RSS

Marc Voltenauer – L’aigle de sang

20 Mar
Marc Voltenauer – L’aigle de sang

Depuis le temps que j’annonce sa sortie, ou bien la réception de l’exemplaire envoyé par les éditions Slatkine et cie, je me devais de vous faire rapidement un retour sur la troisième aventure d’Andreas Auer : L’aigle de sang écrit par Marc Voltenauer.

Après La dragon du Muveran qui avait révélé cet auteur suisse, puis la configuration des talents d’auteur de romans policier, lors du séance apéro-dédicace, Marc Voltenauer nous avait déclaré penser projeter son héros dans un autre pays et le faire passer par Paris dans sa prochaine aventure.

Alors a-t-il tenu sa promesse, est-ce que cela va saigner à Paris ?

Résumé du livre

L’ inspecteur Auer ( Le Dragon du Muveran, Qui a tué Heidi ?) est de retour : il quitte son petit village de Gryon pour aller enquêter, en Suède, sur les traces de son histoire familiale.

Un secret de famille, une épitaphe mystérieuse, une inquiétante confrérie viking… L’inspecteur Auer était parti sur l’île de Gotland à la recherche de ses origines, il se retrouve prisonnier d’une enquête vertigineuse, entre Suisse et Suède, sur fond de meurtre rituel et de disparitions. En dénouant les hypothèses, il remonte au plus lointain de son enfance. Mais qui est vraiment Andreas Auer ?
Après l’immense succès du Dragon du Muveran et de Qui a tué Heidi ?, Marc Voltenauer livre enfin la troisième saison des aventures de l’inspecteur Auer. De Gryon à Gotland, en passant par Paris, un voyage dont vous n’êtes pas prêt de revenir.

Extrait

Parti bien trop tôt…

Tout semblait tellement irréel.

Ses souvenirs affleuraient et défilaient comme des diapositives. Il avait l’impression de les entendre glisser, avec le petit claquement sec de l’appareil Kodak que sortait son père lors des longues soirées d’hiver. Le projecteur tirait la diapositive, le chariot avançait. Des instantanés aux couleurs contrastées et saturées. Schklik.

Jessica et lui, dans le jardin de la maison sur l’île de Gotland, le bac à sable en plastique vert pomme. Schklik. Le cartable sur le dos, il porte à bout de bras un énorme cornet d’écolierorange avec un ruban violet, bourré de bonbons, la Schultüte reçue de ses parents pour son premier jour de classe. Schklik. Lui, posant en tenue de footballeur, son maillot rouge avec le numéro neuf, les genoux écorchés. Schklik. Il sourit, triomphant, son premier vélomoteur, un Piaggio Ciao bleu et noir avec un pot d’échappement chromé, son quatorzième anniversaire. Schklik. En costume sombre, entouré de ses camarades lors de son assermentation, il jubile intérieurement. Schklik. Mikaël et lui échangent leur premier baiser. Schklik.

Un tournant dans sa vie. Jessica, sa sœur, enfermée dans une cave lugubre. Schklik. Un visage anguleux, les cheveux ras, des yeux azur perçants, l’homme qui tire sur Mikaël, une balle en pleine tête. Schklik. Lui, une arme à la main, un individu à terre dans le salon d’un chalet. Schklik. Mikaël, aux soins intensifs, relié par des tuyaux à une machine. Schklik. Lui, suspendu par sa hiérarchie, seul à la maison à boire du whisky. Schklik. Jessica au marché de Noël, en pleurs, et lui, ébranlé par cette révélation qui a changé sa vie. Schklik. La chambre d’hôpital, l’électrocardiogramme qui s’affole, les médecins qui emmènent Mikaël. Schklik! Schklik! Schklik! Schklik…

Avis

Cet Aigle de sang est sans conteste le meilleur des trois romans de Marc Voltenauer.

Tout d’abord, l’auteur a eu la bonne idée de rompre avec le modèle de ces deux premiers romans. D’une part il n’a pas laissé son héros affronter une nouvelle énigme dans Gryon au risque de faire passer le petit village comme le village le plus malfamé de la Suisse; et d’autre part, son héros Andreas Auer va devoir enquêter, non pas sur un meurtre, mais sur lui et ses origines. Sur ce second point, j’ai trouvé quelques analogies avec Rouge armé de Maxime Gillio.

Mais je rassure tout de suite les amateurs de romans policier, la vie de la petite île Gotland va être bouleversée et des meurtres vont jalonner la recherche d’identité du héros. Bien que n’étant pas dans son pays d’office, l’inspecteur suisse sera autorisé à assister à celle-ci en Suède. Je ne vais pas plus loin dans le résumé du livre au risque de vous dévoiler celui-ci.

Un autre élément important dans ce livre est la Suède et son  histoire. On sent que l’auteur apprécie connaît bien ce pays, ses coutumes et sa cuisine, car il parsème l’histoire de détails sur ce pays; par rapport au pays du Muveran, c’est à la fois dépaysant, rafraîchissant et instructif.

On pourrait alors penser que c’est le roman policier parfait, mais il y a bien quelques imperfections (qui je suis sûr seront gommés dans le quatrième roman). Ainsi de nombreuses répétitions tant sur la recherche de parentalité d’Andreas que sur les différents rites du clan auraient pu être évitées. Mais ce qui m’a le plus gêné, ayant du mal à mémoriser les patronymes (et encore plus les patronymes suédois), c’est la multitude des personnages que brasse ce roman. Et histoire de me rendre la tâche encore plus dure, certains de ces personnages vont avoir des noms d’emprunt. Donc si vous êtes comme moi, n’hésitez pas à vous munir d’un petit papier et d’un crayon pour dresser un organigramme.

Et puis il y a quelques figures de style qui m’ont surpris dans ce troisième livre de Marc Voltenauer que je n’avais pas notée lors de ses précédents romans. Afin de coller au mieux au pays dans lequel se déroule l’histoire, l’auteur a volontairement employé le tutoiement tout au long des discussions, même pour des personnages officiels venant interroger des témoins ou des suspects alors qu’ils ne se connaissent pas. Mais dans ce cas, cette adaptation stylistique est rompue lors de l’emploi de la numération helvético-belge (septante, nonante).

Je dois avouer que je pinaille sur de menus détails car la lecture de L’aigle de sang est d’une grande fluidité, très agréable; et chose que je souligne rarement, la couverture est particulièrement réussi et attractive.

Au final, c’est certainement le meilleur roman de Marc Voltenauer qui nous fait découvrir un peu plus son héros et la Suède.

Notation

Histoire  
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 511 pages
    • Editeur : Slatkine et cie (14 mars 2019)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 288944094X
    • ISBN-13: 978-2889440948
    • Prix : 22,90€
  • eBook
    • Editeur : Slatkine et cie (14 mars 2019)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2889440955
    • Prix : 14,99€

Revue de presse :

Son interview sur Canal9 à l’occasion de la sortie de L’aigle de sang :

Site Internet de l’auteur :

https://www.marcvoltenauer.com

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/03/20 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :