RSS

Archives de Tag: regards

Notre sélection de livres pour Noël 2016

Vous êtes à court de temps et d’idées pour les cadeaux de Noël, voici notre sélection pour ravir la personne à qui vous l’offrirait.

En vous souhaitant de joyeuses fêtes de fin d’année.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laurent Loison – Charade

Il laisse derrière lui des cadavres de jeunes femmes atrocement torturées et de mystérieux messages. Ce cruel et terrifiant tueur en série est pourtant traqué par le meilleur flic du 36, le commissaire Florent Bargamont, et une brillante criminologue, Emmanuelle de Quezac.

  • Broché: 425 pages
  • Editeur : Nouvelles Plumes (3 novembre 2016)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1024501338
  • Prix : 19,50€

Remarque : connaissez-vous beaucoup de livres ayant une note de 5/5 pour 162 commentaires sur un célèbre site de vente en ligne ?

 

René Manzor – Dans les brumes du mal

Tom, mais aussi John, Michael et Lily. À chaque fois, une mère est assassinée et son enfant enlevé, comme évanoui dans les brumes inquiétantes qui submergent si souvent la Caroline du Sud.
Dahlia Rhymes, agent du FBI spécialisée dans les crimes rituels, s’impose dans l’enquête. Tom est son neveu, et même si elle ne l’a jamais vu car elle a rompu toute relation avec sa famille, elle ne peut pas l’abandonner.
En retrouvant les marais et les chênes séculaires de son enfance, Dahlia retrouve aussi Nathan Miller, un ancien gamin des rues devenu un des meilleurs flics de Charleston. Ensemble, ils se lancent à la recherche des enfants, sans autre indice que le témoignage d’un voisin, qui prétend avoir vu rôder autour d’une des Maisons une shadduh, une ombre vaudoue.
Et si, pour une fois, le mobile n’était ni l’argent,
ni le sexe, ni la vengeance, ni même l’amour?

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (19 octobre 2016)
  • Collection : Policier/Science-fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2702160735
  • ISBN-13: 978-2702160732
  • Prix : 20,00€

 

« Rebondissements, intensité, rythme, écriture magistrale, tout y est. »  Le Progrès / Paris Normandie
« René Manzor s’élève au niveau des maîtres du thriller grâce à une plume brillante, témoignant d’un sens de I’écriture remarquable, son métier de scénariste n’y étant sans doute pas étranger. » Alain Schlockoff, L’Écran fantastique

 

Stephan Adrian , Alisa Kotmair – Les plus beaux voyages en train : L’art du voyage

Le train est intimement lié à l’histoire du voyage. Les grands trajets mythiques – l’Orient Express, le Transibérien… – incarnent toujours le voyage ultime, celui dont rêvent tous les amoureux du voyage : une longue aventure à la découverte du monde et de ses curiosités.

Dans ce très beau livre, les Guides Bleus renouent avec la tradition du voyage au long cours et présentent 42 trajets en train exceptionnels, sur les cinq continents, à faire en quelques heures ou plusieurs jours.

Traversée de l’Europe ou de l’Amérique, trajets mythiques comme le Glacier Express de Zermatt à Saint Moritz, l’Al Andalus pour découvrir les trésors de l’Andalousie, ou encore plongée dans l’histoire avec la fameuse Micheline qui parcourt encore Madagascar.

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Hachette Tourisme (2 novembre 2016)
  • Collection : Guides Bleus
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2013959737
  • ISBN-13: 978-2013959735
  • Prix : 35,00€

 

Philippe Potevin – Regards vagabonds, Roaming views, Paris

Philippe Poitevin travaille pour une grande chaîne de télévision française, pas devant mais derrière la caméra. Il est aussi musicien, pas derrière, en coulisse, mais devant, sur scène cette fois. Il est surtout et avant tout un artiste photographe passionné, parfois devant, mais le plus souvent derrière l’objectif. Il sait nous transmettre, à travers ses photos, le sentiment qui l’envahit, l’émotion qu’il perçoit, la sensibilité de l’instant T. A suivre de près !

  • Broché: 100 pages
  • Editeur : Editions Clémentine (17 octobre 2016)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2370120576
  • ISBN-13: 978-2370120571
  • Prix : 19,80€

 

Nicolas Bernardé – Invitation d’un pâtissier voyageur

Quand les pérégrinations d’un pâtissier diffusent leurs arômes dans des gâteaux faciles à transporter, il n’existe pas de meilleure invitation au voyage. Tel est l’univers de Nicolas Bernardé, composé de cakes, madeleines et autres gourmandises aux délicats parfums d’ailleurs. Décorés avec poésie et dont les saveurs et le moelleux se conservent si bien qu’on s’en délecte du soir au matin. Voici des gâteaux de voyage à déguster sur les routes du Moyen-Orient (Retour du Qatar) ou de nos belles provinces (Pommes au four et compote de K6 de Dijon), au sommet des montagnes (Financier au miel des Montagnes) ou des volcans (L’Etna chocolat et pistache de Brönte : l’or vert de Sicile). Près de 80 recettes au goût d’évasion, photographiées avec grâce par Guillaume Czerw et mises en scène par Julie Schwob.

Nicolas Bernardé, formé à l’école Ferrandi et chez Dalloyau, décroche le titre de Meilleur Ouvrier de France en 2004, alors qu’il est chef responsable de l’enseignement de la pâtisserie à l’école internationale Le Cordon Bleu. Elu meilleur chef du monde au World Gourmet Summit de Singapour en 2005, il enrichit son expérience gustative en voyageant, notamment au Japon, au Brésil et à Taïwan, avant d’ouvrir une boutique et une école de pâtisserie pour professionnels et amateurs à La Garenne-Colombes, en région parisienne. Il connaît un succès mérité avec ses  » Cakissimes  » et ses  » Gâteaux du samedi « , créations uniques dévoilées chaque samedi.

  • Broché: 208 pages
  • Editeur : LA MARTINIERE (3 octobre 2016)
  • Collection : CUISINE-GASTRO
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2732467871
  • ISBN-13: 978-2732467870
  • Prix : 29,90€

 

 

 

Christophe Felder – Gâteaux

Christophe Felder et Camille Lesecq, deux pâtissiers hors pair, dévoilent ici leurs plus précieux secrets et nous proposent 150 recettes délicieusement créatives. Superbement mis en scène et photographiés par Marion Chatelain et Laurent Fau, ces grands classiques de la pâtisserie française et internationale sont une véritable ode à la gourmandise. De la tarte Tatin au sablé nantais, en passant par la forêt-noire ou le cheesecake, succombez à la tentation, c’est tellement bon !

  • Relié: 384 pages
  • Editeur : Editions de la Martinière (22 octobre 2015)
  • Collection : CUISINE-GASTRO
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2732470511
  • ISBN-13: 978-2732470511
  • Prix : 35,00€

 

 

Edward Burtynsky – Eléments essentiels

Premier ouvrage d’Edward Burtynsky en français, cette rétrospective mêle les différentes séries du photographe canadien grâce à de savants rapprochements formels et métaphoriques d’images à la fois emblématiques et inédites pour plus de la moitié d’entre elles.

Imaginée par l’artiste et William E. Ewing, cette sélection de 140 photographies prises sur plus de trente ans et enrichie de textes critiques, offre une compréhension complète du regard de l’artiste sur le monde.

 

  • Relié: 190 pages
  • Editeur : Xavier Barral Editions (6 octobre 2016)
  • Collection : BEAUX LIVRES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2365111041
  • ISBN-13: 978-2365111041
  • Prix : 55,00€

A découvrir sur le site de l’éditeur : http://exb.fr/fr/home/282-elements-essentiels-9782365111041.html

 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/12/17 dans Cuisine, Photo, Thrillers

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

« Regards croisés en Bretagne » disponible dans des librairies

« Regards croisés en Bretagne » disponible dans des librairies

Je n’ai pas encore eu l’occasion de parler de ce livre, mais pour les amoureux de la Bretagne et des belles photos, c’est un livre magnifique.

Sa publication a été faite grâce au financement communautaire sur Ulule (vous pouvez y découvrir des photographies exemples). Ce projet a d’ailleurs été financé à 467% de son besoin. Ce sont plus de 1500 livres vendus à ce jour, et ce n’est pas près de finir.

A présent, un site référence les points de vente dans lesquels vous pourrez le trouver à 24,90€, avec un supplément de 7,00€ si vous optez pour une commande par correspondance (breizhscapes@gmail.com).

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/11/25 dans Photo

 

Étiquettes : ,

Sebastian Fitzek : Le voleur de regards

Le voleur de regards - Sebastian Fiztek Sebastian Fitzek est un journaliste allemand qui s’est lancé en 2006 dans l’écriture de romans policiers. Il a tout de suite connu un grand succès littéraire dans le monde germanique, et en 2013, une de ses œuvres est arrivée jusqu’en France où elle connut une très bon accueil : Le voleur de regards.

Rares sont les auteurs allemands qui ont connu ce genre de succès (certains de ses livres sont en cours d’adaptation télévisuelle en Grande-Bretagne), il était donc de notre devoir de lire ce livre et de vous apporter notre appréciation sur ses qualités  stylistiques, de conte et de suspense.

Alors est-ce du vol de payer pour ce Voleur de regards ?

Résumé du livre

Une vague de crimes d’une cruauté sans précédent s’abat sur Berlin. Un tueur en série s’infiltre dans les foyers en l’absence du père de famille, tue la mère, enlève l’enfant et accorde un ultimatum à la police pour le retrouver.
Passé cet ultimatum, l’enfant est assassiné. En référence à l’oeil gauche qu’il prélève sur ses victimes, les médias lui ont attribué un surnom : le Voleur de regards…
Alexander Zorbach, un ancien policier devenu journaliste, se rend sur une nouvelle scène de crime. Une mère de famille a été assassinée et son fils de 9 ans a disparu.
Alexander se retrouve pris dans l’engrenage du jeu machiavélique auquel se livre le Voleur de regards, qui veut lui faire porter le chapeau.
Zorbach a 45 heures pour retrouver l’enfant et prouver son innocence. Le compte à rebours est lancé…

Extrait

Remarque : l’extrait donné ci-dessous correspond bien au début du livre.

Épilogue

Alexander Zorbach (moi)

Il y a des histoires qui, telles des spirales mortelles, s’enfoncent, comme munies de crochets, toujours plus loin dans la conscience de celui qui est obligé de les entendre. Je dis d’elles qu’elles sont des perpetuwn mobile, des histoires qui n’ont ni commencement ni fin, car elles parlent de la mort éternelle.
Parfois, c’est une personne dénuée de tout scrupule qui les raconte, se délectant de l’épouvante qu’il suscite chez son auditeur et de l’idée des cauchemars qu’elles ne manqueront pas de lui infliger, la nuit, quand, seul dans son lit, incapable de trouver le sommeil, il gardera les yeux rivés au plafond.
De temps à autre, on trouve un tel perpetuum mobile entre les deux couvertures d’un livre, ce qui permet de lui échapper en fermant l’ouvrage. Conseil que je voudrais vous donner sans attendre : arrêtez là votre lecture !
J’ignore comment ces lignes vous sont tombées sous les yeux. Tout ce que je sais, c’est qu’elles ne vous sont pas destinées. Le procès-verbal de l’horreur ne devrait jamais tomber entre les mains de quiconque. Même pas celles de votre pire ennemi.
Croyez-moi, je parle d’expérience. Je n’ai pas réussi à fermer les yeux, à mettre le livre de côté. Car l’histoire de l’homme dont les yeux pleurent des larmes de sang, de l’homme qui presse contre lui un paquet informe, un paquet de chair humaine qui, quelques minutes plus tôt, respirait, aimait et vivait, cette histoire n’est ni un film, ni une légende, ni un livre.
Cette histoire est ma destinée.
Ma vie.
Car l’homme qui, au paroxysme de son calvaire, comprend qu’il commence seulement à mourir, c’est moi.

Dernier chapitre

La fin

«Dors, mon enfant, dors. Papa garde les moutons…»
– Dites-lui qu’elle arrête ça, brailla la voix du chef de l’opération dans mon oreille droite.
«La maman secoue l’arbrisseau. Il en tombe un rêve…»
– Qu’elle arrête immédiatement de chanter cette foutue chanson.
– Oui, oui. J’ai compris. Je sais ce que j’ai à faire, répondisse dans le minuscule micro que le technicien du groupe mobile d’intervention m’avait fixé quelques minutes auparavant, et grâce auquel je restais en relation avec mon chef. Si vous continuez à crier comme ça, je vais arracher votre foutue oreillette, pigé ?
Je me rapprochai du milieu du pont enjambant l’A-100. Onze mètres plus bas, l’autoroute avait entre-temps été barrée dans les deux sens ; plus pour protéger les automobilistes que la femme en pleine confusion mentale, debout à dix ou quinze mètres devant moi.
– Angélique ? appelai-je à haute voix.
Grâce au rapide briefing dont j’avais bénéficié au poste de commandement provisoire, je savais qu’elle était âgée de trente-sept ans, avait été antérieurement condamnée deux fois pour des tentatives d’enlèvement d’enfants, et qu’elle avait passé au moins sept des dix dernières années dans un établissement psychiatrique. Hélas, quatre semaines plus tôt, un psychologue compréhensif avait procédé à une expertise recommandant sa réinsertion sociale.
Grand merci, cher praticien. Nous voilà à présent dans de beaux draps !
(…)

Avis

Bien que cela ne soit pas le premier livre de Sebastian Fitzek, le style littéraire (est-ce du à la traduction ?) n’est pas des meilleurs. Bien que ce livre se lise très facilement, qu’il soit construit à la manière des page-turn, sa mise en place est un peu brut de décoffrage : répétitions, des cliff-hangers lourds ou inutiles en fins de chapitre, mais cela n’empêche pas le lecteur de poursuivre sa lecture car au final c’est bien pour l’histoire qui importe.

Alors l’histoire : guère d’originalité: meurtre et rapt avec un compte è rebours pour trouver l’enfant kidnappé, on pourrait crier à la grossièreté et du cliché : un ex-flic se retrouve confronté à ses anciens collègues, l’intervention d’une aveugle extra-lucide, et un assistant stagiaire surdoué. Alors pour est-ce que l’on garde le livre entre ses mains : l’auteur ne laisse guère de répit à son héros et à ses lecteurs, les rebondissements sont nombreux tout comme les phases d’action. Mais le plus fort est le final. Alors que, même si le lecteur trouve (et vous le trouverez certainement) le meurtrier, l’auteur réserve une petite surprise finale que peu de lecteurs verront venir. Sur ce point, chapeau l’écrivain.

Une des originalités du livre est sa numérotation des chapitres. Commençant par l’épilogue, les chapitres se succèdent et leurs numéros décroissent. Un peu comme le compte à rebours auquel est soumis le héros pour résoudre l’énigme du Voleur de regards… et au final l’utilisateur pour trouver le meurtrier et la clé de cette énigme policière.

Mais il semblerait que l’aventure du Voleur de regards ne soit pas terminée car, en préparant cet article, j’ai découvert sous Wikipedia, qu’il existe une suite : Le chasseur de regards, paru en 2014, toujours aux éditions de l’Archipel. A suivre, donc.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 350 pages
    • Editeur : Archipel (6 mars 2013)
    • Collection : Suspense
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 280981032X
    • ISBN-13: 978-2809810325
    • Prix : 22,00€
  • Livre au format poche
    • Broché: 480 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (12 mars 2014)
    • Collection : Policier / Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253177849
    • ISBN-13: 978-2253177845
    • Prix : 7,60€
  • eBook
    • Editeur : Archipel (6 mars 2013)
    • Langue : Français
    • EAN: 9782809810530
    • Prix : 6,99€

Site de l’auteur

http://www.sebastianfitzek.de

 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/03/15 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Offre Kindle du jour : Le voleur de regards de Sebastian Fiztek

Le voleur de regards - Sebastian FiztekL’offre Kindle du jour est Le voleur de regards de Sebastian Fiztek.

Pourquoi je vous en parle ?

Parce que je suis en train de le lire (en version papier) et que vous aurez bientôt la critique de ce livre.

En attendant vous pouvez déjà l’obtenir pour 1,99€.

Offre Kindle sur Amazon.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/03/11 dans Evénements, Thrillers

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :