RSS

Archives de Tag: chambre

Franck Thilliez – La chambre des morts

Franck Thilliez – La chambre des morts

Ce qui est terrible avec les vacances, c’est que vous partez avec plusieurs livres dans vos bagages, que vous passez le temps à la plage ou au bord de la piscine à les lire. A votre retour, vous vous trouvez avec plusieurs critiques de livres en retard, donc plus de travail de bloggeur qu’à votre départ.

Fan de cet auteur, je me devais de glisser dans mon sac au moins un Franck Thilliez. Ce fut La chambre des morts que je pris, trouvé en vide grenier, cela faisait un moment qu’il figurait sur le haut de ma PAL.

Alors, est-ce que cette Chambre des morts va être une chambre froide ?

Histoire

Imaginez…
Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints.
Devant vous, un champ d’éoliennes désert.
Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros.
Que feriez-vous ?
Vigo et Sylvain, eux, ont choisi.

Avis

Lire la Chambre des morts est une étrange aventure.

Non pas que le récit soit gore, pleine de tortures, sévices et autres scènes insoutenables (quoique?), non, pour moi, dès les premières pages, je me suis aperçu d’avoir déjà lu ce livre. C’est la seconde fois que cela m’arrive, l’autre fois fut pour Salem de Stephen King. Mais cette fois-ci, l’histoire ne m’est pas revenue en tête d’un seul coup mais au fur et à mesure de la lecture du livre…. sans pour autant me rappeler du final. Et si je suis allé au bout de ce livre alors que je l’avais déjà lu, c’est que j’avais plaisir à le redécouvrir.

Car si ce fut sans doute un des premiers romans de Franck Thilliez que j’avais lu, c’est également pour l’auteur un de ses premiers livres (le troisième exactement). Les habitués de ce romancier constateront à sa lecture l’évolution de la plume de l’auteur depuis. Dans celui-ci, les phrases sont plus complexes et donc un peu moins fluides à lire. Mais il est une qualité qui est déjà maîtrisée, le suspense et la relance régulière de l’histoire.

Enfin, ce que j’ai tout particulièrement apprécié est la fausse simplicité de l’intrigue : d’un événement banal, la situation se complexifie et ne cesse de s’aggraver. Et comme le début pourrait arriver à chacun d’entre nous, la projection identitaire sur les 2 personnages

Donc, un très bon livre fondée sur une très bonne intrigue, qui a reçu plusieurs prix (les seuls qu’a reçus Franck Thilliez au demeurant) et a été adapté au cinéma … qui nous fait découvrir Lucie Henebelle.

A lire … plusieurs fois même.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 320 pages
    • Editeur : Passage (2 septembre 2005)
    • Collection : LIGNE NOIRE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2847420770
    • ISBN-13: 978-2847420777
    • Prix : ..,..€
  • Livre
    • Poche: 352 pages
    • Editeur : Pocket (14 mars 2011)
    • Collection : Policier / thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266205013
    • ISBN-13: 978-2266205016
    • Prix : 6,95€
  • eBook
    • Editeur : Passage (11 octobre 2012)
    • Langue : Français
    • EAN: ?
    • Prix : 7.99€
  • Livre audio
    • Durée : 9 heures et 17 minutes
    • Editeur : Sixtrid
    • Date de publication : 16 juin 2015
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2367622149
    • Prix : 21,95€

Site Internet de l’auteur

http://www.franckthilliez.fr/

Récompenses

Quais du polar 2006

Prix SNCF du polar 2006

Revues de presse

 » Le rythme de ce récit est si haletant que Dantec et Grangé n’ont qu’à bien se tenir !  » Olivier Delcroix – Le Figaro

Extrait adaptation cinéma

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/08/01 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Un poulpe gratuit et numérique… mais pas chez La Baleine

Un poulpe gratuit et numérique… mais pas chez La Baleine

Je viens de découvrir ce poulpe « parallèle ». Pas édité chez La Baleine mais dans la petite maison d’édition Chambre Noire, et uniquement en version numérique, cette histoire du Poulpe écrite par un fan, Florian Dennisson, du céphalopode est disponible gratuitement et uniquement en version numérique (au format Kindle, Kobo et ePub).

Histoire

Privé de son quotidien de prédilection, Gabriel Lecouvreur, dit le Poulpe, se retrouve à éplucher les faits divers d’un journal de province. Il s’entiche d’une affaire étrange qui va le mener dans la noirceur des secrets d’une des familles les plus puissantes de Courchevel. Un magnat du monde de la nuit laissé pour mort au beau milieu de son chalet de luxe et de vieilles connaissances de Gabriel accusées à tort, c’est le Poulpe au pays de l’or blanc.

Présentation de et par l’auteur

florian-denisson

Cette aventure du Poulpe constitue mon véritable premier roman. Tous les chemins qui mènent à une telle entreprise – celle d’écrire un livre – sont longs et je ne vais donc pas raconter ici le pourquoi du comment de mon envie de me lancer dans un nouvel épisode ayant pour héros le charmant personnage qu’est Gabriel Lecouvreur, mais je vous dois néanmoins une explication. Le Poulpe a été inventé par le génial écrivain Jean Bernard Pouy qui a dirigé pendant nombre d’années la collection du même nom – Le Poulpe, pas Jean Bernard Pouy – aux éditions Baleine. Il fut un temps béni où des auteurs – novices, confirmés, voire célèbres – pouvaient soumettre leurs manuscrits si tant est qu’ils aient respecté une charte bien spécifique en écrivant leur propre aventure du Poulpe. Les éditions Baleine ont donc publié des centaines de Poulpe aux titres toujours plus drôles, mais aux styles fatalement inégaux. J’ai toujours pensé que si Gabriel Lecouvreur avait monté une maison d’édition, il aurait fait la même chose. Tout le monde avait sa chance, ainsi le Poulpe pouvait-il survivre aux agressions inéluctables de la mode et du temps. Pourquoi pas moi ? me suis-je dit. J’ai tellement vibré avec tous ces romans au fil des années, j’aime tellement l’idée initiée par Jean Bernard Pouy et je vénère tant ce sacré Poulpe et toute la marmaille qui gravite autour que j’ai voulu apporter ma pierre à l’édifice.

Après avoir scrupuleusement respecté la charte et toutes les consignes disponibles sur le site internet des éditions Baleine, j’ai rendu mon manuscrit. Plusieurs mois et pas mal de relances plus tard, on m’expliqua très gentiment que la collection dirigée alors par Gwenaëlle Denoyers se trouvait à un point mort et qu’il n’était pas prévu de publier de nouveaux romans jusqu’à nouvel ordre.

Deux solutions s’offraient alors à moi : imprimer les quelques centaines de pages que constituait « Téléski qui croyait prendre » et m’en servir pour caler une armoire bancale, ou tenter de faire exister l’ouvrage coûte que coûte. C’est donc par le biais de la toute jeune maison d’édition Chambre Noire que je propose en toute gratuité cette nouvelle aventure du céphalopode parisien. Il aurait été pour moi inconcevable de laisser à l’abandon plus d’un an de travail et, qui plus est, ce roman constitue toujours un nouveau Poulpe à se mettre sous la dent pour n’importe quel fan de la série ou même un moyen peu onéreux de découvrir ce personnage et le mécanisme de ses aventures pour un quelconque novice du genre. Pour le reste, je ne saurais que trop vous conseiller de vous plonger à corps perdu dans toute la collection disponible par le biais des éditions Baleines en suivant ce lien : http://editionsbaleine.fr/

Si vous avez bien suivi, l’ouvrage que vous vous apprêtez – je l’espère – à lire est un Poulpe pirate, un Poulpe non officiel ou non autorisé, et franchement, n’est-ce pas exactement ce qu’aurait voulu Gabriel Lecouvreur en de pareilles circonstances ?

Site de la Chambre Noire

chambrenoire.co

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/25 dans Policier, Sites Internet

 

Étiquettes : , , , , , ,

Passage au 15ème troc-livres de Rueil-Malmaison

Je vous annonçais dernièrement le 15ème troc-livres de Rueil-Malmaison.

Bien que certains organisateurs se mettent de côté les meilleurs livres, cela ne m’a pas empêché d’avoir fait une bonne moisson.

passage-au-15e-trocs-livres

  • Stephen King (pour compléter ma Collection Stephen King)
    • Les Tommyknockers
    • Cujo
    • Les yeux du dragon
  • Jérôme Camut et Nathalie Hug
    • Instinct
    • Stigmate
  • Didier Sénécal
    • Les deux amis
  • Franck Delaney
    • Les enfants de la nuit
  • Sebastian Rotella
    • Triple Crossing
  • Jonathan Ayclife
    • La chambre de Naomi

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Découvertes de février 2012

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas erré dans une grande surface culturelle. Du coup, ce sont 7 livres que j’ai noté dans ma liste de livres à lire.

Si jamais vous les aviez lus avant moi, n’hésitez pas à me faire par de vos impressions en commentaires de ce billet.

Piège boréal de David Moitet

Des ruelles obscures du vieux Mans aux étendues hostiles du Grand Nord, un tueur sème des cadavres en leur gravant des chiffres sur le front. 10, 9.., Une jeune journaliste découvre ses grands-parents crucifiés dans leur maison. Dans le même temps, trois adolescents disparaissent sans laisser de traces. 8, 7, 6… Menant leur propre enquête, les proches des victimes se lancent dans une course effrénée pour comprendre pourquoi leur vie a basculé. Y aurait-il un lien entre les deux affaires ? 5, 4… Ils vont devoir faire vite, car rien ne semble pouvoir arrêter le compte à rebours macabre… Qui sera la prochaine victime ?

Le diable sur les épaules de Christian Carayon

Une disparition non élucidée, une série de meurtres étranges dans une ambiance lourde de silences : un véritable mix entre Simenon et Hitchcock ! Au cours de l’année 1924, un village isolé des montagnes tarnaises et menacé d’extinction est le théâtre de plusieurs assassinats atroces. Déjà les langues se délient et certaines superstitions ressortent… Malgré tout, la jeune institutrice Camille refuse de céder à ces croyances d’un autre âge et appelle à la rescousse son ami d’enfance. Cet ancien criminologue, connu pour ses enquêtes autour du paranormal et qui ne voit dans ces morts suspectes que des crimes perpétrés par la main de l’homme, va mener l’enquête à sa façon… mais l’assassin l’a positionné sur son échiquier diabolique. Tout n’est désormais que tactique et manipulation.

Europa blues d’Arne Dahl

Magda, une prostituée originaire d’Odessa, découvre que son souteneur est le bourreau de son grand-père mort à Buchenwald. Ce soit disant Italien est en réalité un Allemand ancien membre des troupes d’élites hitlériennes, fondateur d’un Institut de la douleur à Weimar qui visait à mesurer l’intensité maximale de la douleur que pouvait supporter un homme avant de mourir. Les déportés étaient pendus par les pieds, une tige en métal introduite dans le crâne afin de stimuler les centres nerveux pour générer une douleur lancinante. Dès lors, Magda se jure de venger son grand-père et d’éliminer tous les  » salauds  » d’Europe et nazis reconvertis. Elle enrôle d’autres prostituées : elles forment le groupe des Erinyes (cf. déesses grecques de la vengeance) qui exécutent leurs victimes sur ce même mode opératoire très cruel. C’est ainsi que les enquêteurs du Groupe A feront peu à peu le lien entre les différents assassinats.

Les fleurs de l’ombre de Steve Mosby

Telle est la trame de « La Fleur de l’ombre », un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu depuis lors. Neil Dawson, dont le père vient d’être retrouvé sans vie au pied d’un viaduc, apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt, il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de « La Fleur de l’ombre ». Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier. Avec ce thriller d’une noirceur absolue, Steve Mosby multiplie les mises en abîme et entraîne le lecteur dans un formidable puzzle entre réalité et fiction. Outre l’intrigue, d’une densité rare, on y retrouve le style incomparable et la complexité de personnages terriblement humains qui ont fait le succès d’Un sur deux.

Le mystère de la chambre 51 de Martha Grimes

Le monde des adultes vu par les yeux d’une enfant : Emma Graham, douze ans, apprentie détective dans l’Amérique profonde des années 1950. Devenue une célébrité à Spirit Lake, la jeune Emma s’efforce de mener de front la rédaction du feuilleton relatant ses aventures – réclamées avec insistance par le directeur du journal local – et l’enquête sur l’enlèvement de la petite Fay Slade à l’hôtel Belle Rouen, vingt ans plus tôt. Deux événements vont compliquer la tâche d’Emma : le retour du très séduisant Morris Slade, le père du bébé enlevé, objet de tous les fantasmes et commérages, ainsi que l’embauche d’un nouveau groom à l’hôtel Paradise, Ralph Diggs, dont le visage d’ange pourrait cacher d’obscurs desseins…

Féerie pour les ténèbres de Jérôme Noirez (2 tomes)

De partout, l’En-Dessous vomit la Technole sans qu’on sache pourquoi, sourd cette bouillie toxique et nauséabonde qui, en un autre temps, dans un univers bien différent, fit la fierté des hommes, le symbole même de leur domination sur le monde. Des hommes qui, aujourd’hui, exploitent les rebuts de cet univers disparu, mythique, dans des gisements à ciel ouvert aux allures de décharges en quête des oripeaux d’une gloire à jamais révolue…
Dans les rues de Caquehan la noire, capitale tentaculaire du royaume, Obicion enquête. Et l’officieur de justice à fort à faire. Le crime est odieux. Une jeune fille. Une adolescente. Enuclée. Gorge tranchée, ouverte en croix. Là où, précisément, pour la première fois, la Technole fit son apparition. Et à l’horreur s’ajoute l’étrangeté la plus absolue car très vite, il s’avère que les os de la victime sont en… plastique. Ainsi débute «Féerie pour les ténèbres», oeuvre gigantesque, drôle, tendre et cruelle, aussi épouvantable qu’attendrissante, un monstre littéraire sans équivalant aucun, une manière d’improbable croisement entre François Rabelais, Lewis Carroll, Jérôme Bosch et Louis Ferdinand Céline, au travers duquel Jérôme Noirez tisse une saisissante cartographie romanesque, un sommet littéraire unique, inoubliable.

Le onzième pion de Heinrich Steinfest

Georg Stransky dîne tranquillement avec femme et enfant, quand un étrange projectile perturbe ce moment de paix : une pomme, lancée par la fenêtre. Farce d adolescent ? À première vue, mais au matin, Georg a disparu.
Une mise en scène loin de surprendre Lilli Steinbeck, spécialiste des questions d enlèvements, qui découvre que Stransky est le huitième à se volatiliser après avoir croqué la pomme. Cette inspectrice rousse et séduisante, dotée d un nez difforme et d un grand flair, célibataire et couche-tôt, se lance à la recherche de Stransky. Accompagnée d un détective obèse rencontré à Athènes et d un tueur à gages finlandais, Lilli Steinbeck va mettre les pieds dans une machination internationale. Un jeu d échecs mortel où les dix pions sont des hommes. Si Lilli, élément perturbateur onzième pion , parvient à ramener le disparu dans son Allemagne natale, la partie sera terminée.

Les fleurs de l’ombre

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/02/18 dans A lire

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :