RSS

Archives de Tag: fleurs

Daniel Keyes – Des fleurs pour Algernon

Daniel Keyes – Des fleurs pour Algernon

Avant d’attaquer le morceau de l’année (Sharko de Franck Thilliez), je me suis autorisé un petit intermède science-fiction.

Depuis un moment je me dis que je me dois de rattraper mon retard sur un classique de ce genre en lisant Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. Dans les années 90 une adaptation, plutôt libre, avait été faite avec la participation de Pierce Brossman dans un des rôles principaux (Le Cobaye).

Une fois de plus, l’œuvre originale dépasse-t-elle son adaptation au 7ème art ?

Histoire

 » Si l’opération réussi bien je montrerai a cète souris d’Algernon que je peux être ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et apprendre des tas de choses et être comme les otres.  » Charrie Gordon a 33 ans et l’âge mental d’un enfant de 6 ans. Il voit sa vie bouleversée le jour où, comme la souris Algernon, il subit une opération qui multipliera son Q.I. par 3. Charles va enfin pouvoir réaliser son rêve . devenir intelligent. Au jour le jour, il fait le compte rendu de ses progrès. Mais jusqu’où cette ascension va-t-elle le mener ?

Avis

Si ce roman est un classique de la science-fiction et qu’il est régulièrement dans les meilleures ventes de sites de vente en ligne de culture, ce n’est pas pour rien.

Publiée en 1966, l’histoire peut paraître simple mais sa force tient dans le fait que la science-fiction repose sur un principe simple, l’augmentation de l’intelligence, sans entrer dans forces détails sur la méthode pour le faire. Toute l’intelligence du roman est de nous faire partager les sentiments du cobaye : son désir de devenir plus intelligents, ses craintes, l’évolution de sa perception du monde et des gens qui l’entourent.

Mais derrière cette simplicité, on ne peut que reprocher la concision de ce livre. Même si j’ai été tout de suite happé par ce livre, j’aurais aimé un développement un peu plus long, une dimension supplémentaire… ou bien est-ce mon habitude pour le drame des thrillers qui me perturbe.

Enfin, il faut savoir que je n’ai pas lu le livre, mais que je l’ai écouté. La lecture par Grégory Gadebois est absolument remarquable car c’est une véritable interprétation qui nous est offerte. La lecture des comptes-rendus est telle que l’on a l’impression que le personnage vous parle. C’est impressionnant. Par contre, le désavantage de l’écoute de ce livre est de se priver d’une partie du travail de Daniel Keyes : impossible de voir les fautes d’orthographe et de grammaire, les erreurs de ponctuation et leur évolution avec la progression de l’intelligence du héros.

Notation

Histoire star_half_off_32
Écriture star_half_off_32
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 443 pages
    • Editeur : Flammarion (12 janvier 2011)
    • Collection : Tribal
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2081247607
    • ISBN-13: 978-2081247604
    • Prix : 11,00€
  • Livre de poche
    • Broché: 912 pages
    • Poche: 542 pages
    • Editeur : Editions 84
    • Édition : édition revue et augmentée (25 août 2012)
    • Collection : J’ai lu
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2290032727
    • ISBN-13: 978-2290032725
    • Prix : 6,00€
  • Livre Audio
    • Editeur : Audiolib (2 décembre 2015)
    • Durée : 1h07
    • Lecteur : Grégory Gadebois
    • EAN : 978-2367620275
    • Prix : 13,50

Film

Pour une fois, je vous propose de voir une adaptation moins connue mais plus fidèle.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/05/18 dans Science-Fiction

 

Étiquettes : , ,

Donato Carrisi – La femme aux fleurs de papier

donato carrisi - la femme aux fleurs de papierSi vous êtes familier du blog, vous vous rappelez que Donato Carrisi est un auteur que nous avons découvert au travers de Le chuchoteur et que nous sommes tout de suite tombés sous le charme de cet auteur.

Depuis, cet italien a confirmé ses talents de maître du thriller, avec L’écorchée (la suite du Chuchoteur) ou Le tribunal des âmes.

Mais loin de se reposer sur ses lauriers, l’auteur semble vouloir aborder le suspense par une nouvelle approche au travers de ce nouveau livre La femme aux fleurs de papier.

Alors est-ce que Donato Carrisi est-il toujours un aussi bon conteur pour nous tenir en haleine ?

Résumé du livre

La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort.
Extrait
1La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un des passagers descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont.
Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort.

Quand on demanda aux rescapés du naufrage qui était cet homme mystérieux, la majorité identifia un certain Otto Feüerstein, négociant en tissus, qui voyageait pour affaires, seul.

Aucun d’entre eux ne fut informé qu’en réalité Otto Feüerstein était mort dans son lit, chez lui, à Dresde.
Deux jours avant que le Titanic lève l’ancre.

2

Une immense cathédrale de glace.
Jacob Roumann, à l’abri derrière le mur de la tranchée, observait la montagne. C’était là qu’on enterrait les morts, dans les neiges éternelles. La roche était trop dure pour y creuser des fosses. Cela présentait un avantage : dans ces tombes de gel, les corps seraient conservés intacts pendant des millions d’années.
Jeunes pour l’éternité, pensa-t-il en refermant d’une caresse les paupières du soldat qu’il n’avait pas réussi à sauver – quel âge pouvait-il avoir ? Dix-huit, dix-neuf ans. Puis Jacob Roumann se tourna vers une bassine en zinc et plongea dans l’eau ses mains tachées de sang. Depuis deux ou trois heures, les armes se taisaient – pour combien de temps ?
Maudite glace.
Il avait espéré que le froid ralentirait l’hémorragie du blessé. En vain. Sans médicaments et avec les quelques instruments usés qu’il avait à disposition, il n’avait pu arrêter le saignement. Et même s’il y était arrivé, à quoi bon ? Ceux qui guérissaient étaient expédiés en première ligne. Il les remettait sur pied pour qu’ils tuent ou se fassent tuer – belle récompense ! Finalement, lui aussi travaillait pour le compte de la Grande Faucheuse.
Je suis le clown envoyé par Dieu en pleine Apocalypse, se disait-il.
Autour de lui, plus rien n’était pourvu de sens logique. Pour commencer, c’était le printemps mais tout évoquait l’hiver. Ils l’appelaient guerre mondiale, mais au fond c’était toujours la même merde. Une génération prometteuse d’Autrichiens – les meilleurs fils de la patrie – était venue se faire trucider au nom d’un avenir qu’elle ne connaîtrait jamais. Jacob Roumann voyait arriver des jeunes gens farcis d’hormones et d’idéaux ; au bout de quelques semaines de tranchées, ils ressemblaient à des petits vieux trouillards et rancuniers. Il blâmait aussi les Italiens de l’autre côté du front. Mal équipés, peu ou pas préparés au combat, ils étaient mus par le souvenir de leur Risorgimento, leur lutte pour l’unification. Poussés par l’exigence de rivaliser avec leurs pères, les fils voulaient s’assurer une place dans l’histoire, ignorant totalement que, une fois cette guerre terminée, tôt ou tard une autre éclaterait et que l’histoire les oublierait.
Et lui ? Que faisait-il là ? Il se le demandait de plus en plus souvent.
(…)

Avis

J’ai mis quelques temps avant de rédiger la critique de ce livre. Non pas qu’il soit mauvais, mais parce qu’il est original.

Donato Carrisi nous avait habitué à des romans policier, des thrillers noirs, captivants; cette fois-ci il revient avec une histoire à suspense. Histoire est le meilleur terme qui permette de qualifier ce roman; car il s’agit bien d’une histoire contée que nous offre l’auteur. Mais attention par n’importe laquelle : sous le couvert d’un interrogatoire d’un soldat, nous allons découvrir l’histoire fantastique et fabuleuse qui permet d’expliquer pourquoi, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking, remonta sur le pont, alluma un cigare et attendit la mort. Un peu comme un enfant avant de s’endormir, nous nous laissons conter avec plaisir cette histoire.

Alors même si le lecteur ne dispose pas des éléments lui permettant de résoudre cette énigme, il se trouve conquis par la narration du soldat. Le lecteur peut difficilement lâcher le livre, et cela est d’autant plus difficile que l’auteur parsème de-ci de-là quelques distractions et phénomènes parasites à la poursuite de l’interrogatoire.

Ce roman n’est pas sans nous rappeler un livre du même genre : Le collier rouge de Jean-Christophe Rufin : même époque,même genre de mystère, une écriture soutenue mais légère à lire.

Ce livre est une vraie fraîcheur pour les lecteurs de romans policier, thrillers et autres romans noirs.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 216 pages
    • Editeur : Calmann-Lévy (1 octobre 2014)
    • Collection : Suspense Crime
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2702144748
    • ISBN-13: 978-2702144749
    • Prix : 16,50€
  • eBook
    • Editeur : Calmann-Lévy (1 octobre 2014)
    • Collection : Suspense Crime
    • Langue : Français
    • EAN: 9782702152805
    • Prix : 11,99€

 

Site Internet de l’auteur

http://www.donato-carrisi.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/04/25 dans Roman

 

Étiquettes : , , ,

Découvertes de février 2012

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas erré dans une grande surface culturelle. Du coup, ce sont 7 livres que j’ai noté dans ma liste de livres à lire.

Si jamais vous les aviez lus avant moi, n’hésitez pas à me faire par de vos impressions en commentaires de ce billet.

Piège boréal de David Moitet

Des ruelles obscures du vieux Mans aux étendues hostiles du Grand Nord, un tueur sème des cadavres en leur gravant des chiffres sur le front. 10, 9.., Une jeune journaliste découvre ses grands-parents crucifiés dans leur maison. Dans le même temps, trois adolescents disparaissent sans laisser de traces. 8, 7, 6… Menant leur propre enquête, les proches des victimes se lancent dans une course effrénée pour comprendre pourquoi leur vie a basculé. Y aurait-il un lien entre les deux affaires ? 5, 4… Ils vont devoir faire vite, car rien ne semble pouvoir arrêter le compte à rebours macabre… Qui sera la prochaine victime ?

Le diable sur les épaules de Christian Carayon

Une disparition non élucidée, une série de meurtres étranges dans une ambiance lourde de silences : un véritable mix entre Simenon et Hitchcock ! Au cours de l’année 1924, un village isolé des montagnes tarnaises et menacé d’extinction est le théâtre de plusieurs assassinats atroces. Déjà les langues se délient et certaines superstitions ressortent… Malgré tout, la jeune institutrice Camille refuse de céder à ces croyances d’un autre âge et appelle à la rescousse son ami d’enfance. Cet ancien criminologue, connu pour ses enquêtes autour du paranormal et qui ne voit dans ces morts suspectes que des crimes perpétrés par la main de l’homme, va mener l’enquête à sa façon… mais l’assassin l’a positionné sur son échiquier diabolique. Tout n’est désormais que tactique et manipulation.

Europa blues d’Arne Dahl

Magda, une prostituée originaire d’Odessa, découvre que son souteneur est le bourreau de son grand-père mort à Buchenwald. Ce soit disant Italien est en réalité un Allemand ancien membre des troupes d’élites hitlériennes, fondateur d’un Institut de la douleur à Weimar qui visait à mesurer l’intensité maximale de la douleur que pouvait supporter un homme avant de mourir. Les déportés étaient pendus par les pieds, une tige en métal introduite dans le crâne afin de stimuler les centres nerveux pour générer une douleur lancinante. Dès lors, Magda se jure de venger son grand-père et d’éliminer tous les  » salauds  » d’Europe et nazis reconvertis. Elle enrôle d’autres prostituées : elles forment le groupe des Erinyes (cf. déesses grecques de la vengeance) qui exécutent leurs victimes sur ce même mode opératoire très cruel. C’est ainsi que les enquêteurs du Groupe A feront peu à peu le lien entre les différents assassinats.

Les fleurs de l’ombre de Steve Mosby

Telle est la trame de « La Fleur de l’ombre », un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu depuis lors. Neil Dawson, dont le père vient d’être retrouvé sans vie au pied d’un viaduc, apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt, il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de « La Fleur de l’ombre ». Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier. Avec ce thriller d’une noirceur absolue, Steve Mosby multiplie les mises en abîme et entraîne le lecteur dans un formidable puzzle entre réalité et fiction. Outre l’intrigue, d’une densité rare, on y retrouve le style incomparable et la complexité de personnages terriblement humains qui ont fait le succès d’Un sur deux.

Le mystère de la chambre 51 de Martha Grimes

Le monde des adultes vu par les yeux d’une enfant : Emma Graham, douze ans, apprentie détective dans l’Amérique profonde des années 1950. Devenue une célébrité à Spirit Lake, la jeune Emma s’efforce de mener de front la rédaction du feuilleton relatant ses aventures – réclamées avec insistance par le directeur du journal local – et l’enquête sur l’enlèvement de la petite Fay Slade à l’hôtel Belle Rouen, vingt ans plus tôt. Deux événements vont compliquer la tâche d’Emma : le retour du très séduisant Morris Slade, le père du bébé enlevé, objet de tous les fantasmes et commérages, ainsi que l’embauche d’un nouveau groom à l’hôtel Paradise, Ralph Diggs, dont le visage d’ange pourrait cacher d’obscurs desseins…

Féerie pour les ténèbres de Jérôme Noirez (2 tomes)

De partout, l’En-Dessous vomit la Technole sans qu’on sache pourquoi, sourd cette bouillie toxique et nauséabonde qui, en un autre temps, dans un univers bien différent, fit la fierté des hommes, le symbole même de leur domination sur le monde. Des hommes qui, aujourd’hui, exploitent les rebuts de cet univers disparu, mythique, dans des gisements à ciel ouvert aux allures de décharges en quête des oripeaux d’une gloire à jamais révolue…
Dans les rues de Caquehan la noire, capitale tentaculaire du royaume, Obicion enquête. Et l’officieur de justice à fort à faire. Le crime est odieux. Une jeune fille. Une adolescente. Enuclée. Gorge tranchée, ouverte en croix. Là où, précisément, pour la première fois, la Technole fit son apparition. Et à l’horreur s’ajoute l’étrangeté la plus absolue car très vite, il s’avère que les os de la victime sont en… plastique. Ainsi débute «Féerie pour les ténèbres», oeuvre gigantesque, drôle, tendre et cruelle, aussi épouvantable qu’attendrissante, un monstre littéraire sans équivalant aucun, une manière d’improbable croisement entre François Rabelais, Lewis Carroll, Jérôme Bosch et Louis Ferdinand Céline, au travers duquel Jérôme Noirez tisse une saisissante cartographie romanesque, un sommet littéraire unique, inoubliable.

Le onzième pion de Heinrich Steinfest

Georg Stransky dîne tranquillement avec femme et enfant, quand un étrange projectile perturbe ce moment de paix : une pomme, lancée par la fenêtre. Farce d adolescent ? À première vue, mais au matin, Georg a disparu.
Une mise en scène loin de surprendre Lilli Steinbeck, spécialiste des questions d enlèvements, qui découvre que Stransky est le huitième à se volatiliser après avoir croqué la pomme. Cette inspectrice rousse et séduisante, dotée d un nez difforme et d un grand flair, célibataire et couche-tôt, se lance à la recherche de Stransky. Accompagnée d un détective obèse rencontré à Athènes et d un tueur à gages finlandais, Lilli Steinbeck va mettre les pieds dans une machination internationale. Un jeu d échecs mortel où les dix pions sont des hommes. Si Lilli, élément perturbateur onzième pion , parvient à ramener le disparu dans son Allemagne natale, la partie sera terminée.

Les fleurs de l’ombre

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/02/18 dans A lire

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :