RSS

Archives de Tag: prononcez

Jacques Saussey – La pieuvre

Jacques Saussey – La pieuvre

Notre découverte de Jacques Saussey est assez récente puisque notre première critique d’un de ses livres dates de moins d’un avec Le loup peint et très récemment du très actuel Ne prononcez jamais leurs noms.

Je me suis lancé dans la lecture de ses romans du fait du très bon retour de lecteurs à propos son roman La pieuvre présenté comme son œuvre majeure à ce jour. Il était temps de vérifier si ce roman est à la hauteur de sa réputation.

Alors est-ce que les tentacules La pieuvre m’ont complètement captiver dans cette histoire ?

Résumé du livre

Lisa Heslin est officier de policier judiciaire dans un commissariat parisien. Elle est aussi la fille d’un juge d’instruction célèbre, assassiné au début des années quatre-vingt-dix. Lorsqu’elle apprend que sa mère, avec laquelle elle n’a plus aucune relation depuis bien longtemps, est à l’agonie, elle met de côté sa rancœur, saute dans un train pour Marseille et rejoint la clinique. A Paris, ses collègues ont été appelés sur le lieu d’un meurtre crapuleux : un modeste coursier parisien a été retrouvé exécuté de deux balles dans la tête. Mais la police scientifique apporte une information qui va tout changer : l’arme de ce crime est la même qui a servi à tuer le Juge Heslin en 1992. Pour l’équipe du capitaine Daniel Magne, supérieur et amant discret de Lisa, c’est une enquête impossible qui commence, où tous les contacts sont aussi des pièges.

Extrait

CHAPITRE 1

3 septembre, J-5

Samir frissonna. Pied sur l’asphalte, les gants trempés, il attendait avec impatience que le feu passe au vert. Il tourna la tête du côté gauche. Une voiture de police venait de s’arrêter près de lui, un peu en retrait. Depuis le temps, il ressentait la présence des flics à moins de cent mètres aussi vite que des poules un renard en maraude. Le plus difficile, c’était d’avoir l’air de ne pas les remarquer plus que ça. Ils avaient le nez tellement fin, parfois, qu’un simple regard fuyant suffisait à se faire repérer.

Et maintenant, bien sûr, impossible de cramer ce putain de feu, alors que la pluie glacée lui descendait le long de la colonne vertébrale après avoir franchi le col trop mince de son blouson de mi-saison.

Il avait fait une grossière erreur en ne consultant pas la météo avant de sortir le scooter du garage. À présent, il devrait subir l’averse jusqu’à la fin de son parcours de la matinée.

Il consulta l’horloge analogique accrochée sur le carénage. Il en avait encore pour deux bonnes heures à se les geler avant de pouvoir se changer pendant la pause de midi. La reprise du boulot, cette année, avait vraiment une couleur de merde.

Le feu passa enfin au vert. Il engagea avec prudence sa roue avant entre les bandes blanches du passage piéton. Inutile de se ramasser bêtement devant la voiture pie, avec ce qu’il trimbalait dans la pochette de cuir dissimulée sous sa selle. Une trouvaille de Malik, cette selle à deux niveaux. Mais elle ne résisterait pas à une investigation poussée. De celles qui se produisent lorsque les forces de l’ordre découvrent un scoot volé allongé sur la voie publique, par exemple.

Un coup d’œil dans le rétroviseur lui apprit que la Peugeot avait bifurqué vers la Seine, en direction de Châtelet. Il fit tout de même un détour par la place de la Concorde avant de filer vers les faubourgs du 16e arrondissement. Il n’y avait rien de tel que la place la plus grande de Paris pour semer d’éventuels indics en filature. Il avait déjà utilisé d’autres méthodes, en s’enfuyant par des voies étroites où des camions en livraison bloquaient souvent tout ce qui était plus gros qu’une souris, mais l’efficacité de ce procédé restait aléatoire.

La suite de l’extrait sur le site Internet de l’auteur

Avis

Loin des tendances actuelles, l’auteur s’éloigne des sujets des thrillers communs et décide d’ancrer l’origine de son roman dans les assassinats de juges par la Mafia. C’est à la fois un bol de fraîcheur et d’originalité pour les lecteurs mais avant tout une imbrication de cold-case et d’affaire courante dans l’enquête,.

La structure du roman est classique : deux histoires dressées en parallèle, l’enquête officielle d’une part, l’enquête officieuse qui se révèle être par la même occasion quête identitaire d’autre part. J’attire l’attention des lecteurs sur la datation en début des chapitres, car si ces histoires parallèles semblent se dérouler de manière rapprochée pour faciliter le suivi de l’histoire, le petit décalage dans le temps a son importance…vous verrez pourquoi le moment voulu.

Si le lecteur entre aussi rapidement dans l’histoire c’est aussi grâce la qualité de la construction des personnages : ils ont une véritable personnalité, ne sombrent pas dans le cliché des flics asociaux ou en totale perdition. Finalement on se prend au jeu et on projette dans la peau de Lisa Heslin et Daniel Magne.

Quelques légers aspects négatifs de ce livre viennent entacher ce roman.

Quand bien même l’histoire est prenante, nous butons parfois sur le phrasé de l’auteur (comme le mien dans cette chronique). Cela nous empêche de passer la cinquième vitesse et de lire ce livre comme on l’aurait souhaité. Mais ce qui est surprenant c’est qu’au moment où l’action entre en jeu, ce défaut s’éclipse et permet au lecteur de profiter pleinement de ces instants du roman plus intenses.

L’autre point négatif tient du fait que ce roman s’inscrit dans la série des histoires mettant en scène Lisa Heslin. Dans La pieuvre Jacques Saussey rappelle le passé des ses héros malheureusement en dévoilant la conclusion des histoires des précédents romans, privant ses lecteurs de la joie de découvrir d’autres de ses romans.

Enfin la couverture qui semble sortie d’une livre des années 70, je ne pensais pas que l’on pouvait faire ce genre de graphisme au XXIème siècle.

Donc un très bon livre qui mérite bien la publicité qui les est faite par les autres lecteurs sur la blogosphère et les réseaux sociaux.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 496 pages
    • Editeur : Editions Toucan (18 mars 2015)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810006397
    • ISBN-13: 978-2810006397
    • Prix : 19,90€
  • Livre
    • Poche: 454 pages
    • Editeur : Editions Toucan (31 mai 2017)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810007462
    • ISBN-13: 978-2810007462
    • Prix : 8,90€
  • eBook
    • Format : ePub
    • Editeur : Editions Toucan (18 mars 2015)
    • Collection : Toucan Noir
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2810006403
    • Prix : 7,99€
  • Livre audio
    • Editeur : Audible
    • Durée : 13h21
    • Lecteur : François Tavares
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2810007486
    • Prix : 24,95€

Site internet de l’auteur

http://www.jacques-saussey-auteur.com

Revues de presse

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/09/24 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Jacques Saussey : Ne prononcez jamais leurs noms

Jacques Saussey : Ne prononcez jamais leurs noms

Certains diront que le polar trouve ses maîtres dans le nord de l’Europe, d’autres dans le sud, ou bien encore de l’autre côté de l’Atlantique.

Personnellement j’aurais tendance à penser que la France a certainement le plus grand et le meilleur vivier d’auteurs de romans policiers, thrillers et autres romans noirs. Qui plus est, une nouvelle génération arrive et semble élever le niveau d’un cran encore.

Jacques Saussey est de cette nouvelle génération qui mérite une plus grande vulgarisation, au sens d’être plus connu du grand public. Je l’ai découvert avec Le loup peint et je me devais de lire son dernier Ne prononcez jamais leurs noms qui rencontre un vif succès commercial et un très bon retour de des lecteurs.

Résumé du livre

« Le train roulait de plus en plus vite. II passa sur un aiguillage qui le fit tanguer comme un navire pris dans les vagues d’un chenal agité par le vent. Les yeux écarquillés de Karine s’abaissèrent vers le plancher. Sous le siège 66, la poignée du sac avait basculé en pleine lumière. Elle s’accroupit et le tira vers elle, et ce fut soudain comme si elle avait pu voir au travers du tissu. Comme si cette forme oblongue qui le déformait lui avait murmuré quelques mots funestes à l’oreille. Elle eut juste le temps de prendre une profonde respiration pour pousser un hurlement. Et puis le monde s’éteignit dans un grand éclair blanc. » Ne prononcez jamais leurs noms est la sixième enquête du Capitaine Daniel Magne et du Lieutenant Lisa Heslin. Certainement la plus dangereuse..

Extrait

24 février 2015

Au moment où le train amorça son entrée en gare, Karine Monteil posa instinctivement la main sur l’épaule de Jérémie. À huit ans à peine, son fils était d’un naturel plutôt impulsif, il était capable de se précipiter au bord du quai pour pouvoir se penchttps://quoilire.wordpress.com/wp-admin/post-new.phpher au-dessus des voies et tirer la langue au conducteur de la motrice tout en lui faisant un pied de nez.

Au geste de résistance qu’il amorça pour se dégager, elle sentit qu’elle avait eu raison et affermit sa prise. La fin des vacances d’hiver était proche et la rentrée pointait le bout de son museau. D’ici deux jours, Jérémie aurait repris son cartable et le chemin du collège. Elle savait qu’il angoissait déjà de se retrouver à nouveau enfermé entre quatre murs de béton, avec le tableau noir pour seul horizon, jusqu’aux prochaines vacances de Pâques qui lui paraissaient aussi éloignées que la Lune. Et tout allait être bon pour mener une vie infernale à sa mère. C’était comme ça, chaque année depuis trois ans.

Depuis que Sylvain était parti.

Pour une autre femme.

Sans enfants.

Le train s’arrêta enfin dans un bruit assourdissant. Grâce aux repères lumineux affichés sur le quai, Karine avait déjà repéré l’endroit où se situaient leur wagon et les sièges confortables qu’elle avait réservés en première classe pour eux deux. Une dépense un peu au-dessus de ses moyens, certes, mais qui allait permettre à Jérémie d’avoir un peu plus de place pour jouer pendant le long trajet qui les ramènerait à Paris.

La suite du premier chapitre sur le site officiel de l’auteur

Avis

Vous cherchiez le roman qui va vous accompagner sur la plage pour vous filer de frissons, Ne prononcez jamais leurs noms est pour vous.

Jacques Saussey nous livre ici un roman tout simplement époustouflant. J’aurais pu utiliser l’adjectif explosif mais cela aurait été un peu trop facile par rapport au sujet du livre. En effet, l’auteur a été victime d’un malheureux concours de circonstance : quelques semaines après le début de la rédaction de ce livre qui commence par l’explosion d’une bombe dans un train, la France a connu une vague d’attentats comme jamais. Cette analogie ne donne que plus de poids, de pression au lecteur au fur et à mesure de l’avancement des méfaits du grand méchant du livre.

Mais loin d’employer la trame traditionnelle de la double vision policier – assassin, Jacques Saussey dé-quadruple le récit : le policier, le méchant, le kidnappé, la femme du kidnappé. En ajoutant une complexité supplémentaire le kidnappé est flic tout comme sa femme, et tous deux sont amis du policier enquêteur. Avec ce quadruplement du récit, le livre est perpétuellement relancé au point ou arrêter sa lecture est quasiment impossible sans être frustré de ne pouvoir la poursuivre tranquillement.

Et pour parfaire le tout, je e peux que vous conseiller ce livre si vous partez au pays basque cet été si comme moi vous aimez lire un livre dont l’action se passe dans la région proche de ses vacances. Vous aurez ainsi l’occasion d’avoir un petit cours de rattrapage agréable et pas pédant sur l’histoire indépendantiste basque.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 496 pages
    • Editeur : Editions Toucan (11 janvier 2017)
    • Collection : TOUC.NOIR
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2810007470
    • ISBN-13: 978-2810007479
    • Prix : 19,90€
  • eBook
    • Format : ePub
    • Editeur : Editions Toucan (11 janvier 2017)
    • Collection : TOUC.NOIR
    • Langue : Français
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2810007486
    • Prix : 9,99€

Site internet de l’auteur

http://www.jacques-saussey-auteur.com

Revues de presse

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/07/04 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :