RSS

Archives de Tag: apocalypse

Adrian J. Walker – The End Of The World Running Club

Adrian J. Walker – The End Of The World Running Club

Sur ce blog, je vous ai fait de nombreuses suggestions de lecture au travers de mes découvertes, mais j’avoue que je lis pas toutes celles-ci.

Aujourd’hui je veux vous parler de The end of the world running club d’Adrian J. Walker. Si on peut regretter l’absence de traduction du titre (Les coureurs de la fin du monde aurait été tout aussi valable), je pense avoir fait un bon choix. En effet, depuis la publication de la découverte de ce livre, j’en ai parlé à la médiathèque de mon travail, qui l’a acheté et dont les lecteurs nous ont tous retourné de bonnes critiques.

Alors ce roman va-t-il être un roman marathon ou un roman à courir aller acheter ?

Résumé du livre

Plus personne n’attend rien de bon, ni rien de grand, d’Edgar Hill. À 35 ans, il est un père et un mari absent, et un homme éteint.
Mais le désastre, souvent, nous révèle à nous-même.
Séparé de sa femme et de ses enfants par plus de 800 kilomètres, Edgar n’a qu’une seule option pour les rejoindre.
Courir.
Courir jusqu’à l’épuisement. Dépasser ses limites. Se battre contre soi-même.
Et contre les dangers qui, tout au long de sa traversée d’un Royaume-Uni dévasté par une catastrophe, menaceront jusqu’à sa survie même.
S’il n’arrive pas à temps, il perdra sa famille. Pour toujours.

Avis

The End Of The World Running Club est un roman en deux temps. La première partie se consacre traditionnellement à la mise en place de l’environnement de l’histoire et des personnages, mais c’est également l’occasion pour l’auteur, Adrian J. Walker, de les plonger rapidement dans la situation anormale qui va bouleverser leur monde, même le monde. En effet, cette première partie démarre sur les chapeaux de roue par l’apocalypse, une pluie de météorites sur le nord de l’Angleterre, dévastant tout. A la lecture de ce passage, on ne peut s’empêcher de penser aux événements astronomiques récents comme la vision d’un météorite dans le sud de la France l’été dernier.

La seconde partie est la conséquence de la première, un long road movie à pieds au cours de laquelle le héros cherche à rejoindre sa famille en parcourant 900km en moins de 15 jours à pieds. On pourrait alors s’attendre à un roman, lent, poussif, une sorte de Sur la route de Jack Kerouac en plein apocalypse; mais Adrian J. Walker a eu l’intelligence de ne pas sombrer sur cet écueil. A de nombreuses reprises, l’écriture m’a fait penser à un livre de Stephen King : l’évolution psychologique du personnage face à l’épreuve qui tiendrait de Marche ou crève de Stephen King, la description du monde transformé, défiguré, comme pour La tour sombre, et bien sûr les rencontres, bonnes et mauvaises.

Ce livre se présente sous la forme d’un petit pavé de 500 pages qui peut être inconfortable à tenir pour une lecture prolongée, aussi recommanderais-je d’opter pour la version numérique. Cependant, si les pages sont nombreuses, le style d’Adriam J. Walker étant parfaite de fluidité, elles vont rapidement tourner.

Un très bon livre de science-fiction sans grand artifice technologique mais qui dépayse tant le héros que le lecteur.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 500 pages
    • Editeur : Hugo Roman (9 juin 2016)
    • Collection : Hugo Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2755623977
    • ISBN-13: 978-2755623970
    • Prix : 19.95€
  • eBook
    • Editeur : Hugo Roman (9 juin 2016)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2755626209
    • Prix : 12,99€
  • Livre Audio
    • Editeur : Audible Studios
    • Langue : Français
    • Durée : 16h26
    • Prix : 27.95€

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/11/05 dans Science-Fiction

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :