RSS

Archives de Tag: Ecologie

Xiaolong Qiu- Chine, retiens ton souffle

Xiaolong Qiu- Chine, retiens ton souffle

Rares sont les livres écrits par des auteurs du pays du milieu figurant dans ce blog. Dernièrement je vous avais proposé la référence de la science-fiction chinoise avec Le problème à trois corps de Cixin Liu.

Or il se trouve que la médiathèque de mon travail organise une sorte de prix littéraire pour les romans policiers. Chine, retiens ton souffle de Xiaolong Qiu fait partie des sélectionnés au côté de Soeurs de Bernard Minier, Le douzième chapitre  de Jérôme Loubry, et d’autres que je vous présenterai dans les semaines à venir.

A la lecture de ce livre, allons-nous retenir notre souffler ou bien l’aurons-nous coupé ?

Histoire

Officiellement, l’inspecteur Chen est toujours à la tête de la brigade des affaires spéciales ; en réalité, il a été mis au placard. Le secrétaire Li fait pourtant appel à lui, ainsi qu’à son fidèle coéquipier Yu, car un tueur en série sévit à Shanghai. En quatre semaines, quatre victimes ont été frappées à la tête en pleine rue, à l’aube, par un mystérieux assassin. D’abord Peng, une aide de nuit à l’hôpital et après elle, un présentateur météo, une agente immobilière et une journaliste. A côté de chaque corps, un masque antipollution jaune… Faut-il voir dans ce détail un message contre la pollution atmosphérique endémique qui inquiète les citoyens ? Parallèlement, un groupe de militants écologistes, auquel appartient une amie de Chen, la journaliste Shanshan (cf Les courants fourbes du lac Tai), cherche à éveiller les consciences et à secouer le Parti : car si les plus riches s’équipent de purificateurs d’air ou fuient le pays, parmi le commun des mortels, cancers et maladies respiratoires se multiplient. Chen est convoqué par le camarade Zhao, ancien secrétaire du Parti à la commission de contrôle de la discipline, pour enquêter sur les activités du groupe.

Extrait

C’est en traînant des pieds que l’inspecteur Yu Guangming se rendit dans la salle de réunion de la police de Shanghai, tôt le lundi matin. Temporairement responsable de la brigade des affaires spéciales, il n’était pas pressé d’assister à leur première réunion avec la brigade criminelle. Son humeur était aussi mauvaise que la qualité de l’air. Il était contrarié qu’une affaire de meurtres, confiée aux affaires spéciales trois semaines plus tôt, ait été transférée à la brigade criminelle dirigée par l’inspecteur Qin Xiejun. La suite des événements n’avait fait que décupler son énervement. Loin de se montrer à la hauteur de la tâche, Qin et ses hommes avaient perdu un temps précieux sans avancer d’un iota, si bien que deux nouvelles victimes, assassinées dans des circonstances similaires, étaient venues s’ajouter à la liste. La police avait clairement affaire à un tueur en série. Face à un tel fiasco, le secrétaire du Parti Li Guohua, numéro un de la police de Shanghai, avait demandé à l’inspecteur Yu et à son coéquipier de longue date, l’inspecteur principal Chen Cao, de bien vouloir prêter main-forte à leurs collègues. Ils étaient censés agir en tant que conseillers tandis que l’affaire restait sous la responsabilité de Qin, ce qui signifiait qu’une fois l’enquête résolue lui seul récolterait tous les lauriers. Ce détail n’était cependant pas ce qui préoccupait le plus Yu. Il était inquiet pour Chen. Ces manigances ne présageaient rien de bon. Après avoir été considéré par tous comme un cadre en pleine ascension, Chen était tombé en disgrâce. Ironiquement, sa chute était liée à son efficacité dans plusieurs enquêtes ayant révélé la corruption de hauts dirigeants du Parti. Ses conclusions n’avaient pas plu aux autorités et son nom avait été inscrit sur une « liste noire » qui le cataloguait comme un homme têtu, prêt à mener ses enquêtes jusqu’au bout – à sa façon – au nom de la loi et de la justice plutôt qu’au nom des intérêts du Parti. Aussitôt, Chen avait été mis au placard, tout en conservant son titre d’inspecteur principal. Dans la ville, il avait jusque-là la réputation d’être un flic compétent et honnête. Un licenciement trop rapide aurait été mal vu par les citoyens et donc dommageable à l’image du Parti ; il était préférable de commencer par le tenir à l’écart des affaires politiquement sensibles. Ainsi, les personnes extérieures à la police ne se douteraient de rien. Le secrétaire du Parti Li était un chef très judicieux. Yu devinait les motifs de l’arrangement imaginé par Li. Face à cette nouvelle affaire de meurtres en série, Chen était sans conteste le policier le plus expérimenté. Il avait d’ailleurs résolu des cas similaires par le passé. Mais, comme cette histoire risquait d’avoir des répercussions politiques, Li ne pouvait considérer Chen comme un candidat fiable. En attendant, l’incompétence de la brigade criminelle, l’augmentation du nombre de victimes et le déferlement d’hypothèses alarmistes sur Internet augmentaient la pression qui pesait sur les épaules du chef de la police. Il n’avait donc pas eu d’autre choix que de faire appel à l’inspecteur légendaire. Chen était sans doute au courant des manœuvres politiciennes du bureau, mais ce matin-là, dans la salle de réunion, il avait l’air détendu. Dos à la fenêtre, nimbé de rayons de lumière sporadiques qui filtraient à travers les stores, il sirotait tranquillement son thé. Il avait demandé par texto à l’inspecteur Yu de participer à la discussion et regardait Qin qui attendait devant un tas de dossiers étalés sur une longue table de pouvoir démarrer son exposé.
Qin hocha la tête et fronça les sourcils en voyant entrer Yu, mais il s’abstint de tout commentaire. Deux ou trois minutes plus tard, Li entra à son tour. Il adressa un signe de tête à l’inspecteur principal, alla s’asseoir à côté de lui et se tourna vers Qin :
« Je vous en prie, inspecteur Qin, exposez brièvement les faits pour l’inspecteur principal et pour nous tous ici présents. »
Malgré lui, Qin se mit à tousser, autant pour s’éclaircir la gorge que pour ravaler son orgueil.

Avis

Il y a des livres que l’on a du mal à classer et à dire s’ils sont bons ou mauvais. Chine, retiens ton souffle de Xiaolong Qiu fait partie de ces livres.

Tout d’abord, il est clairement un livre policier, un whodunit traditionnel, du genre old school, dans la lignée des reines du crime anglaises telle Agatha Christie. Aussi, il ne faut pas s’attendre à un roman palpitant, plein de rebondissements et de suspense. Bien au contraire, comme le peuple de l’empire du milieu, tout est en retenue, en douceur et philosophie. L’inspecteur Chen est le digne héritier d’Hercule Poireau en faisant travailler ses petites cellules grises pour résoudre les énigmes.

Mais c’est surtout le fait que l’enquête passe pratiquement au second plan tant le mode de vie des chinois, leurs us et coutumes, leur vie, leur société, la politique, son économie, la pollution et la corruption sont présentés ou dénoncés. C’est un véritable récit de voyage à Shanghai que nous découvrons au fil des pages. Je n’ai pas été vérifié si tous les lieux, magasins ou échoppes mentionnés dans le livre existent vraiment, mais on pourrait presque se servir de ce livre comme guide touristique.

Si la composition des personnages apparaît un peu simpliste, les annotations et références faites par des personnages secondaires à de précédentes affaires font penser qu’elle se dévoile et s’étoffe au fur et à mesure des enquêtes et des livres

Si c’est dépaysant et séduisant dans la présentation de ce peuple lointain, cela entretien la confusion des genres et décevra les amateurs de romans policiers aux intrigues alambiqués et enquêtes rondement menées.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 246 pages
    • Editeur : Liana Levi (18 octobre 2018)
    • Langue : Français
    • ISBN-13: 979-1034900664
    • Prix : 19,00€
  • eBook
    • Editeur : Liana Levi (18 octobre 2018)
    • Langue : Français
    • EAN: 9791034900671
    • Prix : 14,99€

Revue de presse

La Croix (article réservé aux abonnés)

« Dans « Chine, retiens ton souffle », la onzième enquête de l’inspecteur Chen, il n’y a pas que la qualité de l’air des grandes villes qui est corrompue…« , Julie Malaure, Le Point

« …ne pas lire une enquête de l’inspecteur Chen quand on a faim. C’est plein de bouillons odorants, de gâteaux de sésame, de plats surprenants.« , France Inter

« C’est la 11ème enquête de l’inspecteur Chen, fin limier, fin gourmet et poète à ses heures. Elle est comme les précédentes : rusée, bien menée et très dépaysante. « , Bernard Poirette, Europe 1

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2019/01/21 dans Policier

 

Étiquettes : , , , ,

Binet – Bidochon 21 – Sauvent la planète

binet - bidochon 21 - sauvent la planèteEn cette fin d’année où nous sommes un peu fatigués, voire sur les rotules, où le temps nous dépriment voire nous cloue au fond du lit, je me suis dit qu’il fallait quelque chose pour nous remonter le moral.

Et les Bidochon sont là pour cela. Pas besoin de monopoliser beaucoup de neurones, les zygomatiques suffiront.

Alors cette fois-ci, notre couple beauf préféré se frotte à l’écologie.

Alors est-ce que les Bidochon qui Sauvent la planète vont-ils sauver notre humeur ?

Histoire

Dans ce nouvel opus, Robert et Raymonde Bidochon découvrent l’écologie, d’un point de vue consommateurs.
Raymonde Bidochon est devenue une adepte à l’excès d’un mode de vie écologique, entrainant son compagnon Robert peu concerné par la nouvelle lubie de sa femme.
Environnement, co-voiturage, économies d’énergie, tri sélectif, les Bidochon découvrent les joies et les peines de l’écologie. Savoureux et drôlissime.

Avis

Du grand, grand Bidochon, surtout Robert. Car si l’écologie ça les fait chier, qu’est-ce que cela peut nous amuser, nous bidonner, nous bidochonner.

Cet album pousse l’humour à un point qu’il serait un peu méchant avec nous, car lors de l’épisode du tri sélectif, face à la complexité du tri (j’ai entendu dire entre temps qu’il y avait en France près de 250 règlements de tri), nous sommes tous un peu Robert et Raymonde : le verre qui ne va pas dans la poubelle verte, le plastique qu’il ne faut pas mettre avec tous les plastiques…….

En fait ce qui est dommage avec les Bidochon, c’est que ça se lit trop vite. En 15 minutes chrono vous aurez parcouru cette BD de la première à la dernière page. Ce bonheur est vraiment trop court; et donc cher vu le prix de l’album.

Notation

Histoire
Dessin
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Relié: 48 pages
  • Editeur : Fluide Glacial (17 octobre 2012)
  • Collection : BINET
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2352072077
  • ISBN-13: 978-2352072072
  • Prix : 10.50€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/12/04 dans BD - Manga

 

Étiquettes : , , ,

Monatti & Doa – L’honorable société

Cela faisait longtemps que j’avais envie de faire une critique sur ce roman policier français : Doa; et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord par ce que cet auteur n’est pas aussi populaire et ne profite pas de la même publicité que les Grangé, Chattam ou thilliez. D’autre part, parce qu’il pose ses intrigues dans le milieu très fermé du pouvoir (politique, militaire, …) français. Enfin, et surtout parce qu’il est très bien renseigné sur le fonctionnement de ces sphères très fermées.

Cette fois-ci, il s’exerce dans un quatre mains avec Manotti pour une intrigue qui plonge ses héros dans les sphères de la politique, de l’écologie et du nucléaire.

Alors doit-on honorer ce livre de notre lecture ?

Histoire

À Paris, deux jours avant le premier tour des élections présidentielles, deux hommes cagoulés pénètrent dans un appartement du 17e arrondissement. Une seule chose semble les intéresser : l’ordinateur portable du propriétaire des lieux, un certain Benoît Soubise, dont ils copient consciencieusement le disque dur. Ce dernier rentre plus tôt que prévu et, après une courte lutte, meurt accidentellement. Aussitôt les deux cambrioleurs désertent ce qui est devenu une véritable scène de crime.
L’enquête, confiée au commandant Pétrus Pâris de la Brigade criminelle, va très rapidement prendre une dimension inattendue du fait de la personnalité de la victime. Et, dans un contexte politique tendu, les
investigations de la Crim commencent à gêner l’entourage du Ministre des Finances, en lice pour la présidentielle. Lui et ses amis industriels ne voient pas d’un très bon œil l’acharnement du commandant Pâris à faire éclater la vérité. La situation est d’autant plus explosive qu’un groupuscule de jeunes écologistes extrémistes semble également avoir eu accès à l’ordinateur du défunt.
Alors que les candidats à l’élection suprême se présentent sous leur plus beau jour devant les caméras des télévisions nationales, leurs porte-flingues, dans l’ombre, s’activent pour étouffer dans l’œuf une affaire qui
pourrait s’avérer explosive.
Événement dans l’univers du polar français : Manotti et DOA ont allié leurs qualités respectives pour écrire un roman critique et haletant, une charge contre l’État Français qui se lit comme un pur roman d’action et d’aventures.
Fruit de longues enquêtes et de recherches minutieuses, L’honorable société est un roman noir sans concession. Manotti et DOA démontrent comment une petite affaire de surveillance et de contrôle peut finalement déraper dans la violence et le sang, comment la machine d’État broie sans hésiter les individus qui se dressent sur son chemin. Les institutions ne sont finalement que des paravents qui cachent une réalité bien souvent nauséabonde. Critique politique et économique, la force de L’honorable société est de se lire comme un roman d’action tel qu’il en existait dans les années 1970. Fruit de longues enquêtes et de recherches minutieuses, L honorable société se rapproche au plus près de la réalité de notre pays.

Avis

Comme vous pouvez le voir sur l’image du livre accompagnant cette critique, L’honorable société a reçu le Grand Prix du Roman Policier 2011. Généralement, nous sommes que rarement déçus par les livres ayant acquis cette distinction.

Une fois encore Doa frappe fort. Sous prétexte d’un roman policier simple mais efficace, il joue avec nos nerfs. Nous ne pouvons que crier injustice face aux battons mis dans les roues de la machine judico-policière.

Mais ce qui est encore mieux avec Doa, c’est tout l’emballage, l’enrobage de l’histoire qui fait de ce thriller un très grand cru. Au travers de très subtiles touches, Doa sème dans son livre la petite histoire dans la grande. Bien n’étant pas très porté sur la politique, nous ne pouvons que relever les similitudes ou les allusions à nos hommes politiques français : Sarkozy, DSK, FMI, Bollé…. Allusions sur leurs défauts, leurs vices, leurs alliances et leur accès au devant de la scène politique.

Attention, ne vous trompez pas : il ne s’agit d’un livre de ou sur la politique, mais bien d’un thriller prenant place dans ce milieu.

La qualité des renseignements consignés est encore une fois impressionnante; à l’exception du choix de l’OS par le jeune hacker; ce serait plutôt l’inverse.

Enfin, il faut bien trouver un petit point négatif. Serait-ce du à la participation avec Monatti, mais par moment le style d’écriture est irrégulier et fait appel pendant de longs paragraphes à des phrases sans verbe. Autant cela peut-être intéressant pour marquer à certains moments le rythme du livre, autant cela est désagréable en introduction d’un chapitre pour planter le décors.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix
 
Poster un commentaire

Publié par le 2011/12/27 dans Thrillers

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :