RSS

Archives de Tag: donna

Donna Leon : Brunetti et le mauvais augure

Donna Leon : Brunetti et le mauvais augure

Cela faisait un moment que nous n’avions pas lu d’aventure du plus célèbre des policiers de la cité lacustre. Et comme un fait exprès, j’ai trouvé dans un vide grenier, donc à un très bon prix, un des derniers Donna LeonBrunetti et le mauvais augure. ?

Histoire

Pas de repos pour le commissaire Brunetti en cet été caniculaire. Pendant que sa famille profite de la fraîcheur des montagnes, Brusca, son ami d’enfance, vient lui demander son aide. Il y aurait des cas de corruption au tribunal de Venise et une juge y serait mêlée. Pour Brunetti, c’est une occasion de plus de s’opposer à sa hiérarchie, peu pressée d’enquêter au sein du système judiciaire de la Sérénissime. Évidemment, des notables sont impliqués dans cette affaire, mais aussi dans l’enquête officieuse qu’il mène en parallèle avec l’inspecteur Vianello. La tante de ce dernier, vieille dame crédule, obsédée par les horoscopes, divinations et prédictions en tous genres, retire de grosses sommes d’argent : est-elle victime d’un gourou peu scrupuleux qui lui extorque des fonds ?
Quand un greffier est assassiné, les maigres espoirs qu’avait encore Brunetti de profiter de vacances bien méritées sont définitivement anéantis…

Avis

Le Commissaire Brunetti prend le rythme et l’âge de son auteure. Donna Leon fleure les 72 printemps et son héros devient plus philosophique, s’interroge plus sur sa carrière, l’intérêt de son travail et au final ressemble de plus en plus à un Hercule Poirot américano-italien.

N’espérez pas trouver de course-poursuite ou d’avoir entre les mains un page-turn, Donna Leon est à l’encontre de la tendance des romans policiers actuels et confirme qu’elle est bien une des dernières Reines du Crime.

Pour toutes ses raisons, le livre se traîne en longueur sur la première moitié. L’auteure profite de la lourdeur météorologique pour aborder des sujets qui lui sont sans aucune doute de plus en plus cher puisqu’ils prennent de plus en plus de place dans ses romans : elle dénonce bien sûr l’ampleur affolante du tourisme dans sa ville, Venise, mais dénonce également les malversations des politiques et en conséquence du désintéressement des italiens pour ceux-ci, des malversations des entrepreneurs et même de la corruption de la justice.

Même si ces thèmes vont constituer le socle de l’histoire, le lecteur doit tout de même faire preuve de patience pour avoir enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Au final, ses petites cellules grises ne seront guère monopoliser.

Mmais au final est-ce vraiment ce que l’on cherche à la lecture d’un roman de Donna Leon ?

N’est-ce pas bon de profiter pour une fois de l’humour du héros, de sa nature de bon-vivant et du plaisir de parcourir avec lui les canaux de la cité ?

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché
    • Broché: 288 pages
    • Editeur : Calmann-Lévy (20 février 2013)
    • Collection : Suspense Crime
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2702143733
    • ISBN-13: 978-2702143735
    • Prix : 21,50€
  • Format poche
    • Broché: 330 pages
    • Editeur : Points (2 janvier 2014)
    • Collection : Points Policier
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2757829610
    • ISBN-13: 978-2757829615
    • Prix : 7,60€
  • eBook
    • Editeur : Calmann-Lévy (20 février 2013)
    • Collection : Suspense Crim
    • Langue : Français
    • EAN: 9782702153161
    • Prix : 7,99€

Revue de presse

« Un Don Quichotte contre des moulins à vent incarnés par la machine gouvernementale italienne qui déraille. […] Une véritable étude sociologique de la société italienne. »
Françoise Kunzé, L’Union

« Une réussite romanesque qui montre que son commissaire n’a rien perdu de sa faconde, de son ironie et de son esprit déductif. »
La Provence

« Donna Leone revient avec un commissaire Brunetti au mieux de sa forme, prêt à débusquer la mafia où qu’elle se cache. »
Info Eco

« Un roman délicieux… à dévorer ! »
La Semaine du Roussillon

« Sa construction narrative, son décryptage acéré de la société italienne et sa connaissance parfaite de la Sérénissime font de ce nouvel opus un agréable délassement.  »
L. B., Rolling Stone

« Un ouvrage dont la qualité littéraire est réelle, à l’image de l’ensemble de l’oeuvre de Donna Leon. »
Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire

Site internet de l’auteur

Site internet officiel français de Donna Leon

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2015/06/30 dans Policier

 

Étiquettes : , , ,

Donna Leon – Requiem pour une cité de verre

Je poursuis ma lecture de l’intégrale des Commissaire Brunetti de Donna Leon. Après une donna leon - requiem pour une cité de verre Mortes eaux qui m’avait moyennement plu, je vais maintenant m’attaquer au Requiem pour une ville de verre. Comme son nom le suggère, cette fois-ci l’auteure va nous faire découvrir sans doute le « village » le plus connu de Venise : Murano.

Car bien au-delà de de l’histoire policière, j’aime cette analyse de la cité lacustre. C’est ce qui fait le succès de ses romans… et de la série télévisée.

Mais au final, cette quinzième aventure du commissaire Brunetti n’est-elle pas que de la paillette, ou au contraire une pièce de verre étincelante ?

Histoire

Tassini, veilleur de nuit dans une verrerie, est obsédé par les déchets toxiques que les entreprises locales rejettent dans les eaux de Venise. Une pollution qui serait responsable, selon lui, du handicap de sa petite fille. Un matin, Tassini est retrouvé mort devant l’un des fours de l’usine maudite. La thèse de l’accident ne satisfait pourtant pas le commissaire Brunetti.

Avis

A la lecture de la première moitié de ce livre, je me demande si j’ai bien affaire à un roman de Donna Leon.

On retrouve tous les symboles de la série des Brunetti : la vie vénitienne avec ses petites histoires qui ont en font la grande de la cité, les magouilles des industriels, les méfaits de l’explosion du touriste.

Mais là où Donna Leon réussit un coup magistral c’est de faire enquêter le commissaire sur… sur …. rien. Aucun meurtre, aucune plainte, seulement des craintes d’une amie à propos de son père. On découvre un Brunetti plus solitaire, qui n’hésite pas à franchir la limite de la légalité.

Et comme à chaque fois, l’auteure nous distille quelques informations sur le passé de son héros. Et cette fois-ci on remonte loin, car nous sommes projetés dans l’enfance de Guido.

Au final, une histoire au ralenti, qui ne sera rester dans les annales des intrigues policières, mais qui est un formidable guide touristique sur le village du verre.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 338 pages
  • Editeur : Points (7 janvier 2010)
  • Collection : Points Policier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757811134
  • ISBN-13: 978-2757811139
  • Prix : 7,30€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/07/22 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , , , ,

Donna Leon – Mortes eaux

Fidèles lecteurs de mon blog, vous savez que ce n’est que récemment que j’ai découvert Donna Leon. Voici la troisième aventure de Guido Brunetti que je lis. Cette lecture n’était pas prévue dans mon planning de lecture. Il se trouve que j’avais oublié mon Nook à mon bureau, et que le lendemain je devais prendre les transports en commun pendant plusieurs heures. Sans livre, impossible. Et ma bibliothèque n’ayant pas beaucoup de livres poche, je me suis résigné à ce Mortes eaux qui faisait l’objet d’une offre du style 2 livres achetés, 1 troisième gratuit parmi….

La plupart du temps, les livres offerts ne sont pas des succès littéraire. C’est donc avant quelques « préjugés » que j’aborde ce nouvel opus de Donna Leon.

Alors, ces Mortes eaux seront-elles mortelles pour le lecteur que je suis ?

Histoire

Pellestrina, petite île située dans la lagune de Venise. Deux pêcheurs de palourdes sont retrouvés noyés dans les débris de leur bateau, leurs corps lardés de coups de couteau. Le commissaire Brunetti doit mener l’enquête au sein d’une communauté unie par un code de loyauté et une méfiance instinctive vis-à-vis des étrangers. Loin du monde raffiné de la Sérénissime, dans une atmosphère digne d’un village sicilien, la loi du silence est de mise. Pour tromper la méfiance des insulaires, Brunetti a l’idée d’envoyer sur place sa secrétaire, la signora Elettra. Celle-ci accepte de jouer les espionnes et de séjourner dans l’île, où elle a des parents. Mais Brunetti ne tarde pas à regretter sa décision lorsqu’il apprend qu’un troisième meurtre vient d’être commis à Pellestrina…

Avis

Mes craintes sur la qualité de ce livre, du fait de sa présence dans une offre promotionnelle de livres, sont vérifiées.

Il faut bien l’avouer ce Mortes eaux de Donna Leon n’est pas le meilleur de cette auteure de romans policiers. L’intrigue est assez basique, l’enquête plutôt mollement menée, sans grande conviction dirais-je.

Par contre, Donna Leon nous fait découvrir un peu plus Venise. Cette fois-ci ce sont les quartiers des pêcheurs, de leur guère pour le meilleur lieu de pêche; mais aussi de l’autre aspect de Venise, la Venise industrielle, la Venise polluée.

L’autre particularité de ce roman est de ne pas laisser l’enquête à Guido et ses proches collaborateurs, mais de faire intervenir des personnages traditionnellement de second plan au premier plan.

Donc au final, un roman de Donna Leon à réserver aux aficionados de cette auteure ou aux amoureux de Venise qui désirent connaître l’envers du décor de cette ville.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 310 pages
  • Editeur : Seuil (1 avril 2005)
  • Collection : Points Policiers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020593459
  • ISBN-13: 978-2020593458
  • Prix : 7,30€
  • Broché: 310 pages
  • Editeur : Seuil (1 avril 2005)
  • Collection : Points Policiers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020593459
  • ISBN-13: 978-2020593458
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/11/04 dans Policier

 

Étiquettes : , , ,

Donna Leon – Mort à la Fenice

Depuis ma découverte de cette auteure américaine, vénizienne d’adoption, : Donna Leon lors de ma lecture de La petite fille de ses rêvesj’ai décidé de mieux découvrir la série des Guido Brunetti; et de préférence en lisant les histoires dans leur ordre chronologique d’écriture.

C’est une découverte quelques fois dangereuse, car il peut arriver que les qualités littéraires d’une personne ne s’affirment qu’après quelques livres. Qui plus est, ici, l’intrigue se déroule dans le milieu de la musique classique et de l’opéra; mondes et genres musicaux dont je suis aux antipodes.

Alors est-ce que ce Mort à la Fenice fait « nice » ou signera la mort de mon aventure littéraire dans la cité lacustre ?

Histoire

Les amateurs d’opéra sont réunis à la Fenice de Venise où ce soir-là, Wellauer, le célébrissime chef d’orchestre allemand, dirige La Traviata. La sonnerie annonçant la fin de l’entracte retentit, les spectateurs regagnent leur place, les musiciens s’installent, les brouhahas cessent, tout le monde attend le retour du maestro. Les minutes passent, le silence devient pesant, Wellauer n’est toujours pas là… il gît dans sa loge, mort. Le commissaire Guido Brunetti, aussitôt dépêché sur les lieux, conclut rapidement à un empoisonnement au cyanure. Le très respecté musicien avait-il des ennemis ? Dans les coulisses de l’opéra, Guido Brunetti découvre l’envers du décor.

Avis

Lors de ma première lecture d’une aventure de Guido Brunetti, j’avais un fort désir de découvrir le mode de vie des vénisiens. J’ai à nouveau eu le plaisir de partager la vie de ses personnes mais cette fois-ci en replaçant la ville au début des années 90. Déjà l’augmentation du tourisme inquiétait les habitants.

Pour l’aspect policier, il est impressionnant de voir que dès son premier livre Donna Leon maîtrisait le style policier que j’ai découvert dans son 17ème opus. Tout y est : le positionnement des héros, leur psychologie, la vitesse et le mode d’enquête (la lenteur et les petites cellules grises d’un Hercule Poirrot). Donna Leon est en quelque sorte la combinaison d’Agatha Christie et de Ruth Rendell, version moderne.

Ce style littéraire peut paraître vieillot mais il est agréable, plein de finesse, reposant. Il convient parfaitement après après un roman un peu plus dur, speed, qui ne ménage pas son lecteur comme un Franck Thilliez, un Maxime Chattam.

Enfin, Donna Leon a su ne pas noyer son lecteur dans des détails pompeux ou inutiles sur la musique classique et l’opéra.

Lire ce livre a été un véritable moment de plaisir. Je verrai si au fil des aventures de Guido si mon plaisir restera intacte. A suivre….

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 283 pages
  • Editeur : Seuil (2 avril 1998)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020340372
  • ISBN-13: 978-2757811092
  • Prix : 7,00€

Donna Leon – La petite fille de ses rêves

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/08/24 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Donna Leon – La petite fille de ses rêves

Depuis mon voyage de noces au cours duquel j’ai découvert Venise, ville insolite de part son coté lacustre, et mystérieuse car elle ne se dévoile qu’à ceux qui prennent la peine de sortir des sentiers battus (touristiques), je m’étais promis de mieux la connaître.

Mais je voulais de cette découverte qu’elle soit multi-facettes et et d’origines différentes. J’avais déjà repéré lors de ce voyage, un photographe exceptionnel natif de cette ville : Lucas Campigotto (voir le billet consacré à son livre Venise Imaginaire Nocturne).

Je m’étais aussi promis de découvrir Venise par la littérature, du moins par la littérature que j’aime : le roman policier. Et pour cela, il n’y a qu’un nom qui  puisse remplir ce désir : Donna Leon. Bien qu’américaine de naissance, cette auteure vit depuis de nombreuses années dans la cité lacustre. Ellet est sans doute plus vénitienne que nombreux habitants de cette ville.

Alors, est-ce que Donna Leon était « ma » petite fille de mes rêves des romans policiers à Venise ?

Histoire

Alors que le commissaire Brunetti vient d’enterrer sa mère, une étrange requête lui est présentée par un missionnaire tout juste revenu d’Afrique : le policier pourrait-il s’intéresser aux agissements d’une secte qui sévit depuis quelque temps à Venise ? Brunetti hésite. Peut-être le padre Antonin Scallon redoute-t-il seulement la concurrence. D’un autre côté, si le gourou cherche à plumer ses adeptes, il faudra y regarder de plus près.
Mais très vite, une affaire plus grave va monopoliser les pensées de Brunetti. Par une matinée froide et pluvieuse, le corps d’une fillette est retrouvé dans un canal. Fait étrange, nul n’a signalé sa disparition, ni celle des bijoux récupérés dans ses vêtements. Qui est cette enfant ? Qui a causé sa mort ? Pour protéger quels secrets l’a-t-on assassinée ?
Tant que Brunetti n’aura pas découvert la vérité à son sujet, cette petite fille hantera ses nuits…

Avis

Au travers de ce livre, en plus d’une intrigue policière, je cherchais avant tout de trouver, de découvrir Venise. et je dois admettre que je suis comblé.

Tout d’abord, Donna Leon a su inviter un personnage qui colle parfaitement à la vie de la cité lacustre. Un homme qui a vécu beaucoup de choses, qui vit à un rythme propre aux gens des pays du sud de l’Europe. Un homme, pur Vénitien qui n’a donc pas de voiture, qui n’a pas su voir son univers évolué. On est loin des experts, et ce héros s’approche des Maigret, des Hercule Poirrot, qui fait fonctionner ses petites cellules grises et non pas les puces en silicone. Et c’est tout bonnement génial. Ce Brunetti est totalement décalé dans l’univers policier actuel, mais cela nous permet surtout de pouvoir mener l’enquête à son rythme. Nous avons toutes les billes pour résoudre l’énigme. Il est d’autant plus réel et crédible qu’il fait face aux contraintes de sa profession : contraintes budgétaires, contraintes de personnel, contraintes hiérarchiques et politiques.

D’autre part, au travers de ce personnage, Donna Leon montre qu’elle aime sa ville. Elle nous fait partager le mode de vie de ses habitants : le parcours labyrinthique de la cité, les ponts surplombant la grand canal seuls liens entre les différents quartiers, les cafés pris au comptoir en quatrième vitesse. C’est également l’occasion pour elle de lancer un cri d’alarme. La Mairie a tout axé sur le tourisme pour la survie financière de sa ville. Malheureusement, l’invasion des touristes (dans le livre il est dit que le nombre de touristes par an est passé de 16 à 20 millions en une année, il faut savoir qu’il est à présente de 30 millions) entraîne une lente agonie de cette cité. Les prix de l’immobilier flambent, les commerçants désertent. Venise perd de sa substantifique moelle qui fait son charme pour faire place à une beauté d’apparat.

J’ai tellement aimé ce livre que j’ai l’intention de mieux connaître Donna Leon, son œuvre et sa ville d’adoption. Je viens donc d’acheter « Les enquêtes de Brunetti – Tome 1 », premier volume d’une série qui va regrouper l’ensemble des enquêtes de ce policier vénitien.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 325 pages
  • Editeur : Points (5 janvier 2012)
  • Collection : Points Policier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757826492
  • ISBN-13: 978-2757826492
  • Prix : 7,20€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/06/09 dans Thrillers

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :