RSS

Archives Mensuelles: janvier 2016

Stephen King – Tout est fatal

Stephen King – Tout est fatal

Avant de se lancer dans le gros livre de mes vacances de Noël, je vais recouvrir à un livre dont leur genre littéraire à tendance à se perdre : le roman de nouvelles.

Tant qu’à faire, autant prendre un livre d’un auteur que nous apprécions beaucoup, Stephen King , et de profiter d’un achat fait en brocante. Ce sera donc Tout est fatal que nous allons lire.

Est-ce que Tout est fatal va nous achever ou nous décevoir de ce genre littéraire ?

Résumé du livre

En octobre 1999 sortit chez Albin Michel, et depuis en format poche, un ouvrage remarquable, 999, le livre du millénaire des maîtres du fantastique, anthologie de vingt-neuf nouvelles écrites par les grands maîtres actuels du fantastique contemporain. De ce recueil où l’on ne trouvait pourtant que du bon, sinon du très bon, l’on se souvient surtout d’un texte. Une nouvelle au thème archi-classique – une histoire de tableau hanté –, mais d’une efficacité proprement redoutable. De qui était ce texte qui survolait tous ceux des meilleurs auteurs ? De King, évidemment. De King que l’on finira bien par reconnaître pour ce qu’il est si on le débarrasse des oripeaux (ou des ornements ?) obligatoires de la littérature de genre : à savoir, un formidable écrivain descripteur de la vie des gens simples, des communautés humaines, des détails anodins de la vie quotidienne américaine. Toutes proportions gardées, il y a du Balzac chez King – et si King vous décrit un vide-grenier à Ploucland ou une chambre de motel crasseux, vous êtes persuadés que King passe sa vie à faire les brocantes et à arpenter l’hôtellerie de troisième zone. Le texte en question s’intitule « Quand l’auto-virus met le cap au nord » et il est présent dans Tout est fatal, ce nouveau recueil de nouvelles entièrement écrit par l’ogre (dans le sens de boulimique d’histoires) du Maine.
C’est donc l’occasion de lire, ou relire cette nouvelle simplissime et bluffante, et de se demander pour la énième fois comment il fait pour pouvoir toujours transcender les poncifs du genre… ou des genres, car Tout est fatal joue sur diverses tonalités : fantastique, polar, dark fantasy, roman noir, horreur, suspense… Bien sûr il y a toujours ce fond horrifique propre à King, et même un inédit relié à l’univers culte de La Tour sombre.
Bref, comment fait-il, lui qui prétend avoir du mal à écrire des nouvelles ? Comment fait-il pour nous donner cette impression terrible de familiarité, gage de la plausibilité de ses histoires invraisemblables ? Ce n’est pourtant pas faute qu’il nous l’explique, au point que sa voix est devenue comme familière. Que ce soit dans ses mémoires, Écriture ou dans tout recueil entre chaque texte, il revendique clairement l’usage des thèmes rebattus ; il expose comment lui vient à chaque fois « l’idée », sinon chez qui il l’a « piquée » , allant jusqu’à évaluer lui-même son résultat, se jugeant sévèrement. Au détour de ses explications, de ses confidences (une peur de ses enfants ; la mort de sa mère ; un périple à moto ; une réflexion sous la douche), King lâche de belles choses, comme celle-ci dans l’introduction de la nouvelle éponyme (laquelle n’est pas sans rappeler une des historiettes horrifiques et courtes du Fantômes et Farfafouilles de Fredric Brown ) : « Les histoires sont des artefacts : non pas des choses créées, des choses que nous fabriquons (et dont nous revendiquons la paternité), mais des objets préexistants que nous allons dénicher. » Bref, ce serait simple. Tout existe et King n’aurait qu’à se servir, mais voilà : il a avoué un jour à un journaliste qu’il estimait être efficace parce qu’il continuait à avoir encore et toujours besoin de vérifier avant de s’endormir que ne se trouve aucun monstre sous son lit. Aussi, de fait, la proximité presque candide des rapports qu’il entretient avec le lecteur participe de son « efficacité » – si elle n’en est pas la marque de fabrique.
Inutile, donc, de passer en revue ici le « contenu » des nouvelles : vous avez déjà lu ce qui s’y trouve. Il y a rarement des idées neuves chez King. Il le dit lui-même. Revenants, autres dimensions, diable en goguette, crimes abominables, pouvoirs maléfiques, auberges hantées, etc. Sauf que King s’accapare chaque thème de façon quasi définitive. Le jeu consiste alors à se demander, une fois tout recueil de King refermé, de quelle nouvelle on se souviendra encore dans plusieurs années (l’auteur de ces lignes se souvient comme si c’était hier de « Desintox Inc » du recueil « Danse macabre » paru… en 1982 et non pas en 1989 comme indiqué dans le livre). De Tout est fatal, laquelle vous marquera ? Celle du collectionneur de graffitis (« Tout ce que vous aimez sera emporté ») ? Celle du diable et du pécheur (« L’Homme au costume noir ») ? Celle du livreur de pizzas aux pouvoirs diaboliques (« Tout est fatal »)? Celle de la chambre d’hôtel hantée (« 1408 »). Ou alors mémoriserez-vous à jamais le fameux « Un tour sur le Bolid », texte qui déchaîna les médias lorsque King prétendit le vendre sous forme d’e-livre ? À vous de lire. King a dans sa palette une frousse qui correspond à chacun. Et c’est de la bonne. —Francis Mizio

Avis

Ce livre est sorti dans la période la moins faste de Stephen King. On comprend aisément qu’il a été créé en collectant des nouvelles parues dans les années 80 et 90 ou tout simplement restées au fond d’un tiroir.

La qualité des histoires est donc inégale mais certaines valent vraiment le coup d’être lues. Ma préférée étant celle ouvrant le roman où le personnage principal est témoin de sa propose autopsie. La tension est digne d’une scène de Hitchcock, où périodiquement on approche du moment fatidique mais à chaque fois un élément externe vient perturber le passage à l’acte final.

Le gros avantage de ce genre de livre à nouvelles est d’avoir différents genres littéraires dans lequel le maître du suspense excelle : thriller, dark fantsy (on trouve par exemple un épisode de la Tour Sombre), polar.

Donc un livre à lire pour connaître toute l’œuvre de Stephen King, ou par morceaux, nouvelle après nouvelle, entre deux livres pour se faire un petit break.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Livre
    • Broché: 523 pages
    • Editeur : Albin Michel (5 mars 2003)
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226137017
    • ISBN-13: 978-2226137012
    • Prix : 23,20€
  • Poche
    • Poche: 701 pages
    • Editeur : Le Livre de Poche (30 mars 2005)
    • Collection : Fantastique
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2253151521
    • ISBN-13: 978-2253151524
    • Prix : 8,60€
  • eBook
    • Broché: 550 pages
    • Editeur : ALBIN MICHEL (28 janvier 2015)
    • Collection : LITT.GENERALE
    • Langue : Français
    • AN : 9782226216328
    • Prix : 9,99€

Site Internet de l’auteur

http://www.stephenking.com/

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/01/02 dans Fantastique, Horreur

 

Zoé Shepard – A Bercy

Zoé Shepard – A Bercy

Zoé Shepard (de son vrai nom Aurélie Boullet) est une habituée de notre blog. Nous l’avions découvert en 2010 avec son premier roman Absolument dé-bor-dée, ensuite pour sa récidive en 2012 avec Ta carrière est fi-nie.

Si nous avions un peu moins apprécié le second volume qui présentait quelques longueurs, nous sommes toujours partant pour une bonne rigolade sur notre Administration.

Est-ce que Zoé Shepard à Bercy  saura insuffler un renouveau dans ce genre de roman ?

Histoire

Bercy ! Le grand ministère des Finances. Le rêve de tout fonctionnaire. À commencer par Zoé. Fini la mairie de province et ses gabegies ! Enfin de vraies réunions, de vrais fonctionnaires, du vrai travail dans ce sanctuaire ô combien convoité. Cela aurait pu être le cas…
… si « Coconne », terrifiante de bonne volonté et débordante de créativité, ne conseillait pas le ministre…
… si ce même ministre n était pas « le Don », promu de manière sidérante ministre du budget…
… et si l incompétence et l improvisation ne régnaient pas aussi à Paris et Bercy !
Mêlant une fois encore réalité et fiction, les aventures de Zoé dans les bureaux des ministères se révèlent aussi drôles qu effarantes.

Avis

On pourrait résumer la critique de ce livre à « on prend les mêmes et on recommence », mais Zoé Shepard a eu la bonne idée de propulser ces personnages dans un nouveau cadre « Bercy » et d’y adjoindre de nouveaux personnages hauts en couleur : certains « normaux » d’autres « décalés ». Les nouveaux apportent une certaine fraîcheur à la série alors que les anciens constituent le fond et la base de ce genre de roman.

Voilà donc toute la nouvelle équipe à Bercy et les gaffes sont à la hauteur du positionnement de cette administration. Si Zoé devait faire face à de petites querelles de clocher dans les précédentes histoires, ici, on a affaire à du lourd : la médiatisation des responsables politiques et leur avidité de pouvoir.

Mais derrière les aspects drôles, Zoé fait passer quelques messages plus sérieux sur la faible marge de manœuvre qu’a cette administration qui doit prendre en compte les contraintes budgétaires fixées par l’Europe d’une part, et de l’autre l’allègement de la fiscalité désirée du peuple et présentée par les politiques.

Ce nouveau tome dans la série des Zoé m’a paru beaucoup moins longuet par rapport à son prédécesseur, sans doute par les quiproquos et autres gaffes qui relacent régulièrement l’histoire.

Un roman drôle, caustique, qui convient parfaitement pour un peu de légèreté entre deux romans sérieux ou noirs.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Livre
    • Broché: 270 pages
    • Editeur : ALBIN MICHEL (9 septembre 2015)
    • Collection : ESSAIS DOC.
    • Langue : Français
    • ISBN-10: 2226316752
    • ISBN-13: 978-2226316752
    • Prix : 19,50€
  • ebook
    • Broché: 270 pages
    • Editeur : ALBIN MICHEL (9 septembre 2015)
    • Collection : ESSAIS DOC.
    • Langue : Français
    • EAN : 9782226382221
    • Prix : 13,99€
 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/01/02 dans Roman

 

Étiquettes : ,

Défit lecture de 2015 et 2016

Pour ceux qui suivent le défit lecture de 2015, j’ai rempli 30 des 50 challenges.

Voici la liste pour le défit 2016.

The-2016-reading-challenge-infographic-540x1812

 
1 commentaire

Publié par le 2016/01/01 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

Bonne et heureuse année 2016

Si le manque de temps en décembre et les fêtes de fin d’année m’ont fait délaisser quelque peu ce blog, je reviens en force en ce début d’année.

Alors prenons les choses dans l’odre.

Je vous souhaite une très bonne et heureuse année 2016, que santé et plaisirs littéraires soient au rendez-vous de cette nouvelle année.

tourne_page_2016

 
1 commentaire

Publié par le 2016/01/01 dans Evénements

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :