RSS

Shane Stevens – Au-delà du mal

10 Mar

Après un mois d’abstinence de critiques littéraires, je reviens avec un thriller, très noir, qui avait été découvert en France par le fameux Gérard Collard (voir article à son sujet sur le site de l’Express Culture) en 2009

Au-delà du mal a été écrit par Shane Stevens qui a l ui seul pourrrait faire l’objet d’un roman. Encensé par Thomas Harris, James Ellroy ou encore Stephen King, cet auteur est en fait anonyme. Shane Stevens est un pseudonyme qui a servi le temps de la rédaction de 4 romans à succès avant que son utilisateur ne retourne dans l’anonymat.

En bandeau avec la version de poche figure la recommandation de Stephen King pour ce livre. COnnu pour avoir fait plusieurs recommandations afin des fins alimentaires, vais-je aller dans le sens du maître de l’horreur ?

Histoire

Après plus de vingt-cinq ans de malédiction éditoriale, nous avons le plaisir de vous présenter pour la première fois en langue française Au-delà du mal, de Shane Stevens, l’un des livres fondateurs du roman de serial killer, avec Le Dahlia noir, de James Ellroy, et Le Silence des agneaux, de Thomas Harris. À 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. Il s’en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier à travers les États-Unis. Très vite, une chasse à l’homme s’organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral. Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d’Adam Kenton, journaliste dangereusement proche du tueur, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu’à un dénouement captivant. A l’instar d’un Hannibal Lecter, Thomas Bishop est l’une des plus grandes figures du mal enfantées par la littérature contemporaine, un héros  » terrifiant pour lequel on ne peut s’empêcher d’éprouver, malgré tout, une vive empathie. Au-delà du mal, épopée brutale et dantesque, romantique et violente, à l’intrigue fascinante, constitue un récit sans égal sur la façon dont on fabrique un monstre et sur les noirceurs de l’âme humaine. D’un réalisme cru, presque documentaire, cet ouvrage, hanté par la figure de Caryl Chessman, n’est pas sans évoquer Le Chant du bourreau de Norman Mailer et De sang-froid de Truman Capote. Un roman dérangeant, raffiné et intense.

Avis

On pourrait penser qu’il s’agit d’un énième livre sur un serial killer, ou de a retranscription de faits réels.Au-delà du mal va bien plus loin que cela. Tout d’abord, il a l’originalité de présenter les pensées du tueur, d’expliquer sa logique, de nous faire pénétrer dans son univers; et puis de montrer toutes les parties de la civilisation impactées par l’arrivée de ce genre d’individu dans une société : policiers bien sûr, mais également psychologues, criminologues, journalistes, politiciens… et monsieur, madame tout-le-monde.

Bien que l’histoire soit articulée autour des aventures du serila killer, de sa progression dans sa quête, sa folie, le livre donne une large part aux personnes de second plan pour mieux retranscrire l’ambiance.

Enfin les faits se déroulent du milieu de 1948 à 1973, cela est l’occasion de profiter (pour certains de se replonger) des modes et coutumes de l’époque, qui avouons-le ont quelque peu changés depuis.

Vous l’aurez compris ce livre est un chef-d’œuvre du genre. Qui plus est le style est très bien fluide (encore une fois grâce à un superbe travail de traduction de Clément Baude), certaines répétitions seraient sans doute supprimées dans une édition 2000 (le livre a été écrit dans les années 70), la construction syntaxique reste efficace tout en étant recherché (rares sont les livres de ce genre dans lequel j’apprends du vocabulaire).

Le plus difficile dans la lecture de ce livre est de devoir s’arrêter de temps en temps, car avec ses pages denses il est impossible de le lire d’une traite.

Enfin un petit détail, certains passages sont un peu « cru » dans la première moitié du livre, passez-les, après la moitié du livre, plus aucun détail sanglant ne sont données

Et puis comme j’aime beaucoup Gérard Collard, je ne peux que vous renvoyer sur son site et profiter de la critique vidéo en ligne sur le site de sa librairie.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix
Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/10 dans Thrillers, Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :