RSS

Archives de Tag: carayon

Découvertes de Mars 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Février étant court, je me suis fait avoir. J’ai raté ma chronique mensuelle sur les découvertes de livres. Alors c’est double ration pour mars. Bonne lecture.

Toni Hill – L’été des jouets morts

Après s’être compromis au cours d’une affaire sensible, l’inspecteur Héctor Salgado doit se faire oublier pendant quelques semaines. Il se voit alors chargé de manière officieuse d’un cas particulièrement délicat : il s’agit de l’étrange mort d’un jeune garçon appartenant à la haute bourgeoisie barcelonaise. Et ce qui semblait à première vue être un simple accident se révèle de plus en plus obscur à mesure que Salgado mène son enquête. Découvrant une société impitoyable faite de privilèges et d’abus de pouvoir, Héctor doit non seulement faire face à ce monde dont il ne connaît rien, mais également à sa propre histoire, qui refait surface de la manière la plus inattendue qui soit. Pour pouvoir mener à bien la tâche qui lui a été confiée, Héctor devra d’abord régler ses comptes avec lui-même. De sa plume élégante et précise, Toni Hill livre ici une intrigue labyrinthique, peuplée de personnages subtilement campés qui se retrouvent aux prises avec leur passé. Ce roman noir placé sous le signe de la vengeance est aussi marqué par le regard aiguisé que l’auteur pose sur la société espagnole et les univers contrastés – et pourtant pas si éloignés – qui la composent. Car dans l’atmosphère étouffante de l’été barcelonais, nul n’est à l’abri du soleil implacable qui cogne sur la ville.

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : FLAMMARION (19 février 2014)
  • Collection : LITTERATURE ETR
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081274876
  • ISBN-13: 978-2081274877
  • Prix : 21,00€

Christian Carayon – Les naufragés hurleurs

1925. Tout semble si déréglé qu’une prédiction qui annonce la fin des temps au solstice d’hiver se fait de plus en plus entendre. Pour Martial de la Boissière, cette fin des temps correspond plutôt au naufrage d’un voilier au large de l’île de Bréhat. Celui-ci emporte son ami d’enfance et, ainsi, le dernier fil qui le reliait à celle-ci. Mais, quand Martial se décide à creuser un peu, il découvre que l’accident n’en est peut-être pas un. Dès lors, son enquête ne va cesser de le ramener sur cette île aux deux visages, où les secrets d’une riche famille viennent côtoyer les rumeurs de sorcellerie, tout en le poussant à affronter sa propre part d’ombre. Et à comprendre qu’il n’y a pas qu’en mer que l’on déplore des naufragés.

  • Broché: 586 pages
  • Editeur : Les nouveaux auteurs editions (30 janvier 2014)
  • Collection : POLICIER
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2819503497
  • ISBN-13: 978-2819503491
  • Prix : 19,95€

Edward Conlon – Rouge sur rouge

New York, novembre, la pluie. Une Mexicaine pendue à un arbre avec un lacet de chaussure. Deux inspecteurs du NYPD sont rapidement sur place : Nick Meehan, récemment transféré à Manhattan, et son binôme, Esposito, un flic-né qui marche à l’instinct et a du mal à suivre toutes les règles. Au point que les Affaires internes cherchent à le faire tomber et ont pour cela monnayé le transfert de Meehan contre une surveillance rapprochée de son nouveau coéquipier. Mais entre l’inspecteur taiseux et le flic flamboyant, le partenariat qui avait commencé par une forme de trahison se transforme peu à peu en une amitié improbable et complexe sur fond de suicides sordides, de viols en série et de règlements de compte entre gangs, bref la routine d’un commissariat d’Uptown. Loin des millionnaires de Manhattan et de leurs vols d’argenterie, dans les quartiers pauvres, là où personne n’est important jusqu’à ce qu’il tue quelqu’un ou se fasse tuer. Là où il n’y a pas de projecteurs, mais pas de radars non plus. Rouge sur Rouge (l’expression désignant l’implication de la police des polices) est un livre de balancement et de contrastes : entre l’Irlandais dans sa solitude affective et l’Italien investi dans sa famiglia, l’introverti et l’extraverti, le stratège et le tacticien, l’un qui est fasciné par ce qui lui échappe, tandis que l’autre, plus pragmatique, s’épanouit dans le combat quotidien contre les « méchants ». Polar d’intrigue dont la trame matoise semble suivre la fausse contingence du quotidien, Rouge sur Rouge est aussi un puissant roman d’introspection. Conscience, loyauté, fidélité, convictions, mais aussi coups tordus, lâchetés et trahisons, Conlon, avec une ténacité, un art de la nuance et un souci du détail qu’il a sans doute gardés de ses années passées au sein de la force, pousse à bout la mécanique de l’analyse psychologique et enquête sur le binôme d’inspecteurs, cet étrange attelage constitutif de la police américaine, un équipage à l’équilibre hautement instable dans un système basé « sur une immense et changeante accumulation de règles – des lois constitutionnelles sur lesquelles les plus éminents magistrats divergeaient, de nouvelles procédures administratives que les états-majors dégueulaient comme les rouleaux perforés d’un piano mécanique. Tant de règles qu’on ne pouvait quasiment pas en tenir le compte, tant qu’on avait toujours le sentiment d’en transgresser une, ou deux, même si on était sûr d’avoir tout fait correctement. » Tout à la fois chronique d’un New York où ne s’aventurent guère les touristes et phénoménologie de l’esprit policier, Rouge sur rouge élargit à l’extrême le champ de conscience du polar.

  • Broché: 560 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (12 mars 2014)
  • Collection : Actes noirs
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330030355
  • ISBN-13: 978-2330030353
  • Prix : 23,80€

P.D. Viner – Le dernier hiver de D’Ani Lancing

Le meurtre de Dani Lancing, étudiante, a été violent et brutal. Son assassin est resté anonyme.
Ses parents ne se sont jamais remis de ce cauchemar, même au bout de vingt ans. Leur mariage s’est effondré, la mère a renoncé à sa brillante carrière de journaliste pour chercher le moindre indice, et le père est poursuivi par le fantôme de sa fille.
Tom, son amour d’enfance, se noie dans son boulot de détective pour empêcher que d’autres jeunes filles connaissent le même sort.
Lorsque Tom découvre une piste et déterre l’affaire, la mère de Dani les entraîne dans sa folie de vengeance sans limites, prête à descendre aussi bas que le monstre qu’elle pourchasse.

  • Broché: 406 pages
  • Editeur : Delpierre Editions
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 978-2-37072-001-6
  • Prix : 20,00€

Jean-Christophe Rufin – Le collier rouge

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l’été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d’eux, un chien, qui détient la clef du drame… Plein de poésie et de vie, ce court récit, d’une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Etre loyal à ses amis, se battre pour ceux qu’on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l’être humain n’est-il pas d’aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Gallimard (27 février 2014)
  • Collection : Blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207013797X
  • ISBN-13: 978-2070137978
  • Prix : 15,90€

Bernard Minier – N’éteins pas la lumière

« Tu l as laissée mourir… »
Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l homme qui l interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire… Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s effondre. Avant que l horreur fasse irruption.

Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d une chambre d hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s est donné la mort un an plus tôt. Quelqu un veut le voir reprendre du service… ce qu il va faire, à l insu de sa hiérarchie et de ses collègues.

Et si nos proches n étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire…

Après les grands succès de Glacé et du Cercle, Bernard Minier revient avec un thriller sur la manipulation et l emprise, en explorant nos cauchemars les plus intimes, nos phobies et nos obsessions…

  • Broché: 616 pages
  • Editeur : XO EDITIONS (27 février 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845636318
  • ISBN-13: 978-2845636316
  • Prix : 21,90€

William Boyd – Solo

1969, James Bond vient de fêter ses 45 ans. Sa hiérarchie l’envoie au Zanzarim (Afrique occidentale), ancienne colonie britannique ravagée par une guerre civile. Sa mission : mettre un terme au conflit lié à l’énorme réserve de pétrole attisant les convoitises de l’Occident. Deux tribus s’affrontent, l’une ayant fait sécession en 1967 en créant la République démocratique de Dahum. Les Britanniques soutiennent le gouvernement officiel du Zanzarim et veulent la capitulation de Dahum, qui s’octroie les réserves de pétrole.
Arrivé au Zanzarim sous l’identité d’un journaliste, Bond rencontre son contact des services secrets, Blessing, une charmante jeune femme qui l’aide à traverser le pays et le séduit. Ils sont faits prisonniers par des mercenaires et Blessing disparaît. Bond, qui la croit morte, s’échappe, poursuit seul sa mission. Il infiltre le camp rebelle, découvre qu’une organisation caritative, AfricaKIN, a établi un pont aérien avec la capitale de Dahum, Port Dunbar, et aide le gouvernement du Zanzarim à terrasser les rebelles. Lors de l’évacuation de Port Dunbar, Blessing réapparait accompagnée d’un mercenaire : ils tirent sur Bond, le laissant pour mort.
Le récit évolue ensuite vers New York, où Bond joue solo. Il comprend que Blessing travaille pour la CIA et qu’elle s’est introduite dans le réseau d’ AfricaKIN, paravent d’un vaste trafic de drogue.

  • Broché: 343 pages
  • Editeur : Seuil (6 mars 2014)
  • Collection : ROMAN ET. HC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021113213
  • ISBN-13: 978-2021113211
  • Prix : 21,50€
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/03/11 dans A lire, Actualités, Thrillers

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Découvertes de février 2012

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas erré dans une grande surface culturelle. Du coup, ce sont 7 livres que j’ai noté dans ma liste de livres à lire.

Si jamais vous les aviez lus avant moi, n’hésitez pas à me faire par de vos impressions en commentaires de ce billet.

Piège boréal de David Moitet

Des ruelles obscures du vieux Mans aux étendues hostiles du Grand Nord, un tueur sème des cadavres en leur gravant des chiffres sur le front. 10, 9.., Une jeune journaliste découvre ses grands-parents crucifiés dans leur maison. Dans le même temps, trois adolescents disparaissent sans laisser de traces. 8, 7, 6… Menant leur propre enquête, les proches des victimes se lancent dans une course effrénée pour comprendre pourquoi leur vie a basculé. Y aurait-il un lien entre les deux affaires ? 5, 4… Ils vont devoir faire vite, car rien ne semble pouvoir arrêter le compte à rebours macabre… Qui sera la prochaine victime ?

Le diable sur les épaules de Christian Carayon

Une disparition non élucidée, une série de meurtres étranges dans une ambiance lourde de silences : un véritable mix entre Simenon et Hitchcock ! Au cours de l’année 1924, un village isolé des montagnes tarnaises et menacé d’extinction est le théâtre de plusieurs assassinats atroces. Déjà les langues se délient et certaines superstitions ressortent… Malgré tout, la jeune institutrice Camille refuse de céder à ces croyances d’un autre âge et appelle à la rescousse son ami d’enfance. Cet ancien criminologue, connu pour ses enquêtes autour du paranormal et qui ne voit dans ces morts suspectes que des crimes perpétrés par la main de l’homme, va mener l’enquête à sa façon… mais l’assassin l’a positionné sur son échiquier diabolique. Tout n’est désormais que tactique et manipulation.

Europa blues d’Arne Dahl

Magda, une prostituée originaire d’Odessa, découvre que son souteneur est le bourreau de son grand-père mort à Buchenwald. Ce soit disant Italien est en réalité un Allemand ancien membre des troupes d’élites hitlériennes, fondateur d’un Institut de la douleur à Weimar qui visait à mesurer l’intensité maximale de la douleur que pouvait supporter un homme avant de mourir. Les déportés étaient pendus par les pieds, une tige en métal introduite dans le crâne afin de stimuler les centres nerveux pour générer une douleur lancinante. Dès lors, Magda se jure de venger son grand-père et d’éliminer tous les  » salauds  » d’Europe et nazis reconvertis. Elle enrôle d’autres prostituées : elles forment le groupe des Erinyes (cf. déesses grecques de la vengeance) qui exécutent leurs victimes sur ce même mode opératoire très cruel. C’est ainsi que les enquêteurs du Groupe A feront peu à peu le lien entre les différents assassinats.

Les fleurs de l’ombre de Steve Mosby

Telle est la trame de « La Fleur de l’ombre », un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu depuis lors. Neil Dawson, dont le père vient d’être retrouvé sans vie au pied d’un viaduc, apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt, il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de « La Fleur de l’ombre ». Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier. Avec ce thriller d’une noirceur absolue, Steve Mosby multiplie les mises en abîme et entraîne le lecteur dans un formidable puzzle entre réalité et fiction. Outre l’intrigue, d’une densité rare, on y retrouve le style incomparable et la complexité de personnages terriblement humains qui ont fait le succès d’Un sur deux.

Le mystère de la chambre 51 de Martha Grimes

Le monde des adultes vu par les yeux d’une enfant : Emma Graham, douze ans, apprentie détective dans l’Amérique profonde des années 1950. Devenue une célébrité à Spirit Lake, la jeune Emma s’efforce de mener de front la rédaction du feuilleton relatant ses aventures – réclamées avec insistance par le directeur du journal local – et l’enquête sur l’enlèvement de la petite Fay Slade à l’hôtel Belle Rouen, vingt ans plus tôt. Deux événements vont compliquer la tâche d’Emma : le retour du très séduisant Morris Slade, le père du bébé enlevé, objet de tous les fantasmes et commérages, ainsi que l’embauche d’un nouveau groom à l’hôtel Paradise, Ralph Diggs, dont le visage d’ange pourrait cacher d’obscurs desseins…

Féerie pour les ténèbres de Jérôme Noirez (2 tomes)

De partout, l’En-Dessous vomit la Technole sans qu’on sache pourquoi, sourd cette bouillie toxique et nauséabonde qui, en un autre temps, dans un univers bien différent, fit la fierté des hommes, le symbole même de leur domination sur le monde. Des hommes qui, aujourd’hui, exploitent les rebuts de cet univers disparu, mythique, dans des gisements à ciel ouvert aux allures de décharges en quête des oripeaux d’une gloire à jamais révolue…
Dans les rues de Caquehan la noire, capitale tentaculaire du royaume, Obicion enquête. Et l’officieur de justice à fort à faire. Le crime est odieux. Une jeune fille. Une adolescente. Enuclée. Gorge tranchée, ouverte en croix. Là où, précisément, pour la première fois, la Technole fit son apparition. Et à l’horreur s’ajoute l’étrangeté la plus absolue car très vite, il s’avère que les os de la victime sont en… plastique. Ainsi débute «Féerie pour les ténèbres», oeuvre gigantesque, drôle, tendre et cruelle, aussi épouvantable qu’attendrissante, un monstre littéraire sans équivalant aucun, une manière d’improbable croisement entre François Rabelais, Lewis Carroll, Jérôme Bosch et Louis Ferdinand Céline, au travers duquel Jérôme Noirez tisse une saisissante cartographie romanesque, un sommet littéraire unique, inoubliable.

Le onzième pion de Heinrich Steinfest

Georg Stransky dîne tranquillement avec femme et enfant, quand un étrange projectile perturbe ce moment de paix : une pomme, lancée par la fenêtre. Farce d adolescent ? À première vue, mais au matin, Georg a disparu.
Une mise en scène loin de surprendre Lilli Steinbeck, spécialiste des questions d enlèvements, qui découvre que Stransky est le huitième à se volatiliser après avoir croqué la pomme. Cette inspectrice rousse et séduisante, dotée d un nez difforme et d un grand flair, célibataire et couche-tôt, se lance à la recherche de Stransky. Accompagnée d un détective obèse rencontré à Athènes et d un tueur à gages finlandais, Lilli Steinbeck va mettre les pieds dans une machination internationale. Un jeu d échecs mortel où les dix pions sont des hommes. Si Lilli, élément perturbateur onzième pion , parvient à ramener le disparu dans son Allemagne natale, la partie sera terminée.

Les fleurs de l’ombre

 
Poster un commentaire

Publié par le 2012/02/18 dans A lire

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :