RSS

Guillermo del Toro : La lignée

23 Sep

Deguillermo del tora - la lignée Guillermo del Toro je ne connaissais que son œuvre cinématographique…et encore qu’une petite partie de celle-ci : Hellboy  et Le labyrinthe de Paon.

Alors quand j’ai vu à un troc-livre (vous avez un livre, vous prenez un livre) La lignée signé par l’un des plus grands scénaristes de films d’action de Hollywood, je l’ai pris en me disant que j’allais passer un bon moment avec ce livre d’action.

Notons au passage que Guillermo del Toro pour rédiger ce livre de bit-lit (c’est à dire de vampires) s’est adjoint un co-auteur Chick Hogan, à ne pas confondre avec le catcher Chuck Hogan.

Alors dans quelle lignée ce livre va-t-il s’inscrire : Bram Stoker, Anna Rice ou plus récemment dans le vampirisme romantique de Stephenie Meyer ?

Histoire

Depuis son atterrissage à l’aéroport de JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Éphraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers, sauf quatre, sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ?

Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Éphraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Et pas seulement pour sauver leurs proches, car c’est la survie de l’humanité tout entière qui est en jeu….

Extrait

– Et alors, bubbeh ? demanda Abraham entre deux cuillerées.
– Tel était son fardeau en ce bas monde, et il lui avait enseigné l’humilité, qualité rare chez les nobles. Il avait beaucoup de compassion envers les pauvres, ceux qui travaillaient dur, les malades. Il se montrait surtout gentil avec les enfants du village, et ses poches grandes comme des sacs à navets étaient toujours remplies de babioles ou de sucreries. Lui-même n’avait pas vraiment eu d’enfance : à huit ans, il était déjà grand comme son père ; à neuf, il le dépassait d’une tête. Sa fragilité et sa grande taille faisaient secrètement la honte du châtelain. Mais le seigneur Czardu était un gentil géant, et son peuple l’aimait beaucoup. On disait qu’il voyait les gens de haut sans les prendre de haut.
D’un signe de tête, sa grand-mère rappela à Abraham qu’il devait avaler une nouvelle cuillerée. Il mâchonna une betterave bouillie ; on les appelait «cœur de bébé» en raison de leur couleur, de leur forme, et de leurs fibres qui rappelaient de petits vaisseaux sanguins.
– Et alors, bubbeh ?

Avis

La lignée s’inscrit dans aucun style des maîtres du genre : pas la romance des Twilight, pas le gore et le gothique comme chez Anna Rice, ou le classisme de Stocker. Ce livre tiendrait plutôt d’un Stephen King, boosté à la vitamine C, avec en plus un petit dépoussiérage qui nous fait immanquablement penser au film de Ridley Scott Alien. C’est efficace, on ne voit pas les pages défiler et on se prend à s’attacher aux personnages.C’est l’occasion d’apprendre quelques éléments sur la structure de Manhattan et de ses bas-fonds.

Il y a cependant quelques maladresses et longueurs dans ce livre. La narration de l’épisode de l’éclipse solaire est non-seulement longue (une quinzaine de pages, presqu’autant que pour le final, on y revient un peu plus loin), sans grand intérêt scientifique, et encore moins pour le livre. Rien ne rapproche cette description de la trame narrative et aurait pu être très bien mise dans un autre livre, sans aucun problème.

Seule déception, le final du livre est plutôt décevant. Après plus de 500 pages on pourrait s’attendre à un final éclatant, violent, sanglant, saignant, dans lequel un ou plusieurs héros auraient perdu la vie ou un parent proche, ici en quelques pages assez molles on se rend compte que ce n’est que la fin du premier tome d’une série. Et oui! Depuis je me suis renseigné, et il se trouve que La lignée est suivi de La chute et enfin, à ce jour, de La nuit éternelle. Autant dire que l’on n’est pas prêt de voir la fin de l’aventure menant Eph, Mona et les autres.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 565 pages
  • Editeur : Pocket; Édition : Pocket (7 octobre 2010)
  • Collection : Science-fiction / fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266202774
  • ISBN-13: 978-2266202770
  • Prix : 8.10€

Site Internet de l’auteur

L’auteur ne dispose pas de site officiel
Revue de presse

«A contre-courant de la mode des vampires romantiques, Del Toro et Hogan ont voulu faire peur en imaginant des créatures aussi bizarres que repoussantes. Pari gagné !»

Claude Ecken – Revue Fantastique

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/09/23 dans Bit-lit

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :