RSS

Résultat de recherche pour ‘king’

Stephen King – La tour sombre, Tome 1 : Le pistolero

Stephen King – La tour sombre, Tome 1 : Le pistolero

Stephen King est à l’honneur cette année au cinéma puisque sa seule saga mélant fantasy et science fiction, La tour sombre, va sortir sur les grands écrans.

Ne pouvant lire l’intégralité de la saga d’ici la sortie en salle le 9 août prochain, je vous propose de faire la critique du premier tome, Le pistolero. Autant vous dire tout de suite que mon avis sur la série ne pourra se faire uniquement sur ce premier tome, et par conséquent que d’autres suivront au fur et à mesure de sa lecture.

Alors allons-nous sombrer dans cette tour autour d’une parodie du Seigneur des anneaux ?

Résumé du livre

 » L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait…  » Ce Pistolero, c’est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d’un monde qui a changé et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature? A-t-il conscience que son destin est inscrit dans trois cartes d’un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devra faire le pari de le découvrir, et d’affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables…

Maître incontesté du suspense et de l’épouvante, Stephen King a connu, depuis la publication de son premier roman, un succès phénoménal qui ne s’est jamais démenti à ce jour. Il est aujourd’hui l’un des écrivains les plus lus au monde. Avec La Tour sombre, saga fantastique dont voici le premier volet, il nous offre le plus déroutant, le plus énigmatique de ses romans.  » L’homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait …  » Dernier aventurier d’une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l’homme, ce qu’il cherche, c’est la Tour. A la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d’autres mondes…. Voilà vingt ans que dure cette poursuite. Pour Roland, l’enjeu est maintenant de rattraper l’homme en noir. Lui seul – il l’a vu en rêve – peut l’éclairer sur soit avenir. Le sorcier doit tirer trois cartes qui vont lui ouvrir trois portes. Vers l’enfer ou le paradis ? Nul ne le sait encore. En attendant, tous deux marchent. Hallucinés. Ne pouvant se soustraire l’un à l’autre. Sous l’œil vigilant du gardien de la Tour…

Avis

Bien qu’étant un fervent amateur des romans de Stephen King, j’avoue avoir eu un peu de mal à me projeter dans ce livre. Sans doute est-ce du à la jeunesse de l’écrivain au moment de la première rédaction de ce livre, en qu’en bien même le maître du suspense l’a quelque peu retouché à l’issue de la rédaction du 8ème et dernier tome pour en assurer une cohérence globale, la structuration des phrases et la fluidité du récit ne sont pas celles dont nous sommes coutumiers de cet auteur.

Par contre, il est indéniable que ce premier tome constitue bien une entrée d’une saga. L’auteur laisse planer un certain flou sur ses personnages, leur origine, leur destinée, se contenant de les mettre dans une course poursuite à mort. Alors que l’histoire du tome 1 se déroule dans un far west mi-ruée vers l’or, mi-post apocalyptique, il est fait mention d’une certaine tour, de souvenirs d’un monde proche du notre de la fin du siècle précédent pour un personnage tiers,

Cependant, on voit que Stephen King a voulu faire sa version du Seigneur des anneaux car nous y trouvons de nombreux points communs. Tout comme pour Frodon, le héros de Stephen King est en quête d’identité et va se découvrir au travers d’une quête qu’il croît accomplir en tuant l’homme en noir.

Bref, un premier tome qui ne donne pas forcément envie de lire la saga dans son entier, mais qui recèle sans doute de nombreux indices pour qui sera assez téméraire pour lire les volumes suivants.

Notation.

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Poche: 254 pages
    • Editeur : Editions 84 (8 mars 2006)
    • Collection : J’ai lu
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 229034589X
    • ISBN-13: 978-2290345894
    • Prix : 6,10€
  • eBook
    • Editeur : Editions 84 (8 mars 2006)
    • Collection : J’ai lu
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2290143131
    • Prix : 7,49€
  • Livre audio
    • Durée : 8 heures et 55 minutes
    • Editeur : Gallimard
    • Date de publication : 1 juin 2017
    • Langue : Français
    • Prix : 15,99€

Bande annonce du film

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/08/01 dans Horreur

 

Étiquettes : , , ,

La Tour Sombre de Stephen King au cinéma le 16 août.

La Tour Sombre de Stephen King au cinéma le 16 août.

D’après la saga épique de Stephen King, découvrez #LaTourSombre, avec Idris Elba et Matthew McConaughey. Au cinéma le 16 août.

La tour sombre est la dernière histoire de Stephen King que je n’ai pas encore lue. Il me reste un pue moins de 3 mois pour m’enfiler plusieurs milliers de pages.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/05/07 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

Stephen King – Fin de ronde

Stephen King – Fin de ronde

Avec Fin de ronde s’achève une trilogie tendance « hard boiled » amorcée en 2015 avec Mr Mercedes, poursuivie l’année suivante avec Carnets noirs.

Rares sont les publications de Stephen King en plusieurs tomes : seules La tour sombre et le roman feuilleton La ligne verte ont eu le droit à cet honneur.

Alors si les premiers tomes de la série Mr Mercedes nous avons laissé un peu sur notre fin (et faim), est-ce que cette Fin de ronde boucle la boucle de manière magistrale ?

Résumé du livre

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau. Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi…

Avis

Avec la série des Mr Mercedes Stephen King délaisse la monde du fantastique et de l’horreur pour s’aventurer dans l’univers du roman policier. Les deux premiers tomes (Mr Mercedes et Carnets noirs) ont montré que contrairement à ce que l’on pense, le genre littéraire du roman policier et du thriller est un genre à part qui n’est pas donné à tout le monde.

Stephen King se rattrape avec Ronde de minuit dans lequel on retrouve les points clés d’un bon roman policier (sans pour autant arriver au niveau du thriller. Côté personnages on a bien sur un policier mal en point, une assistante originale, voire légèrement déjantée, un tiers avec des talents particuliers et un méchant plutôt mentalement pervers.

Du point de vue de la rédaction, on retrouve un Stephen King en grande forme : le style est impeccable de fluidité, où les détails sont réduits au minimum mais font à chaque fois mouche pour stimuler l’imaginaire du lecteur. L’alternance entre le point de vue de Bill Hodges et celui de Brady Hartsfield tient le lecteur en haleine.

Mais la particularité de ce lire est que, si Stephen King s’aventure dans le roman policier, il revient à ses premières amours. En effet, les agissements de Brady Hartsfield font intervenir la télékinésie nous fait penser à son premier roman Carrie, quant au média à Cellular. Mais cette originalité, cette combinaison de genres, marche bien et plaira aux amateurs… un peu moins pour les puristes.

Un bon roman qui clôt admirablement la série.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 423 pages
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226328718
    • ISBN-13: 978-222632871
    • Prix : 22,50€
  • eBook
    • Editeur : Albin Michel (8 mars 2017)
    • Langue : Français
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226422729
    • Prix : 9,99€
  • Livre audio
    • Durée : 14 heures et 3 minutes
    • Editeur : Audiolib (19 avril 2017)
    • Lecteur : Antoine Tomé
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2367623580
    • Prix : 22,10€

Revues de presse

« Avec « Fin de ronde », Stephen King cogne.« , François Angelier, Le Monde

 » Une astuce de conteur, un truc de magicien, une « réinitialisation » ludique du croquemitaine, qui permet à l’auteur d’exprimer son inquiétude vis-à-vis de notre monde hyper connecté« , Cécile Mury, Télérama (TT)

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/04/22 dans Fantastique, Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Stephen King est « mort de peur » à l’idée de ….

Stephen KingOn peut se demander ce qui fait peur au maître de l’horreur.

Il s’est confié dernièrement au Washington Post dernièrement à ce sujet.

Ce qui le rend « mort de peur » est l’idée que Donald Trump soit élu président des Etats-Unis et compare le candidat à Cthulhu.

Source : FranceInfo

 
2 Commentaires

Publié par le 2016/09/27 dans Uncategorized

 

Étiquettes : ,

Stephen King – Carnets noirs

Stephen King – Carnets noirs

Stephen King revient souvent dans notre blog depuis que le maître du suspense a décidé de publier deux romans par an.

Nous allons aborder aujourd’hui Carnets noirs qui est la suite de Mr Mercedes (dont vous pouvez consulter notre critique ici).

Nous allons même le regarder avec grand intérêt car d’après ce que j’ai compris, ce roman aurait quelques points communs avec Misery qui est le roman qui m’a fait découvrir ce grand romancier américain et qui reste pour moi la référence du thriller.

Alors est-ce que les Carnets noirs ne sont pas une pâle copie de Misery ?

Résumé du livre

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

Après Misery, King renoue avec un de ses thèmes de prédilection : l’obsession d’un fan. Dans ce formidable roman noir où l’on retrouve les protagonistes de Mr. Mercedes (prix Edgar 2015), il rend un superbe hommage au pouvoir de la fiction, capable de susciter chez le lecteur le meilleur… ou le pire.

Avis

Si les Carnets noirs sont la suite de Mr Mercedes, sachez que si vous n’avez pas lu le premier tome, rien ne vous empêche de lire le second. Les deux aventures sont indépendantes, cependant sachez que la lecture de ce second tome vous dévoilera les principaux éléments du premier tome. On retrouve donc les principaux personnages (l’ex-inspecteur, Jerome l’étudiant geek, …) mais uniquement dans la seconde partie du livre. Stephen King laisse le temps d’installer l’histoire de ce second tome avant de le relier à des éléments du premier.

Concernant l’histoire, on ne peut pas dire que cela soit un grand thriller, et que cela est même décevant de la part de Stephen King. Non, l’intérêt de ce livre tient plus à un thème qui nous est cher : le rapport du lecteur aux livres, à son auteur favori et plus particulièrement à son livre fétiche. En cela les Carnets noirs ont de commun avec Misery la passion, la folie, d’un lecteur avec son auteur favori, ce qui constitue l’amorce du livre. Et, sans aucune certitude, je pense que l’auteur se confie à nous et nous fait partager l’origine de sa vocation littéraire en listant les grands romans ou héros de littérature.

Enfin, pour les amateurs de livres numériques, méfiez-vous de la version numérique du livre. Je ne sais pas si c’est ma version d’epub, mais toujours est-il que j’ai le problème sur mes deux liseuses (une Nook Simple Touch et une Kobo H20): ironie du nom du livre, mais le texte apparaît en gris la plupart du temps, pour passer au noir dans quelques paragraphes. La lecture n’est donc pas des plus agréables même avec une liseuse rétro-éclairée.

Notation.

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Relié: 427 pages
    • Editeur : Editions Albin Michel (2 mars 2016)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226319220
    • ISBN-13: 978-2226319227
    • Prix : 22,50€
  • eBook
    • Editeur : Editions Albin Michel (2 mars 2016)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226388971
    • Prix : 15,99€
  • CD audio
    • Editeur : Audiolib (13 avril 2016)
    • Collection : Suspense
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2367621225
    • ISBN-13: 978-2367621227
    • Prix : 26,90€

Revue de presse

« Une déclaration d’amour à la lecture et à la littérature américaine… Merveilleux, effrayant, émouvant. » The Washington Post

Site Internet de l’auteur

 
3 Commentaires

Publié par le 2016/05/31 dans Horreur

 

Étiquettes : , , , ,

Appel aux dons de Poulpe et de S. King

Appel aux dons de Poulpe et de S. King

Chers lecteurs,

Je lance aujourd’hui un appel aux dons afin de compléter ma passion pour Stephen King et la série des Poulpes.

Comme vous le savez, la lecture est un plaisir onéreux, et je vais faire appel à votre générosité pour compléter ma collection de livres de Stephen King et de la série du Poulpe.

Si vous avez un des livres qui me manquent et que vous êtes prêts à vous en séparer, n’hésitez pas à me contacter à quoilire@yahoo.fr pour que je vous donne mon adresse pour me l’envoyer.

La liste des livres de j’ai et qui me manquent sont ici pour :

En vous remerciant d’avance.

QuoiLire

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/04/24 dans Livres, Uncategorized

 

Étiquettes : , , ,

S. King

Une nouvelle fois je fais appel à vous en espérant que vous serez généreux en m’envoyant les romans de Stephen King en grand format (ceux qui n’ont pas FG ou AG, en fin de ligne)..

Merci de me contacter sur quoilire@yahoo.fr.

Romans
    Carrie, Gallimard, 1976 ((en) Carrie, 1974)(FP)
    Salem, Alta, 1977 ((en) Salem’s Lot, 1975)(FP)
    Shining, l’enfant lumière, Alta, 1979 ((en) The Shining, 1977)(FP)
Le Fléau, Alta, 1981 ((en) The Stand – Unabriged, 1978)
    Dead Zone, Jean-Claude Lattès, 1983 ((en) The Dead Zone, 1979)(FP)
    Charlie, Albin Michel, 1984 ((en) Firestarter, 1980)(FP)(FG)
    Cujo, Albin Michel, 1982 ((en) Cujo, 1981)–(FP)
    Christine, Albin Michel, 1984 ((en) Christine, 1983)(FP)
    L’Année du loup-garou, Albin Michel, 1986 ((en) Cycle of the Werewolf, 1983)(FG)
    Simetierre, Albin Michel, 1985 ((en) Pet Sematary, 1983)(FG)
    Les Yeux du dragon, Albin Michel, 1995 ((en) The Eyes of the Dragon, 1984)–(FG)
    Le Talisman, Robert Laffont, 1986 ((en) The Talisman, 1984)(FP)
    Ça, Albin Michel, 1988 ((en) It, 1986)(FP)
    Misery, Albin Michel, 1989 ((en) Misery, 1987)(FP)(FG)(AP)
    Les Tommyknockers, Albin Michel, 1989 ((en) The Tommyknockers, 1987)(FG)
    La Part des ténèbres, Albin Michel, 1990 ((en) The Dark Half, 1989)(FP)(FG)
    Le Fléau, Jean-Claude Lattès, 1991 ((en) The Stand: The Complete & Uncut Edition, 1990)(FG)
    Bazaar, Albin Michel, 1992 ((en) Needful Things, 1991)(FP)(FG)
    Jessie, Albin Michel, 1993 ((en) Gerald’s Game, 1992)(FP)
    Dolores Claiborne, Albin Michel, 1993 ((en) Dolores Claiborne, 1992)(FG)
    Insomnie, Albin Michel, 1995 ((en) Insomnia, 1994)(FG)(AP)
    Rose Madder, Albin Michel, 1997 ((en) Rose Madder, 1995)(FP)(FG)(AP)
    La Ligne verte, Librio, 1996 ((en) The Green Mile, 1996)(FP)
    Désolation, Albin Michel, 1996 ((en) Desperation, 1996)(FG)(AP)
    Sac d’os, Albin Michel, 1999 ((en) Bag of Bones, 1998)(FG)
    La Petite Fille qui aimait Tom Gordon, Albin Michel, 2000 ((en) The Girl Who Loved Tom Gordon, 1999)(FG)(AP)
    Dreamcatcher, Albin Michel, 2002 ((en) Dreamcatcher, 2001)(FP)(FG)(AP)
    Territoires, Robert Laffont, 2002 ((en) Black House, 2001)(FG)(AG)
    Roadmaster, Albin Michel, 2004 ((en) From a Buick 8, 2002)(FG)
    Colorado Kid, J’ai lu, 2006 ((en) The Colorado Kid, 2005)(FP)
    Cellulaire, Albin Michel, 2006 ((en) Cell, 2006)(FG)(AG)
    Histoire de Lisey, Albin Michel, 2007 ((en) Lisey’s Story, 2006)–(FP)
    Duma Key, Albin Michel, 2009 ((en) Duma Key, 2008)(FG)
    Dôme, Albin Michel, 2011 ((en) Under the Dome, 2009)(AG)
    22/11/63, Albin Michel, 2013 ((en) 11/22/63, 2011)(FG)
    Joyland, Albin Michel, 2014 ((en) Joyland, 2013)(FG)
    Docteur Sleep, Albin Michel, 2013 ((en) Doctor Sleep, 2013)(FG)
Revival, Albin Michel, 2015 ((en) Revival, 2014)–(FG)
(en) Sleeping Beauties, 2017, Coécrit avec son fils Owen King (en). À paraître le 26 septembre 2017

Cycle de La Tour sombre

    1 – Le Pistolero, J’ai lu, 1991 ((en) The Gunslinger, 1982)(FP)(FG)
    2 – Les Trois Cartes, J’ai lu, 1991 ((en) The Drawing of the Three, 1987)–(FG)
    3 – Terres perdues, J’ai lu, 1992 ((en) The Waste Lands, 1991)–(FG)
    4 – Magie et Cristal, Éditions 84, 1998 ((en) Wizard and Glass, 1997)(FG)
    5 – Les Loups de la Calla, J’ai lu, 2004 ((en) Wolves of the Calla, 2003)(FG)
    6 – Le Chant de Susannah, J’ai lu, 2005 ((en) Song of Susannah, 2004)(FG)
    7 – La Tour sombre, J’ai lu, 2005 ((en) The Dark Tower, 2004)(FG)
    8 – La Clé des vents, J’ai lu, 2012 ((en) The Wind Through the Keyhole, 2012)(FG)

Trilogie Bill Hodges

    Mr. Mercedes, Albin Michel, 2015 ((en) Mr. Mercedes, 2014)(FG)
    Carnets noirs, Albin Michel, 2016 ((en) Finders Keepers, 2015)(FG)
    Fin de ronde, Albin Michel, 2017 ((en) End of Watch, 2016)(FG)

Publiés sous le nom de Richard Bachman

    Rage, Albin Michel, 1990 ((en) Rage, 1977)(FP)
    Marche ou crève, Albin Michel, 1989 ((en) The Long Walk, 1979)(FP)
    Chantier, Albin Michel, 1987 ((en) Roadwork, 1981)(FP)(FG)
Running Man, Albin Michel, 1988 ((en) The Running Man, 1982)(FP)
    La Peau sur les os, Albin Michel, 1987 ((en) Thinner, 1984)(FP)
    Les Régulateurs, Albin Michel, 1996 ((en) The Regulators, 1996)
    Blaze, Albin Michel, 2008 ((en) Blaze, 2007)(FG)

Recueils de nouvelles

    Danse macabre, Alta, 1980 ((en) Night Shift, 1978)(FP)
    Différentes Saisons, Albin Michel, 1986 ((en) Different Seasons, 1982)(FP)
    Brume, Albin Michel, 1987 ((en) Skeleton Crew, 1985)(FP)
    Minuit 2 et Minuit 4, Albin Michel, 1991 ((en) Four Past Midnight, 1990)(FP)
    Rêves et Cauchemars, Albin Michel, 1994 ((en) Nightmares & Dreamscapes, 1993)(FP)(FG)(AP)
    Cœurs perdus en Atlantide, Albin Michel, 2001 ((en) Hearts in Atlantis, 1999)(FG)(AP)
    Tout est fatal, Albin Michel, 2003 ((en) Everything’s Eventual, 2002)(FP)(FG)
    Juste avant le crépuscule, Albin Michel, 2010 ((en) Just After Sunset, 2008)(FG)
Nuit noire, étoiles mortes, Albin Michel, 2012 ((en) Full Dark, No Stars, 2010)(FP)
    Le bazar des mauvais rêves, 2016(FG)

Autres nouvelles

(en) I Was a Teenage Grave Robber, 1965
(en) The Glass Floor, 1967
(en) Slade, 1970
Mauvaise Herbe, 2015 ((en) Weeds, 1976)
(en) The King Family and the Wicked Witch, 1977
(en) Man with a Belly, 1978
La Nuit du tigre, 1978 ((en) The Night of the Tiger, 1978)
La Caisse, 2000 ((en) The Crate, 1979)
(en) The Blue Air Compressor, 1981
(en) The Reploids, 1988
(en) Jhonathan and the Witchs, 1993
Plein Gaz, 2014 ((en) Throttle, 2009)
(en) In The Tall Grass, 2012

Essais

Anatomie de l’horreur, Éditions du Rocher, 1995 ((en) Danse Macabre, 1981)
(en) Nightmares in the Sky, 1988
    Écriture : Mémoires d’un métier, Albin Michel, 2001 ((en) On Writing: A Memoir of the Craft, 2000)(FG)
(en) Secret Windows, 2000
(en) Faithful, 2004
(en) Guns, 2013
(en) Hard Listening, 2013

Livres numériques

Un tour sur le Bolid’, Le Livre de poche, 2000 ((en) Riding the Bullet, 2000)
(en) The Plant, 2000
(en) Ur, 2009
(en) Mile 81, 2011
Un visage dans la foule, Bragelonne, format numérique, 2014 ((en) A Face in the Crowd, 2012)
Sale Gosse, Albin Michel, format numérique, 2014 ((en) Bad Little Kid)

Scénarios

    Peur bleue, J’ai lu, 1990 ((en) Silver Bullet, 1985)(FP)
    La Tempête du siècle, Albin Michel, 1999 ((en) Storm of the Century, 1999)(FG)

 

Stephen King – Revival

Stephen King – Revival

Stephen King suit son rythme de croisière de deux livres par an. En attendant la suite de Mr. Mercedes (voir notre chronique sur ce livre) qui vient tout juste de sortir, le roi du roman d’horreur nous offre à lire Revival.

De nombreux media nous promettent un dénouement terrible à la hauteur du maître de la littérature d’horreur…. mais nous savons aussi qu’ils ont tendance à s’emballer un peu vite.

Alors est-ce que Revival va nous faire vivre un bon moment de lecture ?

Résumé du livre

La foudre est-elle plus puissante que Dieu ?
Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l’homme et l’enfant ont une passion commune : l’électricité.
Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l’alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu’à ce qu’il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d’un sens… Et qu’il y a bien des façons de renaitre !
Addiction, fanatisme, religion, expérimentations scientifiques… un roman électrique sur ce qui se cache de l’autre côté du miroir. Hommage à Edgar Allan Poe, Nathaniel Hawthorne et Lovecraft, un King d’anthologie.

Avis

Je ne m’étalerai pas sur les qualités narratives de Stephen King, ce petit auteur n’a plus de preuves à faire dans ce domaine. Aussi m’attarderai-je sur la structure du livre qui diffère quelque peu de ce que l’auteur nous a habitué. Le récit se déroule sur 50 ans, en trois parties également échelonnées dans le temps, et fait intervenir l’électricité comme fil rouge.

Dans un premier temps, le livre s’articule autour de la vie d’une bourgade dans les années 60. Cela n’est pas sans nous rappeler 22/11/63 (voir la chronique sur ce livre). On pourrait alors penser à un nouveau livre « historique » de Stephen King, mais l’auteur profite plutôt de sa précédente écriture pour asseoir l’histoire à une époque qui lui semble chère. Puis il projette ses héros au milieu des années 80 où l’ancien prêtre devient prévaricateur. On pense alors aux bienfaits non-désintéressés du tenancier de Bazaar…. mais ce serait trop facile.

Ensuite, c’est le suspense s’installe pas à pas, et le lecteur s’interroge sur ce que peut être le dénouement : que nous réserve le maître du suspense ? Sans vous dévoiler le final de ce livre, que l’on devine assez facilement, je tenais à souligner le fait que Stephen King prend un malin plaisir à semer de petits indices deci-delà pour rendre hommage aux auteurs qui ont inspiré son œuvre globalement et plus particulièrement ce livre. A titre d’exemple, faites attention aux noms des personnages, des patients, et vous retrouverez des écrivains célèbres.

Au final, un Stephen King qui se lit tranquillement, sans réelle surprise, et qui est plus un hommage aux classiques de la littérature d’horreur qu’un livre à suspense qui a fait le succès de cet auteur dans les années 70.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 448 pages
    • Editeur : ALBIN MICHEL (30 septembre 2015)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226319301
    • ISBN-13: 978-2226319302
    • Prix : 21,90€
  • eBook
    • Editeur : ALBIN MICHEL (30 septembre 2015)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226319302
    • Prix : 15,99€

 

Revue de presse

« Revival [est un] livre énorme à tous les sens du terme. […] Haletant de bout en bout, Revival renoue avec ce sens de l’intrigue qui a fait la réputation du maitre du suspense« . –Le Parisien

« On est littéralement sonné par la fin, une des meilleures de King. » Publishers Weekly

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 

 
1 commentaire

Publié par le 2016/03/08 dans Horreur

 

Étiquettes : ,

Stephen King, la suite de « Mr Mercedes », « Carnets noirs », le 2/03/2016

Stephen King, la suite de « Mr Mercedes », « Carnets noirs », le 2/03/2016

Carnets Noirs (Finders Keepers), le second opus de la trilogie consacrée par Stephen King à son héros, Bill Hodges (après Mr. Mercedes), sortira en librairie le 2 mars prochain.

Présentation du roman :

John Rothstein, un célèbre écrivain vivant en reclus qui n’a plus publié un livre depuis plus de dix ans, est assassiné par Morris Bellamy. Bellamy s’empare d’une grosse somme d’argent et surtout d’un carnet de notes contenant un roman inédit de Rothstein. Il cache son trésor, puis est emprisonné pour un autre crime. Bellamy est libéré 35 ans plus tard mais un petit garçon nommé Pete Saubers a trouvé son trésor. Bill Hodges, Holly Gibney et Jerome Robinson vont devoir protéger le jeune garçon de la vengeance de Bellamy.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/02/07 dans Evénements, Thrillers

 

Étiquettes : , , ,

Stephen King – Tout est fatal

Stephen King – Tout est fatal

Avant de se lancer dans le gros livre de mes vacances de Noël, je vais recouvrir à un livre dont leur genre littéraire à tendance à se perdre : le roman de nouvelles.

Tant qu’à faire, autant prendre un livre d’un auteur que nous apprécions beaucoup, Stephen King , et de profiter d’un achat fait en brocante. Ce sera donc Tout est fatal que nous allons lire.

Est-ce que Tout est fatal va nous achever ou nous décevoir de ce genre littéraire ?

Résumé du livre

En octobre 1999 sortit chez Albin Michel, et depuis en format poche, un ouvrage remarquable, 999, le livre du millénaire des maîtres du fantastique, anthologie de vingt-neuf nouvelles écrites par les grands maîtres actuels du fantastique contemporain. De ce recueil où l’on ne trouvait pourtant que du bon, sinon du très bon, l’on se souvient surtout d’un texte. Une nouvelle au thème archi-classique – une histoire de tableau hanté –, mais d’une efficacité proprement redoutable. De qui était ce texte qui survolait tous ceux des meilleurs auteurs ? De King, évidemment. De King que l’on finira bien par reconnaître pour ce qu’il est si on le débarrasse des oripeaux (ou des ornements ?) obligatoires de la littérature de genre : à savoir, un formidable écrivain descripteur de la vie des gens simples, des communautés humaines, des détails anodins de la vie quotidienne américaine. Toutes proportions gardées, il y a du Balzac chez King – et si King vous décrit un vide-grenier à Ploucland ou une chambre de motel crasseux, vous êtes persuadés que King passe sa vie à faire les brocantes et à arpenter l’hôtellerie de troisième zone. Le texte en question s’intitule « Quand l’auto-virus met le cap au nord » et il est présent dans Tout est fatal, ce nouveau recueil de nouvelles entièrement écrit par l’ogre (dans le sens de boulimique d’histoires) du Maine.
C’est donc l’occasion de lire, ou relire cette nouvelle simplissime et bluffante, et de se demander pour la énième fois comment il fait pour pouvoir toujours transcender les poncifs du genre… ou des genres, car Tout est fatal joue sur diverses tonalités : fantastique, polar, dark fantasy, roman noir, horreur, suspense… Bien sûr il y a toujours ce fond horrifique propre à King, et même un inédit relié à l’univers culte de La Tour sombre.
Bref, comment fait-il, lui qui prétend avoir du mal à écrire des nouvelles ? Comment fait-il pour nous donner cette impression terrible de familiarité, gage de la plausibilité de ses histoires invraisemblables ? Ce n’est pourtant pas faute qu’il nous l’explique, au point que sa voix est devenue comme familière. Que ce soit dans ses mémoires, Écriture ou dans tout recueil entre chaque texte, il revendique clairement l’usage des thèmes rebattus ; il expose comment lui vient à chaque fois « l’idée », sinon chez qui il l’a « piquée » , allant jusqu’à évaluer lui-même son résultat, se jugeant sévèrement. Au détour de ses explications, de ses confidences (une peur de ses enfants ; la mort de sa mère ; un périple à moto ; une réflexion sous la douche), King lâche de belles choses, comme celle-ci dans l’introduction de la nouvelle éponyme (laquelle n’est pas sans rappeler une des historiettes horrifiques et courtes du Fantômes et Farfafouilles de Fredric Brown ) : « Les histoires sont des artefacts : non pas des choses créées, des choses que nous fabriquons (et dont nous revendiquons la paternité), mais des objets préexistants que nous allons dénicher. » Bref, ce serait simple. Tout existe et King n’aurait qu’à se servir, mais voilà : il a avoué un jour à un journaliste qu’il estimait être efficace parce qu’il continuait à avoir encore et toujours besoin de vérifier avant de s’endormir que ne se trouve aucun monstre sous son lit. Aussi, de fait, la proximité presque candide des rapports qu’il entretient avec le lecteur participe de son « efficacité » – si elle n’en est pas la marque de fabrique.
Inutile, donc, de passer en revue ici le « contenu » des nouvelles : vous avez déjà lu ce qui s’y trouve. Il y a rarement des idées neuves chez King. Il le dit lui-même. Revenants, autres dimensions, diable en goguette, crimes abominables, pouvoirs maléfiques, auberges hantées, etc. Sauf que King s’accapare chaque thème de façon quasi définitive. Le jeu consiste alors à se demander, une fois tout recueil de King refermé, de quelle nouvelle on se souviendra encore dans plusieurs années (l’auteur de ces lignes se souvient comme si c’était hier de « Desintox Inc » du recueil « Danse macabre » paru… en 1982 et non pas en 1989 comme indiqué dans le livre). De Tout est fatal, laquelle vous marquera ? Celle du collectionneur de graffitis (« Tout ce que vous aimez sera emporté ») ? Celle du diable et du pécheur (« L’Homme au costume noir ») ? Celle du livreur de pizzas aux pouvoirs diaboliques (« Tout est fatal »)? Celle de la chambre d’hôtel hantée (« 1408 »). Ou alors mémoriserez-vous à jamais le fameux « Un tour sur le Bolid », texte qui déchaîna les médias lorsque King prétendit le vendre sous forme d’e-livre ? À vous de lire. King a dans sa palette une frousse qui correspond à chacun. Et c’est de la bonne. —Francis Mizio

Avis

Ce livre est sorti dans la période la moins faste de Stephen King. On comprend aisément qu’il a été créé en collectant des nouvelles parues dans les années 80 et 90 ou tout simplement restées au fond d’un tiroir.

La qualité des histoires est donc inégale mais certaines valent vraiment le coup d’être lues. Ma préférée étant celle ouvrant le roman où le personnage principal est témoin de sa propose autopsie. La tension est digne d’une scène de Hitchcock, où périodiquement on approche du moment fatidique mais à chaque fois un élément externe vient perturber le passage à l’acte final.

Le gros avantage de ce genre de livre à nouvelles est d’avoir différents genres littéraires dans lequel le maître du suspense excelle : thriller, dark fantsy (on trouve par exemple un épisode de la Tour Sombre), polar.

Donc un livre à lire pour connaître toute l’œuvre de Stephen King, ou par morceaux, nouvelle après nouvelle, entre deux livres pour se faire un petit break.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 523 pages
    • Editeur : Albin Michel (5 mars 2003)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226137017
    • ISBN-13: 978-2226137012
    • Prix : 23,20€
  • Poche
    • Poche: 701 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (30 mars 2005)
    • Collection : Fantastique
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253151521
    • ISBN-13: 978-2253151524
    • Prix : 8,60€
  • eBook
    • Broché: 550 pages
    • Editeur : ALBIN MICHEL (28 janvier 2015)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • AN : 9782226216328
    • Prix : 9,99€

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/01/02 dans Fantastique, Horreur

 
 
%d blogueurs aiment cette page :