Stephen King & Owen King – Sleeping Beauties

A 71 ans, Stephen King ne cesse de nous surprendre. Après une incursion dans le monde de l’uchronie avec 11/22/63, puis d’une style policier avec la série de Mr Mercedes, il revient cette fois-ci avec un livre écrit avec l’un de ces fils Owen : Sleeping Beauties.

Car il faut le savoir, à part sa fille, tout le monde écrit dans la famille King : la femme (Tabitha), les fils (Joe Hill et owen King). On se croirait dans la famille Highsmith.

Alors allons-nous être charmé par ce quatre mains ?

 

Résumé du livre

Un phénomène inexplicable s’empare des femmes à travers la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies vengeresses.
Bientôt, presque toutes les femmes sont touchées par la fièvre Aurora et le monde est livré à la violence des hommes.
À Dooling, petite ville des Appalaches, une seule femme semble immunisée contre cette maladie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, la mystérieuse Evie échappera-t-elle à la fureur des hommes dans un monde qui les prive soudainement de femmes ?

Avis

Il y a des bons Stephen King, et il y a les autres. Je classerais Sleeping Beauties dans cette seconde catégorie.

Un simple indicateur pour cela : 3 semaines le lire. Autant dire que pour un aficionado du maître de l’horreur, c’est long, très long. A titre de comparaison, juste après, j’ai lu Coupable de Jacques-Olivier Bosco (400 pages) en moins de 48 heures. Je vous laisse comparer les ratios et en tirer.

Alors pourquoi autant de temps ?

Il faut bien le reconnaître le lire est imposant en soit avec ses  832 pages densément remplies avec une petite police sans usage du double interlignage comme on peut le voir chez certaines auteurs pour faire du volume avec une histoire épaisse comme une feuille à cigarette (e;g. Amélie Nothomb). Mais ce n’est pas la seule explication à ce marathon de lecture.

Stephen King nous a habitué à de grandes sagas avec moultes personnages (Le fléau, Le dôme), mais dans le cas de Sleeping Beauties on a du mal à sympathiser avec les personnages, de se projeter dans l’histoire, leurs affaires, leurs problèmes; ils ne sont pas assez approfondis voire caricaturaux. De ce fait le roman a du mal à décoller et on s’oriente en première partie sur une vitesse de croisière plan-plan. Même quand les femmes s’endorment et se couvrent d’un cocon, la magie n’opère pas. Confronté à cet événement défiant toute logique scientifique, le monde devrait être complètement chamboulé, devenir fou (comme dans Cellular), ici à part quelques mouvements éparses, le monde semble l’accepter de fait. Il faudra attendre les deux tiers du livre pour que les personnages décident de passer à l’action et par la même à donner un second souffle au roman.

Certains verront dans ce livre un élément rare à Stephen King, un roman engagé où l’auteur prenne la défense du droit des femmes, affirme clairement son opposition à Donald Trump, le consumérisme exacerbé et l’individualisme de la société généralisée.

Enfin, pour un quatre mains, il n’est pas évident de voir les parties écrites par Stephen et celles par Owen. Il semblerait qu’il se soit échangé les parties du roman, repris et complété chacun les parties de l’autre. Il y a bien quelques passages où ne retrouvant pas le style imagé de Stephen King, on devine qu’elle a été écrite par son fils.

S’il y a bien un point positif à ce roman est sa couverture que je trouve particulièrement réussie.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 832 pages
    • Editeur : Albin Michel (7 mars 2018)
    • Collection : A.M.THRIL.POLAR
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226400222
    • ISBN-13: 978-2226400222
    • Prix : 25,90€
  • eBook
    • Editeur : Albin Michel (7 mars 2018)
    • Collection : A.M.THRIL.POLAR
    • Langue : Français
    • EAN : 978-2226429476
    • Prix : 17,99€

Revues de presse

Interview d’Owen sur l’origine et la création de ce livre. Le Parisien.

 » La puissance de Stephen King, l’ironie et l’humour vivifiant de son fils« , Cécile Mury, Télérama (TTT)

« Les deux auteurs ont si bien combiné leurs idées et leur style que, une fois le roman terminé, ni l’un ni l’autre ne parviennent à reconnaître les segments qu’ils ont chacun écrits.« , le Devoir

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.