RSS

Archives de Tag: Kallentoft

Mons Kallentoft – Les anges aquatiques

Alors que la 5ème saison (voir notre critique ici) était annoncé comme le dernier tome de la série des Saisons de mons kallentoft - les anges aquatiques Mons Kallentoft, voici la sixième aventure de Malin Fors, cette enquêtrice de Linkoping.

Déçu par Ces lieux sombres de Patrick Graham, j’ai décidé de me remonter le moral en m’orientant vers un auteur que j’apprécie beaucoup et dont je suis quasiment sûr d’obtenir une jolie histoire. Bref une valeur sûre dont je vous vante les mérites depuis plusieurs mois, et même plusieurs années (vous retrouverez l’ensemble des critiques sur cet auteur ici).

Les Anges aquatiques vont-ils toujours nous faire rêver de l’écriture de Mons Kallentoft ?

Histoire

La 6ème enquête de Malin Fors, « L’une des héroïnes les plus convaincantes qui soient nées d’une plume masculine. » The Guardian

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés assassinés dans le jacuzzi de leur villa cossue de Linköping. Ella, cinq ans, leur fille adoptive, a disparu. Aussitôt, la police pense à l’enlèvement… mais il y a aussi le fleuve tout proche. Malin Fors, consciente qu’après la grave blessure dont elle a été victime en service elle ne pourra sans doute plus avoir d’enfant, prend l’affaire particulièrement à cœur. Faut-il chercher du côté de la sœur de Cecilia — les deux femmes étaient en conflit ouvert— ou plutôt du côté des agences d’adoption, qui ne semblent pas au-dessus de tout soupçon ? Alors que la tension monte

Où est passée Ella?

Malin Fors dirige l’enquête de la brigade criminelle avec opiniâtreté tout en luttant contre ses vieux démons : la tentation de l’alcool est d’autant plus forte que ses problèmes personnels semblent insolubles. Argent, maternité, adoption, racisme sont au cœur de ce roman poignant, placé sous le signe de l’eau.Né en 1968 à Linköping, Mons Kallentoft a d’abord été journaliste. Après Pesetas, lauréat du très estimé « Katapultpriset », il s’est lancé dans le polar avec Hiver, premier volume de la série « Malin Fors » : un best-seller. Les aventures de Malin Fors sont traduites dans plus de vingt-cinq pays.

Avis

Que pouvions nous espérer de Mons Kallentoft après la suite des saisons?
Une nouvelle enquête bien sur mais l’auteur a préféré se consacrer aux personnages. Certes une enquête sur une double meurtre et la disparition d’une jeune enfant sert d’histoire de fond, mais c’est avant tout le quotidien d’un commissariat, et plus précisément d’une unité d’enquête qui nous est compté. Un peu comme dans les feuilletons d’Olivier Marshall, l’auteur consacre ce livre à la vie de gens qui se dévouent presque corps et âme à leur travail. Il nous montre comment un crime n’affecte pas uniquement les victimes mais a également des répercussions dans l’entourage, et enfin sur les enquêteurs. Leur ténacité et leur conscience processionnelle sont malheureusement récompensées par des soucis familiaux (divorce, solitude, absence dans l’éducation des enfants) ou psychologiques (cauchemars, recours médicamenteux ou alcoolisme).
De par le sujet de l’enquête, l’auteur fait s’interroger ses personnages, et indirectement nous par la même occasion sur les sujets de société comme qu’est-ce qu’être parents, l’adoption et l’amour.
Un très bon livre que je réserverais aux armateurs de Mons Kalkentoft qui désirent approfondir les personnages plus que de lire un thriller.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 485 pages
    • Editeur : Seuil (2 mai 2014)
    • Collection : ROMAN ET. HC
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2021095959
    • ISBN-13: 978-2021095951
    • Prix : 22.50€
  • ebook
    • Taille du fichier : 670 KB
    • Editeur : Seuil (25 mai 2014)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2021176551
    • Prix : 15.99€

Site Internet de l’auteur

http://www.monskallentoft.se/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/08/04 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Découvertes Mai 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce mois-ci, j’ai eu le temps de faire un petit tour du côté du Pavé du Canal, cette excellente librairie de Saint Quentin en Yvelines, au chaleureux accueil. Je me suis laissé séduire d’où un sélection beaucoup plus variée. Il y en aura donc pour tout le monde : petits et grands, amateurs de policier ou de cuisine (attention plus qu’amateur pour le livre de cuisine). Et puis à l’approche des vacances, nombreuses sont les sorties, alors bonne lecture.

Alex Scarrow – Time Riders

Liam aurait dû mourir en mer en 1912, Maddy dans un accident d’avion en 2010, Sal dans un incendie en 2026. Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : éviter que les voyages dans le temps ne détruisent l’Histoire. Piégés à Londres lors du grand incendie de 1666, Liam et Rashim, la dernière recrue des Time Riders, ne peuvent repartir à la base. Ils échappent aux flammes en embarquant sur un navire pirate. Afin d’être repérés par Maddy et Sal postées dans le futur, ils n’ont d’autre choix que de devenir eux-mêmes de grands pirates et de marquer l’Histoire de leur empreinte…

  • Poche: 582 pages
  • Editeur : POCKET JEUNESSE (19 septembre 2013)
  • Collection : Pocket Jeunesse
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266243101
  • ISBN-13: 978-2266243100
  • Prix : 8,10€

Christophe Felder – Les petits gâteaux

Christophe Felder partage son savoir-faire et ses recettes : gaufres, éclairs, gâteaux individuels. Impossible de rater la crème pâtissière, la pâte à choux et les décors divers !
Une esthétique moderne et efficace pour mettre en scène la réalisation des recettes. Un contenu et une approche pédagogiques, novateurs et de grande qualité.

  • Broché: 245 pages
  • Editeur : Editions de la Martinière (17 avril 2014)
  • Collection : Workshop
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2732456624
  • ISBN-13: 978-2732456621
  • Prix : 20,00€

Robin Sloan – M. Pénombre

Quand Clay Jannon est embauché dans la librairie de l’étrange M. Pénombre, il découvre un lieu aussi insolite que son propriétaire, et fréquenté par les membres d’un drôle de club de lecture. Ceux-ci débarquent toujours en pleine nuit pour emprunter l’un des très poussiéreux volumes relégués au fond de la boutique. Volumes que M. Pénombre a formellement interdit à son nouvel employé de consulter. Clay finit pourtant par succomber à sa curiosité et découvre que ces livres sont tous écrits en code. Quelle obscure révélation renferment-ils? Cédant à l’appel du mystère, Clay s’attaque à « l’énigme du Fondateur » avec l’aide de son colocataire, de son meilleur ami et de son amoureuse, ingénieure prodige chez Google.
Les quatre amis se lancent alors dans une quête qui les mènera bien au-delà des murs de la petite librairie. De San Francisco à New York, ils se trouveront aux prises avec une société occulte d’érudits légèrement allumés, un codex indéchiffrable, un génial typographe du XVe siècle et, qui sait, le secret de l’immortalité…

  • Poche: 384 pages
  • Editeur : Michel Lafon (6/04/2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2749921627
  • ISBN-13: 978-2749921624
  • Prix : 19,95€

Mons Kallentoft – Les anges aquatiques

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés assassinés dans le jacuzzi de leur villa cossue. Leur fille adoptive, Ella, cinq ans, a disparu. Aussitôt, la police pense à l’enlèvement… mais il y a aussi le fleuve tout proche. Malin Fors, qui sait maintenant qu’après la grave blessure dont elle a été victime en service, elle n’aura sans doute plus d’enfant, prend l’affaire particulièrement à cœur. Cecilia Andergren avait une sœur qui vivait moins luxueusement qu’elle, avec son mari et ses quatre enfants. Elles étaient en très mauvais termes… Mais est-ce bien dans cette direction ou plutôt du côté des agences d’adoption qu’il faut orienter les recherches ? Alors que la tension monte — où est passée Ella? On ne retrouve pas son corps dans le fleuve… — Malin Fors enquête avec opiniatreté, tout en luttant contre ses propres démons : la tentation de l’alcool est d’autant plus forte que ses problèmes personnels semblent insolubles. Argent, maternité, adoption, racisme sont au cœur de ce roman placé sous le signe de l’eau.

  • Broché: 485 pages
  • Editeur : Seuil (2 mai 2014)
  • Collection : ROMAN ET. HC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021095959
  • ISBN-13: 978-2021095951
  • Prix : 22,50€

Mons Kallentoft est un habitué de notre blog. Pour voir les critiques de ses précédents livres, c’est ici.

Hugh Howey – Silo – Origines

En 2049, le monde est encore tel que nous le connaissons, mais le temps est compté. Seule une poignée de potentats savent ce que l?avenir réserve. Ils s’y préparent. Ils essaient de nous en protéger. Ils vont nous engager sur une voie sans retour. Une voie qui mènera à la destruction ; une voie qui nous conduira sous terre. L’histoire du silo est sur le point de débuter. Notre avenir commence demain. Deuxième volet, en forme de prequel, de la trilogie Silo.

  • Broché: 576 pages
  • Editeur : Actes Sud (7 mai 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330032012
  • ISBN-13: 978-2330032012
  • Prix : 23,50€

Le tome 1 de Silo est un des meilleurs romans de S.F. qui m’ait été donné de lire ces derniers mois. Pour la critique, c’est ici.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/05/08 dans A lire, Actualités, Thrillers

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Donald Ray Pollock – Le diable, tout le temps

Donald Ray Pollock - Le diable-tout le tempsQuand on tient un blog comme le mien, nos avons certains devoirs. Par exemple, quand tout le monde parle d’un livre, que ce même livre est élu meilleur livre de l’année 2012 (livre, pas uniquement polar) par le magazine Lire, il va de soi que nous devons porter notre attention sur ce livre.

Donald Ray Pollock a eu cette honneur de tant d’éloges et de récompenses pour son premier livre Le diable, tout le temps. Peu d’écrivains peuvent s’enorgueillir d’un tel exploit.

Mais nous avons déjà vu que, malheureusement, prix et qualité littéraire ne font pas souvent bonne compagnie

Alors et-ce que Le diable, tout le temps est-il diablement bon tout le temps du livre ?

Histoire

Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine. De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin… Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste…. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé. Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

Extrait

Au cours de l’été 1965, le couple avait sillonné le Middlewest pendant plusieurs semaines, toujours en chasse, deux riens du tout dans un break Ford noir acheté cent dollars chez Frère Withey, qui tenait un parking de voitures d’occasion à Meade, Ohio. C’était le troisième véhicule qu’ils achetaient au prédicateur en autant d’années. L’homme sur le siège passager devenait gras, croyait aux présages et avait l’habitude de curer ses dents gâtées avec un couteau de poche Buck. C’est toujours la femme qui conduisait ; elle portait des shorts moulants et des corsages légers qui révélaient son corps pâle, ivoirin, d’une façon que tous deux jugeaient excitante. Elle fumait du matin au soir n’importe quelle marque de cigarettes mentholées lui tombant sous la main, tandis que lui mâchonnait des cigares noirs bon marché qu’il appelait des bites de chien. La Ford consommait beaucoup d’huile, perdait du liquide de freins, et menaçait de répandre sur la route ses entrailles de métal à chaque fois qu’ils la poussaient à plus de soixante-quinze à l’heure. L’homme aimait à penser qu’elle ressemblait à un corbillard, alors que la femme préférait la comparer à une limousine. Ils s’appelaient Carl et Sandy Henderson mais il leur arrivait aussi d’avoir d’autres noms.

Au cours des quatre dernières années, Carl en était arrivé à penser que le mieux, c’étaient les auto-stoppeurs, et à cette époque ils étaient nombreux sur les routes. Il appelait Sandy l’appât et elle l’appelait le shooteur, et tous deux appelaient les auto-stoppeurs les modèles. Ce soir-là, juste au nord d’Hannibal, Missouri, ils avaient piégé, torturé et tué un jeune engagé sur une aire boisée épaisse d’humidité et de moustiques. Dès qu’ils l’avaient pris, le garçon leur avait gentiment offert des tablettes de Juicy Fruit, et proposé de conduire un moment si la dame avait besoin d’une pause. « Il ferait beau voir ça, » dit Carl. Et Sandy avait roulé les yeux au ton narquois que son mari prenait parfois comme s’il se pensait une ordure de meilleure qualité que les saloperies qu’ils trouvaient sur la route. Quand il devenait comme ça, elle n’avait qu’une envie : arrêter la voiture et dire au pauvre idiot sur le siège arrière de sortir de là tant qu’il en avait encore la possibilité. Un beau jour, elle se promettait bien de faire exactement ça, appuyer sur le frein et faire descendre Monsieur le Caïd d’un cran ou deux

Avis

Je suis très mitigé sur ce livre.

D’une part, je n’ai pas apprécié l’écriture de Donald Ray Pollock. Le diable, tout le temps est bien son premier livre, et son style s’en ressent. Certaines personnes arguerait que cela est fait pour « se rapprocher » des personnages, de renforcer l’ambiance populaire des années 60, mais j’avoue avoir du mal avec ce genre de phrasé.

D’un autre côté, on ne peut s’empêcher de lire l’histoire, de vouloir connaître les péripéties des personnages. Sorte de road-movie violente, cruel, sexuel alimenté par de grandes quantités d’alcool, cette histoire est une sorte de combinaison d’un Marche ou crève de Stephen King, Les frères Sisters de Patrick deWitt, ou encore un Sur la route de Jack Kerouac. Cependant il n’y a pas ce je-ne-sais-quoi qui empêche le lecteur de lâcher son livre. Ici il faut une certaine rigueur, volonté du lecteur pour aller jusqu’au bout.

Donc, une histoire, mais je n’irais pas jusqu’à dire que c’est le meilleur roman de l’année 2012.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 369 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (29 février 2012)
  • Collection : Terres d’Amérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226240004
  • ISBN-13: 978-2226240002
  • Prix : 22.30€

Revues de presse

« Le Diable, tout le temps » est une formidable histoire de la Rédemption à travers une galerie de personnages à la fois loufoques, cruels, attachants et violents. —BSC News Magazine

Une odyssée sauvage, magnifique et éclatée, qui illustre notre part d’ombre. —Télérama

Site Internet de l’auteur

http://donaldraypollock.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/15 dans Thrillers

 

Étiquettes : ,

Mons Kallentoft – La 5ème saison

Nous voilà rendu au dernier tome de la série des Saisons de Mons Kallentoft - La 5ème saison Mons Kallentoft. Si nous avions trouvé que les premiers tomes avaient un peu de mal à trouver leur rythme, le quatrième tome avait su montrer l’évolution de l’auteur, de sa maîtrise.ses progressions dans l’écriture de thriller.

Aussi c’est avec un certain intérêt que nous attendions ce dernier opus La 5ème saison pour connaître le dénouement de cette série.

Mais gare aux séries, l’auteur peut décider d’arrêter une série par manque d’idées, et donc de bâcler le dernier épisode.

Alors est-ce que cette 5ème saison n’est-elle pas la saison de trop ?

Histoire

Le printemps vient de commencer lorsqu’on trouve le corps d’une femme atrocement mutilée dans la forêt. Les blessures rappellent à Malin Förs l’affaire « Maria Murvall » qu’elle avait suivie dans Hiver. Maria avait été violée et frappée sauvagement dans la forêt, et depuis, elle reste murée dans le silence, à l’asile. Malin rencontre une psychiatre à l’hôpital qui fait état d’un cas semblable. Soudain, Malin comprend que Maria Murvall n’est qu’une petite pièce d’un terrible puzzle. Si terrible qu’il est impossible d’y mettre des mots. L’enquêtrice met toute son énergie pour résoudre l’énigme. Elle qui avait été obsédée par le sort de Maria Murvall dans Hiver. Parviendra-t-elle à la sortir du silence ? Cinquième volet des enquêtes de Malin Förs, La 5e Saison séduira les amateurs de Hiver et les autres car l’enquête peut se lire même si on ne connaît pas Hiver. Comme toujours dans les livres de Mons Kallentoft, les morts parlent et la nature se déchaîne. Malin Förs quant à elle reste ce mélange de force et de fragilité très apprécié des lectrices.

Avis

Mons Kallentoft a chassé d’un geste nos craintes : non seulement ce dernier épisode n’est pas bâclé mais c’est certainement le meilleur de la série. On sait l’apprécier un peu comme un dessert au chocolat après un régime.

Ce dernier tome est vraiment très noir, un peu gore dans l’énumération des sévices infligés aux victimes. On plonge dans les bas fonds de la haute société, dans ses vices, ses travers, son pouvoir et ses arrangements.

La vraie force de ce livre est que Mons Kallentoft a eu le génie de ne pas tout miser sur une intrigue. Au contraire, celle-ci est relativement simple. Mais l’auteur exploite le potentiel du partage de la tension de l’équipe d’enquête, de leur volonté de ne rien lâcher jusqu’à la découverte du criminel…. et nous de ne pas lâcher la lecture de ce roman policier.

Le seul bémol serait qu’après avoir lu les 4 tomes, l’auteur ne rappelle pas de manière suffisamment évidente l’origine de la série. Quel est l’événement, l’intrigue, en fil rouge ?

On arrive à la fin, on regrette simplement de ne pas pouvoir partager les futures aventures de Main Fors. On l’aimait bien cette enquêtrice à la sensibilité médiumnique avec ses faiblesses et ses soucis familiaux. Qui sait ? Une renaissance n’est jamais totalement écartée.

Donc, un très bon thriller, avec des passages un peu durs, qui récompensent les fidèles lecteurs de cette série policière.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 457 pages
  • Editeur : Seuil (4 avril 2013)
  • Collection : ROMAN ET. HC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021095932
  • ISBN-13: 978-2021095937
  • Prix : 21.50€

Site Internet de l’auteur

http://www.monskallentoft.se/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/04 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Mons Kallentoft – Printemps

mons kallentoft - printemps Mons Kallentoft, m’avait quelque peu déçu dans la précédente histoire de Malin Fors Eté. Mais pour terminer l’année, je me suis dit qu’il fallait bien se forcer un peu et lire ce quatrième volume.

Du moins je pensais terminer la série,mais encore de lecture j’ai découvert que l’année chez Mons Kallentoft comportait non pas 4 mais 5 saisons puisque son dernier roman 5ème saison vient de paraître, et termine (normalement ?) le cycle de Malin Fors.

Alors est-ce que ce Printemps ne va-t-il pas être une giboulée de mars littéraire ?

Histoire

C’est l’affolement en ville. Une bombe vient d’exploser en plein centre de Linköping, tuant deux fillettes et blessant grièvement leur mère, Hanna Vigerô. Pour les enquêteurs, les pistes sont multiples. Acte terroriste ? Guerre des gangs ? L’investigation piétine. Et si l’attentat visait en fait la famille Vigerö ? Pour Malin Fors, il s’agirait d’une affaire plus personnelle.

Malin aussi a ses problèmes. Elle lutte pour ne pas replonger dans l’alcool, sa mère vient de mourir. Et quand son père rentre de Ténérife le secret que lui cachaient ses parents depuis toutes ces années fait enfin surface.

Extrait

Linköping, lundi 7 mai

ON POURRAIT presque voir son reflet dans le ciel tant son bleu est lumineux.
Il est de la couleur des flammes des fers à souder, se dit la maman en déambulant sur les pavés de la Grand-Place, tassés par les pas des milliers de personnes qui les ont foulés.
Le soleil est bas, ses rayons irradient l’atmosphère comme des javelots, avant de brûler le visage des gens assis sous les immenses parasols déployés aux terrasses de l’hôtel Mörner et du Grand Hôtel. Une chaleur perfide abrite un soleil qui reste froid.
En tournant le regard vers l’agence immobilière, la maman distingue les annonces désespérées qui recouvrent la vitrine. Elle remarque qu’il n’y a personne au distributeur automatique et lève les yeux sur l’horloge située sous le toit.
Dix heures et quart.
Tout autour de la place, ce ne sont que vitrines vides, boutiques et cafés fermés à cause de la crise. Des affichettes de soldes et de liquidations totales semblent implorer les passants, tandis que le pollen flotte dans l’air.
Il y a étonnamment peu de gens dehors, aujourd’hui, se dit-elle. Aucun stand sur la place, aucun paysan pour proposer ses légumes bio, aucun immigré pour tenter de vendre des fruits à la sauvette, aucun brocanteur pour exiger des sommes scandaleusement élevées pour des babioles qui auraient dû atterrir à la décharge depuis bien longtemps.
Le marchand de saucisses, en revanche, est bien là, dans un angle. Accroupi sous son parasol orange, jaune et rouge, il attend les estomacs affamés qui, à l’heure du déjeuner, ne manqueront pas de venir profiter de ses tarifs modérés.
Dix couronnes la saucisse. Le fleuriste est là, également, avec des tulipes roses, jaunes, rouges et orange.
Ses enfants, des jumelles, courent devant elle, vers le distributeur automatique de la SEB, là où elle retire de l’argent avant d’aller faire ses courses. Elles portent la même veste rose, le même jean, les mêmes chaussures de sport ornées de quatre bandes rouges.
Bien qu’elles soient deux, elles vivent, se déplacent et parlent comme une seule. Souvent, les gens sont incapables de les différencier, et ils sont enchantés par la joie de vivre et la beauté que dégagent les fillettes, comme si toute leur existence n’était qu’un hommage au monde et à la vie.

Avis

Ah la bonne surprise. Comme quoi, parfois il faut persévérer pour être récompensé.

Contrairement aux précédents épisodes, Mons Kallentoft a adopté une écriture beaucoup plus fluide, agréable à lire. Pour la peine, ce livre se laisse d’autant facilement dévoré que l’histoire est très bien ficelée.

L’intrigue policière démarre sur les chapeaux de roue pour ne pas dire dans un feu d’artifices. Le rythme reste très soutenu tout au long des 550 pages du roman. Autant dire qu’il faut avoir un certain entraînement de lecteur de policier pour digérer ce livre. Pour un Printemps, c’est chaud, aucun refroidissement permis. Un seul petit regret pour l’amateur de littérature policière que je suis, Mons Kallentoft laisse des petits cailloux un peu trop gros pour mettre le lecteur sur la piste de la solution.

L’autre partie de Printemps est de dévoiler la vie, la psychologie des personnages. On connaissait bien sûr les faiblesses de l’héroïne, nous la retrouvons abstinente mais sur le point de retomber dans l’alcool face au décès de sa mère, des secrets qu’elle a laissé et ceux que s’apprête à divulguer sa fille. Mais l’auteur ne se limite plus à se focaliser sur son héroïne, la part aux personnages secondaires est plus importante.

Et c’est bien l’autre atout de Printemps. Mons Kallentoft a trouvé le parfait équilibre entre l’intrigue policière et la vie des héros.

Un très bon livre qui ravira les lectures ayant eu le courage de lire les précédents épisodes.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 549 pages
  • Editeur : Serpent à plumes (Le) (8 septembre 2011)
  • Collection : Serpent Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2268071677
  • ISBN-13: 978-2268071671
  • Prix : 24.40€

Site Internet de l’auteur

http://www.monskallentoft.se/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/07/23 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : ,

Mons Kallentoft – Eté

Pour les fidèles de mon blog, vous n’aurez pas encore la chance de voir ma critique sur Le Magicien de Feist, n’ayant toujours pas pu récupérer mon Nook prêté à ma femme.

Par conséquent, je puise dans ma bibliothèque de livres en attente d’être lus et je vous propose donc le deuxième tome de la tétralogie des saisons de Mons Kallentoft,Eté.

Alors, ce tome 2 était aussi lourd à lire que la chaleur qui accable les héros du roman ?

Histoire

C’est l’été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s’embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n’empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L’enfer brûlant des flammes crée une sorte de solidarité parmi les gens, alors que la peur et l angoisse face aux meurtres horribles du tueur font émerger des soupçons et des préjugés envers celles et ceux qui semblent différents. L’horreur devient totale, quand la propre fille de Malin Fors l’enquêtrice des romans de Kallentoft se fait enlever. Chaque minute compte, et Malin n’a plus que son instinct de policier et de mère pour l’aider à sauver l’être qui lui est le plus cher au monde.

Avis

Tout comme pour le premier tome de la série, le style d’écriture de Mons Kallentoft (ou de ses traducteurs Max Stadler et Lucile Clauss) est assez difficile, saccadé qui ne permet pas d’avoir une lecture rapide, fluide et par conséquent agréable.

L’histoire en soi même n’est pas très originale, et la procédure policière relatée peu réaliste, ou serait le témoignage d’un grand manque de professionnalisme. Ainsi, nul n’est fait mention d’une recherche de similarité dans l’entourage des familles des victimes.

La conclusion est que ce deuxième tome n’est certainement pas le meilleur de la série. Et comme j’ai déjà acheté les deux suivants, j’espère que ces erreurs ne seront pas répétées.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 357 pages
  • Editeur : Le Rocher Editions (25 mai 2010)
  • Collection : Serpent Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2268069575
  • ISBN-13: 978-2268069579
  • Prix : 24.00€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/03/19 dans Policier

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :