RSS

Asa Larsson – Le sang versé

01 Oct
Asa Larsson – Le sang versé

Voici Asa Larsson une auteure dont nous n’avons jamais lu de livre mais qui fait beaucoup parler d’elle dans les points de vente avec les jaquettes apposées sur ses livres indiquant qu’elle est la nouvelle reine du crime suédoise, qu’elle a même obtenu le prix du meilleur roman policier suédois.

Forts succès de Stieg Larsson et sa trilogie Millenium, ou Camilla Läckberg, les éditeurs ont recherché puis commercialisé nombre d’auteurs nord-européens pour profiter de la vague d’engouement envers cette littérature. Malheureusement, avec une qualité inégale.

Est-ce que Le sang versé par est au niveau de sa réputation ?

Résumé du livre

À 145 kilomètres du cercle polaire, dans l’atmosphère crépusculaire du grand nord, un petit village aux environs de Kiruna, ville natale de l’avocate, est sous le choc : le pasteur de la paroisse – une femme – vient d’être assassiné. En mission là-bas pour son cabinet d’avocats, Rebecka remonte la piste de cette affaire qui réveille le souvenir traumatisant d’un autre meurtre…

Véritable star en Scandinavie, Åsa Larsson compte des millions de lecteurs à travers le monde, accros aux enquêtes de son héroïne, la brillante avocate fiscaliste Rebecka Martinsson. Best-seller en Suède, Le Sang versé, prix du meilleur roman policier suédois, illustre la sensibilité et l’écriture particulières de cette reine du polar.

Extrait

Vendredi 21 juin

Je suis recroquevillé sur l’étroite banquette de la cuisine. Incapable de dormir. En plein coeur de l’été les nuits sont trop claires et n’incitent pas au repos. La pendule en face de moi va bientôt sonner une heure. Son tic-tac enfle dans le silence. Disloque mes pensées et toute tentative de réflexion sensée. Sur la table est posée la lettre de cette femme.
Ne bouge pas, me dis-je. Reste tranquille et endors-toi.
Tout à coup je pense à Traja, une femelle pointer que nous avions quand j’étais petit. Elle n’avait jamais pu se calmer, elle passait son temps à tourner en rond comme une âme en peine dans la cuisine, ses griffes cliquetant sur le parquet vitrifié. Pendant les premiers mois, nous avions dû la garder enfermée dans une cage à l’intérieur pour l’obliger à rester tranquille. Je me souviens que les mots : «assis», «attends», «couché», résonnaient perpétuellement dans la maison.
Cette nuit c’est pareil. Il y a un chien enfermé dans ma poitrine qui bondit à chaque tic-tac de l’horloge, chaque fois que j’inspire. Mais ce n’est pas Traja qui est tapie là. La chienne se contenterait de cavaler à droite et à gauche faute de tenir en place. Cette chienne-là détourne la tête quand j’essaye de croiser ses yeux. Elle est sournoise, vicieuse.
Il faut que je dorme. On devrait m’enfermer. Me mettre dans une cage au milieu de cette cuisine.
Je me lève pour regarder dehors. Il est une heure et quart. On se croirait en plein jour. Les ombres des vieux pins sylvestres qui délimitent le bout du jardin s’étirent jusqu’au mur de la maison. Je m’imagine que ce sont des bras, des mains qui sortent du fond des tombeaux pour m’emporter. La lettre est toujours là, posée sur la table de la cuisine.
Je descends à la cave. Il est deux heures moins vingt-cinq. La chienne qui n’est pas Traja se dresse sur ses pattes. Elle fait des bonds aux frontières de ma raison. Je la réprimande. Je refuse de suivre ses traces en cette terre inconnue. Ma tête est vide. Ma main décroche des objets au hasard. Des outils. Qu’est-ce que je vais en faire ? Une masse. Un pied-de-biche. Une chaîne. Un marteau.
Mes bras jettent le tout dans le coffre de la voiture. Je regarde toutes ces choses comme s’il s’agissait des pièces d’un puzzle dont je ne connais pas le motif. Je monte dans la voiture. J’attends. Je pense à la femme et à la lettre. Tout est sa faute. C’est elle qui me rend fou.

Je démarre. Il y a une horloge sur le tableau de bord. Des traits sur un cadran, dénués de sens. Cette route conduit hors du temps. Mes mains serrent si fort le volant que mes doigts sont douloureux. Si je me tue maintenant, on devra scier le volant et m’enterrer avec. Mais je ne me tuerai pas.
Je sors de la voiture à cent mètres de l’endroit où est amarrée sa barque. Je descends jusqu’au bord de la rivière. Lisse et tranquille, on dirait qu’elle attend. L’eau clapote doucement sous la quille du bateau. Le soleil de minuit danse dans les subtils remous laissés à la surface par quelque truite venue gober des pupes. Les moustiques forment un essaim autour de moi. Ils font vibrer leurs ailes près de mes oreilles, se posent sur mes paupières et dans ma nuque et sucent mon sang. Ça m’est égal. Un bruit derrière moi. Je me retourne. La voilà. Elle s’arrête à une dizaine de mètres de moi.

Avis

Autant le dire tout de suite, j’ai été extrêmement déçu par Le sang versé, prix du meilleur roman policier suédois. Du fait de cette récompense, on pourrait s’attendre à un roman bien structuré, avec des personnages approfondis, une énigme alambiquée et du rythme dans l’histoire.

Si Asa Larsson maîtrise parfaitement la construction de ses personnages, leur psychologie, leur passé, leurs peur, elle consacre malheureusement une trop grande place aux réflexions  de ceux-ci au détriment de l’histoire. De nombreux retours en arrière sont faits, mais on ne comprend pas à quoi cela va servir pour la résolution de l’énigme.

Arrivé au tiers du livre, en persévérant, j’ai du laisser tomber sa lecture car c’est tout juste si le meurtre avait été commis et l’enquête lancée… à 2 à l’heure.

J’ai peut-être tort de ne pas continuer sa lecture, mais le lenteur de ce livre m’a fait sombrer plus d’une fois dans les bras de Morphée.

A défaut d’être un bon roman policier, c’est un excellent somnifère.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 471 pages
    • Editeur : Albin Michel (2 avril 2014)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226256091
    • ISBN-13: 978-2226256096
    • Prix : 22,00€
  • Poche
    • Poche: 504 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (2 septembre 2015)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253163945
    • ISBN-13: 978-2253163947
    • Prix : 7,60€
  • eBook
    • Taille du fichier : 2108 ko
    • Editeur : Albin Michel (2 avril 2014)
    • EAN: 978-2226306500
    • Prix : 4,99€

Revue de presse

« Fascinant : les fans de Henning Mankell, Karin Fossum et Arnaldur Indridason seront séduits. » Publishers Weekly (USA)

« Les romans policiers de Larsson sont en ce moment ce qu’il y a de plus original et de plus créatif en provenance de Scandinavie. » Die Welt (Allemagne)

« Åsa Larsson a autant de talent pour camper des situations glaçantes que pour se mettre à la place de ses personnages. » Washington Post (USA)

« Loin des rues de Stockholm, «Le sang versé» nous invite dans une contrée aux horizons enneigés, terre natale de la très populaire Suédoise Asa Larsson, avocate comme son héroïne. De construction classique mais abordant des thèmes personnels et originaux, son livre décrit une population dont les moeurs peuvent se révéler aussi rudes que le climat : femmes battues par des maris alcoolisés et bagarreurs, homme abandonné, élevant seul son fils simple d’esprit mais le surprotégeant, la vie est rarement une partie de plaisir. Quant aux serviteurs de Dieu, ils ne valent guère mieux… Intolérance, rancœurs, fascination dangereuse pour une personnalité aussi charismatique qu’ambiguë, l’auteure scrute avec acuité les démons qui couvent sous la glace nordique. » François Lestavel – Paris-Match, mai 2014

Récompenses

Prix du meilleur roman policier suédois

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 2017/10/01 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

Une réponse à “Asa Larsson – Le sang versé

  1. malecturotheque

    2017/10/01 at 20:52

    N’ayant pas encore découvert Camilla Läckberg, je sais laquelle choisir désormais ! C’est vrai que ce qui est écrit sur les jaquettes est très tentant pourtant. Peut-être trop, même. Ce n’est pas rare de voir des livres sur-vendus et, alors qu’ils sont quand même bien, bah c’est du coup la grosse déception…

    J'aime

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :