RSS

Archives de Tag: Martin

Oscar Martin – Solo, Tomes 1 à 3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Décidément 2018 ne sera pas uniquement l’été des séries, elle sera série tout court.

Aujourd’hui, ce sera une série complète (ou presque si l’on tient compte de la note de fin de billet) de bande-dessinée de science-fiction : Solo de l’espagnol Oscar Martin .

Mais n’est-ce pas contradictoire de nommer Solo une série ?

Histoire

Tome 1 – Les survivants des chaos

Ravagée par les armes nucléaires et chimiques, la Terre a muté et de nombreuses espèces animales ont développé une taille et une intelligence semblables à celle des humains. Pour faciliter la vie de sa famille, Solo, un jeune rat, décide de prendre la route. Dans ce monde hostile fait de prédateurs, de cannibales, de monstres ou de pirates, Solo va devoir devenir le meilleur guerrier pour survivre.

Tome 2 – Le cœur et le sang

Après avoir longtemps été une implacable machine à tuer sans attache, Solo est désormais amoureux et entouré de gens qui comptent pour lui. Malheureusement, dans un monde hostile, chaque nouveau lien du coeur est également un nouveau point faible Alors que le passé et le danger resurgissent dans sa vie, le héros va devoir affronter ses propres peurs pour triompher de ses ennemis et de lui-même.

Tome 3 – Le monde cannibale

Revenant d’une chasse peu fructueuse, Solo rentre dans son camp pour découvrir que Lyra a été enlevée par les humains. N’écoutant que son courage, le héros va alors s’embarquer dans une course désespérée et suicidaire pour sauver celle qu’il aime. En chemin, il affrontera de nombreux adversaires mais se découvrira également un précieux allié, un disciple…

Avis

Serait-ce une thématique à la mode, mais encore une fois nous arrivons dans un univers post-apocalyptique. Mais originalité de Solo, les animaux sont devenus mi-humains. La lutte pour la survie et le pouvoir sur les espèces va être plus complexe, plus intense, plus violent. Nulle explication n’est faite sur les raisons des changements du monde, l’auteur se focalise sur la vie post-apocalyptique.

J’ai particulièrement apprécié cette projection anthropomorphique des animaux, cela me rappelle, dans un tout autre genre de bandes dessinées, Sokal et l’univers de Canardo. L’un comme l’autre ne se contente pas de transposer l’animal dans le monde humaine, ils conservent les spécificités de chaque espèce.

Si l’histoire est centrée sur un seul personnage, elle a l’avantage de montrer son évolution tant physique que psychologique, de son adaptation aux situations de survie, de lutte, de révolte, de son regard sur son monde et son futur. Cependant tome 3 sur ce sujet entraîne inévitablement quelques répétitions.

Le dessin est précis et animé. Les actions sont magnifiées avec des plans très cinématographiques, cela s’explique sans doute pour la venue du monde de l’animation d’Oscar Martin. On remarquera une allusion (ou une école commune) à Midam et ses Game Over au moment des découpes d’ennemis. Si la violence est là, voire sanguinolente sans pour autant être gore, elle peut-être vue de manière humoristique ou avec un regard de geek.

Au final, une lecture plaisante, rythmée et qui suscite une curiosité chez le lecteur concernant le tome 4 annoncé pour 2019 mettant en scène le « fils ».

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Tome 1
    • Album: 112 pages
    • Editeur : Delcourt (10 septembre 2014)
    • Collection : Contrebande
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 275604170X
    • ISBN-13: 978-2756041704
    • Prix : 16,95€
  • Tome 2
    • Album: 112 pages
    • Editeur : Delcourt (13 janvier 2016)
    • Collection : Contrebande
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 9782756071923
    • ISBN-13: 978-2756071923
    • Prix : 16,95€
  • Tome 3
    • Album: 128 pages
    • Editeur : Delcourt (18 octobre 2017)
    • Collection : DEL.CONTREBANDE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2413001565
    • ISBN-13: 978-2413001560
    • Prix : 16,95€

Site Internet

Page FB

Note importante

L’auteur vient d’annoncer la parution prochaine du quatrième tome, Legatus, dont voici la couverture.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/10/24 dans BD - Manga

 

Étiquettes : ,

Roger Martin – Le G.A.L, l’égout

Un poulpe chassant l’autre, mon nook étant toujours monopolisé (pris en otage ?) par ma femme, je me lance dans la lecture d’une nouvelle aventure du plus poulpéen des vengeurs solitaires.

Voici le 18ème volume (vous aurez remarqué qu’avec ma précédente critique d’un Poulpe, je respecte l’ordre chronolique) des aventures de notre céphalopode. Rédigé par Roger Martin, Le G.A.L, l’égout va nous entraîner dans le milieu fréquemment combattu par Gabriel Lecouvreur : les partis d’extrême droite.

Alors, comme j’avais apprécié le précédent opus, la qualité de celui-ci est-il égal, point de goût ?

Histoire

Hervé Dupont avait vraiment tout pour plaire…
Fasciste, négationniste, poseur de bombes… A priori, sa mort accidentelle, lors d’une banale bagarre avec des co-détenus dans la prison où il purge perpète, ça ferait presque croire à la justice immanente. Le hic, c’est que personne ne semble croire à la version officielle de cette triste fin. Le Poulpe n’a plus qu’à réviser sa géographie. De Paris au Havre, de Pau à Carpentras, de Montmédy à la Belgique, il va constater que si les voyages forment toujours la jeunesse, certains entraînent parfois jusqu’au bout de la nuit. Le Poulpe est un personnage libre, curieux, contemporain, qui aura quarante ans en l’an 2000.
C’est quelqu’un qui va fouiller, à son compte, dans les failles et les désordres apparents du quotidien. Quelqu’un qui démarre toujours de ces petits faits divers qui expriment, à tout instant, la maladie de notre monde. Ce n’est ni un vengeur, ni le représentant d’une loi ou d’une morale, c’est un enquêteur un peu plus libertaire que d’habitude, c’est surtout un témoin.

Avis

Comme je le disais en introduction, la qualité des poulpes est malheureusement inégale; et lire un poulpe est un peu comme ouvrir une boîte de chocolats.

Bien que l’auteur semble s’être bien documenté sur les mouvances de l’extrême droite (je suppose que cette partie est vraie), l’histoire qui s’en suit n’a pas de vraie structure, de trame; le lecteur s’y perd rapidement et décroche.

Notons que c’est la première fois que je note un écart dans le cahier des charges d’un livre du poulpe : alors qu’il est lancé dans son enquête, le Poulpe revient sur Paris, retrouve Sheryl et reprend sa vie « période calme » pendant quelques moments.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche : 135 pages
  • Editeur : Baleine (19 mai 1998)
  • Collection : Le Poulpe Nø18
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2842190173
  • ISBN-13: 978-2842190170
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/04/02 dans Policier, Uncategorized

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :