RSS

Archives Mensuelles: août 2013

Hors série – Le Monde – A Table

hors-serie-le-monde-tableCet été, le monde publie un excellent hors-série sur le monde de la cuisine, de la gastronomie, et des rites qui font que notre cuisine est classée comme patrimoine immatériel à l’UNESCO.

Point de recettes de cuisine mais un rapide parcours sur l’histoire de la gastronomie française au cours des siècles passées, de son évolution lors de ces dernières décennies, des tendances actuelles, des artisans qui la façonnent.

Bref un condensé de culture culinaire.

Hors série Le Monde – « A table »

Prix : 7.50€

Source : Boutique du monde

 

L’Art du Repas

Dans l’introduction de son Grand Dictionnaire de cuisine comportant 3 000 recettes, Alexandre Dumas, beau mangeur et ogre délicieux s’il en fut, écrivait que, à sa naissance, l’homme reçut de son estomac l’ordre de manger « au moins trois fois par jour pour réparer les forces que lui enlèvent le travail et, plus souvent encore, la paresse ». Il expliquait, par ailleurs, que l’homme négocia cette nécessité au point d’en faire un art qui enlève aux plus gloutons l’affreux sentiment de culpabilité de simplement se goinfrer.
Approcher cette dimension de l’art de la table est la modeste ambition de ce hors-série, qui se propose de plonger dans une spécificité française, incarnée par le repas. Ce moment sacralisé a valu l’inscription, par l’Unesco, du « repas gastronomique des Français » au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, en 2010. Le patrimoine culturel immatériel, selon la convention de 2003, ratifiée depuis par 132 pays, comprend notamment les « pratiques sociales, rituels et événements festifs » et les « savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel ». Jamais les arts culinaires et la gastronomie n’avaient fait l’objet d’une telle distinction.
Le repas suppose des produits, des artisans, des virtuoses, des lieux qui sont déclinés au fil des pages. Ce sont autant les grandes tables que les plus modestes ; mais encore les étals dans les rues, comme un joli retour à la réalité de Paris qui était alors l’une des plus grandes villes de l’Occident médiéval, bien avant que les restaurants ne s’imposent, à la fin du XVIIIe siècle, comme nous l’explique l’historien Patrick Rambourg.
Le repas, ce sont évidemment les plats qui peuplent l’inconscient collectif et les querelles engendrées par leur préparation. Ainsi, pour le cassoulet, doit-on y mettre de l’agneau ? Et quel haricot choisir ? Des conflits ont ensanglanté le monde pour moins que cela.
Le repas ne serait rien sans le discours avant, pendant et après. Des mots badins ou sentencieux, au tour d’intitulés fracassants : « Vapeur de bar et crème de moule safranée, étuvée de fenouil » contre « Gigotin d’agneau à la sarriette, tian d’aubergine et jus court ». Impossible de trancher. Chacun est renvoyé à ses certitudes et à sa propre histoire de papilles et de goût.
La vogue du bien-manger s’accompagne d’un nouveau culte envers les chefs qui ne sont plus des tâcherons, confinés dans leur cuisine, mais des créateurs. Et pour le plus grand nombre, la cuisine devient un loisir et une obsession, dont témoignent le succès croissant des émissions télévisées, l’explosion des livres ou des blogs. Que cache cet engouement ?
La passion de la cuisine et l’art de la table sont aussi, dans un pays touché par la déprime, des valeurs réconfortantes. Au cœur de cette France des terroirs et des villes, l’intimité avec la nourriture et les produits a des vertus thérapeutiques. Si l’époque est aux privations, autant bien manger et participer d’une certaine manière à une nouvelle dynamique économique. La tradition gastronomique, les ventes directes et les tablées goûteuses sont autant de baume au corps et au cœur.
Alain Abellard

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/08/19 dans Actualités, Cuisine

 

Étiquettes : , , , ,

Nook : Simpler is better

Nook Simple Touch

Nook Simple Touch

Le Nook Simple Touch de Barnes and Noble rencontre un grand succès au Royaume-Uni, cette fois-ci du côté des librairies Blackwell. Proposé au prix imbattable de 29£, le Nook attire par son prix mais aussi par sa qualité.

Matthew Cashmore, directeur du numérique chez Blackwell, revient sur l’impact de la nouvelle tarification du Nook Simple Touch sur les ventes: « Nous ne pouvons pas assurer les stocks de Nook. C’est un grand succès auprès de nos clients – principalement parce que c’est en fait un excellent eReader. Le Nook n’a pas eu la même pénétration du marché que d’autres eReaders parce qu’il était à la fois nouveau sur le marché et pas suffisamment mis en valeur en magasins. La baisse des prix et la vente via de nombreux détaillants ont essentiellement porté le Nook sur l’ensemble du marché. Ce n’est pas seulement la baisse de prix, c’est aussi de mettre autant d’eReaders dans les mains de lecteurs que possible, afin que les gens puissent voir ce qu’est un bon eReader. Le succès de cette opération a été démontrée et continuent à se traduite par de fortes ventes. Les ventes de livres numériques ont bien sûr explosé; quand vous mettez ce nombre d’eReaders dans tant de mains il n’est guère surprenant que les ventes de contenus augmentent de façon exponentielle. Dire que le Nook est en croissance au Royaume-Uni est un euphémisme. Blackwell a choisi le Nook parce que c’était le meilleur eReader; nous restons avec le Nook parce que c’est un superbe succès commercial et qu’il continue« . Une stratégie que l’on doit regarder attentivement chez Amazon et Kobo (via Forbes).

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/08/14 dans Uncategorized

 

Dan Brown – Inferno

dan brown - infernoDepuis le succès planétaire du Da Vinci Code, j’ai lu à ma grande déception tous les livres de Dan Brown  : Forteresse Digitale, Anges et Démon, Deception Point (qui porte bien son nom tant il m’a déçu) et le Symbole Perdu. Il faut bien avouer que les livres de Dan Brown sont toujours, toujours sur le même modèle. Seule l’intrigue permet de tenir le lecteur en haleine, et malheureusement que ce soient les prédécesseurs ou le successeur au Da Vinci Code avaient de grosses erreurs de jeunesse, ou de celles qui permettent à l’auteur de surfer sur la vacance d’un succès.

Alors quand est arrivé le battage médiatique à la sortie de Inferno je m’étais décidé de ne pas céder à la tentation, d’attendre le retour des premières critiques, et de minimiser les frais en recourant à la version numérique.

Alors qu’allons en faire d’Inferno ? Yes ou No ?

Histoire

C’est l’une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne, L’Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l’Enfer et déchiffrer l’énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l’art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler. S’inspirant du poème épique de Dante, Langdon se lance dans une course contre la montre pour trouver des réponses et découvrir en traversant les Cercles de l’Enfer ceux qui détiennent la vérité… avant que le monde ne soit irrévocablement changé.

Avis

Soyons honnête : cet Inferno est un très bon Dan Brown, et peut-être meilleur que le Da Vinci Code.

Tout d’abord l’intrigue est très plaisante : pas de mysticisme, ce qui ne suscitera donc pas de polémique inutile (c’est un roman, une fiction, ce que bon nombre de personnes oublient), les énigmes ne sont pas très tordues et rendent d’autant plus probable l’histoire. Et puis sans vous dévoiler l’histoire, l’auteur a intelligemment distillé tout au long du récit de nombreux rebondissements, donc ne prenez pas pour acquis tout semblant de certitude dans cette histoire.

D’autre part, sans faire de jeu de mots laid, le rythme est infernal. L’histoire démarre sur les chapeaux de roue et le rythme ne faiblit pas. Seules quelques explications histoires de courtes durées laisseront du répit au lecteur.

Alors un livre parfait ?

Non. Je pense que Dan Brown adapte son style d’écriture (et donc le traducteur aussi) afin de toucher un maximum de lecteurs. Dès que j’aurais trouvé une statistique de mots sur ce livre je vous la livrerai, mais les mots sont simples, les phrases courtes et relativement épurées.

Mais ce qui m’a le plus gêné si le manque d’originalité des éditeurs; Voici un roman qui fait référence à quantité de lieux géographiques, de tableaux, de sculptures et pas l’once d’une représentation dans ce livre (sauf les masques de la Comedia, et 2 graphiques sans intérêt). C’est d’autant plus choquant avec la version numérique : là où l’auteur pourrait profiter des capacités de sa liseuse, et encore plus sur une tablette, pour regarder l’oeuvre, zoomer dessus pour voir les détails et jouer au détective en même temps que sa lecture, rien. On a l’impression d’être aveugle en pleine lecture. Quand on parle des problèmes du monde de l’édition, c’est assez pitoyable de ne pas faire preuve d’imagination.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Broché: 565 pages
  • Editeur : JC Lattès (23 mai 2013)
  • Collection : Thrillers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 270964374X
  • ISBN-13: 978-2709643740
  • Prix : 22,90€

Revues de presse

RTL dans Laissez-vous tenter.

http://www.rtl.fr/podcasts/download?url=http%3A%2F%2Frtl.proxycast.org%2Fm%2Fmedia%2F273073201584.mp3

Et l’interview de l’auteur sur cette même chaîne radio :

http://www.dailymotion.com/video/x105yer_dan-brown-j-avais-vraiment-envie-d-ecrire-sur-dante_news

Site Internet de l’auteur

http://www.danbrown.com/

 
2 Commentaires

Publié par le 2013/08/14 dans Aventure

 

Étiquettes : ,

Tintin arrive sur iPad

Sauf quelques exceptions, les liseuses actuelles ne permettent pas de lire parfaitement les BD. C’est le seul cas pour lequel j’entreprendrais la lecture numérique sur une tablette.

C’est pourquoi les aventures de Tintin ne sont proposées que sur iPad au travers d’une application dédiée.

Une application iPad propose une version numérique des 24 albums des aventures du jeune reporter à la houppette blonde. L’application gratuite se présente sous la forme d’un kiosque sur lequel vous pourrez acquérir les albums soit à l’unité (3,99 €) soit dans leur intégralité (64,99 €).tintin_ipad

 

Les Aventures de Tintin sont enfin disponibles en intégralité sur iPad !

Editée par Moulinsart, cette application permet dorénavant aux fans de Tintin de voyager léger, partout dans le monde, tout en gardant un doigt sur «Tout Tintin» en version numérique de haute qualité.

L’application rassemble rien moins que la totalité des 24 aventures créées par Hergé. De «Tintin au pays des Soviets» jusqu’à «Tintin et l’Alph-Art», en passant part «Le Crabe aux Pinces d’Or», «Le Secret de la Licorne» ou encore le mythique «On a marché sur la Lune», les titres sont disponibles à l’unité ou en une seule et unique collection.

Au fur et à mesure de la constitution de votre collection, vous débloquerez de magnifiques fonds d’écran et des objets collectors à ranger dans votre bibliothèque virtuelle. L’application offre également la possibilité de se connecter au site officiel Tintin.com, qui vous permet de dialoguer, d’échanger et de faire partie de l’immense communauté des tintinophiles.

REJOIGNEZ-NOUS ! Partez à l’aventure et téléchargez dès maintenant notre application ! Elle est conçue pour s’enrichir progressivement de contenus multimédias et permettre à chacun de découvrir toutes les facettes de l’art du fondateur et maître de la Ligne Claire.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/08/14 dans BD - Manga, Nouveautés

 

Étiquettes : ,

Franck Thilliez & Laurent Scalese – L’encre et le sang

franck thilliez - l encre et le sangEn plus de la mode des séries, cet été sera aussi l’été des nouvelles, autrement dit des livres de 100 pages. Pocket lance toute une collection et pour s’assurer d’un certain succès a fait appel à de grands auteurs dont Franck Thilliez & Laurent Scalese. On ne sera pas quelle est la proportion de participation de l’un de mes auteurs favoris à cette nouvelle, mais c’est une bonne surprise qui nous a été réservée par la maison d’édition.

Et histoire de nous faire perdre tout nos repères, L’encre et le sang n’est pas une nouvelle policière mais de science-fiction.

Alors est-ce que le duo Thilliez-Scalese vaut-il un Stephen King ?

Histoire

William Sagnier, écrivaillon un peu raté, arrive à Hong Kong, bien décidé à tuer son ex et son amant : Cassandra et Jack Malcombe. Ceux-ci lui ont volé son manuscrit qui est depuis un énorme succès international. Par hasard, William tombe sur une vieille machine à écrire aux pouvoirs étranges : tout ce qu’il écrit se réalise. Profitant de l’occasion, William décide de faire souffrir les amants en se servant de leur faiblesse : Cassandra vieillit prématurément, tandis que Malcombe perd tout son prestige. Mais petit à petit, William ne semble plus contrôler la machine. Et pour cause, c’est en fait Malcombe lui-même, qui ayant trouvé cette machine en premier, dirige les faits et gestes de William… Et pour en être libéré, il doit attendre que la machine choisisse un autre propriétaire.

Avis

Bien que n’étant pas un grand adepte de la nouvelle, car je les trouve trop courtes pour que les personnages  se révèlent pleinement, que l’histoire puisse avoir une certaine consistance. Mais ici j’avoue avoir été agréablement apprécié par celle-ci.

Les auteurs ont remarquablement su exploiter ce style : un rythme plus que rapide, carrément sur les chapeaux de roue, une fiction pas trop futuriste plutôt dans le genre de l’univers de l’étrange comme furent les meilleurs romans de Stephen King (Carrie, Bazar) ne partant d’une idée simple.

Il n’y a pas de fautes, les amateurs du genre seront ravis de cette nouvelle même si l’effet de surprise final est un peu gâchée par les petits cailloux indices posés de manière un peu trop voyante.

Donc une critique courte pour un livre court : une histoire de SF rafraîchissante et rondement menée.

Enfin, je vous laisse chercher la petite erreur qui s’est glissée sur la couverture.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix

Caractéristiques

  • Poche: 118 pages
  • Editeur : Pocket (13 juin 2013)
  • Collection : Pocket thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 226620856X
  • ISBN-13: 978-2266208567
  • Prix : 2,90€

Site Internet de l’auteur

http://www.franckthilliez.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 2013/08/13 dans Science-Fiction

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :