RSS

Dean R. Koontz – Spectres

17 Juin
Dean R. Koontz – Spectres

Deanna Dwyer, K. R. Dwyer, Aaron Wolfe, David Axton, Brian Coffey, John Hill, Leigh Nichols, Owen West, Richard Paige et Anthony North sont des noms d’emprunt de Dean R. Koontz. Si cet auteur a du recourir à tant de noms d’emprunt c’était pour lui permettre d’écrire des romans de styles différents.

Aujourd’hui c’est l’auteur de livres fantastiques, de romans d’épouvante que je désire réhabiliter sur ce blog. Car avec plus de 204 romans, ce fut à un moment un des romanciers les plus prolifiques de sa génération, mais qui n’a jamais connu le succès de son principal concurrent Stephen King.

Ayant découvert dans un vide-grenier Spectres, j’ai sauté sur l’occasion pour combler ce manque sur mon blog.

Alors fantôme de roman d’épouvante ou vraie spectre fantastique ?

Résumé du livre

Dès leur arrivée à Snowfield, petite ville sans histoire nichée dans les montagnes, Jenny et sa jeune soeur Lisa avaient ressenti une impression de calme étrange, surnaturel. Il y régnait un silence total, un silence de mort. Jenny s’était d’abord refusé à le reconnaître. C’était pour cela qu’elle n’avait pas appelé dans les rues désertes. De peur que personne ne lui réponde.

Mais, maintenant, si elle ne criait pas, c’était parce qu’elle avait peur d’être entendue par la chose tapie dans l’obscurité…

Ndlr. Le roman a été adapté en 1998 au cinéma par Joe Chapelle, Phantoms (le titre original du livre), avec Peter O’Toole et Ben Affleck.

Avis

Spectres est le roman symbolique des romans d’épouvante : des personnages se retrouvent confronter à des éléments fantastiques ou paranormaux, luttent contre elle et finissent parfois à la vaincre avant que cette créature les anéantisse tous. Spectres commence bien puisque les deux héroïnes arrivent dans leur village où tout le monde est mort pour une raison inexpliquée, les premiers secours succombent les uns après les autres, et les mésaventures s’enchaînent.

Sur certains points, le roman a quelque peu vieilli au point de se demander si le roman d’épouvante des années 80-90 peut être encore considéré comme tel. Car depuis, les romans, même policiers, ont vu leur violence augmenter, les éléments sanglants contés avec force détail. Ainsi le Purgatoire des innocents de Karine Giebel est beaucoup plus stressant, sanglant que ce roman d’épouvante.

Enfin, on s’amuse de la description de l’ordinateur haute performance de l’équipe scientifique. On parle de deux processeurs Intel de 690 000 transistors tenant dans deux petites valises; quand on sait que les derniers processeurs du même producteur tenant dans quelques cm3 comportent près de 2 milliards de transistors.

Le style de Dean R. Koontz est plutôt efficace, assez fluide, avec quelques éléments montrant l’émergence de la technique du page-turn. On peut reprocher quelques répétitions qui pourraient être largement éviter.

Au final, un bon roman d’épouvante du siècle dernier mais qui pêche pas son manque d’originalité.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Poche: 480 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (25 novembre 2004)
  • Collection : Thriller Fnatastique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265078751
  • ISBN-13: 978-2265078758
  • Prix : 8,36€
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2018/06/17 dans Fantastique, Horreur

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :