RSS

Bernard Werber – La troisième humanité

30 Oct

Jel n’avais pu de  Berand Werber depuis au moins une décennie. Certainement depuis la fois  où je m’étais disputé avec son attachée de presse au Salon du Livre. Elle avait eu la bonne idée d’organiser une séance de dédicace « privée ». En fait il fallait venir le matin venir retirer une invitation pour l’après-midi. Mais au niveau du stand, cela n’était pas ndiqué. Nous étions des dizaines à avoir attendu, et être refoulés le oment venu. Après plusieurs minutes de pourpaler, j’ai réussi à atteindre le Saint Graal… parce que j’avais fourni une lingette pour nettoyer les lunettes à Bernard Werber lui-même.

Bref, autant dire que je ne suis pas un fan inconditionnel de Bernard Werber, bien qu’ayant fortement apprécie la trilogie des Fourmis à l’origine du succès de l’auteur.

Cette Troisième humanité a une tendance forte de science fiction. Bernard Werber d’origine scientifique devrait amené une hard-scif bien étayée.

Alors Troisième humanité ou inhumanité littéraire ?

Histoire

Nous sommes à l ère de la deuxième humanité.
Il y en a eu une avant.
Il y en aura une… après.

En Antarctique, le paléontologue Charles Wells et son expédition découvrent, tout au fond d un lac souterrain, les restes de squelettes humains d environ 17 mètres de long.

A Paris, le projet d étude de son fils David sur le rapetissement humain est sélectionné par un tout nouveau programme de recherches, consacré à « l évolution de notre espèce».

Wells père a retrouvé l ancienne humanité, Wells fils entrevoit la prochaine humanité, mais ils sont loin encore de savoir la vérité.

C est grâce au soutien et à la passion amoureuse d une femme, Aurore Kammerer, spécialiste dans la connaissance des Amazones, que sera révélé le plus surprenant des secrets et réalisée la plus folle des expériences, modifiant à jamais l avenir des générations futures.

Avis

J’ai un avis plutôt mitigé concernant le dernier roman de Bernard Werber.
Tout d’abord, une bonne surprise, avec plusieurs idées originales : faire parler la terre qui se confie et revient sur son histoire, donner une explication fantaisiste mais très littéraire sur l’origine de l’homo sapiens. Cela commence donc bien. En plus, le rythme de l’histoire est plutôt soutenu, et le suspense est déjà présent. On y trouve même de l’humour et des clins d’œil à ses œuvres passées.

Mais, et il y a malheureusement énormément de mais :

  • les évènements périphériques n’ont aucune originalité, et sont même calquées sur l’histoire mondiale de ces dernières années. Que l’auteur veuille montrer que l’Homme ne tire pas enseignement de ses erreurs passées est une chose, mais que cela soit exactement identique en est une autre,
  • le hard-scifi tant attendu est presqu’absent. Certaines théories scientifiques exploratrices sont à peine esquissées, ne sont pas utilisées à leur juste potentiel,
  • les répétitions sont nombreuses, le rythme de l’histoire est irrégulier et certaines facilités littéraires prises (le copier/coller de la recette du cassoulet) qui tentent à perdre le lecteur au fur et à mesure des pages,
  • les erreurs inacceptables. Les Emachs sont censés être 10 fois plus petits que les humains. 900 d’entre eux sont censés vivre dans 100m², dans des constructions n’ayant pas pas d’étage (au départ), et toute la place pour faire de la culture, pratiquer des loisirs sportifs…. Si l’on fait la comparaison on aurait en moyenne 11m² par personne pour faire la même chose.

Et pour parachever la déception de cette retrouvailles avec Bernard Werber, on apprend en fin de livre que ce livre n’est que le premier tome d’une trilogie.

Franchement, je ne sais pas si j’aurais le courage de lire le second tome.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 550 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (3 octobre 2012)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226244220
  • ISBN-13: 978-2226244222
  • Prix : 22.90€
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/10/30 dans Science-Fiction

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :