RSS

Monatti & Doa – L’honorable société

27 Déc

Cela faisait longtemps que j’avais envie de faire une critique sur ce roman policier français : Doa; et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord par ce que cet auteur n’est pas aussi populaire et ne profite pas de la même publicité que les Grangé, Chattam ou thilliez. D’autre part, parce qu’il pose ses intrigues dans le milieu très fermé du pouvoir (politique, militaire, …) français. Enfin, et surtout parce qu’il est très bien renseigné sur le fonctionnement de ces sphères très fermées.

Cette fois-ci, il s’exerce dans un quatre mains avec Manotti pour une intrigue qui plonge ses héros dans les sphères de la politique, de l’écologie et du nucléaire.

Alors doit-on honorer ce livre de notre lecture ?

Histoire

À Paris, deux jours avant le premier tour des élections présidentielles, deux hommes cagoulés pénètrent dans un appartement du 17e arrondissement. Une seule chose semble les intéresser : l’ordinateur portable du propriétaire des lieux, un certain Benoît Soubise, dont ils copient consciencieusement le disque dur. Ce dernier rentre plus tôt que prévu et, après une courte lutte, meurt accidentellement. Aussitôt les deux cambrioleurs désertent ce qui est devenu une véritable scène de crime.
L’enquête, confiée au commandant Pétrus Pâris de la Brigade criminelle, va très rapidement prendre une dimension inattendue du fait de la personnalité de la victime. Et, dans un contexte politique tendu, les
investigations de la Crim commencent à gêner l’entourage du Ministre des Finances, en lice pour la présidentielle. Lui et ses amis industriels ne voient pas d’un très bon œil l’acharnement du commandant Pâris à faire éclater la vérité. La situation est d’autant plus explosive qu’un groupuscule de jeunes écologistes extrémistes semble également avoir eu accès à l’ordinateur du défunt.
Alors que les candidats à l’élection suprême se présentent sous leur plus beau jour devant les caméras des télévisions nationales, leurs porte-flingues, dans l’ombre, s’activent pour étouffer dans l’œuf une affaire qui
pourrait s’avérer explosive.
Événement dans l’univers du polar français : Manotti et DOA ont allié leurs qualités respectives pour écrire un roman critique et haletant, une charge contre l’État Français qui se lit comme un pur roman d’action et d’aventures.
Fruit de longues enquêtes et de recherches minutieuses, L’honorable société est un roman noir sans concession. Manotti et DOA démontrent comment une petite affaire de surveillance et de contrôle peut finalement déraper dans la violence et le sang, comment la machine d’État broie sans hésiter les individus qui se dressent sur son chemin. Les institutions ne sont finalement que des paravents qui cachent une réalité bien souvent nauséabonde. Critique politique et économique, la force de L’honorable société est de se lire comme un roman d’action tel qu’il en existait dans les années 1970. Fruit de longues enquêtes et de recherches minutieuses, L honorable société se rapproche au plus près de la réalité de notre pays.

Avis

Comme vous pouvez le voir sur l’image du livre accompagnant cette critique, L’honorable société a reçu le Grand Prix du Roman Policier 2011. Généralement, nous sommes que rarement déçus par les livres ayant acquis cette distinction.

Une fois encore Doa frappe fort. Sous prétexte d’un roman policier simple mais efficace, il joue avec nos nerfs. Nous ne pouvons que crier injustice face aux battons mis dans les roues de la machine judico-policière.

Mais ce qui est encore mieux avec Doa, c’est tout l’emballage, l’enrobage de l’histoire qui fait de ce thriller un très grand cru. Au travers de très subtiles touches, Doa sème dans son livre la petite histoire dans la grande. Bien n’étant pas très porté sur la politique, nous ne pouvons que relever les similitudes ou les allusions à nos hommes politiques français : Sarkozy, DSK, FMI, Bollé…. Allusions sur leurs défauts, leurs vices, leurs alliances et leur accès au devant de la scène politique.

Attention, ne vous trompez pas : il ne s’agit d’un livre de ou sur la politique, mais bien d’un thriller prenant place dans ce milieu.

La qualité des renseignements consignés est encore une fois impressionnante; à l’exception du choix de l’OS par le jeune hacker; ce serait plutôt l’inverse.

Enfin, il faut bien trouver un petit point négatif. Serait-ce du à la participation avec Monatti, mais par moment le style d’écriture est irrégulier et fait appel pendant de longs paragraphes à des phrases sans verbe. Autant cela peut-être intéressant pour marquer à certains moments le rythme du livre, autant cela est désagréable en introduction d’un chapitre pour planter le décors.

Notation

Histoire
Écriture
Durée de lecture
Prix
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2011/12/27 dans Thrillers

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :