RSS

Patrick Besson fait son autocritique dans Le Point

07 Sep

patrick-bessonLe phénomène étant assez rare qu’il mérite d’être signalé. Dans l’édito du Point du 4 septembre 2014, Patrick Besson, à l’occasion de la rentrée littéraire 2014, fait la critique de son livre.

Si la chose n’est pas aisée, il faut une certaine dose d’humour pour ne pas se voir critiquer.

Voici, l’article sur le site du Point, à savourer.


 

Vu le contenu de mon dernier roman (La Mémoire de Clara, Éditions du Rocher, 16,90 euros), on n’a trouvé, pour en parler dans Le Point, qu’une personne : moi. Les autres critiques ont décliné l’invitation, ayant reconnu, parmi mes personnages les plus maltraités, d’éminentes personnalités du monde politique et culturel, dont certains collaborateurs de notre journal. Dans un sens, ça tombe bien : La Mémoire de Clara est l’un des rares livres de la rentrée littéraire 14 que j’ai réussi à lire jusqu’au bout. En fait, je l’ai lu bien avant : quand je l’ai écrit, à l’été 13. J’aime bien rester à Paris en juillet et août pour écrire. Les magasins sont fermés, mais les amis sont ouverts. Qu’est-ce que j’ai ri, l’année dernière. Mais, chez l’éditeur qui avait commandé l’ouvrage et l’avait annoncé dans son programme, ils n’ont pas ri autant que moi. Ils n’ont même pas ri du tout. Alors, je suis allé chez un autre éditeur et, lui, il a ri. Du coup, l’ouvrage a paru le 28 août 14.

Comment dire du bien d’un livre qu’on a écrit soi-même, sans que ça paraisse de la complaisance, voire de la basse flatterie ? Il serait judicieux, me semble-t-il, de commencer par de menues réserves afin d’indiquer que le critique, partie prenante de l’oeuvre dont il traite puisqu’il en est l’auteur, a un vrai souci d’objectivité, une certaine distance envers lui-même. Que reprocher à La Mémoire de Clara ? Quand on demande à une fille quel est son plus grand défaut, elle dit souvent : « Je suis trop gentille. » Avec la variante : « Je suis trop généreuse. » Je serais tenté de donner le même type de réponse : La Mémoire de Clara est un livre trop drôle, trop vif, trop pétillant, trop percutant. On s’épuise à suivre l’auteur dans ce galop de bons mots, de scènes hilarantes, de personnages tordants. On a envie de lui dire : « Stop, ça suffit, arrête, laisse-nous respirer. » Mais lui, n’écoutant que son ivresse de créer, n’en fait qu’à sa tête bien faite de mule.

Afin de résumer le roman, j’ai d’autant moins de scrupules à recopier la quatrième de couverture que j’en suis l’auteur : « En 2060, Clara Bruti, veuve du président Brancusi (1955-2035), a décidé d’écrire ses Mémoires. Âgée de 93 ans, elle est malheureusement atteinte de la maladie d’Alzheimer et a recours aux services d’un nègre : Aimé Boucicaut, jeune écrivain à succès pourchassé par le fisc. Ensemble, très ensemble même, ils revisitent le XXe et le XXIe siècle, au cours desquels tant de choses ont changé dans notre petit monde terrestre. » Outre une anecdote ébouriffante et menée de main de maître par un moi au mieux de sa forme, il y a, dans La Mémoire de Clara, des pages sur le temps, le vieillissement, l’amour, la nostalgie, la mort, qui feront battre plus fort ce qu’il reste, dans notre société féroce, de coeurs sensibles.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/09/07 dans Uncategorized

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :