RSS

Résultat de recherche pour ‘giebel’

Karine Giebel – Terminus Elicius

Karine Giebel – Terminus Elicius

Je termine mes lectures de romans ramenés par ma femme à l’occasion de son passage au Salon du Livre de Paris avec Terminus Eliciusi de Karine Giebel, qui m’a gentiment dédicacé mon exemplaire.

Terminus Elicius a une signification particulière pour Karine Giebel puisque non seulement ce fut son premier roman, mais surtout son premier roman rimé puisqu’il a reçu le Prix Marseillais du Polar en 2005.

Alors est-ce que nous confirmons que ce terminus fut bien en fait le lancement d’un nouvel auteur ?

Résumé du livre

Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose :  » Vous êtes si belle, Jeanne.  » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre. Car l’homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars…

Extraits

Sur Calameo, vous pouvez lire les premières pages : https://fr.calameo.com/read/004245550248b145277a9

 » Ma chère Jeanne,
J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.
Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.
Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.
Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer…  »

Avis

Que ce soient les amateurs de romans policiers ou les habitués de Karine Giebel, ce roman va les déstabiliser.

Terminus Elicius n’est pas un roman policier à proprement parler. Certes il y a des meurtres, une enquête pour découvrir l’auteur de ces faits tragiques, mais ce n’est pas le point central du roman. Donc que les habitués de Karine Giebel ne s’attendent pas à une profusion de détails sanguinolents,de tensions dans l’investigation.

Non, ici, l’auteure cherche à exploiter la petite histoire parallèle à l’affaire : le criminel installe un échange épistolaire avec une policière réservée et proche de l’enquête, lui confessant ses crimes, mais la charmant par la même occasion. S’engage alors une guerre psychologique pour la policière : que faire face un homme qui lui témoigne sa confiance, son amour, mais qui en même temps enlève des vies.

Pour ce premier roman, Karine Giebel fait appel à ses connaissances : Marseille, la côte méditerranéenne, le train jusqu’à Miramas. Sans aucun problème le lecteur est rapidement projeté dans l’univers du roman, et se laisse embarquer dans cette correspondance ben loin de ses habitudes littéraires.

Mais si le tueur charme la policière; Karine Giebel n’a pas eu le même effet sur moi. Si le style et le rythme sont plutôt maîtrisés pour un premier roman ce n’est pas au niveau des derniers romans comme dans Meurtres pour rédemption. De plus, les personnages et le mobile du crime sont un peu trop caricaturaux, ce qui gâche quelque peu le plaisir de la lecture.

Si vous décidiez de le lire, je vous conseille de trouver la dernière édition qui inclut une nouvelle où les personnages croisent ceux de Terminus Elicius. Ce « crossover » est particulièrement savoureux.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché
    • Broché: 336 pages
    • Editeur : Belfond (3 novembre 2016)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2714475027
    • ISBN-13: 978-2714475022
    • Prix : 15,00€
  • Livre de poche
    • Poche: 256 pages
    • Editeur : Pocket (21 octobre 2011)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266223720
    • ISBN-13: 978-2266223720
    • Prix : 6,95€
  • Livre numérique
    • Editeur : Belfond (3 novembre 2016)
    • Langue : Français
    • EAN : 9782714475039
    • Prix : 10,99€
  • Livre audio
    • Durée : 8 heures
    • Editeur : Audible Studios (22 décembre 2016)
    • Langue : Français
    • ASIN: B01NBI1Y92
    • Prix : 12,95€

Site Internet de l’auteur

http://www.karinegiebel.fr

Récompenses

Prix Marseillais du Polar 2005

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/05/03 dans Policier

 

Étiquettes : , ,

Karine Giebel – Meurtres pour rédemption

Karine Giebel – Meurtres pour rédemption

Un slogan de mai 1968 disait « Sous les pavés, la plage« . Aujourd’hui nous pourrions employer sur ce blog en période estival « Sur la plage, les pavés« , car s’il est bien un moment dans l’année où nous pouvons nous plonger corps et âme dans un gros dépassant allégrement les 500 pages, c’est bien pendant nos vacances au bord de la mer.

Cette année, c’est Karine Giébel qui a l’honneur de venir avec nous en vacances avec son Meurtres pour rédemption qui flirte avec le millier de pages en format poche. Cette romancière française commence être habituée de blog puisque nous avons déjà pu la croiser avec Juste une ombre et Purgatoire des innocents.

Alors, est-ce que Meurtres pour rédemption mérite notre sélection ?

Histoire

Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l esprit au-delà des grilles. Grâce à l amitié et à la passion qui portent la lumière au c ur des ténèbres.
Pourtant, un jour, une porte s ouvre. Une chance de liberté.
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n aspire qu à la rédemption…

Extrait

Lundi 4 avril

Marianne ouvrit un œil pour interroger le vieux réveil estropié qui trônait sur la table en faux bois. Tout était faux ici, de toute façon.
Bientôt l’heure de la récré. Dehors, les autres en profitaient déjà. Mais pour elle, ce serait plus tard. Comme ces enfants punis par Pinstit, qui trépignent en classe pendant que leurs petits camarades s’ébattent dans la cour.
La cour… Marianne se remémora celle de son école primaire. Les grands arbres, un peu tristes, comme s’ils avaient poussé trop vite au milieu des carrés de chiendent. Et les bancs en métal vert et troué… Et les cris des gosses. Leurs rires. Leurs pleurs, parfois.
Le bonheur ? Non. L’enfer.
De toute façon, ça avait toujours été l’enfer. Partout, tout le temps.
La cour… Carré de goudron entre quatre murs coiffés de barbelés. Inhumaine, comme tout le reste. Mais un peu d’air, putain que c’est bon !
Surtout quand on a pris perpète.
Non, jamais ils ne me laisseront sortir. Peut-être quand j’aurai soixante piges et des rhumatismes jusque dans la racine des cheveux. Dans plus de quarante ans…
Une traînée de givre descendit de sa nuque jusqu’à la cambrure de ses reins, comme à chaque fois qu’elle réalisait…
Trop dangereuse, avait dit le psy. Un gros con, ce maudit toubib !
Trop violente, incapable de maîtriser sa colère ou de discerner le bien du mal. Si. Un fixe d’héroïne, c’est bien. Le manque, c’est mal.

Avis

La première remarque que je pourrais faire sur ce livre est de le conseiller en numérique, car si le format poche est moins lourd, sa lecture n’en est pas aisée… et je ne pense pas que la version grand format le soit plus. Donc épargnez vos poignées, optez pour la version numérique, même si elle coûte un peu plus cher que la version papier petit format.

Karine Giebel nous livre avec Meurtres pour rédemption un formidable livre dont il va être difficile de parler sans dévoiler son contenu et son final.J’avoue que cela fait plusieurs fois que je reprends cette critique pour ne pas « spoiler » son contenu.

Karine Giebel exploite pleinement le thème de la rédemption dans ce livre. L’auteure en profite pour malmener allégrement son héroïne, la faisant expier ses péchés, sous de nombreuses formes et dans d’horribles souffrances tant physiques (attention certains passages sont durs) que psychologiques. Rapidement l’auteure dénonce les méfaits du monde carcéral qui loin de sa vocation première de faire rentrer dans les rangs les brebis égarés en font des loups. La vie dans ce milieu n’est pas aussi manichéiste que le suggèrent les romans et les films : que ce soient les incarcérés ou leurs gardiens, tous pratiquement la lutte du pouvoir, la vengeance, le chantage, le commerce illicite et la loi du Talion. Au final on se rend compte que les vrais méchants ne sont pas forcément ceux que la Justice désigne comme tels et que le purgatoire peut se transformer en enfer.

Alors on pourrait se dire que 1000 pages sur ce thème, le roman va se traîner en longueur, en répétitions. Que nenni, même si les réflexions de la jeune héroïne reviennent plusieurs fois, ce ne sont finalement que les rares rappels au cours de ce roman. Une fois que Karine Giebel a exploité toutes les possibilités dans le milieu carcéral, à mi-livre, elle entreprend un grand virage à son histoire  qu’elle a su amener progressivement.

Bien sur pour conserver son lecteur au fil de ce roman marathon, Karine Giebel nous offre un roman à l’écriture parfaite, alternant actions et introspection de l’héroïne.

Meurtres pour rédemption est un excellent compagnon pour la plage.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 768 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (26 août 2010)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265092053
    • ISBN-13: 978-2265092051
    • Prix : 21.90€
  • Livre
    • Poche: 992 pages
    • Editeur : Pocket (8 mars 2012)
    • Collection : Noir
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266180746
    • ISBN-13: 978-2266180740
    • Prix : 9,30€
  • eBook
    • Editeur : 12-21 (mars 2011)
    • Langue : Français
    • EAN: 978-2265092921
    • Prix : 10,99€
 
1 commentaire

Publié par le 2017/08/09 dans Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Karine Giebel : Juste une ombre

Karine Giebel : Juste une ombre

Nous avions lu pour la première fois un livre de Karine Giebel, il y a quelques temps de cela déjà avec le Purgatoire des Innocents.

A l’époque nous avions reproché à l’auteure d’être tombée dans la facilité de la narration gore, des sévices qui mettaient mal à l’aise le lecteur.

Dans l’ordre chronologique des écritures de cette auteure, Juste une ombre précédait ce roman.

Est-ce que Juste une ombre va effacer l’ombre du Purgatoire des Innocents ?

Résumé du livre

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal,
Tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules ? Tu deviendras une proie.
Tu domines ? Tu deviendras une esclave.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour…
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
Juste une ombre.
Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi.
Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule.
Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.
Ou seulement dans ta tête ?
Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard…

Tu commandes ? Apprends l’obéissance.
Tu méprises ? Apprends le respect.
Tu veux vivre ? Meurs en silence…

Avis

Karine Giebel nous offre un très grand thriller psychologique. Alors que je ne suis pas adepte de ce genre de romans, je suis littéralement tombé sous le charme de la narration, de l’intrigue, de toute l’ingéniosité du harceleur pour faire tomber sa proie.

Pour ce qui est de l’intrigue, les amateurs d’énigmes policières trouveront l’identité du harceleur assez facilement. Cependant je les rassure car l’intérêt du livre et son suspense du livre ne tournent pas autour de ce point mais bien plus sur la montée du plan machiavélique. Nous sommes les témoins d’un jeu du chat et de la souris particulièrement pernicieux où nous suivons la dégradation mentale de la victime, ses interrogations, sa lutte désespérée.

Et contrairement au  Purgatoire des Innocents point de descriptions gores, de sévices minutieusement détaillés, l’auteure sait faire vibrer son lecteur d’une autre façon beaucoup plus intelligente.

Je ne m’éterniserai pas sur les qualités d’écriture de Karine Giebel qui sont toujours aussi impeccables pour ce genre de romans : précis, direct, où les actions et petits rebondissements arrivent régulièrement pour tenir le lecteur en haleine.

Un roman qui vous teindra aux tripes !

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre Broché
    • Broché: 512 pages
    • Editeur : Fleuve éditions (8 mars 2012)
    • Collection : Thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2265096490
    • ISBN-13: 978-2265096493
    • Prix : 20,00€
  • Livre Poche
    • Poche: 608 pages
    • Editeur : Pocket (7 mai 2013)
    • Collection : Pocket thriller
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2266238574
    • ISBN-13: 978-2266238571
    • Prix : 8,00€
  • eBook
    • Editeur : 12-21 (8 mars 2012)
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2265096561
    • Prix : 9,99€

Prix – Récompenses

  • Polar francophone 2012
  • Prix Marseillais du Polar 2012

Site Internet de l’auteure

https://fr-fr.facebook.com/Karine.Giebel/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/10/10 dans Policier, Thrillers

 

Étiquettes : ,

Karine Giebel – Purgatoire des innocents

karine giebel - purgatoire des innocentsKarine Giebel est une auteure de thrillers que j’ai découvert sur les réseaux pirates de livres numériques. Je voyais nombreux de ses livres s’échanger, et toujours avec de grands remerciements envers l’émetteur du fichier.

A force, je me suis dit qu’il fallait qu’un jour je découvre cette écrivaine pour voir si réellement cette française avait autant de talents que ce qui se disait sur ces réseaux.

Et comme par hasard, ma bibliothèque d’entreprise vient d’acquérir son dernier roman Purgatoire des innocents, alors ni une ni deux, je me rue dessus.

Prenons-nous pour Saint Pierre et portons notre jugement sur ce Purgatoire des innocents ?

Résumé du livre

Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux.
Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux.
Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang.
Deux morts et un blessé grave.
Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre ou Will pourra reprendre des forces.

Je m’appelle Sandra.
Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.
Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là…

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.
Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.
Et son sourire est le plus abominable qui soit…

———————————

Karine Giébel est née en 1971 dans le Var, ou elle vit toujours. Son premier roman, Terminus Elicius (Editions la Vie du rail, 2004) reçoit le Prix Marseillais du Polar en 2005. Suivront Meurtres pour rédemption (Editions la Vie du rail, 2006, et réédité au Fleuve Noir en 2010) qui a été sélectionné pour le Prix Polar Cognac, Les Morsures de l’ombre (Editions Fleuve Noir, 2007) tour à tour lauréat du prix Intramuros, du prix SNCF 2009 et du prix Entre les murs, Chiens de sang (Editions Fleuve Noir, 2008) et Jusqu’à ce que la mortnous unisse (Fleuve Noir, 2009), Lauréat du Prix des Lecteurs au Festival Polar de Cognac. Juste une ombre est son dernier roman paru au Fleuve Noir en mars 2012, il a reçu le Prix Marseillais du Polar et le Prix Polar de Cognac

Extraits

15 h 00 – Paris, place Vendôme.

– Collier en platine, incrusté d’un diamant blanc en poire de huit carats, de deux diamants jaunes de sept et cinq carats et de deux diamants roses de deux carats chacun.
Il a psalmodié avec élégance et distinction. Presque à voix basse, tellement c’est indécent.
Il scrute désormais le visage de la jeune femme, sûr de son effet. Elle a des yeux étonnants, qui le mettent légèrement mal à l’aise. Le gauche est bleu, irisé d’un soupçon de vert. Le droit est marron foncé. Deux bijoux sertis dans un visage délicat à la peau mate. D’ailleurs, elle n’est pas maquillée. Ses yeux n’ont vraiment besoin d’aucun artifice.
Ce collier lui irait à merveille. Toutes les femmes ne sont pas faites pour porter trois millions d’euros autour du cou.
Elle, si.
Maintien de reine, élégance naturelle. Pourtant, elle ne doit pas nager dans le luxe depuis très longtemps. Ça aussi, le bijoutier le sent. Ayant l’habitude de voir défiler les clientes richissimes au milieu de ses vitrines, il distingue bien vite celles qui sont nées dans l’opulence de celles qui viennent d’y accéder.
Cette femme a quelque chose de rebelle dans l’attitude comme dans le regard. Quelque chose de dangereux, de sauvage. D’animal.
Le quadragénaire qui l’accompagne ne correspond pas non plus au portrait type du milliardaire. Malgré son costume Armani, l’Audemars Piguet qui orne son poignet, il ressemble à un voyou. Une vieille cicatrice barrant sa joue droite lui confère un air de truand. Il n’a pas dû tendre la gauche, c’est évident. Encore un nouveau riche… ou un mafieux. Qui lève les yeux vers le vendeur ; regard froid et direct.
– Il est magnifique, dit-il.
– Magnifique en effet, confirme le bijoutier.
Un troisième client entre dans la bijouterie, jeune homme élégant que l’assistante prend instantanément en charge. Le bijoutier l’observe à la dérobée puis se focalise à nouveau sur ses acheteurs potentiels. S’il vend ce collier aujourd’hui, cette pièce exceptionnelle…
La femme aux yeux vairons ne dit rien. Elle contemple le bijou, parfaitement immobile. Puis elle regarde son mari – ou son amant – et un sourire la transfigure.
– Je le veux, dit-elle.
– Il est à toi… Tout ce qui se trouve ici est à toi, ajoute l’homme. N’est-ce pas monsieur ?
Les lèvres du bijoutier se crispent, sa gorge devient curieusement sèche.
– N’est-ce pas ? répète le client.
– Monsieur est généreux, hasarde le bijoutier. Ou éperdument amoureux !
– Ni l’un ni l’autre, répond l’homme en écartant le pan de sa veste.

Avis

Je ne connaissais pas Karine Giebel, mais je peux vous dire qu’à la lecture de ce livre vous recevez une bonne claque, voire plusieurs, dont vous n’êtes pas prêt d’oublier.

La première claque vient des multiples rebondissements, retournements de situation et autres surprises que l’auteure distille tout au long de son récit. Il faut dire que Karine Giebel sait dès les premières pages vous faire plonger dans l’histoire, vous faire partager les sentiments de ces personnages. Vous vous immergez dans le récit, et au final vous vous faites mener par le bout du nez par l’auteure, vous ne voyez pas le coup venir, vous venez de vous faire avoir.

L’autre claque, c’est la noirceur du roman, car plus que d’un thriller ce roman est un véritable roman noir. L’auteur attache un malin plaisir à détailler, rappeler, répéter les actes de violence et de torture. Alors certes, les propos sont en adéquation avec la situation (là j’avoue que j’ai un peu de mal à faire la critique sans vous dévoiler une partie du roman et l’un des revirements de situation sus-mentionnés), mais la lecture devient difficile, insoutenable. Pour la peine, j’ai un sentiment mitigé entre le travail littéraire de réalisme et la volonté de l’auteure à chercher chez le lecteur un certain malaise afin qu’il partage en partie l’aventure avec les personnages.
Cependant il ne faudrait pas que cela soit une facilité à laquelle recourrait l’auteure pour chacun de ses livres (et comme c’est le premier que je lis d’elle, elle bénéficiera du doute) : c’est ce qui avait été reproché à Franck Thilliez par ses fans, et depuis il a revu sa ligne « éditoriale ».

Donc, au final, une belle découverte d’une auteure française dont je lirai certainement d’autres de ses romans noirs… mais je vais attendre un peu pour me remettre de l’expérience littéraire que je viens de vivre.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché: 592 pages
  • Editeur : FLEUVE NOIR (7 mai 2013)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265097845
  • ISBN-13: 978-2265097841
  • Prix : 20,00€

Site Internet de l’auteur

http://www.karinegiebel.fr

Revues de presse

« Le soleil du Var a-t-il grillé tout sentiment de compassion chez Karine Giebel ? Question raisonnable tant l’auteure prend plaisir à faire de nous les otages d’un cauchemar où l’on ressent chaque torture physique et mentale infligée aux malheureux héros…Giebel cherche, et trouve, l’efficacité maximale. Difficile pour le lecteur d’échapper à son emprise au coeur d’un huis-clos horrifique où l’enfer, c’est vraiment les autres« . François Lestavel – Paris-Match, juin 2013.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/03/17 dans Thrillers

 

Étiquettes : , ,

Dean R. Koontz – Spectres

Dean R. Koontz – Spectres

Deanna Dwyer, K. R. Dwyer, Aaron Wolfe, David Axton, Brian Coffey, John Hill, Leigh Nichols, Owen West, Richard Paige et Anthony North sont des noms d’emprunt de Dean R. Koontz. Si cet auteur a du recourir à tant de noms d’emprunt c’était pour lui permettre d’écrire des romans de styles différents.

Aujourd’hui c’est l’auteur de livres fantastiques, de romans d’épouvante que je désire réhabiliter sur ce blog. Car avec plus de 204 romans, ce fut à un moment un des romanciers les plus prolifiques de sa génération, mais qui n’a jamais connu le succès de son principal concurrent Stephen King.

Ayant découvert dans un vide-grenier Spectres, j’ai sauté sur l’occasion pour combler ce manque sur mon blog.

Alors fantôme de roman d’épouvante ou vraie spectre fantastique ?

Résumé du livre

Dès leur arrivée à Snowfield, petite ville sans histoire nichée dans les montagnes, Jenny et sa jeune soeur Lisa avaient ressenti une impression de calme étrange, surnaturel. Il y régnait un silence total, un silence de mort. Jenny s’était d’abord refusé à le reconnaître. C’était pour cela qu’elle n’avait pas appelé dans les rues désertes. De peur que personne ne lui réponde.

Mais, maintenant, si elle ne criait pas, c’était parce qu’elle avait peur d’être entendue par la chose tapie dans l’obscurité…

Ndlr. Le roman a été adapté en 1998 au cinéma par Joe Chapelle, Phantoms (le titre original du livre), avec Peter O’Toole et Ben Affleck.

Avis

Spectres est le roman symbolique des romans d’épouvante : des personnages se retrouvent confronter à des éléments fantastiques ou paranormaux, luttent contre elle et finissent parfois à la vaincre avant que cette créature les anéantisse tous. Spectres commence bien puisque les deux héroïnes arrivent dans leur village où tout le monde est mort pour une raison inexpliquée, les premiers secours succombent les uns après les autres, et les mésaventures s’enchaînent.

Sur certains points, le roman a quelque peu vieilli au point de se demander si le roman d’épouvante des années 80-90 peut être encore considéré comme tel. Car depuis, les romans, même policiers, ont vu leur violence augmenter, les éléments sanglants contés avec force détail. Ainsi le Purgatoire des innocents de Karine Giebel est beaucoup plus stressant, sanglant que ce roman d’épouvante.

Enfin, on s’amuse de la description de l’ordinateur haute performance de l’équipe scientifique. On parle de deux processeurs Intel de 690 000 transistors tenant dans deux petites valises; quand on sait que les derniers processeurs du même producteur tenant dans quelques cm3 comportent près de 2 milliards de transistors.

Le style de Dean R. Koontz est plutôt efficace, assez fluide, avec quelques éléments montrant l’émergence de la technique du page-turn. On peut reprocher quelques répétitions qui pourraient être largement éviter.

Au final, un bon roman d’épouvante du siècle dernier mais qui pêche pas son manque d’originalité.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Poche: 480 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (25 novembre 2004)
  • Collection : Thriller Fnatastique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265078751
  • ISBN-13: 978-2265078758
  • Prix : 8,36€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/06/17 dans Fantastique, Horreur

 

Étiquettes : ,

Retour du Salon du Livre de Paris

Retour du Salon du Livre de Paris

Petits cadeaux de ma femme après son passage au Salon du Livre de Paris.

Merci à Olivier Bal pour m’avoir dédicacé son premier roman Les limbes, et Karine Giebel pour Terminus Elicius.

A bientôt pour une critique des ces livre sur ce blog.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/03/16 dans Evénements

 

Étiquettes : , , , , , ,

Découvertes

Découvertes

Découvertes Mars 2018

  • Serge Lehman – L’homme gribouillé
  • Anthony Yvo Combrexelle – Presque Minuit
  • Nicolas Texier – Opération Sabines – Tome 1 – Monts et merveilles
  • Chris Colfer – Le pays des contes – Tomes 1 à 5

Des découvertes de dernière minute pour Noël 2017

  • Shari Lapena – Le couple d’à côté
  • Ian McDonald – Le fleuve des dieux
  • Laurent Loison – Cyanure (*)
  • Stephen King – Owen King – Sleeping Beauties (*)
  • Pullman Philip – La Trilogie de la Poussière, Tome 1 (*)

Découvertes novembre 2017 – Policiers, Polars et Thrillers

  • Caryl Ferey – Norilsk
  • Tony Cossu – A chacun sa loi
  • Fabrice Barbeau – Itinéraire d’une mort annoncée
  • Luca d’Andrea – L’essence du mal
  • P. D. James – A en perdre sommeil – 6 histoires assassines

Découvertes novembre 2017 – Cuisine

  • Yann Couvreur – La pâtisserie
  • Cédric Grolet – Fruits
  • Alba Pezone – Cucina

Découvertes mai 2017

  • Duane Swierczynsk – Canari (*)
  • Matt Suddain – Théâtre des dieux
  • A. A. Attanasio – Radix
  • Dmitry Glukhovsky – Métro 2033 , Métro 2034, Métro 2035
  • Sébastien Bohler – L’homme qui haïssait le bien

Découvertes mars 2017

Découvertes décembre 2016

  • Michael Kenna – Images du septième jour, 1974-2009
  • Jean-Pierre Montanay – Poulpe
  • Serge Ramelli – Paris
  • Andry Kokotukha – Zone d’anomalie
  • Megan Miranda – Évanouies

Notre sélection de livres pour Noël 2016

  • Laurent Loison – Charade
  • René Manzor – Dans les brumes du mal
  • Stephan Adrian , Alisa Kotmair – Les plus beaux voyages en train : L’art du voyage
  • Philippe Potevin – Regards vagabonds, Roaming views, Paris
  • Nicolas Bernardé – Invitation d’un pâtissier voyageur
  • Christophe Felder – Gâteaux
  • Edward Burtynsky – Eléments essentiels

Découvertes octobre 2016

Découvertes Mai 2016

  • Kevin Sands – Le mystère Blackthorn
  • Lorraine Heymes – Le conteur Tome 1 – L’enfant qui n’aimait pas rêver
  • Russel Wangersky – Les courses
  • L.L. Koetzer – Anamnèse de Lady Star
  • Nancy Kress – Le nexus du Docteur Erdmann

Découvertes Mars 2016

  • J.J.Connolly – Viva la madness
  • Sébastien Raizer – Sagittarius (L’alignement des équinoxes II)
  • Carrie Rayan – La carte des mille mondes
  • Patrick Sénécal – Le vide

Découvertes Novembre 2015

  • Stéphane de Groodt – Le livre de la jongle
  • Ann Leckie – La justice de l’ancillaire (Les chroniques de Radch, Tome 1)
  • Guy Haley – Les chroniques de la science-fiction
  • Sandrone Dazieri – Tu tueras le père
  • Miquel Bulnes – Le sang de nos veines
  • Dennis Lehanne – Le monde disparu
  • Boualem Sansal – 2084 : La fin du monde

Découvertes Novembre 2015 – Spécial Enfants

  • Françoize Boucher – Le livre qui explique tout sur tes parents
  • Charles Guilman – Le collège Lovecraft : Tome 1, Professeur Gargouille
  • Evelyne Brisou-Pellen – Le Manoir, Tome 1, Liam et la carte d’éternité
  • Bernard Villiot – Souffleur de rêves

Découvertes Mai 2015

Découvertes Avril 2015

Découvertes janvier 2015

Découvertes décembre 2014

  • Gilles Laurendon – Recettes et secrets des monastère
  • Peter May – La trilogie écossaise
  • Eric Kayser – L’atelier gourmand
  • Patrick Seth – Treize

Découvertes octobre 2014

Découvertes Mai 2014

Découvertes de Mars 2014

Découvertes Janvier 2014

  • Christine Manfield – Saveurs indiennes – Un voyage initiatique et gourmand
  • David-James Kennedy – Ressacs
  • Emmanuel Grand – Terminus Beltz
  • Gustavo Malajovich – Le jardin de bronze

Découvertes décembre 2013

  • Zygmunt Miloszewski – Les impliqués
  • William Johnson – Histoire de la photographie

Découvertes Octobre 2013

  • Benoît Sokal – Canardo 22 – Le vieux canard et la mer
  • Laura Zavan – Venise : Les recettes culte
  • Marcello Simoni – Le marchand de livres maudits
  • Tom Clancy – Cybermenace
  • Donato Carrisi – L’écorchée

Découvertes Septembre 2013 (3) : 100% english

  • Toby Barlow – Baba Yaga
  • Robert Galbraith (alias J.K. Rowling) – The cuckoo’s calling
  • Joe Nesbo – Police

Découvertes Septembre 2013 (2) : 100% polar

Découvertes Juin 2013

Découvertes Mai 2013

Découvertes Avril 2013

  • Lars Kepler – Incurables
  • Jo Nesbo – Fantôme

Découvertes Février 2013

Découvertes – Janvier 2013

Découvertes – Septembre 2012

Découvertes Septembre 2012 – 2nde partie

  • Steve Berry – Le Code Jefferson
  • Collectif – Modernist Cuisine
  • Frères Troisgros – La Colline Du Colombier

Découvertes – Septembre 2012

Découvertes & achats de Juin 2012

Découvertes de Mars 2012

  • Piège numérique de Christian Olivaux
  • Le prix à payer de Lotte Hammer
  • Voile rouge de Patricia Cornwell
  • Le bras du diable de Julie Waeckerti
  • La saga La roue du temps de Robert Jordan

Découvertes de février 2012

  • Piège boréal de David Moitet
  • Le diable sur les épaules de Christian Carayon
  • Europa blues d’Arne Dahl
  • Les fleurs de l’ombre de Steve Mosby
  • Le mystère de la chambre 51 de Martha Grimes
  • Féerie pour les ténèbres de Jérôme Noirez (2 tomes)
  • Le onzième pion de Heinrich Steinfest

Découvertes décembre 2011

 

Bonne année 2018

Bonne année 2018

Bonjour à tous,

Avec un peu d’avance, je vous adresse mes meilleurs vœux pour la nouvelle année 2018.

Cette année a été fastueuse sur ce blog puisque ce sont 69 livres qui ont été lus (manquent les chroniques sur 13 à table et Dons deux livres caritatifs que je vous engage à acheter) pour un total de 25192 pages.

Voici le détail :

Auteur(s) Titre Pages Date
Voltenauer, Marc Le dragon du Murevan 520 02/01/2017
Flynn, Gillian Nous allons mourir ce soir 72 15/01/2017
Pennac, Daniel Malaussène, T1 320 26/01/2017
Ruchamore, Robert Cherub, T1 302 02/02/2017
Bosco, Jacques-Olivier Brutale 416 13/02/2017
Gazotti Seuls, T1 – T10 480 21/02/2017
Favan, Claire Dompteur d’anges 432 27/02/2017
Legardinier, Gilles Premier mirale 544 28/02/2017
DeWitt, Patrick Heurs et malheurs du sous-majordome Minor 320 05/03/2017
Kepler, Lars L’hypnotiseur 592 09/03/2017
Davodeau, Etienne les ignorants 272 16/03/2017
Bass, Guy Stitch Head 190 20/03/2017
Slavnikova, Olga La tête légère 472 29/03/2017
Hayes, Terry Je suis Pilgrim 600 09/04/2017
Minier, Bernard Nuit 525 10/04/2017
Grebe, Camilla Un cri sous la glace 448 12/04/2017
Minier, Bernard Une putain d’histoire 524 20/04/2017
King, Stephen Fin de ronde 423 22/04/2017
Fitzek, Sebastian Mémoire cachée 400 24/04/2017
Mitchell, Magie Les élues 448 05/05/2017
Cole, Daniel Ragdoll 464 11/05/2017
Keyes, Daniel Des fleurs pour Alageron 443 18/05/2017
Thilliez, Franck Sharko 576 21/05/2017
Sakey, Markus Les brillants, T3 384 05/06/2017
Sawyer, Jamie Lazarre en guerre, T1 430 08/06/2017
Dumont, Philippe La loi des pyramides, T3 390 19/06/2017
Giacometti & Ravenne le rituel de l’ombre 396 20/06/2017
Bablet, Matthieu Shangri-La 222 22/06/2017
Herny, Léo La panse 304 23/06/2017
Saussey, Jacques Ne prononcez pas leurs noms 496 04/07/2017
Adler-Olsen, Jussi Selfies 650 10/07/2017
King, Stephen La tour sombre, T1 254 01/08/2017
Thilliez, Franck La chambre des morts 320 01/08/2017
Cédric, Sire Avec tes yeux 560 06/08/2017
Giebel, Karine Meurtres pour rédemption 768 09/08/2017
Peers, Bobbie Casseurs de code 256 13/08/2017
Voltenauer, Marc Qui a tué Heidi 448 27/08/2017
Camut & Hug Islanova 784 28/08/2017
Turoche-Domery, Sarah I invade you 261 29/08/2017
Sénécal, Patrick Le vide 736 04/09/2017
Cronin, Justin Le passage T3 816 05/09/2017
Long, Guillaume A boire et à manger, T3 160 19/09/2017
Saussey, Jacques La pieuvre 496 24/09/2017
13 à tables 336 01/10/2017
Dons 174 01/10/2017
Larsson, Asa Le sang versé 471 01/10/2017
Dellilo, Don Zero K 297 05/10/2017
Norek, Olivier Entre deux mondes 413 14/10/2017
Werber, Bernard Le mirroir de Cassandre 631 19/10/2017
Astérix 37 50 31/10/2017
Bauwen, Patrick Le jour du chien 428 02/11/2017
Walker, Andrea J. The End Of The World Running Club 500 05/11/2017
Pelletier, Jean-Jacques De la bouche des morts 270 10/11/2017
Van Cauwelaert, Didier Jules 288 16/11/2017
Astier, Ingrid Haute voltige 608 10/12/2017
Loevenbruck, Henri L’apothicaire 603 21/12/2017
Grangé, Jean-Christophe Congo requiem 736 31/12/2017
Musso, Guillaume La fille de Brooklyn 473 31/12/2017
 
Poster un commentaire

Publié par le 2017/12/31 dans Evénements

 

Étiquettes : ,

PAL

L’acronyme PAL désigne la Pile A Lire, donc tous les livres que nous achetons et qui sont en attente d’être lus.

Voici donc ma PAL, pour vous avertir des chroniques qui paraîtront un jour et également pour me souvenir des livres papier que j’ai achetés.

  1. Adeltsein, Jake – Tokyo vice
  2. Aspe, Pieter – De sang royal
  3. Bloody Birthday
  4. Butcher, Jim -La furie de l’Academ (2)
  5. Butcher, Jim – Les furies de Calderon (1)
  6. Camut, Jérôme & Hug, Nathalie – 3 fois plus loin
  7. Camut, Jérôme & Hug, Nathalie – Instinct
  8. Camut, Jérôme & Hug, Nathalie – Les éveillés
  9. Camut, Jérôme & Hug, Nathalie – Stigmate
  10. Clapton – Eric – Clapton by
  11. D’estienne, Nicolas – L’enfant du premier matin
  12. Dantec, Maurice G. – Satellite sisters
  13. Dazieri, Sandrone – Tu tueras l’ange
  14. Desjours, Ingrid – La prunelle de ses yeux
  15. Delaney, Franck – Les enfants de la nuit
  16. Dikcer, Koël – Le livre des Baltimore
  17. Drvenkar, Zoran – Toi
  18. Ellroy, James – American death trip
  19. Ellroy, James – Le dahlia noir
  20. Ellroy, James – Lune sanglante
  21. Expert, Jacques – Adieu
  22. Gazzola, Alessia – Un secret n’est jamais bien gardé
  23. Giebel, Karine – De force
  24. Giebel, Karine – Jusqu’à ce que la mort nous unisse
  25. Giebel, Karine – Satan était un ange
  26. Graham, Patrick – Des fauves et des hommes
  27. Hammer, Lotte & Soren – Morte la bête
  28. Hawkins, Paula- Au fond de l’eau
  29. Hayder, Mo – Viscères
  30. Hoffman, Cara – So much pretty
  31. Holdstock, Robert – La forêt des mythagos
  32. Indridason, Arnaldur – Les enquêtes d’Erlendur, Tome 1
  33. James, Peter – Dead simple
  34. Joffo, Joseph – Un sac de billes
  35. Johnson, Craig – Little bird
  36. King, Stephen – La tour noire Tome 2
  37. King, Stephen – La tour noire Tome 3
  38. King, Stephen – La tour noire Tome 4
  39. King, Stephen – La tour noire Tome 5
  40. King, Stephen – La tour noire Tome 6
  41. King, Stephen – La tour noire Tome 7
  42. King, Stephen – Nuit noire, étoiles mortes
  43. King, Stephen – Running man
  44. Lehanne, Dennis – Mystic river
  45. Lehanne, Dennis – Ténèbres, prenez-moi la main
  46. Lemaitre, Pierre – Cadres noirs
  47. Lemaitre, Pierre – Rosy & John
  48. Lemaitre, Pierre – Sacrifices
  49. Leon, Donna – Intégrale Brunetti, Tome 1
  50. Leon, Donna – L’affaire Paola
  51. Loevenbruck, Henri – Nous rêvions juste de liberté
  52. Miloszewski, Zygmunt – La rage
  53. Murakami – Miso soup
  54. Musso, Valentin – La ronde des innocents
  55. Rambaud, Patrick – Le chat botté
  56. Read, Cornelia – L’école des dingues
  57. Reynolds, Alastair – L’arche de la rédemption
  58. Reynolds, Alastair – L’espace de la révélation
  59. Reynolds, Alastair – La cité du gouffre
  60. Rondeau, Daniel – Mécaniques du chaos
  61. Rotella, Sebastien – Triple Crossing
  62. Rufin, Jean-Christophe – Le tour du monde du roi Zibeline
  63. Saviono, Roberto – Gomorra
  64. Sawyer, Jamie – L’artefact
  65. Sénécal, Franck – Les deux amis
  66. Seznec, Denis – Nous les Seznec
  67. Slaughter, Karin – Mauvaise Passe
  68. Sevens, Shane – L’heure des loups
  69. Straka, V, M – Le bateau de Thésée
  70. Straub, Peter – Messe noir
  71. Sund, Erik Axl – Les corps de verre
  72. Swerczynski, Duane – Canari
  73. Tartt, Donna – Le chardonneret
  74. Thiéry, Danielle -Des clous dans le cœur
  75. Thiéry, Danielle – Le festin des anges
  76. Thilliez, Franck – Deuils de miel
  77. Thilliez, Franck – La brigade des cauchemars
  78. Thilliez, Franck – La mémoire fantôme
  79. Thilliez, Franck – Vertige
  80. Van Arman, Derek – Il
  81. Vardas, Fred – Temps glaciaires
  82. Wilson, Robert Charles – Julian
  83. Winckler, Martin – Petit éloge des séries télé

… et ma petite centaine de Poulpes qui ne demandent qu’à être dévorés !

 

Résultats de mon passage au vide grenier Toutocoto

Comme chaque année en cette période, la vide de Saint-Cloud organise un vide grenier dans le quartier des Coteaux : le Toutocoto..

Contrairement à ce que l’on peut penser, même si le niveau de vie dans cette ville est relativement aisé, on peut y faire de bonnes affaires au mieux de ces centaines d’exposants.

Après un « petit » tour de près de 2 heures et de multiples hésitations pour ne pas revenir avec un charriot de livres, voici le résultat de ma chasse.

Devinez le prix que j’ai payé pour l’ensemble !

Toutocoto

Comme vous pouvez le voir la chasse a plutôt été bonne puisque j’ai dégoté :

Ah oui !

Le résultat de la devinette : 3,40€ seulement le tout.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/04/02 dans Evénements

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :