RSS

Aldus : BNF : exploitation commerciale du domaine public

09 Sep

Aldus_ManutiusUn très bon article d’Aldus dénonçant une nouvelle pratique honteuse de la commercialisation d’œuvres littéraires tombées dans le domaine public.

Article original

La Bibliothèque nationale de France se lance dans l’exploitation commerciale de ses collections numérisées.

Non, vous ne rêvez pas. « BnF partenariats », la filiale de la Bibliothèque nationale de France dédiée au développement des produits et services numériques, inaugure lundi 8 septembre une collection de livres numériques sélectionnés parmi les œuvres du domaine public issues des fonds patrimoniaux conservés par l’établissement. Baptisée “BnF collection ebooks”, cette offre est disponible en téléchargement ou en streaming sur toutes les plateformes de distribution.

Prix entre 0,49€ et 3,49€ selon les titres. Une quarantaine de titres pour l’instant, Homère, Ronsart, Diderot, Dumas, Balzac, Zola, Flaubert, Vallès, Roussel, etc. Mission de service public? Alors que ces titres n’ont aucune visiblité gratuitement sur Gallica, ils sont vendus désormais sur les plateformes à vils prix. « Grâce aux revenus générés par la vente, de nouvelles sélections viendront enrichir tous les mois la collection pour atteindre dans un an plus de 4000 titres ».

Tout Gallica bientôt sur Amazon?

Balzac doit se retourner dans sa tombe. De la petite épicerie, la BNF ne fait sans doute guère mieux que les aigrefins qui piratent ses numérisations et les mettent en vente sur les plateformes. Le tampon « BNF collection » en plus. Décidément il ne faudra compter que sur Gutenberg, Wikisource, les bénévoles québécois de EbooksGratuits et la Bibliothèque électronique du Québec pour constituer des catalogues gratuits à destination de toute la francophonie. Sans parler des agrégateurs commes Bibebook ou NosLivres. Alors que des initiatives comme Malebooks se développent en Afrique, ce sont nos amis africains qui apprécieront l’offre de la BNF… (via Livres-Hebdo). On pourra relire le billet de France-Culture l’année dernière sur ces fameux partenariats public-privé, guère de réponses depuis. « Le public qui paie pour le public ». La collection à retrouver chez vos libraires, payons pour le public, c’est parti pour dix ans. A oublier bien vite, bien sûr.

PS: « Où allez-vous, jeunes gens, où allez-vous, étudiants, qui courez en bandes par les rues, manifestant au nom de vos colères et de vos enthousiasmes, éprouvant l’impérieux besoin de jeter publiquement le cri de vos consciences indignées? Allez-vous protester contre quelque abus du pouvoir, a-t-on offensé le besoin de vérité et d’équité, brûlant encore dans vos âmes neuves, ignorantes des accommodements politiques et des lâchetés quotidiennes de la vie? » Extrait de « Lettre à la jeunesse » de Emile Zola, un des deux titres gratuits. Profitez-en, plus pour très longtemps. Vous pourrez juger, aucune mention d’édition, ni de date, degré zéro de l’édition.

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/09/09 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :