RSS

Archives Mensuelles: septembre 2013

LIvre gratuit : le b.a.ba du lire numérique

babaJe vous propose aujourd’hui un ebook sur l’ebook, qui plus est gratuit. En voici la présentation par son auteur :

Le b.a.-ba. du livre numérique est un abécédaire qui tente de s’approprier les possibilités du numérique pour en rendre l’usage facile, confortable voire même ludique. Il se veut donc un livre–outil (je vous renvoie à l’article smartbooks pour plus de précisions).

Pour résumer et préciser les choses, un système de navigation interne a été créé afin d’encourager et faciliter la lecture non-linéaire (on a déjà lu le livre, on le consulte pour relire un passage), une toile a été tissée entre les différentes entrées (dans le même but) et des liens externes (vers le web) ont été ajoutés afin de permettre au lecteur d’approfondir un sujet s’il le désire.

Le b.a.-ba du livre numérique sert en quelque sorte d’introduction à la série de livres que nous allons publier fin Septembre chez Walrus Books. Sur un plan plus personnel, il en est d’ailleurs le prequel puisqu’il a déclenché l’écriture de ces trois livres.

Pour le télécharger : se rendre sur le site Design & Shape ou directement depuis le lien suivant.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/21 dans Divers

 

Étiquettes : , ,

Vidéo de la couverture eInk de l’Alcatel One Touch Hero

Comme je suis tombé sous le charme du concept de l’Alcatel One Touch Hero, je suis ravi de vous présenter une vidéo montrant le prototype.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/18 dans Nouveautés

 

Étiquettes : , , , , ,

Introduction à la création d’un ePub

developpezLe site Developpez.com propose une introduction à la création d’un ePub. L’utilisation des logiciels comme Calidre ou Write2ePub sont présentés.

Très intéressant pour les novices.

Cours en ligne ou en version ePub.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/18 dans Nouveautés

 

Étiquettes : ,

Aldus : Premier test de la PocketBook Color Lux

PocketBook_Color-LuxAldus nous propose leur test, et sans doute le premier aussi bien fait disponible sur la toile, de la première liseuse couleur eInk disponible en France : la PocketBook Color Lux.

En conclusion, une liseuse intéressante, qui manque de résolution et de contraste.. et encore un peu chère puisqu’elle est à 249€.

Pour accéder au test : site d’Aldus.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/16 dans Tests personnels

 

Étiquettes : , , ,

Stephen King viendra en France présenter Docteur Sleep

Stephen KingStephen King viendra en France à la rencontre de ses lecteurs, samedi 16 novembre au Grand Rex, à l’occasion de la sortie de son livre-événement Docteur Sleep, la suite du mythique Shining.

Au cours de la soirée, Stephen King fera une lecture de son nouveau roman et se prêtera au jeu des questions réponses avec le public. Pour y assister, il faudra tout de même débourser la modique somme de 30 euros. « L’achat d’une place inclut la remise gracieuse (!) du livre », indique le site de l’éditeur, Albin Michel. Pour information, Docteur Sleep devrait être vendu aux alentours de 23 euros selon un site français de référence.

L’événement du Rex ne prévoit pas de dédicaces, mais une centaine de Docteur Sleep pré-signés par le maître du thriller seront tout de même distribués de manière aléatoire au public. Et que les fans se rassurent: selon le site officiel de l’auteur, Stephen King prévoit également une séance de signatures à Paris le 13 novembre, sans plus d’informations pour l’instant.

Docteur Sleep -dont la parution est attendue le 26 septembre aux États-Unis– sortira en France le 30 octobre. Le récit raconte l’histoire de Danny Torrance, le jeune héros de Shining désormais adulte. Devenu aide-soignant, il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser les souffrances des malades en stade terminal, ce qui lui vaut le surnom de « Docteur Sleep ».

Source : L’Express

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/15 dans Actualités

 

Étiquettes : , , , ,

Donald Ray Pollock – Le diable, tout le temps

Donald Ray Pollock - Le diable-tout le tempsQuand on tient un blog comme le mien, nos avons certains devoirs. Par exemple, quand tout le monde parle d’un livre, que ce même livre est élu meilleur livre de l’année 2012 (livre, pas uniquement polar) par le magazine Lire, il va de soi que nous devons porter notre attention sur ce livre.

Donald Ray Pollock a eu cette honneur de tant d’éloges et de récompenses pour son premier livre Le diable, tout le temps. Peu d’écrivains peuvent s’enorgueillir d’un tel exploit.

Mais nous avons déjà vu que, malheureusement, prix et qualité littéraire ne font pas souvent bonne compagnie

Alors et-ce que Le diable, tout le temps est-il diablement bon tout le temps du livre ?

Histoire

Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine. De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin… Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste…. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé. Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

Extrait

Au cours de l’été 1965, le couple avait sillonné le Middlewest pendant plusieurs semaines, toujours en chasse, deux riens du tout dans un break Ford noir acheté cent dollars chez Frère Withey, qui tenait un parking de voitures d’occasion à Meade, Ohio. C’était le troisième véhicule qu’ils achetaient au prédicateur en autant d’années. L’homme sur le siège passager devenait gras, croyait aux présages et avait l’habitude de curer ses dents gâtées avec un couteau de poche Buck. C’est toujours la femme qui conduisait ; elle portait des shorts moulants et des corsages légers qui révélaient son corps pâle, ivoirin, d’une façon que tous deux jugeaient excitante. Elle fumait du matin au soir n’importe quelle marque de cigarettes mentholées lui tombant sous la main, tandis que lui mâchonnait des cigares noirs bon marché qu’il appelait des bites de chien. La Ford consommait beaucoup d’huile, perdait du liquide de freins, et menaçait de répandre sur la route ses entrailles de métal à chaque fois qu’ils la poussaient à plus de soixante-quinze à l’heure. L’homme aimait à penser qu’elle ressemblait à un corbillard, alors que la femme préférait la comparer à une limousine. Ils s’appelaient Carl et Sandy Henderson mais il leur arrivait aussi d’avoir d’autres noms.

Au cours des quatre dernières années, Carl en était arrivé à penser que le mieux, c’étaient les auto-stoppeurs, et à cette époque ils étaient nombreux sur les routes. Il appelait Sandy l’appât et elle l’appelait le shooteur, et tous deux appelaient les auto-stoppeurs les modèles. Ce soir-là, juste au nord d’Hannibal, Missouri, ils avaient piégé, torturé et tué un jeune engagé sur une aire boisée épaisse d’humidité et de moustiques. Dès qu’ils l’avaient pris, le garçon leur avait gentiment offert des tablettes de Juicy Fruit, et proposé de conduire un moment si la dame avait besoin d’une pause. « Il ferait beau voir ça, » dit Carl. Et Sandy avait roulé les yeux au ton narquois que son mari prenait parfois comme s’il se pensait une ordure de meilleure qualité que les saloperies qu’ils trouvaient sur la route. Quand il devenait comme ça, elle n’avait qu’une envie : arrêter la voiture et dire au pauvre idiot sur le siège arrière de sortir de là tant qu’il en avait encore la possibilité. Un beau jour, elle se promettait bien de faire exactement ça, appuyer sur le frein et faire descendre Monsieur le Caïd d’un cran ou deux

Avis

Je suis très mitigé sur ce livre.

D’une part, je n’ai pas apprécié l’écriture de Donald Ray Pollock. Le diable, tout le temps est bien son premier livre, et son style s’en ressent. Certaines personnes arguerait que cela est fait pour « se rapprocher » des personnages, de renforcer l’ambiance populaire des années 60, mais j’avoue avoir du mal avec ce genre de phrasé.

D’un autre côté, on ne peut s’empêcher de lire l’histoire, de vouloir connaître les péripéties des personnages. Sorte de road-movie violente, cruel, sexuel alimenté par de grandes quantités d’alcool, cette histoire est une sorte de combinaison d’un Marche ou crève de Stephen King, Les frères Sisters de Patrick deWitt, ou encore un Sur la route de Jack Kerouac. Cependant il n’y a pas ce je-ne-sais-quoi qui empêche le lecteur de lâcher son livre. Ici il faut une certaine rigueur, volonté du lecteur pour aller jusqu’au bout.

Donc, une histoire, mais je n’irais pas jusqu’à dire que c’est le meilleur roman de l’année 2012.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 369 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (29 février 2012)
  • Collection : Terres d’Amérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226240004
  • ISBN-13: 978-2226240002
  • Prix : 22.30€

Revues de presse

« Le Diable, tout le temps » est une formidable histoire de la Rédemption à travers une galerie de personnages à la fois loufoques, cruels, attachants et violents. —BSC News Magazine

Une odyssée sauvage, magnifique et éclatée, qui illustre notre part d’ombre. —Télérama

Site Internet de l’auteur

http://donaldraypollock.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/15 dans Thrillers

 

Étiquettes : ,

Découvertes Septembre 2013 (3) : 100% english

Et comme c’était mon anniversaire hier, que je franchis une nouvelle dizaine, un cadeau pour vous chers lecteurs de ce blog, une sélection de livres en anglais : soyons fous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toby Barlow – Baba Yaga

By the author of Sharp Teeth, a novel of love, spies, and witches in 1950s Paris—and a cop turned into a flea

Will is a young American ad executive in Paris. Except his agency is a front for the CIA. It’s 1959 and the cold war is going strong. But Will doesn’t think he’s a warrior—he’s just a good-hearted Detroit ad guy who can’t seem to figure out Parisian girls.
Zoya is a beautiful young woman wandering les boulevards, sad-eyed, coming off a bad breakup. In fact, she impaled her ex on a spike. Zoya, it turns out, has been a beautiful young woman for hundreds of years; she and her far more traditionally witchy-looking companion, Elga, have been thriving unnoticed in the bloody froth of Europe’s wars.
Inspector Vidot is a hardworking Paris police detective who cherishes quiet nights at home. But when he follows a lead from a grisly murder to the abode of an ugly old woman, he finds himself turned into a flea.
Oliver is a patrician, fun-loving American who has come to Paris to start a literary journal with the help of friends in D.C. who ask a few favors in return. He’s in well over his head, but it’s nothing that a cocktail can’t fix. Right?
Add a few chance encounters, a chorus of some more angry witches, a strung-out jazzman or two, a weaponized LSD program, and a cache of rifles buried in the Bois de Bologne—and that’s a novel! But while Toby Barlow’s Babayaga may start as just a joyful romp though the City of Light, it quickly grows into a daring, moving exploration of love, mortality, and responsibility.

  • Relié: 383 pages
  • Editeur : Farrar Straus Giroux (6 août 2013)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 0374107874
  • ISBN-13: 978-037410787
  • Prix : 20,50€ (version Kindle 7.00€)

Robert Galbraith (alias J.K. Rowling) – The cuckoo’s calling

A brilliant mystery in a classic vein: Detective Cormoran Strike investigates a supermodel’s suicide.

After losing his leg to a land mine in Afghanistan, Cormoran Strike is barely scraping by as a private investigator. Strike is down to one client, and creditors are calling. He has also just broken up with his longtime girlfriend and is living in his office.Then John Bristow walks through his door with an amazing story: His sister, thelegendary supermodel Lula Landry, known to her friends as the Cuckoo, famously fell to her death a few months earlier. The police ruled it a suicide, but John refuses to believe that. The case plunges Strike into the world of multimillionaire beauties, rock-star boyfriends, and desperate designers, and it introduces him to every variety of pleasure, enticement, seduction, and delusion known to man.

You may think you know detectives, but you’ve never met one quite like Strike. You may think you know about the wealthy and famous, but you’ve never seen them under an investigation like this.

  • Hardcover: 464 pages
  • Publisher: Mulholland Books (April 30, 2013)
  • Language: English
  • ISBN-10: 0316206849
  • ISBN-13: 978-0316206846
  • Prix : ??€ (version Kindle 11.00€)

Joe Nesbo – Police

Harry Hole returns–or does he?–in a terrifyingly paced, vertiginous new roller coaster of a thriller by the internationally best-selling author of The Snowman and The Redeemer, « the king of Scandinavian crime fiction » (Kirkus).
The police urgently need Harry Hole . . . A killer is stalking Oslo’s streets. Police officers are being slain at the scenes of crimes they once investigated but failed to solve. The murders are brutal, the media reaction hysterical.

But this time, Harry can’t help . . . For years, detective Harry Hole has been at the center of every major criminal investigation in Oslo. His dedication to his job and his brilliant insights have saved the lives of countless people. But now, with those he loves most facing terrible danger, Harry is not in a position to protect anyone.

  • Éditeur : HARVILL SECKER
  • Distributeur : OLF
  • ISBN : 9781846555978
  • Date de parution : 05/09/2013
  • Prix : 21.09€ (version Kindle 13.00€)

Pour ce dernier livre ce sera l’occasion de pousser un coup de gueule : comment se fait-il que les américains aient découvert après les français les qualités d’écrivain de Joe Nesbo et qu’ils profitent à présent des dernières aventures de Harry Hole (n°10) plus d’un an avant nous ?

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/14 dans A lire, Actualités, Thrillers

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :