RSS

Edouard Louis- En finir avec Eddy Bellegueule

27 Avr

finir-eddy-bellegueuleLa première fois dont j’ai entendu parler du livre d’Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule, c’est sur RTL.

J’ai l’habitude d’écouter les recommandations littéraires de Bernard Poirrette qui est un des rares chroniqueurs radio à proposer un roman policier chaque semaine. Mais cette fois-ci, il cède sa place à Bernard Lehu pour présenter le succès littéraire de la rentrée de janvier 2014 et finaliste 2014 du prix RTL.

Eddy Bellegueule présenté sur RTL

Alors, vrai succès littéraire ou bonne publicité ?

Résumé du livre

« Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d’entendre ma mère dire Qu’est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J’étais déjà loin, je n’appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j’ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l’odeur de colza, très forte à ce moment de l’année. Toute la nuit fut consacrée à l’élaboration de ma nouvelle vie loin d’ici ». En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

Avis

Je ne sais pas comment aborder la critique de ce livre car je reste plus que mitigé sur le succès de ce livre.

Certes ce roman témoigne des difficultés d’un jeune homme homosexuel vivant dans un milieu populaire, voire pauvre; mais ce n’est pas le premier, et malheureusement ce ne sera sans doute pas le dernier, à faire un tel témoignage.

La première moitié me donne l’impression de s’empêtrer dans un règlement de compte vis-à-vis de sa famille. Edouard Louis revient de nombreuses fois sur les mêmes brimades. Est-ce un effet de style volontaire pour souligner la constance de cette violence, ou un erreur littéraire pour gagner quelques pages dans ce maigre roman ? J’avoue avoir été à deux doigts de lâcher le livre à mi-chemin.

Heureusement, la seconde moitié vient sauver l’histoire. L’auteur élargit le spectre de ses mésaventures à ses amis, son école; mais aussi nous fait partager la découverte de sa sexualité, d’une certaine forme de vérification de cette identité. Et finalement, on est derrière lui (sans mauvaise image subliminale dans mes propos) pour voir comment il va réussir à s’éloigner de ce milieu.

Enfin, bien que l’essentiel soit certainement une autobiographie, je pense tout de même qu’il y a de la part de l’auteur une certaine embellie des faits. Je n’ai pas de preuves formelles sur cela, mais certaines inexactitudes font que la véracité de ce livre s’effrite. Ainsi, à quelques pages d’écart on peut lire que le jeune homme était obligé d’aller à la cabine téléphonique pour contacter sa bonne amie car, du fait de sa pauvreté, son foyer ne disposait pas du téléphone; et sa mère lui téléphonait à la maison pour le prévenir qu’avec son père, ils prenaient l’apéritif chez des amis.

Notation

Histoire
Ecriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques :

  • Broché: 219 pages
  • Editeur : Seuil (3 janvier 2014)
  • Collection : CADRE ROUGE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021117707
  • ISBN-13: 978-2021117707
  • Prix : 17,00€
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2014/04/27 dans Actualités, Divers

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :