Patrick Bauwen, 7/13 de Patrick Saussey, et Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez. Ces auteurs se rencontrant souvent dans des salons, je suis venu à me demander s’ils ne s’étaient pas lancé un petit défit : que le roman se déroule dans la Côte d’Opale et ses envions proches. Et comme cela est plutôt la région favorite de Franc Thilliez, je penserais qu’il est l’instigateur.

Enfin chers habitués à ce blog, je vous soumets à mon tour un petit défit. Le roman comporte une erreur grossière dans la première partie du roman. Saurez-vous la relever ? La solution en fin de billet.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 528 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (3 mai 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265117803
    • ISBN-13: 978-2265117808
    • Prix : 21.90€
  • eBook
    • Editeur : 12-21 (3 mai 2018)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2823860573
    • Prix : 17,99€
  • Livre audio
    • Editeur : Lizzie – Univers Audio (7 juin 2018)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • EAN : 979-1036600456
    • Prix : 21,90€

Revues de presse

«  Inutile de maintenir plus longtemps le suspense, je ne suis pas un maître du genre : eh bien, c’est excellent.  » , Éric Chevillard, Le Monde des Livres

 » Franck Thilliez confirme qu’il fait bien partie des grands du thriller.  » , Le Parisien

Présentation du livre par l’auteur lors du Quais du Polar

Site internet de l’auteur

www.franckthilliez.com

Solution à mon défi

Le premier corps retrouvé est énucléé, or lors de l’autopsie le médecin légiste dit avoir fait les prélèvements d’usage dont l’humeur vitrée. Or l’humeur vitrée ne trouve que dans les yeux.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/05/21 dans Espionnage, Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Patrick Bauwen – La nuit de l’ogre

Patrick Bauwen – La nuit de l’ogre

L’an dernier avec Le jour du chien, Patrick Bauwen nous avait fourni un des meilleurs, si ce n’est le meilleur thriller de 2017. Les lecteurs de Babelio lui ont d’ailleurs décerné le prix du meilleur thriller pour 2017.

Grâce à Masse Critique de Babelio, j’ai eu la chance d’avoir ce livre en primeur avant sa sortie nationale le 9 mai dernier, en version Service de Presse. Je profite de cette introduction pour les en remercier.

De par son titre, on suppose un lien avec son précédent roman, mais est-ce que l’ogre aura autant de chien que son prédécesseur ?

Résumé du livre

La mort est un art.
Vous en êtes le spectateur.
Et vous pourriez être sa prochaine victime.

Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin.
Après Le Jour du chien, Prix polar 2017, Patrick Bauwen signe un thriller aussi effroyable que maitrisé.

Extraits

Lisez les premières pages sur Calameo : https://www.calameo.com/read/001918672b75040512512

Avis

Patrick Bauwen semble se plaire à rester en France (quoique) en place de son territoire favori les Etats-Unis. Après Le jour du chien, l’auteur poursuit sa série du Chien avec La nuit de l’ogre. Cependant dans ce second tome (est-on en droit d’en espérer au moins un autre ?), le Chien n’est pas au centre de l’aventure, mais seulement comme un élément connexe, secondaire. Ce qui n’est pas sans nous déplaire car cela donne à ce personnage une dimension supplémentaire : un être de l’ombre, qui a l’intelligence de n’intervenir que quand il l’estime nécessaire, et donc qui peut avancer ses pièces de manière cachée.

Dans La nuit de l’ogre, on retrouve également Chris Kovac, ce médecin charmant, curieux de tout, qui pour rendre service à sa collègue de travail, part à la recherche de sa fille portée disparue. Mais cette fois-ci, sauf au démarrage de l’histoire, le lecteur ne va plonger dans les bas fond de Paris, mais dans les bas fond de la société et de son rapport avec les morts. Je ne peux en dire plus de peur de dévoiler une grosse partie de l’histoire. Mais le domaine dans lequel Patrick Bauwen entraîne son lecteur m’était inconnu, tout comme je pense pour la majeure partie de son lectorat. On sent que l’auteur s’est documenté sur le sujet pour nous en retransmettre toute la substantifique moelle.

Lui-même étant médecin urgentiste et responsable d’un service d’urgences dans une clinique à L’Isle-Adam en région parisienne, l’auteur nous fait également bénéficier de son expérience du milieu hospitalier et des confréries estudiantines. D’ailleurs il ne manque pas de faire quelques clins d’œil à ceux-ci. On ne peut que se demander si le rythme de vie et le « régime alimentaire » de Chris Novac s’inspirent d’une connaissance professionnelle de l’auteur.

Même si dès ses premiers romans Patrick Bauwen avait montré un sens aigu du suspense et une maîtrise du rythme donné au roman, il faut l’avouer, de roman en roman, le niveau monte. Les personnages sont solides et s’étoffent encore un peu dans ce second tome. L’écriture est parfaite, d’une grande fluidité; les yeux glissent sur les pages et au final les 500 pages sont rapidement lues. Il est intéressant de voir l’affaire au travers des différents points de vue des personnages qui alternent au fur et à mesure des chapitres. On remarquera que pour accentuer la projection du lecteur dans le roman, l’utilisation de la première personne du singulier est toujours employé lorsqu’il s’agit de Chris Kovac.

L’intrigue est bien ficelée mais je formulerais un petit reproche à l’auteur qui ne nous donne pas tous les éléments nécessaires pour solutionner l’énigme; mais à près tout, le héros a les mêmes et trouve bien le coupable (certes il est un peu aidé par Patrick Bauwen). Ou encore sur la description un peu légère de la Croix de Cayeux sur Mer qui ne nous permet pas d’imaginer son aspect réel… mais cela est anecdotique.

En conclusion, un excellent roman qui pourra vous accompagner à la plage cet été… si vous résistez à la tentation de le lire d’ici-là. Et c’est donc avec une réelle impatience que j’attends le troisième tome de la série du Chien.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 496 pages
    • Editeur : Albin Michel (9 mai 2018)
    • Collection : A.M.THRIL.POLAR
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226436375
    • ISBN-13: 978-2226436375
    • Prix : 22,00€
  • eBook
    • Editeur : Albin Michel (9 mai 2018)
    • Collection : A.M.THRIL.POLAR
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226430366
    • Prix : 14,99€

Site Internet de l’auteur

www.patrickbauwen.com

Message de l’auteur à la suite de la lecture de ce billet

Au fait, juste pour info, ce n’est pas la croix de Cayeux sur Mer dont il est question dans le livre 😊 Les scènes se déroulent dans un lieu que je nomme La Pointe de Horda, qui est un lieu fictif, mais calqué sur La Pointe du Hourdel. Cela se trouve en face de Cayeux, de l’autre côté de la baie.

La croix est exactement comme je la décris. J’ai modifié d’autres éléments cependant (le nom du café par exemple) pour ne pas « stigmatiser » les habitants réels de cet endroit plein de charme. Mais si vous cherchez bien, vous trouverez le hangar, le café, le phare, la piste d’hélico.

Merci à lui d’avoir pris le temps de lire cette chronique et de m’avoir fourni ces précisions.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/05/13 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Eric Robinne – Le silence des loups

Eric Robinne – Le silence des loups

Le roman de l’été 2014.Gagnant parmi 1200 manuscrits. Verbatim de Tatiana de Rosnay sur bandeau. 1er gros best seller au Club France Loisirs avec 400.000 lecteurs enthousiastes avec des verbatims lecteurs enthousiastes (« thriller captivant dans la veine de Grangé »).

Voici comme est présenté Le silence des loups d’Eric Robinne.

Face à de tels louanges, mais aussi du au fait que je l’ai acheté à moindre prix au profit d’Emmaus, je me devais de le lire et vous faire partager mon ressenti.

Alors y a-t-il un loup derrière ces forts éloges ?

Résumé du livre

Un certain Daniel Dernemont est entraîné malgré lui dans une spirale sans fin à la recherche de ses origines. Une succession de rencontres, dont celle du policier, le pousse aux limites de la légalité et de la folie.Daniel Dernemont s’enfonce dans cette histoire qui le dépasse, malgré le soutien de Matthieu Guillaume.

Mais à quel prix !

Extraits

Il se rassit en se calant bien, reprit sa pipe qui s’était éteinte, la cura lentement pendant qu’il réfléchissait, puis la bourra et la ralluma en jetant la tête en arrière pour mieux relâcher la fumée épaisse des premières bouffées. Il n’avalait jamais la fumée, c’était un principe. Une fois prêt, il prit le dossier posé sur ses genoux anguleux, alluma le lampadaire placé à côté de son fauteuil et il lut alors distinctement derrière ses lunettes rondes :

« Auschwitz – 1944 »

En rouvrant ce dossier, il eut un pincement au cœur. Chaque fois qu’il le reprenait, c’était le même scénario : il en avait besoin pour se redonner du courage et oublier les difficultés malgré son contenu. Il avait tant souffert et tant donné à la recherche qu’il n’était plus question d’échec. Il se mit à tourner lentement les pages pour regarder, ou plutôt observer, les photos collées sur des feuilles de cahier, dont certaines le fascinaient. Imperceptiblement, ses doigts se contractèrent au fur et à mesure qu’il tournait les pages. Déjà une vingtaine de photos venaient de défiler devant son regard de plus en plus humide. Lorsqu’il s’arrêta à la page 26, il ne put s’empêcher de gémir. Sa vision se brouilla et il sortit un mouchoir pour se tamponner les yeux. Il lui fallait reprendre du courage pour poser son regard une nouvelle fois sur cette scène qui lui semblait totalement irréelle.

Avis

Si le roman commence bien et fait appel à un sujet original le clonage, on arrive rapidement à un roman qui file en ligne sans surprise, sans originalité, et parfois à peine crédible (genre le souterrain proche d’un monument touristique qui n’aurait pas été visité depuis 50 ans). Bizarrement, on continue à lire en espérant que le roman ait une nouveau souffle dans la seconde moitié, mais quelle déception.

Les personnages sont d’un cliché sans comparaison : le héros principal est une sorte de flic, tout juste sorti de l’école, à l’ego surdimensionné qui ne semble plus avoir connaissance des procédures légales dès qu’il est en vacances. Un sorte de John MacLane à la française qui n’a pas peur aux yeux, qui est prêt à foncer dans le nid de frelons et que rien n’arrête, pas même une balle dans la jambe.

Pour ce qui est du style… comment dire ? C’est lourd, avec plein de répétitions (et malheureusement souvent pour les mêmes sujets), avec ces réflexions de haute voltige comme « ses fesses très rondes et encore très fermes pour son demi-siècle ne laissaient pas imaginer qu’elle était mère de trois enfants« , et le branding (citation de noms de marque) à outrance.

Bref par moment, je me demandais si je lisais un livre de la série du Poulpe qui parodierait les romans policiers.

Moralité, ce n’est pas parce que l’on a été désigné (par qui ?) roman de l’été 2014 qui faut absolument se jeter dessus.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 424 pages
    • Editeur : Nouvelles Plumes (15 mai 2014)
    • Langue : Français
    • ISBN-13: 979-1024500362
    • Prix : 19,95€
  • Ebook
    • Editeur : Nouvelles Plumes (15 mai 2014)
    • Langue : Français
    • ASIN: B00L1LY9UO
    • Prix : 20,00€

Site Internet de l’auteur

http://www.ericrobinne.com

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/05/04 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Karine Giebel – Terminus Elicius

Karine Giebel – Terminus Elicius

Je termine mes lectures de romans ramenés par ma femme à l’occasion de son passage au Salon du Livre de Paris avec Terminus Eliciusi de Karine Giebel, qui m’a gentiment dédicacé mon exemplaire.

Terminus Elicius a une signification particulière pour Karine Giebel puisque non seulement ce fut son premier roman, mais surtout son premier roman rimé puisqu’il a reçu le Prix Marseillais du Polar en 2005.

Alors est-ce que nous confirmons que ce terminus fut bien en fait le lancement d’un nouvel auteur ?

Résumé du livre

Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose :  » Vous êtes si belle, Jeanne.  » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre. Car l’homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars…

Extraits

Sur Calameo, vous pouvez lire les premières pages : https://fr.calameo.com/read/004245550248b145277a9

 » Ma chère Jeanne,
J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.
Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.
Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.
Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer…  »

Avis

Que ce soient les amateurs de romans policiers ou les habitués de Karine Giebel, ce roman va les déstabiliser.

Terminus Elicius n’est pas un roman policier à proprement parler. Certes il y a des meurtres, une enquête pour découvrir l’auteur de ces faits tragiques, mais ce n’est pas le point central du roman. Donc que les habitués de Karine Giebel ne s’attendent pas à une profusion de détails sanguinolents,de tensions dans l’investigation.

Non, ici, l’auteure cherche à exploiter la petite histoire parallèle à l’affaire : le criminel installe un échange épistolaire avec une policière réservée et proche de l’enquête, lui confessant ses crimes, mais la charmant par la même occasion. S’engage alors une guerre psychologique pour la policière : que faire face un homme qui lui témoigne sa confiance, son amour, mais qui en même temps enlève des vies.

Pour ce premier roman, Karine Giebel fait appel à ses connaissances : Marseille, la côte méditerranéenne, le train jusqu’à Miramas. Sans aucun problème le lecteur est rapidement projeté dans l’univers du roman, et se laisse embarquer dans cette correspondance ben loin de ses habitudes littéraires.

Mais si le tueur charme la policière; Karine Giebel n’a pas eu le même effet sur moi. Si le style et le rythme sont plutôt maîtrisés pour un premier roman ce n’est pas au niveau des derniers romans comme dans Meurtres pour rédemption. De plus, les personnages et le mobile du crime sont un peu trop caricaturaux, ce qui gâche quelque peu le plaisir de la lecture.

Si vous décidiez de le lire, je vous conseille de trouver la dernière édition qui inclut une nouvelle où les personnages croisent ceux de Terminus Elicius. Ce « crossover » est particulièrement savoureux.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché
    • Broché: 336 pages
    • Editeur : Belfond (3 novembre 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2714475027
    • ISBN-13: 978-2714475022
    • Prix : 15,00€
  • Livre de poche
    • Poche: 256 pages
    • Editeur : Pocket (21 octobre 2011)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266223720
    • ISBN-13: 978-2266223720
    • Prix : 6,95€
  • Livre numérique
    • Editeur : Belfond (3 novembre 2016)
    • Langue : Français
    • EAN : 9782714475039
    • Prix : 10,99€
  • Livre audio
    • Durée : 8 heures
    • Editeur : Audible Studios (22 décembre 2016)
    • Langue : Français
    • ASIN: B01NBI1Y92
    • Prix : 12,95€

Site Internet de l’auteur

http://www.karinegiebel.fr

Récompenses

Prix Marseillais du Polar 2005

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/05/03 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

Découvertes avril 2018

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bientôt paraîtront les romans de l’été 2018. Voici quelques lectures pour patienter d’ici-là.

Paul Tremblay – Possession

Après Rosemary’s Baby et L’Exorciste, le nouveau classique de l’horreur.

Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

Avec ce thriller terrifiant d’une rare intelligence, Paul Tremblay réinvente l’horreur à l’ère des médias, de l’avènement de la télé-réalité et de la culture pop. Possession fait partie de ces quelques livres susceptibles de nous procurer des émotions nouvelles, qui continuent à nous hanter bien après la dernière page.

  • Livre
    • Broché: 336 pages
    • Editeur : Sonatine (22 mars 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2355846650
    • ISBN-13: 978-2355846656
    • Prix : 21,00€
  • Prix : 21,00€
    • eBook
    • Editeur : Sonatine (22 mars 2018)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2355846670
    • Prix : 14,99€

Jack Heath – Mange tes morts

La faim justifie les moyens.Cameron Hall, 14 ans. Disparu en rentrant de l’école ; rançon exigée. L’horloge tourne, la police est impuissante : c’est une mission pour Timothy Blake.
Timothy (nom de code  » le pendu « ) a un don. Il lit dans l’esprit des gens. Comprend tout avant tout le monde. Résout les énigmes les plus ardues. Le genre à s’ennuyer avec un Rubik’s Cube ou à connaître votre numéro de sécurité sociale par cœur. Mais Timothy a aussi un problème. Pas le fait d’être pauvre, non. Pas le fait d’être affublé d’un coturne toxicomane et parano prénommé Johnson. Un vrai problème, un problème, disons, comportemental. Qui fait que même le FBI répugne à travailler avec lui. Une vie sauvée, une récompense : ainsi fonctionne Timothy. Mais cette fois, et malgré l’appui de l’agent spécial Reese Thistle, il se pourrait que notre sympathique génie psychopathe ait trouvé à qui parler.

Ce thriller survolté et sans tabou ne vous laissera aucun répit. Accessoirement, il se pourrait qu’il vous incite à devenir végétarien.

  • Livre
    • Broché: 400 pages
    • Editeur : Super 8 éditions (22 mars 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 237056105X
    • ISBN-13: 978-2370561053
    • Prix : 19,00€
  • eBook
    • Editeur : Super 8 éditions (22 mars 2018)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2370561084
    • Prix : 12,99€

Benjamin Dierstein – La sirène qui fume

Mars 2011. La campagne présidentielle bat son plein, plus d’un an avant les élections. Le capitaine Gabriel Prigent débarque à la brigade criminelle de Paris après avoir vécu un drame à Rennes. Obsédé par l’éthique, il croise sur son chemin le lieutenant Christian Kertesz de la brigade de répression du proxénétisme, compromis avec la mafia corse et tourmenté par un amour perdu. Alors qu’éclate une sordide histoire d’assassinats de prostituées mineures, ils plongent tous les deux dans une affaire qui rapidement les dépasse, entraînant dans leur chute une ribambelle d’hommes et de femmes qui cherchent à sauver leur peau – flics dépressifs, politiciens salaces, médecins corrompus, gangsters imprévisibles et macs tortionnaires. Poursuivis par leurs propres obsessions et les fantômes qui les hantent, Prigent et Kertesz vont se livrer un duel sans merci, au coeur de la barbarie et des faux-semblants du monde contemporain.
  • Livre
    • Editeur : Nouveau Monde Editions (5 avril 2018)
    • Collection : ROMANS POLICIER
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2369426586
    • ISBN-13: 978-2369426585
    • Prix : 19,90€

Hervé Commère – Sauf

L’année de ses six ans, à l’été 1976, Mat a perdu ses parents dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Rien n’a survécu aux flammes, pas le moindre objet.
Mat est aujourd’hui propriétaire d’un dépôt-vente. Comme à chaque retour de congés, il passe en revue les dernières acquisitions. La veille, ses employés ont récupéré un album photos à couverture de velours. Sur chaque page de cet album, des photos de lui enfant. Sauf que cet album ne devrait plus exister. Il ne peut pas exister. Et pourtant…

Mat a toujours aimé se raconter des histoires, mais à quarante ans passés, il semblerait que la sienne lui ait échappé. De Montreuil à la pointe du Finistère, cherchant à comprendre quel message la vie veut lui adresser, il traquera les vérités, ses vérités, celles que recèle un album de famille resurgi brutalement des décombres.

  • Livre
    • Broché: 272 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (8 mars 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265117765
    • ISBN-13: 978-2265117761
    • Prix : 18,90€
  • eBook
    • Editeur : 12-21, Fleuve éditions (8 mars 2018)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2823860092
    • Prix : 13,99€
 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Franck Thilliez – L’anneau de Moebius

Franck Thilliez – L’anneau de Moebius

En attendant la sortie du Manuscrit Inachevé prévu le 3 mai, mais aussi pour vider un peu ma PAL, je vais revenir vers un roman de Franck Thilliez de 2008 : L’anneau de Moebius.

Mais une fois encore, je tombe dans les coïncidences puisqu’il est une fois encore question de rêve après Les limbes d’Olivier Bal et Soeurs de Bernard Minier. Comme j’ai été emballé par ces deux derniers romans, je mets un grand espoir dans ce livre.

Allons tourner en boucle ou l’auteur filera droit vers un nouveau succès ?

Histoire

Lamorlaye (Oise)
Vous rêvez. Vous vous voyez courir dans votre maison, les mains en sang. La police vous recherche pour le meurtre d’une gamine que vous ne connaissez pas.
Vous vous réveillez. Et vous comprenez que ces rêves sont votre futur. Vous, dans quelques jours.

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Le corps mutilé d’une femme, enduit de vinaigre. Il semble avoir fait l’objet d’un rituel bien précis. Pour Victor Craise, jeune lieutenant de police tout juste sorti de l’école, la descente aux enfers commence.

Aucune relation entre ces deux histoires, a priori. Et pourtant.

Avis

Plus qu’un roman policier, ce livre est avant tout un roman fantastique, de science-fiction où le principal suspect dans un enquête semble voir des éléments du futur dans ses rêves. Avec un jeune policier tout frais promu, ils vont chercher à identifier le véritable tueur en série dans le monde des freaks, ces gens « anormaux » atteints d’une anomalie génétique, une malformation ou d’un handicap physique.

Franck Thilliez s’invite donc dans un genre auquel on ne l’associe pas forcément, la science-fiction, dans un roman qui rappelle fortement le roman Ubik de Philippe K. Dick (que je vous recommande au demeurant), mais qui est bien plus accessible et moins perturbant que ce dernier. Une incursion réussit sans être exceptionnelle comme nous a habitué Franck Thilliez qui excelle plus dans l’imagination d’une intrigue bien ficelée que dans la logique des mondes parallèles.

Malheureusement, et c’est le gros défaut de ce roman, l’adoption de ce genre littéraire vient au détriment de la qualité du roman policier : certes l’enquête est bien menée, on s’amuse du bizutage de Victor Craise (j’adore son surnom), l’évolution dans le monde étrange des freaks est quelque peu déstabilisante mais je mets à carton rouge à Franck Thilliez qui ne donne aucun indice pour découvrir le meurtrier.

Par contre l’auteur prend un malin plaisir à jouer avec son lecteur, et ne donne volontairement pas toutes les explications sur les flashes perçus par Stéphane. Sauriez-vous comprendre ce qui se cache derrière le série de chiffres ? Faites bien attention, à la fin d’un chapitre, l’auteur en donne la signification de manière détournée.

Malgré tout cela, c’est un roman agréable à lire, que je conseillerai aux habitués de romans policiers qui veulent s’initier gentiment à la science-fiction sans être trop regardant sur la qualité de l’énigme.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 544 pages
    • Editeur : Passage (2 octobre 2008)
    • Collection : LIGNE NOIRE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 284742122X
    • ISBN-13: 978-2847421224
    • Prix : 22,80€
  • Poche
    • Poche: 608 pages
    • Editeur : Pocket (14 octobre 2010)
    • Collection : Policier / thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266205048
    • ISBN-13: 978-2266205047
    • Prix : 8,30€
  • eBook
    • Editeur : Passage (octobre 20127)
    • EAN : 978-2847422573
    • Prix : 17,99€
    • Livre audio
    • Editeur : Passage (octobre 20127)
    • EAN : 978-2847422573
    • Prix : 17,99€
  • Livre audio
    • Durée : 13h30
    • Editeur : Audiolib (4 mai 2009)
    • Langue : Français
    • ASIN: B01CUXXU4C
    • Prix : 20,20€

Revue de presse

 » Franck Thilliez n’a pas son pareil pour nouer une intrigue policière tout en plongeant ses personnages dans de sordides histoires qui titillent leur côté sombre. Efficace, documenté, complexe, ce nouveau roman apporte son lot de frissons.  » ELLE

Site internet de l’auteur

http://www.franckthilliez.com/

 
 

Étiquettes : , ,

Bernard Minier – Soeurs

Bernard Minier – Soeurs

 

Tel un métronome, Bernard Minier nous livre son thriller de l’année.En effet, j’ai vérifié, ma critique de ce livre date du 10 avril 2017, et voici celle de Soeurs, le 15 avril 2018, donc presque un an après jour pour jour.

Après un Nuit très intense, il continue l’aventure avec son héros fétiche Matrin Servaz. Ainsi ce sera le 5ème livre, sur 6 romans, mêlant le commandant Servaz.

Alors avec Soeurs serait-ce le roman de trop usant jusqu’à la corde notre policier toulousain favori ?

Résumé du livre

Pauvres âmes déchues.
Il a fallu que je vous tue…

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.

Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.

Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.

Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.

Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?

Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

Avis

S’il est des auteurs qui s’essoufflent au fur et à mesure de leur publication ou qui sombrent dans la facilité en copiant-collant leurs histoires, Bernard Minier progresse, s’améliore, et s’approche invariablement de la perfection.

Car Soeurs n’est pas un très bon roman policier, c’est un excellent thriller.

Tout y est pour faire le succès de ce roman et satisfaire tant les amateurs du genre que les fidèles lecteurs de Bernard Minier. Pour ces derniers, il y aura la découverte des débuts dans la police de Martin Servaz qui va être rapidement confronté à la dure réalité des meurtres, la diabolicité des meurtriers et des pratiques douteuses des enquêteurs. Pour tous, une intrigue bien ficelée mais difficile à résoudre bien que tous les indices soient fournis au lecteur, parsemés au milieu des 480 pages du roman.

Mais la lecture de ce roman ne se limite pas uniquement à l’intrigue policière.

L’auteur en profite pour montrer l’évolution du métier enquêteur car si nous sommes familiers, ou du moins habitués, aux usages des caméras de surveillance, du traçage des appels téléphoniques sur réseau mobile, mais surtout aux analyses ADN, il n’y pas si longtemps les enquêteurs ne pouvaient compter que la filature, les auditions musclées et les indics.

Et puis, il y a enfin le rapport du lecteur à l’auteur. Sur ce point on pense forcément à la folie du fan dans le Misery de Stephen King. Bernard Minier a eu la bonne idée de ne pas en faire une pâle copie, ici il pousse la « dépendance » un cran au dessus (je ne peux en dire plus sans dévoiler le roman).

Le seul petit point négatif qui empêche Bernard Minier de nous fournir un roman parfait est l’utilisation, quoiqu’en moindre nombre par rapport à ses précédents romans, à des phrases à rallonge, de celles qui n’en finissent pas et dont on ne se rappelle plus du début de la phrase une fois arrivé à la fin (un peu comme celle que je viens de vous écrire). Si cette verbosité peut se prêter aux réflexions des personnages, elle est pour le moins gênante aux situations pressantes, quand l’action s’accélère, et où le lecteur ne peut suivre le rythme du fait de la complexité de la phrase. Heureusement, cela n’arrive plus qu’à quelques rares occurrences, et du coup les pages défilent et comme le dit si bien Olivier Bureau du Parisien : « Pour éviter d’être frustré, prenez une RTT ! La grosse difficulté avec « Sœurs », de Bernard Minier, c’est de devoir le lâcher« .

Enfin, un gros carton rouge à XO Editions qui n’a pas fait son travail de relecture sérieusement : mot manquant, fautes d’orthographes, lettres oubliées dans un mot; cela est tout simplement inadmissible alors que l’usage d’un correcteur orthographique de base aurait détecté tous ces problèmes.

Avec Soeurs, Bernard Minier rentre dans les très grands maîtres du roman policier et devrait être anobli pour cela et obtenir le titre de Sir.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 480 pages
    • Editeur : XO (5 avril 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2374480348
    • ISBN-13: 978-2374480343
    • Prix : 21,90€
  • eBook
    • Editeur : XO (5 avril 2018)
    • Langue : Français
    • EAN : 9782374480350
    • Prix : 13,99€

Revue de presse

« Bernard Minier signe un suspense noir, vénéneux et limpide, riche de thèmes multiples et envoûtants.« , Bernard Lehut, RTL (interview à réécouter en mp3).

« Pour éviter d’être frustré, prenez une RTT ! La grosse difficulté avec « Sœurs », de Bernard Minier, c’est de devoir le lâcher.« , Olivier Bureau, le Parisien.

Interview pour La Dépêche

Site Internet de l’auteur

http://www.bernard-minier.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/04/15 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :